Nous sommes actuellement le 04 Août 2020 12:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 542 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 37  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Gergovie
Message Publié : 16 Août 2007 0:28 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Août 2007 0:24
Message(s) : 6
Bonsoir,

Je m'interesse particulièrement a la bataille de Gergovie et une question me prend l'esprit.

Le site officiel pour moi n'est pas le vrai site de la bataille, mais pourquoi d'après vous les historiens et autres planchent sur ce site la?
Quel véritable découverte atteste de ceci?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Août 2007 21:20 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2007 22:09
Message(s) : 594
Bonsoir,

Je l'ai déjà posté sur un autre sujet mais au cas où vous ne l'ayez pas vu, je vous propose ce lien qui colle parfaitement à vos interrogations, l'avertissement sur la page d'accueil est pour moi un peu limite mais le fond est intéressant :


http://www.gergovie.fr/index.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Août 2007 21:31 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2007 22:09
Message(s) : 594
Tout démarre en fait au XVI°, donc bien avant Napo III par la "découverte" d'une ferme nommée Gergoie sur le site de Merdogne. Les recherches continuent à l'heure actuelle pour mettre à jour les remparts de l'oppidum(truffés de briques gallo-romaines ???) mais les côtes de Clermont n'attirent pas les élus. Par contre le site de Corent pourrait bien révéler des surprises. Luern n'a pas dit son dernier mot !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 05 Oct 2009 21:28 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Oct 2009 19:12
Message(s) : 24
Bonsoir,
dans vos recherches sur GERGOVIE,
auriez-vous des renseignements confirmant ou infirmant ce qui suit :

En l'an 52 avant JC, pour prendre par revers Vercingétorix, roi des
Arvernes, César fit traverser les Cévennes par ses légions...
Il mobilisa celles de MARSEILLE qui remontèrent vers le Nord en suivant le Rhone puis la
Cèze, jusqu'à sa source près de Villefort en Lozère,
ainsi que celles de NIMES qui remontèrent vers le Nord en suivant l'actuel
tracé de la Régordane (ancienne voie romaine de NIMES à CLERMONT), jusqu'à Villefort.
C'est en ce lieu que les légions de César convergèrent pour atteindre la
source de l'Allier à La Bastide, proche de Villefort (15km) puis suivre la
vallée de l'Allier jusqu'à Clermont...
Auriez-vous des indications sur la rencontre de ces légions avec les
troupes de Vercingétorix ?
Y a-t-il vraiment eu "effet de surprise" du fait que Vercingétorix
n'attendait pas des romains venant des Cévennes en plein hiver ?

Complément d'informations trouvées sur internet :
En l’an 52 avant J.-C., à la fin de l’hiver, ayant donné quelque répit à son armée après la prise d’Avaricum (Bourges), César décide de se diriger au cœur de la rébellion gauloise, « chez les Arvernes, vers la ville de Gergovie, en suivant l’Allier ». Ayant confié à son lieutenant Labienus quatre légions afin de marcher contre les Sénons et les Parisii, César dispose pour ses propres opérations de six légions et d’auxiliaires consentis peu après son départ d’Avaricum par ses « alliés » gaulois, les Éduens (des forces de cavalerie, ainsi que dix mille fantassins devant le rejoindre ultérieurement). Pour atteindre Gergovie, les troupes de César doivent franchir l’Allier. Mais le jeune Arverne qui dirige la coalition gauloise depuis le début de l’année 52, Vercingétorix, s’empresse de faire détruire tous les ponts et suit le fleuve face aux légions romaines afin de les empêcher de traverser. Ordonnant à son armée de continuer la marche, César dissimule en arrière une légion qui rétablit un pont sur le fleuve ; il rappelle alors ses troupes qui font demi-tour et franchissent l’Allier sans dommage. Vercingétorix ne peut dès lors que refuser un combat en plaine trop favorable aux Romains et presse la marche vers Gergovie…


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 06 Oct 2009 8:12 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
Vous êtes dans l'erreur : après son passage des Cévennes, César est allé vers le nord, dans le Berry, et ce n'est qu'après la chute d'Avaricum qu'il est redescendu vers le sud en suivant Vercingétorix à Gergovie, le long de l'Allier.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 06 Oct 2009 20:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Oct 2009 19:12
Message(s) : 24
Merci beaucoup pour vos remarques…, qui s’adressent à un amateur (débutant) des activités de César dans les hautes Cévennes, une contrée qu'il a toujours été difficile de contrôler…
Pour décider de les traverser en plein hiver, il fallut que cela soit nécessaire… Je voudrais bien arriver à en comprendre l’enjeu.
Pourriez-vous m’aider à y voir plus clair dans la chronologie des évènements ? en 52 ou en 53 avant JC ?
*******************
Voici ci-dessous quelques éléments extraits d’internet.

1°/ « C'est en l'an 53 avant notre ère que, douloureusement affecté par la situation de la Gaule, Vercingétorix prit la résolution de se consacrer au salut de son pays. César venait de battre séparément les Eburons, les Trévires, les Sénones, puis était retourné en Italie en laissant ses dix légions dispersées dans le Nord et l'Est. Profitant des circonstances, Vercingétorix, en plein hiver, parcourut les tribus préparant un soulèvement général et, par sa mâle, éloquence, ranima les ardeurs patriotiques et releva les courages abattus…………………………
………………………………..
Mais le terrible proconsul, en apprenant le soulèvement de la Gaule, ……………….accomplit un acte qu'on croyait irréalisable en plein hiver. Il franchit les Cévennes par des sentiers abrupts et six pieds de neige et fondit avec sa petite armée sur le pays arverne, obligeant ainsi Vercingétorix à diriger ses forces vers le Sud et à dégager les légions encerclées. Après cette diversion habile, César descendit la vallée de la Loire et rejoignit en hâte le gros des légions afin d'être en mesure de faire face aux événements. »
Ce document qui place la traversée des Cévennes en 53 avant JC,
Ne correspond pas avec d’autres publications qui placent cette traversée durant l’hiver 52 avant JC…

2°/ La guerre des Gaules
Au printemps 52, César entre en campagne. Il réussit, grâce à une audacieuse traversée des Cévennes, à rejoindre les garnisons romaines du nord-est de la Gaule, avant que les Gaulois n'aient pu les menacer.

Jules César traverse l’Helvie. - En 52 avant J.-C. (ou l’an de Rome 702) malgré le froid rigoureux, César se mit en marche avec toutes ses troupes, franchit la chaîne des Cévennes, en s’ouvrant un chemin à travers la neige et tomba comme la foudre au milieu des Arvernes……………………………………..
Et après la victoire, les chefs helviens qui avaient partagé avec César les fatigues et les périls de la guerre, entrèrent au Sénat ; les vétérans helviens enrôlés dans la légion de l’Alouette obtinrent les droits des bourgeois romains.

3°/ Bourges : la bataille d'Avaricum a-t-elle eu lieu .... et en quelle endroit ? un mystère qui dure depuis plusieurs années…. Par Roland Narboux

Nous sommes en 58 av JC, et Caïus Julius César a la quarantaine….
Il devient proconsul et s'engage à faire des conquêtes à l'ouest. A partir des bases gallo-romaines, Jules César tente l'aventure et c'est le récit de cette guerre " Bellum Gallicum " qui représente la plus ancienne trace écrite sur ce que nous étions en France à cette époque. Pendant 8 ans, (entre 58 et 50) César et ses troupes vont parcourir la Gaule et noter pas à pas dans un livre tout ce qui concerne les batailles, mais aussi la géographie, la sociologie et la technique.
Bourges a pour nom Avaricum capital des Bituriges……….
L'autre question qui se pose concerne Vercingétorix, le fameux chef gaulois qui va épargner Avaricum et ne pas détruire la ville avant l'arrivée de César, mais il ne va pas la défendre non plus………….. ;;
Depuis toujours, on savait que Jules César disposait d'un bon service de communication, mais avec la bataille d'Avaricum, peut-être que ce Jules romain est allé un peu loin dans l'exagération.
Ainsi son récit de la bataille d'Avaricum serait largement romancée et la ville,…………… a été déclarée ville ouverte..... en faisant jurer aux habitants de n'en rien dire à la presse locale de l'an 52 av JC !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 07 Oct 2009 3:19 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Jan 2008 23:00
Message(s) : 998
Je reste fasciné, et impressionné, par les efforts menés depuis le milieu du XIXème siècle (car finalement l'on poura toujours décrié Napoléon III et une partie de son Etat-Major, entre autres en soulignant qu'ils auraient aussi pu s'occuper de soucis plus immédiats, mais bref, ce sont quand même eux qui ont lancé avec les gros moyens cartographiques et militaires de l'époque, l'idée phénoménale et si difficile, de retrouver, non seulement les sites des champs de bataille, mais aussi les lignes de marche des armées concernées, de l'époque de l'antiquité romaine, tant pour ce qui était de déterminer les marches des unités d'Hannibal, que plus tard, les déploiement des armées gauloises et des légions césariennes lors de la guerre de Gaules.

Je le répète, cela me fascine. Parvenir, à partir de l'étude poussée des textes primaires (oups, attention peut-être aux textes secondaires) à déterminer les emplacements géograpiques au moins approchant du plus que vraisemblables, sinon affichables éventuellement comme certains, m'émerveille.

Ayant eu dernièrement la chance rare d'arquer le long des rives et des collines du lac Trasimène, j'étais comme tous, frappé par le site (comme certains de mes amis qui avaient arpenté en 2005 les creux et collines d'Austerlitz).

Mais, à tous je dirai : serons-nous jamais sûrs que c'est à tel endroit qu'a eu lieu tel évènement ?

Et pourtant, même si nous ne sommes pas à l'endroit exact, c'est la que ca s'est passé : la, pour nous, en raison de la phénoménale charge émotionnelle qui nous recouvre lorsque nous nous disons que, oui, à cet endroit la Xème légion a démarré sa progression en second échelon vers les fortifications de Gergovie.

J'ai connu cette étrange sensation à quelques endroits : à Fontenoy, au-dessus de la sucrerie moderne, me disant que là étaient les gardes-françaises qui failirent stopper la colonne infernale anglaise; à Waterloo en repérant les positions de départ des régiments de cuirassiers qui fournirent la seconde vague, et chargèrent alors, curieusement, en plein travers du champ de bataille.

Mais .. à Fontenoy, à Waterloo ou à Wagram, nous voyons encore un terrain qui n'a que relativement peu évolué depuis deux cents ans.

Depuis plus de deux milliers d'années, quel défi !

Mais je suis convaincu que la charge émotionnelle est toujours la même !

_________________
"Notre époque, qui est celle des grands reniements idéologiques, est aussi pour les historiens celle des révisions minutieuses et de l'introduction de la nuance en toutes choses".

Yves Modéran


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 07 Oct 2009 19:46 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Oct 2009 19:12
Message(s) : 24
Bonsoir et merci pour cette analyse des états d'âmes des chercheurs que j'admire pour leurs tavaux de débroussaillages des multiples textes anciens et récents...

Pourraient-ils être motivés sans être animés par cette "charge émotionnelle" que vous évoquez ?
Exemple : le travail considérable accompli par Paul M. Martin pour construire son ouvrage intitulé "Vercingétorix"...

Je reste toujours intéressé par les détails que rapporte Paul M. Martin au chapitre 6 de son ouvrage "De Gorgobina à Avaricum" : en citant plusieurs auteurs, César lui-même, Plutarque, Florus,...
"La réussite fut due à l'effet de surprise. Les Arvernes s'attendaient à tout sauf à voir descendre des hauteurs de la Lozère, par un froid de loup, des troupes romaines dans leur dos."
Cette traversée des Cévennes a pu avoir lieu en suivant la Régordane, une importante voie romaine qui permettait de relier Nîmes(proche de Narbonne) à Clermont, encore utilisée comme important chemin muletier au début du 20ème siècle, pour des échanges commerciaux.
Elle remonte la haute vallée de la Cèze pour rejoindre la haute vallée de l'Allier, en Lozère, les sources de ces deux cours d'eau étant distantes d'environ 15km, et séparées par le col de la Molette et le col du Thort, très enneigés durant l'hiver...
Je voudrais bien connaître l'importance de ces troupes, nombre de légionnaires, nombre de chevaux, importance de l'intendance, etc...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 08 Oct 2009 7:02 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
La Régordane est très postérieure à la guerre des Gaules, mais il existait des voies gauloises similaires, permettant la liaison Manche-Méditerranée via Bourges (Avaricum) et Gergovie, avec bifurcation vers Le Puy et la vallée du Rhône.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 08 Oct 2009 18:49 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Oct 2009 19:12
Message(s) : 24
Merci pour ce rappel.
Effectivement, la Régordane est bien postérieure à la guerre des Gaules…
Il faudrait parler de la voie romaine qui existait très probablement suivant le tracé de l’actuelle Régordane…,
Notamment au niveau des passages de cours d’eau, on trouve d’anciens « passages à gué » à proximité de ponts construits au Moyen Age, lorsque fut recouvert de pavés l’ancienne voie…
Exemple le pont du village de Bayard sur l’Altier, en Lozère, situé à une centaine de mètres d’un passage à gué très ancien, qui correspondait à un tracé de voie beaucoup plus ancien et toujours visible…
« Dans un souci d'éviter au maximum les détours, les ingénieurs romains avaient élaboré un ensemble d'aménagements permettant de franchir les cours d'eau.
Les voies franchissaient souvent ceux-ci à gué. Ces zones étaient souvent simplement empierrées ou faites de pierres maçonnées à la chaux, soutenues par des madriers de bois. Les fouilles ont cependant mis au jour des gués de grande importance, fait de blocs autobloquants de grand appareil avec mur de soutènement, dépression canalisant l'eau et chaussée pour le passage. Ces gués évolueront quelquefois vers des pontets en bois ou en pierre. »
Une thèse récente de GIRAUD /visitation du chemin appelé Régordane par Louis de Froidour, l’un des grands commis de Colbert en 1668 :
La Régordane = ancienne route de Montpellier et Nîmes à Alès et au Puy :
« Ce qui se définit ainsi comme la grande route du Bas-Languedoc à l’Auvergne est désigné dans le titre même du procés-verbal sous le nom de chemin de Régordane, expression que M. de Froidour emploie à six reprises… »
« Le corps de cet itinéraire, le Chemin de Régordane n’est certainement pas une voie romaine, au sens précis du terme. Il est possible qu’il ait été emprunté à l’époque romaine pour l’exploitation des richesses minières de la montagne, mais il ne constituait pas une grande artère… ». « Ce n’est que bien plus tard qu’il aura été aménagé, voire construit, pour devenir carrossable ».
Le fait même que cette voie ne constituait pas une importante voie romaine, rend tout à fait plausible l’hypothèse suivant laquelle, César et ses légions aient pu l’emprunter avec des équipements légers… pour créer l’effet de surprise recherché sur la arrières de Vercingétorix durant l’hiver de l’an 52 avant JC….
Jusqu’à présent, je n’ai pas trouvé de textes infirmant très nettement cette hypothèse…
Mais compte tenu de l’intérêt porté en France à l’histoire de Vercingétorix, j’espère que « mon enquête » intéressera des spécialistes de cette année 52 avant JC.
Merci encore une fois pour vos interventions à ce sujet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 09 Oct 2009 6:42 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
César et ses légions ne constituaient pas un "équipement léger". C'est une masse de 50 000 personnes (légionnaires, auxiliaires artisans, commerçants, femmes et enfants) qui se déplace, accompagnée d'au moins 12 000 chevaux et mulets, de chariots transportant le matériel, les vivres, les machines de guerre, N'imaginez pas cette armée avec les vues simplistes des "reconstitueurs", c'est une énorme mécanique à l'américaine où la logistique est plus importante que les combattants.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 11 Oct 2009 15:50 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 15 Nov 2008 14:37
Message(s) : 185
La Saussaye a écrit :
Mais .. à Fontenoy, à Waterloo ou à Wagram, nous voyons encore un terrain qui n'a que relativement peu évolué depuis deux cents ans.

Depuis plus de deux milliers d'années, quel défi !

Mais je suis convaincu que la charge émotionnelle est toujours la même !


Je crois qu'effectivement il y a une majorité de gens pour qui le lieu importe peu parce qu'ils ne sont pas à même de ressentir une certaine forme d'émotion devant des lieux dits historiques .
Pour ceux qui ressentent l'envie d'avoir ce genre d'émotion en foulant un sol chargé d'histoire , il est impossible de penser que peut-être , cela s'est déroulé ailleurs , surtout si l'identification d'un lieu avec un événement est ambigu ...
Voilà pourquoi certains événement qui se sont déroulés il y a 2000 ans donnent lieu à polémique !
Il y a plusieurs niveaux de lecture dans une polémique , mais le fait que certains s'intéressent plus au " pourquoi " et ne se soucient que de manière secondaire , du " où " explique aussi qu'il y ait divergence d'intérêts .

Pour ma part le " où " est toujours essentiel , or si je vais à Carthage , je sais où je vais !

Si je vais sur un site de la guerre des Gaules , suis je vraiment certain d'y être ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 12 Oct 2009 18:16 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 03 Oct 2009 19:12
Message(s) : 24
Merci beaucoup pour cette analyse du « où ? » et du « pourquoi ? ».
Les deux questions m’intéressent…

Je connais quelque peu cette partie des Cévennes constituée par le « goulet » de Villefort, qui fut de tout temps et même encore aujourd’hui un point de passage obligatoire pour qui veut rejoindre Mende depuis Aubenas ou rejoindre Le Puy depuis Nîmes…
Plusieurs routes y arrivent du Nord et du Sud.
Plusieurs « places fortes » y ont été construites au cours des siècles, chacune d’elles étant construite sur les ruines d’une place forte plus ancienne…
Mais quelles étaient celles mises en place par les Celtes puis par les Romains il y a deux mille ans ?

Par ailleurs Villefort, se situe entre la haute vallée de l’Allier et la haute vallée de la Cèze, les sources de ces deux affluents, l’un de la Loire, l’autre du Rhône, se situant à moins de 20 km, de part et d’autre de Villefort…

Ce qui est probable, c’est que La Régordane qui a longtemps relié Nîmes à Clermont, via Villefort, a été construite sur une voie certainement secondaire du temps des romains, mais à l’époque elle était probablement plus qu’une succession de sentiers (dixit César qui dit s’être frayé « un chemin sur ces sentiers »).

J’apprécie également les approches théoriques de Paul M. Martin mais j’apprécie également les suppositions pleines de bon sens qu’il arrive à en déduire…

Je me suis permis d’émettre une hypothèse bien que non-historien :
C’est que César, lors de sa traversée des Cévennes l’hiver 52 avant JC, ait pu emprunter cette ancien chemin passant par Villefort…
Je voudrais bien que mes interlocuteurs de ce Forum m’aide à confirmer ou infirmer cette hypothèse…et/ou qu’ils m’indiquent les ouvrages que je pourrais consulter à ce sujet...

Jibe a écrit le 06 Oct 2009 8:12

Vous êtes dans l'erreur : après son passage des Cévennes, César est allé vers le nord, dans le Berry, et ce n'est qu'après la chute d'Avaricum qu'il est redescendu vers le sud en suivant Vercingétorix à Gergovie, le long de l'Allier.

48jbm38 a noté ce qui suit :
écrit par Paul M. Martin dans son livre « Vercingétorix » :

P.107 : « La réussite fut due à l’effet de surprise. Les Arvernes s’attendaient à tout sauf à voir descendre des hauteurs de la Lozère, par un froid de loup, des troupes romaines dans leur dos…………………………… « Cette arrivée inattendue les laisse stupéfaits : ils s’estimaient protégés par les Cévennes comme par un mur, et jamais quiconque, même seul en cette saison, n’avait pu se frayer un chemin sur ces sentiers » (cf.César, Guerre des Gaules). A plus forte raison, une troupe entière, de Romains en plus, avec de la cavalerie qui, à peine arrivée, répand la terreur en plein cœur du pays arverne……………Vercingétorix se replie sur l’intérieur du Massif Central………. »
P.108 : « Sans s’occuper d’eux, César, au lieu de continuer tout droit vers ses légions pour faire jonction avec elles, suit une route apparemment aberrante . Il oblique vers Vienne, …… en marchant jour et nuit ………. La raison de ce crochet par Vienne, qui note-t-il avec un sourire, « étonne grandement son escorte » ? César nous la donne : « Aller chercher des renforts et de la cavalerie »… ».


Jibe a écrit par ailleurs le 09 Oct 2009 6:42

César et ses légions ne constituaient pas un "équipement léger". C'est une masse de 50 000 personnes (légionnaires, auxiliaires artisans, commerçants, femmes et enfants) qui se déplace, accompagnée d'au moins 12 000 chevaux et mulets, de chariots transportant le matériel, les vivres, les machines de guerre, N'imaginez pas cette armée avec les vues simplistes des "reconstitueurs", c'est une énorme mécanique à l'américaine où la logistique est plus importante que les combattants.

S’agissant de la traversée des Cévennes par César l’hiver de l’An 52 avant JC,
48jbm38 a noté ce qui suit :
écrit par Paul M. Martin dans son livre « Vercingétorix » P.106 :
il cite Plutarque et surtout Florus… confirmant la rapidité de César… "la troupe qu’il utilisa ne s’était pas encombrée de bagages, mais de ce fait se trouvait sans appui arrière, sans intendance ni train d’équipages. Une opération de commando, en somme, extrêmement risquée. »


Je voudrais bien savoir de quoi était composée cette troupe de César qui s’est engagée dans les Cévennes en plein hiver de l’An 52 avant JC. Avait-elle été constituée à Nîmes ou Narbonne, ou à Marseille ou à Arles ? compte tenu de l’urgence de l’intervention ?

En vous remerciant pour votre aide…


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 13 Oct 2009 8:51 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
L'emploi du mot Cévennes par César est un peu trompeur (de même qu'il parle des Arvernes au lieu des Vellaves à ce moment prècis), car il est en fait passé de la vallée du Rhône à l'Ardèche (chez les Helviens) puis au Velay. ll suit ensuite la vallée de la Loire pour se diriger sur le camp de Vercingétorix établi probablement vers Nevers.
Il avait rassemblé de nouvelles recrues en Italie du Nord puis y avait adjoint des troupes venant de Narbonnaise.

Pour la traversée de l'Ardèche proprement dite, César avait effectivement des troupes réduites, mais, durant toute cette campagne, il n'a cessé de rassembler et de redéployer des soldats, si bien que, même s'il n'avait que deux légions (le minimum) pour le passage précis dans la neige, cela représente 8 à 10 000 hommes (auxquels il faut un mulet pour dix : ils lui confient les tentes, piquets et autres équipements lourds).
Sans compter les troupes auxiliaires, les inévitables accompagnants (esclaves, artisans, bourreliers, forgerons, femmes et enfants, etc.) et un peu de cavalerie, renforcée plus tard.

Ce n'est pas un commando mais un petit corps d'armée. Les bagages (butin et vivres de réserve) ne sont en général pas emmenés en montagne : les légions y ont des règles de conduite spécifiques, bien expliquées par Tacite et d'autres, avec notamment l'utilisation intensive d'éclaireurs à cheval. On ne peut pas non plus se dispenser de machines de guerre (artillerie) du type Scorpion au cas où il faudrait réduire un poste fortifié.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message : Re: Gergovie
Message Publié : 13 Oct 2009 17:41 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 15 Nov 2008 14:37
Message(s) : 185
48jbm38 a écrit :
Je me suis permis d’émettre une hypothèse bien que non-historien :
C’est que César, lors de sa traversée des Cévennes l’hiver 52 avant JC, ait pu emprunter cette ancien chemin passant par Villefort…
Je voudrais bien que mes interlocuteurs de ce Forum m’aide à confirmer ou infirmer cette hypothèse…et/ou qu’ils m’indiquent les ouvrages que je pourrais consulter à ce sujet...


Bonjour Jbm ,

Ton itinéraire me pose un problème , je le trouve trop long , César comme à son habitude pratiquait la " blltzkrieg " , l'idée était de traverser les Cévennes par un itinéraire improbable donc inconcevable par son altitude mais court pour l'effet de surprise !

Le trajet habituellement proposé par Aubenas et le Puy cumule deux avantages , je le sais pour l'avoir parcouru !
On part de la " plaine " et très rapidement en quelques km on est presque en haute montagne puisque on passe le col de la Chavade à quasiment 1300 m , or pour obtenir des congères de 2 m de haut , il me semble que c'est une altitude minimum .
De plus après le col de la Chavade la route est assez facile jusqu'au Puy , une fois le col passé César n'avait plus qu'à fondre sur le pays et surprendre ses ennemis !

Le passage par Villefort est long , très long et de surcroît souvent à une altitude qui à mon sens ne doit pas être souvent encombrée de congères , bien que dans ce coin là il faille se méfier ... :wink:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez rien publier ou éditer.  [ 542 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 37  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB