Nous sommes actuellement le 16 Août 2022 5:05

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 01 Juil 2007 23:10 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Au début du XVIIème siècle, la Lorraine est l'un des pays les plus prospère d'Europe. Ses souverains sont loués pour leur sagesse, l'économie est brillante, la famine, la guerre et les épidémies sont presque éradiqués.
A la fin de ce même siècle, la Lorraine est ravagée, elle a diminué territorialement, la France est presque maîtresse des duchés où elle fait un peu ce qu'elle veut, l'économie est ruinée et l'agriculture se relève péniblement.

Ce désastre absolu, cette plongée vers le néant, on la met, dès l'époque et jusqu'à aujourd'hui, sur la responsabilité écrasante d'un homme, le duc Charles IV.

Dès son arrivée, par le truchement d'un faux grossier, il obtient les responsabilités et devient rapidement duc, par usurpation.
Très rapidement, ses revirements, intrigues et provocation, conjuguées à un climat européen très tendu, provoquent l'inévitable: la guerre.

Soucieux de sa gloire, égoïste et incompétent, meurtrier, se conduisant plus comme un simple condottiere que comme un souverain, provoquant par son inconséquence politique et amoureuse la vindicte de la France, l'Empire, la Suède, l'Espagne et le Vatican (entre autres), son bilan est celui d'une annihilation totale et d'un massacre atroce pour son peuple.


Face à une image si négative, si noire, je me pose LA question: il n'y a vraiment rien pour colorer ce souverain d'un ton un peu moins horrible? Ou est-on vraiment, objectivement, face au souverain le plus nul de son siècle?

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Juil 2007 13:52 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Mai 2007 14:11
Message(s) : 14
Localisation : montpellier
Bonjour
Auriez-vous des détails sur la vie de ce terrible personnage ?
Merci

_________________
GINA


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 02 Juil 2007 19:57 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Salutations Ginamartine !

En effet, ce Charles IV était un cas !

Pour commencer, Alfred Teckel va certainement nous expliquer -entre autres choses passionnantes mais compliquées- que Charles IV a peu ou prou réitéré le subterfuge dont usèrent 300 ans plus tôt les premiers rois Valois pour écarter les filles de la succession : l'invocation d'une "loi des mâles" qui donnait priorité à Charles sur sa cousine germaine et épouse Nicole, fille du duc "sortant" Henri II.

Ce n'était là que le premier acte d'une série d'initiatives qui feront apparaître la cour Lorraine comme un foyer d'intrigues contre la France alors que Louis XIII et Richelieu -en attendant Mazarin- ne demandaient qu'une occasion pour tomber sur Nancy et le duché de Lorraine.

En Lorraine, la guerre de Trente Ans a duré plus longtemps que 30 ans.

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Juil 2007 15:46 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Karolvs a écrit :

Pour commencer, Alfred Teckel va certainement nous expliquer -entre autres choses passionnantes mais compliquées- que Charles IV a peu ou prou réitéré le subterfuge dont usèrent 300 ans plus tôt les premiers rois Valois pour écarter les filles de la succession : l'invocation d'une "loi des mâles" qui donnait priorité à Charles sur sa cousine germaine et épouse Nicole, fille du duc "sortant" Henri II.


En effet Karolvs!

Tout d'abord, pour situer un peu la famille ducale de l'époque, je me base sur le livre de Philippe Martin "Une guerre de Trente Ans en Lorraine" dont est extraite cette généalogie:
Image

On le voit donc, Charles est l'héritier la branche cadette, celle des Vaudémont. La loi salique n'a pas court en Lorraine, donc c'est bel et bien sa cousine (et épouse) qui doit régner, le reléguant à un rôle de prince consort. Mais Charles a d'autres ambitions.

Par "l'intervention "miraculeuse" de la Vierge", il découvre un acte du testament de René II instaurant la succession en ordre masculin uniquement en Lorraine. A priori, cet acte est un faux grossier, mais les cours européennes, sans doute par intérêt, font semblant d'y croire. Cela se passe en 1624. La succession se passant en ligne masculine par cette instauration un peu curieuse de la loi salique, la couronne revient au père de Charles, François de Vaudémont. Devenu François II, il ne régna que quelques jours, le temps d'utiliser l'argent de l'Etat pour éponger ses dettes, avant d'abdiquer en faveur de son fils, qui avait réussi son coup de force.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juil 2007 19:28 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Alfred Teckel a écrit :
Par "l'intervention "miraculeuse" de la Vierge", il découvre un acte du testament de René II instaurant la succession en ordre masculin uniquement en Lorraine. A priori, cet acte est un faux grossier, mais les cours européennes, sans doute par intérêt, font semblant d'y croire.

René II avait fait un premier testament en 1486 dans lequel il prévoyait que son fils ou sa fille hériterait de la souveraineté de toutes ses terres et que sa veuve exercerait la régence.

Mais par un second testament, rédigé le 25 mai 1506 à Louppy (aujourd'hui Louppy-le-Château, dans la Meuse), René II, qui tenait pourtant ses droits de sa mère Yolande d'Anjou-Lorraine, exclut les femmes de sa succession selon le système français, jusqu'alors inconnu en Lorraine : "Voulons nosdicts enfans et leurs hoirs masles succéder l'ung à l'aultre en vertu et droit de substitution que nous faisons par ce présent notre testament. L'authenticité de ce testament sera contestée lors de la crise de succession de 1625, mais rien ne permet d'affirmer que c'était un faux.

Mais si Charles IV est réputé pour avoir provoqué la ruine de son duché de Loarrine, c'est d'abord parce qu'il a commis l'imprudence de se ranger dans le camp de l'Empereur, ce qui ne pouvait que lui attirer les foudres du roi de France : sa souveraineté sur les Trois Evêchés –et au-delà- risquait d'être mise en péril si le duc de Lorraine laissait le "glacis lorrain", carrefour stratégique essentiel, devenir un point d'appui de l'Empire.

C'est pourquoi Richelieu se montrait particulièrement "pointilleux" sur les droits du roi de France sur les Trois Evêchés : dès 1624, il créa une commission d'enquête présidée par le nouvel intendant du roi dans les Trois Evêchés, Cardin Le Bret, pour régler les nombreuses contestations autour de droits que le duc de Lorraine usurpait dans ces évêchés et dans des seigneuries qui en dépendaient.

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juil 2007 23:10 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Karolvs a écrit :

Mais par un second testament, rédigé le 25 mai 1506 à Louppy (aujourd'hui Louppy-le-Château, dans la Meuse), René II, qui tenait pourtant ses droits de sa mère Yolande d'Anjou-Lorraine, exclut les femmes de sa succession selon le système français, jusqu'alors inconnu en Lorraine : "Voulons nosdicts enfans et leurs hoirs masles succéder l'ung à l'aultre en vertu et droit de substitution que nous faisons par ce présent notre testament. L'authenticité de ce testament sera contestée lors de la crise de succession de 1625, mais rien ne permet d'affirmer que c'était un faux.



Henry Bogdan semble le considérer comme authentique. Philippe Martin se garde bien de donner un avis tranché, tout en signalant que ce testament arrivait comme par hasard juste à pic et que beaucoup de contemporains (comme le marquis de Beauvau) le considérèrent comme faux.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Juil 2007 23:13 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Karolvs a écrit :


Mais si Charles IV est réputé pour avoir provoqué la ruine de son duché de Loarrine, c'est d'abord parce qu'il a commis l'imprudence de se ranger dans le camp de l'Empereur, ce qui ne pouvait que lui attirer les foudres du roi de France : sa souveraineté sur les Trois Evêchés –et au-delà- risquait d'être mise en péril si le duc de Lorraine laissait le "glacis lorrain", carrefour stratégique essentiel, devenir un point d'appui de l'Empire.



C'est juste. La France laissait une paix relative à la Lorraine auparavant, tant que celle-ci maintenait une prudente neutralité. La volonté d'annexion ne semble évidente à l'origine.

Néanmoins, je pense que la réputation sulfureuse de Charles IV n'est pas seulement due à la rupture de la politique neutraliste de ses prédecesseurs, mais bel et bien à son caractère personnel, et ses décisions ambigues, ses retournements, son goût de l'intrigue et de la provocation (comment appeler autrement les accueils triomphaux faits à Nancy à Gaston d'Orléans ou à la duchesse de Chevreuse?).

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Juil 2007 9:23 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Mai 2007 14:11
Message(s) : 14
Localisation : montpellier
Merci pour vos savoirs et connaissances :lol:
Vous parlez de la Duchesse de Chevreuse, n'a-t-elle pas été sa maîtresse ? et ne jouait-elle pas un rôle d'espionne ? Je me réfère pour cela à un livre que j'ai lu il y a qq temps mais qui est un livre historique romancé et peut-être en partie inventé....
Au plaisir de vous lire

_________________
GINA


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Juil 2007 18:51 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Alfred Teckel a écrit :
Néanmoins, je pense que la réputation sulfureuse de Charles IV n'est pas seulement due à la rupture de la politique neutraliste de ses prédecesseurs, mais bel et bien à son caractère personnel, et ses décisions ambigues, ses retournements, son goût de l'intrigue et de la provocation (comment appeler autrement les accueils triomphaux faits à Nancy à Gaston d'Orléans ou à la duchesse de Chevreuse?).

Ces retournements, intrigues et provocations doivent -c'est mon avis- être compris comme des actes politiques d'un prince qui cherche à préserver l'indépendance (relative) de ses états. Il y a une constante dans l'apparente inconstance de Charles IV : la recherche de l'alliance la plus efficace pour préserver cette relative indépendance. Pour cela, il y a deux politiques possibles : alliance avec le roi Bourbon ou alliance avec son ennemi, l'Empereur Habsbourg.

Charles IV a clairement fait le choix de la seconde politique : alliance avec les Habsourg et au gré des circonstances et des opportunités, alliance avec toute "force" objectivement adversaire de la France, qui est le danger n°1 pour l'indépendance de la Lorraine.

Toutefois, il a souvent dû céder à la raison du plus fort : faire marche arrière et "se tenir à carreau" lorsque Richelieu, Louis XIII ou Mazarin faiasaient une avancée dans les duchés, et se remettre à intriguer et à se rebeller dès qu'ils avaient le dos tourné.

Ainsi, les accueils triomphaux faits à Nancy à Gaston d'Orléans et à la duchesse de Chevreuse, tous deux compromis dans des intrigues contre Louis XIII ou pire (le complot de Chalais), prennent un sens politique.

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB