Nous sommes actuellement le 22 Oct 2019 15:46

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 18 Fév 2019 19:11 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 26 Fév 2017 12:19
Message(s) : 112
Bonjour,

Âmes sensibles s'abstenir...

Je lisais quelques pages sur les Anciens cultes à mystère dans l'Antiquité et j'ai découvert (avec un certain effroi, j'avoue) les pratiques associées au culte de Cybèle.

Sur Wikipedia, j'ai lu ceci :

"Durant l'Antiquité grecque, en Asie mineure, où était pratiqué le culte de Cybèle la grande déesse, lors de la commémoration de la mort d'Attis l'amant de la déesse, - le jour du sang - pris de frénésie mystique, des hommes se castraient eux-mêmes et dès lors accédaient au rang de prêtres. Lors de l'importation de ce culte à Rome, la castration rituelle lors des célébrations frénétiques du « jour du sang » les hommes s'étant ainsi auto-mutilés étaient appelés par dérision les « Galles » (coq en latin). Les fêtes suivant le jour du sang (célébrant la résurrection d'Attis) étaient appelées Hilaria (jours de joie)."

Ces pratiques semblent bien avérées dans le Monde romain. J'ai du mal à imaginer comment ces hommes survivaient à cette forme radicale d'auto-mutilation, quand on sait par ailleurs le pourcentage effroyable de décès suite à la castration dans d'autres régions et d'autres temps (par ex, avec la traite arabe).

Qu'en était-il exactement ? Ces hommes qui se castraient en public pour devenir prêtres, comment survivaient-ils ? Était-ce une castration totale ?

A-t-on des sources antiques à ce sujet ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2019 10:32 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 775
Localisation : Paris
Je ne pense pas qu’il existe des sources sur le taux de survie. En revanche, on connait des points de vue sarcastiques de la part des Romains sur ces pratiques. Par exemple Sénèque, dans le De superstitione :

Lui-même se retranche les parties viriles, un autre se taillade les bras. Comment peuvent-ils redouter la colère des dieux ceux qui méritent ainsi leur faveur ?
Les dieux ne doivent être honorés d'aucun culte s'ils consentent à l'être de la sorte. Si grande est la démence de leur esprit troublé et chassé de ses assises qu'ils cherchent à apaiser les dieux par des procédés où ne s'est jamais portée la cruauté proverbiale d'hommes atroces. Il y eut des tyrans pour déchirer les membres de leurs victimes ; jamais ils ne leur ont ordonné de se déchirer elles-mêmes. On a mutilé des malheureux pour servir aux plaisirs des rois ; jamais personne ne s'est castré de ses propres mains sur l'ordre d'un maître. On en voit qui se percent de coups dans les tempes et qui font l'offrande de leurs blessures et de leur sang. Si l'on avait le loisir de regarder ce qu'ils font, ce qu'ils endurent, on verrait des comportements si indécents, si indignes de gens honorables et de condition libre, si étrangers à des esprits sains, qu'on les tiendrait à coup sûr pour fous, s'ils étaient en moins nombreuse compagnie. On ne les tient pour raisonnables que parce qu'ils sont en foule pour déraisonner.


Le problème est que le culte de Cybèle était très important à Rome : il avait été importé durant la 2e Guerre Punique sur prescription des livres sibyllins. C’est le seul culte oriental qu’Auguste ne chassa pas de Rome et il installa même sa propre maison juste à côté du temple de Cybèle sur le Palatin. Il était donc nécessaire qu’il y eut des prêtres de Cybèle à Rome, malgré la répugnance que pouvait inspirer l’automutilation à certains Romains traditionalistes, pour qui les dieux apportent avant tout des bienfaits, pas des tourments (c’est ce que dit Sénèque).
La castration étant interdite aux citoyens romains, les galles étaient des non-citoyens, venant généralement de la région d’origine de Cybèle, l’Anatolie. Sous le règne de Claude, les restrictions sont levées : le grand prêtre de Cybèle devient un citoyen romain. On met en place un rituel de substitution, le taurobole. Le prêtre se trouve sous le taureau, auquel on ouvre la poitrine d’un coup pour que le sang inonde le futur prêtre. Puis le taureau sacrifié est castré, et symboliquement le prêtre aussi.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Fév 2019 14:32 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 26 Fév 2017 12:19
Message(s) : 112
Je vous remercie pour ces informations, Helios :)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB