Nous sommes actuellement le 22 Jan 2020 1:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 21 Jan 2009 21:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Jan 2008 23:25
Message(s) : 20
Bonjour!
Je cherche des information sur l'évolution de cette fonction.
Elle a été mise en place par Auguste c'est bien ça? Mais je crois qu'il existait déjà une fonction portant ce nom sous la République, quelles sont les différences?
Puis, après Auguste, comment les pouvoirs de cette fonction évoluent-ils?
Merci pour vos réponses :)


edit': C'est bien une carrière sénatoriale?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2009 14:38 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1032
Voila ce que dit le Guide romain antique :

[A l'époque républicaine],quand les deux consuls quittent Rome ils choisissent pour les remplacer au dedans un praefectus Urbi (patricien
ou plébeien dont le mandat expire au retour de l'un des consuls. Cette fonction est supprimée en 367, à la création
d'un nouveau magistrat, le préteur urbain.


«Auguste rendit permanente la fonction de préfet de la Ville, confiée à un sénateur commandant trois
puis quatre cohortes ; son rôle se limitait à procurer une défense au Sénat.»(Wikipédia)

Le préfet de la Ville (Praefectus Urbi) dirige la police (cohortes urbaines) et l'administration de Rome, il est
choisi dans la classe sénatoriale et porte les insignes des plus hauts magistrats (prétexte, chaise curule, licteurs).
A noter que par délégation, les prefes de la Ville en tant que haut fonctionnaires (comme ceux du pretoire,
des vigiles, de l'annone) jouissent d'une juridiction criminelle importante.(Guide romain antique)

Wikipedia ne dit pas grand chose, par contre j'ai des précisions tirées de Léon HOMO, Rome impériale et l'urbanisme
dans l'Antiquité
, je les donnerai plus tard, le temps de parcourir cet ouvrage, mais il semblerait que le Préfet de la ville
dans sa version définitive ne soit pas antérieur à Tibère...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9fet_de_Rome

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2009 21:23 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1032
Voila ce qu'on peut lire dans Léon Homo, op. cit.

«Sous le Haut Empire, la police de la capitale ne connaît pas l'unité de direction. Le service relève de plusieurs chefs.Tout d'abord, une survivance des anciens pouvoirs républicains, l'édilité. Puis deux organes de nouvelle création, le Préfet de la Ville, qui commande aux cohortes urbaines, et le Préfet des Vigiles, chef des cohortes
des vigiles[...]
Pour l'accomplissement de leurs fonctions, ces chefs de la police urbaine disposent d'éléments divers. [...]. Le Préfet de la Ville, infiniment mieux armé à cet égard, héritera, en matière de police, de leurs (les édiles) attributions traditionnelles.
Les autres chefs de la police- préfet de la Ville, préfet des vigiles, du prétoire-, ont à leur disposition des contingents militaires ou militarisés d'importance variable.»

Vous pourriez aller voir, si vous en avez la possibilité la thèse d'A. CHASTAGNOL, La préfecture urbaine à Rome sous le Bas-Empire (290-423), Paris, 1960, au moins l'introduction... B)

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2009 12:52 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1032
J'avais oublié dans ma réponse précédente d'y inclure le scan du plan de Rome où se situe la Préfecture de la Ville sous l'Empire, tirée de Léon HOMO, op. cit., :

Image


:rool:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2009 14:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Jan 2008 23:25
Message(s) : 20
Merci pour tes réponses qui m'éclairent sur le sujet :) en fait je venais justement d'emprunter la thèse d'André Chastagnol lorsque j'ai lu le message. Il y a en effet beaucoup d'infos dans l'avant-propos.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Fév 2009 23:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Jan 2008 23:25
Message(s) : 20
J'ai une nouvelle question concernant le même sujet:

D'après Ulpien, depuis Septime Sévère, l'entente des plaintes des esclaves contre leurs maîtres et des maîtres contre les affranchis est du ressort du préfet de la Ville.
C'était du ressort de qui avant? Le Sénat?

Ce pouvoir, d'entendre les plaintes des esclaves, doit-on le considérer comme un pouvoir civil ou un pouvoir judiciaire?

Merci :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Juin 2009 10:42 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Mars 2009 20:24
Message(s) : 11
Citer :
C'était du ressort de qui avant?


Du préteur peut-être?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2009 7:37 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 11 Mai 2008 19:00
Message(s) : 296
ou de personne ?

il est curieux qu'un esclave qui est une non-personne en droit puisse agir en justice. Donc l'important n'est peut-être pas tant de savoir quel sera le juge compétent que de noter l'innovation humaniste qui consiste à reconnaître des droits à un esclave (influence stoicienne ?).

Analyse à faire confirmer par un spécialiste.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2009 10:03 
En ligne
Jean-Pierre Vernant
Jean-Pierre Vernant
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 08 Juin 2009 10:56
Message(s) : 5274
Localisation : Limoges
Les esclaves bénéficient des influences des philosophies sur les normes sociales de la société romaine. Ainsi il est très mal vu pour un maître d'être cruel envers son esclave, car la cruauté fait parti des comportements attribués aux barbares donc aux non-humains. Progressivement sous l'Empire la protection juridique des esclaves est acquise, les châtiments capitaux relevant de l'État et non plus du maitre. Par contre j'ignore quelle juridiction se chargeait de ce type d'affaires...

_________________
Scribant reliqua potiores, aetate doctrinisque florentes. quos id, si libuerit, adgressuros, procudere linguas ad maiores moneo stilos. Amm. XXXI, 16, 9.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2009 14:32 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 18 Avr 2006 14:59
Message(s) : 134
Localisation : Loin de tout
Je cite M. Bats, S. Benoist, S. Lefebvre, L'empire romain au IIIe siècle, Atlande, 1997 :

Citer :
Le rôle premier du préfet consiste à maintenir l'ordre diurne (...). Outre ces tâches policières, le préfet de la Ville a des compétences juridictionnelles. Dans le courant du IIe siècle, il lui est loisible d'évoquer des causes civiles : protection des esclaves, intervention contre des tuteurs ou curateurs, procès intéressant des banquiers ; mais surtout on lui confie une partie de la juridiction criminelle, dont sont peu à peu dépouillées les instances juridictionnelles habituelles, le Sénat et les sénateurs principalement. (...) Son tribunal finit par devenir la plus importante cour de justice criminelle de Rome (...). Au IIIe siècle, la disparition de certaines magistratures et le déclin de quelques autres se font à son avantage.


Plus loin dans le manuel, on nous dit que des mesures ont été prises sous le Haut Empire pour protéger les esclaves des mauvais traitements injustifiés. Elles sont renforcées sous Constantin : "les maitres qui torturent à mort un esclave encourent l'accusation d'homicide (C. Theod, IX, 12, 1 en 319) ; des colliers portés par les esclaves remplacent à partir du début du IVe siècle les marques au fer rouge."

Il faudrait donc peut-être voir le Code Théodosien ? ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Juil 2009 17:44 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2566
Je me demande s'il ne faut pas prendre en considération le mode d'expression juridique à Rome. Les Romains ne posaient pas de principe du style "les hommes naissent libres et égaux en droit". Ils préféraient régler concrètement une question précise (comme le fait la common law aujourd'hui). Donc on dit que le créancier dans tel ou tel cas va saisir tel ou tel juge pour lui demander une certaine décision. C'est ensuite un commentateur qui en tirera une théorie général des droits des créanciers.

Pour les esclaves en particulier il n'y a donc logiquement jamais eu à mon sens de texte général mais une accumulation de textes particuliers reconnaissant ponctuellement certains droits aux esclaves (ce qui les fait peu à peu évoluer du statut de "quasi-animal" à celui de "quasi-personne").

Donc je parviens à la conclusion de PHP : avant les Sévère il n'y avait probablement pas de juge compétent pour ce cas là (le prêteur n'avait pas une compétence universelle mais était encadré les formules prévues par l'édit prétorien) - la loi de Sévère a probablement à la fois créer le droit de recours de l'esclave tout en désignant le juge compétent pour le recevoir. Le problème des codes romains est qu'ils ont "effacé" l'état du droit antérieur - ce qui rend difficile de connaître le détail des évolutions historiques.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB