A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 14 Août 2018 18:51

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1037 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 65, 66, 67, 68, 69, 70  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 25 Avr 2018 12:27 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 18 Mars 2006 13:33
Message(s) : 43
Localisation : STRASBOURG
Bonjour,

Je viens de commencer, après le livre sur SUN TZU ou l'art de gagner des batailles, celui écrit par Antoine DE JOMINI "les guerres de la Révolution (1792-1797) qui est reconnu comme l'un des maître de la stratégie militaire par des spécialistes de cette discipline . Cette lecture peut être aussi une suite de celle du texte de SUN TZU . Son oeuvre nous fait découvrir l'historien qu'il fut et reflète l'enthousiasme de cette époque . Son auteur est parfois injustement méconnu comme théoricien de l'art militaire . Il fut cependant remarqué et honoré par Napoléon par ses propos ou ses conseils pertinents . Il est très regrettable que le Maréchal Berthier, sans doute jaloux de son influence sur l'Empereur, l'a empêché de devenir général de division l'amenant de ce fait à rejoindre la Russie et le Tsar Alexandre . Cet épisode démontre également le rôle néfaste qu'a pu avoir le vieux major général par rapport à d'autres Maréchaux ou officiers généraux plus efficaces et utiles sur le plan militaire que lui .
Pendant la campagne de Russie, après la prise de Moscou, Napoléon aurait eu sans doute plus d'à propos et de perspicacité de le renvoyer à "Brobois" comme il le souhaitait dès novembre-décembre 1812 .

_________________
"Mais la patrie perd plus que nous deux en perdant un officier distingué autant par ses talents que par son rare courage"-BONAPARTE-1796


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Avr 2018 18:38 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6711
Muiron a écrit :
Bonjour,

Je viens de commencer, après le livre sur SUN TZU ou l'art de gagner des batailles, celui écrit par Antoine DE JOMINI "les guerres de la Révolution (1792-1797) qui est reconnu comme l'un des maître de la stratégie militaire par des spécialistes de cette discipline . Cette lecture peut être aussi une suite de celle du texte de SUN TZU . Son oeuvre nous fait découvrir l'historien qu'il fut et reflète l'enthousiasme de cette époque . Son auteur est parfois injustement méconnu comme théoricien de l'art militaire . Il fut cependant remarqué et honoré par Napoléon par ses propos ou ses conseils pertinents . Il est très regrettable que le Maréchal Berthier, sans doute jaloux de son influence sur l'Empereur, l'a empêché de devenir général de division l'amenant de ce fait à rejoindre la Russie et le Tsar Alexandre . Cet épisode démontre également le rôle néfaste qu'a pu avoir le vieux major général par rapport à d'autres Maréchaux ou officiers généraux plus efficaces et utiles sur le plan militaire que lui .
Pendant la campagne de Russie, après la prise de Moscou, Napoléon aurait eu sans doute plus d'à propos et de perspicacité de le renvoyer à "Brobois" comme il le souhaitait dès novembre-décembre 1812 .

Je ne connaissais pas cet épisode, mais si Jomini est réellement passé à la Russie à cause d'un refus de promotion, ça fait un motif bien vil et c'est de toute façon une trahison. Peu importe ce qu'a fait Berthier.

Mais tout ça me semble bizarre, en particulier venant d'un homme de la qualité de Jomini : j'espère qu'un autre intervenant saura nous éclairer sur le fond des choses...

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2018 19:14 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Robert Spierre a écrit :
Et je vais démarrer cela :

Image

Bien avant la consécration de son travail par le prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertész a noté – sur une période de trente ans – observations, pensées philosophiques et aphorismes qui l’accompagnaient lors de l’écriture de ses premières oeuvres. A travers un dialogue avec Nietzsche, Freud, Camus, Adorno, Musil, Beckett, Kafka, et bien d’autres encore, Kertész nous fait partager la genèse lente et douloureuse de ses plus grands textes, Etre sans destin et Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas. Au centre, bien sûr, comme le noyau noir de son existence, l’holocauste. Mais sa pensée, sa recherche existentielle concernent, plus largement, la question du totalitarisme, le caractère de la modernité, ainsi que son concept de la liberté.
Carnet de bord d’un grand écrivain, ce Journal de galère donne les clés d’une oeuvre immense.
Moooouuuaaaaiiissss... :-|

Après 40/50 pages, je trouve ça décousu, à savoir une succession d'aphorismes ; et finalement plutôt barbant et prétentieux.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Avr 2018 19:45 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Robert Spierre a écrit :
Image

Alexandre, Wellington, Grant, Hitler. Quatre chefs universellement célèbres, mais mal connus comme stratèges et " maîtres de guerre ".

Spécialiste renommé de l'histoire militaire, John Keegan retrace ici leur ascension et analyse leurs combats, leurs stratégies et leur psychologie. Il montre ainsi que ces quatre personnages à l'envergure et aux charismes différents incarnent quatre grandes familles de commandement militaire qui illustrent autant d'âges successifs des conflits : Alexandre en représente l'âge héroïque ; Wellington, le " duc de fer ", est, lui, l'antihéros par excellence ; Grant symbolise la proximité avec ses hommes et la capacité d'adaptation ; enfin, Hitler, la démesure caractéristique de la guerre totale.
A travers cette étude magistrale, Keegan nous fait mesurer combien le masque dont s'affublent les chefs en fonction de l'attente qu'ils perçoivent de leur supérieurs ou de leurs subordonnées est aussi important que les traits de caractère qu'on leur prête communément.
Un essai ambitieux sur l'art de laguerre qui permet enfin de comprendre comment le temps du nucléaire a supplanté l'ère du commandement.


Je termine la 1ère partie consacrée à Alexandre : on a beau avoir lu moult récits sur le personnage, son histoire, que dis-je, son destin restent oh combien fascinants.
Incroyable cette capacité, cette "Volonté de ¨Puissance", qui permirent de déplacer les montagnes. Et cette présence en première ligne à chaque bataille, à chaque siège etc.

Allez... le discours avant la bataille de Gaugamèles (de loin, le meilleur moment du film d'Oliver Stone) :

https://www.youtube.com/watch?v=r2rb0FmLf70

A ce propos, Keegan évoque justement les discours (et sa "technique") d'Alexandre avant chaque bataille.
Vraiment bien !

On apprend sur le mode de commandement propre à chacun : j'ai appris plein de choses sur Wellington, notamment cette semaine incroyable relative à la bataille de Waterloo, le fait qu'il n'a quasiment pas dormi, tellement obnubilé par sa mission, et, sur le front, sa présence incessante et des prises de risque inhérentes.

/////

J'ai lu ça, et c'est le tome 1 de l'histoire du Hip-Hop en BD :

Image

Premier volume de la saga culte consacrée à l'épopée du Hip-Hop, ce comic book d'Ed Piskor décrit la naissance dans le Bronx, à la fin des années 1970, d'un mouvement devenu planétaire. Irrésistiblement drôle et parfaitement documenté, Hip Hop Family Tree brosse les portraits de DJs, rappeurs ou graffeurs de légende comme Afrika Bambaataa, DJ Kool Herc, Grandmaster Flash, Kurtis Blow, Funky 4+1, Sugarhill Gang, Run-DMC et Fab 5 Freddy. Avec acuité, Ed Piskor parvient également à retranscrire l'atmosphère unique des nuits new-yorkaises de l'époque, traversées par d'autres figures mythiques telles que les Clash, Keith Haring ou encore Blondie.

Une BD sympa qui permet de se plonger dans la genèse du Hip-Hop : c'est bourré d'infos, de détails, comme le gars du Sugarhill Gang que la productrice est allée chercher dans une pizzeria où il faisait à manger pour les clients.

https://www.youtube.com/watch?v=mcCK99wHrk0
Rapper's Delight est une chanson du groupe américain The Sugarhill Gang, composée sur la trame du titre Good Times de Chic.

Sorti en septembre 1979, Rapper's Delight est considéré comme le premier titre de rap à avoir atteint une renommée internationale. Les ventes du disque, qui s'est notamment classé 36e du Billboard Hot 100 et 3e du UK Singles Chart, sont estimées à plus de 10 millions d'exemplaires. Le magazine musical Rolling Stone a retenu Rapper's Delight dans sa liste des « 500 plus grandes chansons de tous les temps ». Le morceau figure au Registre national des enregistrements de la Bibliothèque du Congrès américain et est introduit au Grammy Hall of Fame en 2014.


Un poil décousu, sinon, sur un plan narratif.

////

Je démarre ce GRAND classique :

Image

Et j'espère ne pas être déçu ! ;)

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2018 15:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 18 Août 2017 20:13
Message(s) : 18
Localisation : Île-de-France
Entre deux relectures des Faux-monnayeurs et de la Princesse de Montpensier en vue du bac (que du bonheur), j'ai pu lire un petit roman sur la Seconde Guerre mondiale ; Les derniers Jours de nos pères, de Joël Dicker. C'est une histoire familiale assez touchante qui est racontée, et ça permet de découvrir un aspect méconnu des services secrets britanniques pendant la guerre, à savoir une branche appelée SOE (Special Operations Executive) qui a agi en France pour lutter contre les nazis. Lecture intéressante !

_________________
"When Lord Carnarvon, unable to stand the suspense any longer, inquired anxiously, 'Can you see anything?' it was all I could do to get out the words, 'Yes, wonderful things."

— Howard Carter —


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2018 16:19 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1623
Localisation : Vienne (86)
Mes lecture du moment

Image

Image

ce dernier ouvrage fait souvent office de référence sur ce forum :wink:

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2018 16:27 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1623
Localisation : Vienne (86)
je suis vraiment pas doué pour l'importation d'images. :oops:

https://www.babelio.com/livres/Wittman-Le-journal-du-diable/840210

https://livre.fnac.com/a1934155/Christopher-R-Browning-Des-hommes-ordinaires-le-101eme-bataillon-de-reserve

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2018 17:08 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
nico86 a écrit :
Impitoyable.

Celui-ci aussi fait froid dans le dos :

Image

A noter que :

. Oskar Dirlewanger avait été rappelé à l'ordre pour son comportement extrême... par les autorités SS !
. Le réalisateur Elem Klimov y a fait allusion dans son film "Requiem pour un Massacre".
https://www.dailymotion.com/video/x2r1cw

Scène incroyable où le gamin tire sur le portrait d'Hitler, avec les images d'actualité qui vont à reculons :

https://www.dailymotion.com/video/x6atir

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Mai 2018 11:08 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Image

Un employé pauvre a le goût du vin. Mais l'époque est mauvaise, et les moyens lui manquent pour satisfaire sa passion. Un rêve traverse et hante l'une de ses nuits : de deux fontaines d'abondance le vin coule à flots. Le malheureux, poursuivi par son obsession, considère alors ses semblables sous la forme de bouteilles de vin. Il finira à l'asile d'aliénés, condamné à l'eau de Vittel.
Tel est le sujet d'une des nouvelles de ce célèbre recueil qui comprend aussi L'indifférent, Traversée de Paris, La grâce, Dermuche, La fosse aux péchés, Le faux policier, La bonne peinture.


J'ai enfin lu "La Traversée de Paris", ayant vu si souvent le film.

Alors, 2 choses :

. L'humour présent dans le film ne l'est pas, ou si peu, dans la nouvelle
. Et (pour preuve), Martin (Bourvil, dans le film) y tue Grandgil (Gabin, dans le film)

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2018 19:21 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
J'ai démarré ce petit bijou :

Image
De la scène d’ouverture du Baiser du tueur aux derniers plans d’Eyes Wide Shut, cette admirable anthologie comprend une grande partie des images les plus mémorables extraites des films de Kubrick, des interviews éloquentes et de nombreux documents issus de ses archives personnelles tels que des éléments de conception de décor, des scénarios, des notes, des lettres et des plans de tournage.
https://www.taschen.com/pages/fr/catalo ... gLU2PD_BwE

850 pages, et c'est bourré d'illustrations...
Pour seulement 15 euros !

Pour l'anecdote, dans le dernier Spielberg, "Ready Player One", le réalisateur fait "rentrer" les avatars des héros du film "dans" le film "(The) Shining"... 8-|

Toujours à propos de "(The) Shining", le documentaire bien barré qui tente de décrypter tous les "mystères" liés au film :

https://rutube.ru/video/b4c953734f5ebcf ... 16f0235f1/

Room 237 est un film documentaire américain réalisé par Rodney Ascher en 2012. Le film illustre 9 théories gonzo imaginées par des fans du film Shining à partir entre autres d'images et d'extraits de la filmographie de Stanley Kubrick ; ils y voient des indices cachés et les interprètent. Le titre du documentaire fait référence à une chambre hantée du film dans laquelle il est strictement interdit d'entrer.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 19:40 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2707
Localisation : Versailles
Je viens d'achever la lecture de la "société de Cour" de Norbert Elias et j'attaque "Joukov" de Jean Lopez.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 21:12 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Jerôme a écrit :
Je viens d'achever la lecture de la "société de Cour" de Norbert Elias et j'attaque "Joukov" de Jean Lopez.
Excellente bio.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2018 17:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Oct 2009 17:55
Message(s) : 1358
J'ai lu récemment un roman qui s'appuie sur une solide documentation, de nombreux témoignages d'époque :

Image

4e de couv' :

Citer :
« Ici, comme dans les autres ghettos, pas d'artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c'est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève. »

1965. Enlisés au Vietnam, les Etats-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d'Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l'assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l'organisation défie l'Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l'image du pays, happé par le chaos des sixties.


J'ai dévoré les quelques 450 pages, l'écriture est remarquable (une vraie marque de fabrique chez cet auteur), on suit la folle aventure des Black Panthers, de leur naissance à leur mort, sous les coups de butoir (entre autres) du FBI. Une fresque passionnante et des personnages tous attachants. Une belle réussite.

_________________
[...] Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
Et l'aimer même si le temps est assassin
Et emporte avec lui les rires des enfants
Et les mistrals gagnants...

Renaud, Mistral gagnant, 1985.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2018 20:27 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Barak, c'est noté ! :wink:

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juin 2018 19:29 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1839
Je termine

Image

et c'est un EXCELLENT livre !

J'ai commandé ceci :

Image

Image

Dans cet ouvrage visuellement superbe, déjà reconnu comme un chef-d'oeuvre de la BD norvégienne, Steffen Kverneland révèle le génie mélancolique de Munch et la vie de bohème dans sa réalité la plus crue. N'utilisant que des sources écrites de l'artiste, de sa famille et de ses contemporains (correspondances, témoignages, etc.), il nous plonge dans le tournant du siècle avec beaucoup d'humour, portant sur la vie d'Edvard Munch le regard d'un auteur talentueux et passionné.

Image

De même que l’artiste ne crée pas de façon continue, mais lors de rares moments d’inspiration, l’Histoire, selon Zweig, procède par bonds : une succession de faits banals est interrompue de loin en loin par des événements clés. Ce sont ces moments « d’une grande concentration dramatique, porteurs de destin, où une décision capitale se condense en un seul jour, une seule heure et souvent une seule minute », que Zweig a voulu illustrer à travers ces douze récits. Il y narre, et commente à sa manière, des événements aussi divers que la prise de Byzance, la quête de l’Eldorado, la bataille de Waterloo, l’expédition du capitaine Scott au pôle Sud, la pose de la première ligne télégraphique sous l’océan Atlantique, les derniers mois de la vie de Haendel et la genèse du Messie, ou la composition de La Marseillaise par Rouget de Lisle.

Image

Le monde d'hier, c'est la Vienne et l'Europe d'avant 1914, où Stefan Zweig a grandi et connu ses premiers succès d'écrivain, passionnément lu, écrit et voyagé, lié amitié avec Freud et Verhaeren, Rilke et Valéry. Un monde de stabilité où, malgré les tensions nationalistes, la liberté de l'esprit conservait toutes ses prérogatives.Livre nostalgique ? Assurément. Car l'écrivain exilé qui rédige ces « souvenirs d'un Européen » a vu aussi, et nous raconte, le formidable gâchis de 1914, l'écroulement des trônes, le bouleversement des idées, puis l'écrasement d'une civilisation sous l'irrésistible poussée de l'hitlérisme...Parsemé d'anecdotes, plein de charme et de couleurs, de drames aussi, ce tableau d'un demi-siècle de l'histoire de l'Europe résume le sens d'une vie, d'un engagement d'écrivain, d'un idéal. C'est aussi un des livres-témoignages les plus bouleversants et les plus essentiels pour nous aider à comprendre le siècle passé.

Image

21 mythes de la Seconde Guerre mondiale expliqués et déconstruits par une équipe d'historien et la rédaction de Guerres et Histoire, dirigées par Jean Lopez et Olivier Wieviorka. "Une opération salutaire de désintox historique", selon L'Express.
Les idées reçues sur la Seconde Guerre mondiale abondent. Mais desservant la cause de la connaissance, elles montrent surtout que la propagande de l'Axe comme celle des Alliés a durablement imprimé sa marque. Ce volume vise donc à rétablir quelques vérités en revenant, au crible de vingt-trois entrées, sur les grands mythes de cette guerre qui, tenus pour vérités d'Evangile, n'en restent pas moins erronés. Ainsi, par exemple, combien de Français persistent à croire que la défaite aux jours sombres de 1940 était inscrite dans les astres ou que Hitler n'a fait que devancer une attaque de Staline ? A ces questions essentielles, les meilleurs spécialistes apportent au fil de chapitres courts et enlevés des réponses souvent inattendues, parfois surprenantes et toujours passionnantes.

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1037 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 65, 66, 67, 68, 69, 70  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB