Nous sommes actuellement le 16 Août 2022 4:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 19 Déc 2005 11:20 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10041
Localisation : Région Parisienne
Qui mieux que Voltaire peut nous faire une synthèse sur cette secte des Anabaptistes, qui , de violente au départ, devint pacifiste ensuite pour donner les Memnonites, les Amish et en plus belliqueux les Baptistes.

Deux fanatiques, nommés Stork et Muncer, nés en Saxe, se servirent de quelques passages de l’Écriture qui insinuent qu’on n’est point disciple de Christ sans être inspiré: ils prétendirent l’être.

(1523) Ce sont les premiers enthousiastes dont on ait ouï parler dans ces temps-là: ils voulaient qu’on rebaptisât les enfants, parce que le Christ avait été baptisé étant adulte; c’est ce qui leur procura le nom d’anabaptistes. Ils se dirent inspirés, et envoyés pour réformer la communion romaine et la luthérienne, et pour faire périr quiconque s’opposerait à leur évangile, se fondant sur ces paroles: « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive(1). »

Luther avait réussi à faire soulever les princes, les seigneurs, les magistrats, contre le pape et les évêques. Muncer souleva les paysans contre tous ceux-ci: lui et ses disciples s’adressèrent aux habitants des campagnes en souabe; en Misnie, dans la Thuringe, dans la Franconie. Ils développèrent cette vérité dangereuse qui est dans tous les coeurs, c’est que les hommes sont nés égaux, et que, si les papes avaient traité les princes en sujets, les seigneurs traitaient les paysans en bêtes. A la vérité, le manifeste de ces sauvages, au nom des hommes qui cultivent la terre, aurait été signé par Lycurgue: ils demandaient qu’on ne levât sur eux que les dîmes des grains; qu’une partie fût employée au soulagement des pauvres; qu’on leur permit la chasse et la pêche pour se nourrir; que l’air et l’eau fussent libres; qu’on modérât leurs corvées; qu’on leur laissât du bois pour se chauffer: ils réclamaient les droits du genre humain; mais ils les soutinrent en bêtes féroces.

Les cruautés que nous avons vues exercées par les communes de France, et en Angleterre du temps des rois Charles VI et Henri V, se renouvelèrent en Allemagne, et furent plus violentes par l’esprit de fanatisme. Muncer s’empare de Mulhausen en Thuringe en prêchant l’égalité, et fait porter à ses pieds l’argent des habitants en prêchant le désintéressement. (1525) Les paysans se soulèvent de la Saxe jusqu’en Alsace ils massacrent les gentilshommes qu’ils rencontrent; ils égorgent une fille bâtarde de l’empereur Maximilien Ier. Ce qui est très remarquable, c’est qu’à l’exemple des anciens esclaves révoltés, qui, se sentant incapables de gouverner, choisirent pour leur roi le seul de leurs maîtres échappé au carnage, ces paysans mirent à leur tête un gentilhomme.

Ils ravagèrent tous les endroits où ils pénétrèrent, depuis la Saxe jusqu’en Lorraine; mais bientôt ils eurent le sort de tous les attroupements qui n’ont pas un chef habile: après avoir fait des maux affreux, ces troupes furent exterminées par des troupes régulières. Muncer, qui avait voulu s’ériger en Mahomet, périt, à Mulhausen, sur l’échafaud (1525); Luther, qui n’avait point eu de part à ces emportements, mais qui en était pourtant malgré lui le premier principe, puisque le premier il avait franchi la barrière de la soumission, ne perdit rien de son crédit, et n’en fut pas moins le prophète de sa patrie.

Chap. CXXXII. — Suite du luthéranisme et de l’anabaptisme.

Il n était plus possible à l’empereur Charles-Quint ni à son frère Ferdinand d’arrêter le progrès des réformateurs. En vain la diète de Spire fit des articles modérés de pacification (1529), quatorze villes et plusieurs princes protestèrent contre cet édit de Spire: ce fut cette protestation qui fit donner depuis à tous les ennemis de Rome le nom de Protestants. Luthériens, zuingliens, oecolampadiens, carlostadiens, calvinistes, presbytériens, puritains, haute Église anglicane, petite Église anglicane, tous sont désignés aujourd’hui sous ce nom. C’est une république immense, composée de factions diverses, qui se réunissent toutes contre Rome, leur ennemie commune.

(1530) Les luthériens présentèrent leur confession de foi dans Augsbourg, et c’est cette confession qui devint leur boussole; le tiers de l’Allemagne y adhérait: les princes de ce parti se liguaient déjà contre l’autorité de Charles-Quint, ainsi que contre Rome; mais le sang ne coulait point encore dans l’empire pour la cause de Luther: il n’y eut que les anabaptistes qui, toujours transportés de leur rage aveugle, et peu intimidés par l’exemple de leur chef Muncer, désolèrent l’Allemagne au nom de Dieu (1534). Le fanatisme n’avait point encore produit dans le monde une fureur pareille; tous ces paysans, qui se croyaient prophètes, et qui ne savaient rien de l’Écriture sinon qu’il faut massacrer sans pitié les ennemis du Seigneur, se rendirent les plus forts en Westphalie, qui était alors la patrie de la stupidité; ils s’emparèrent de la ville de Munster, dont ils chassèrent l’évêque. Ils voulaient d’abord établir la théocratie des Juifs, et être gouvernés par Dieu seul; mais un nommé Mathieu, leur principal prophète, ayant été tué, un garçon tailleur, nommé Jean de Leyde, né à Leyde en Hollande, assura que Dieu lui était apparu, et l’avait nommé roi: il le dit et le fit croire.

La pompe de son couronnement fut magnifique: on voit encore de la monnaie qu’il fit frapper; ses armoiries étaient deux épées dans la même position que les clefs du pape. Monarque et prophète à la fois, il fit partir douze apôtres qui allèrent annoncer son règne dans toute la basse Allemagne. Pour lui, à l’exemple des rois d’Israël, Il voulut avoir plusieurs femmes, et en épousa jusqu’à dix à la fois. L’une d’elles ayant parlé contre son autorité, il lui trancha la tête en présence des autres, qui, soit par crainte, soit par fanatisme, dansèrent avec lui autour du cadavre sanglant de leur compagne.

Ce roi prophète eut une vertu qui n’est pas rare chez les bandits et chez les tyrans, la valeur: il défendit Munster contre son évêque Valdec avec un courage intrépide pendant une année entière; et dans les extrémités où le réduisait la famine, il refusa tout accommodement. (l536) Enfin il fut pris les armes à la main par une trahison des siens. Sa captivité ne lui ôta rien de son orgueil inébranlable: l’évêque lui ayant demandé comment il avait osé se faire roi, le prisonnier lui demanda à son tour de quel droit l’évêque osait être seigneur temporel: J’ai été élu par mon chapitre, dit le prélat. — Et moi par Dieu même, reprit Jean de Leyde; L’évêque, après l’avoir quelque temps montré de ville en ville, comme on fait voir un monstre, le fit tenailler avec des tenailles ardentes. L’enthousiasme anabaptiste ne fut point éteint par le supplice que ce roi et ses complices subirent; leurs frères des Pays-Bas furent sur le point de surprendre Amsterdam: on extermina ce qu’on trouva de conjurés; et dans ces temps-là tout ce qu’on rencontrait d’anabaptistes dans les Provinces-Unies était traité comme les Hollandais l’avaient été par les Espagnols; on les noyait; on les étranglait, on les brûlait; conjurés ou non, tumultueux ou paisibles, on courut partout sur eux dans toute la basse Allemagne, comme sur des monstres dont il fallait purger la terre.

Cependant la secte subsiste assez nombreuse, cimentée du sang des prosélytes, qu’ils appellent martyrs, mais entièrement différente de ce qu’elle était dans son origine: les successeurs de ces fanatiques sanguinaires sont les plus paisibles de tous les hommes, occupés de leurs manufactures et de leur négoce, laborieux, charitables. Il n’y a point d’exemple d’un si grand changement; mais comme ils ne font aucune figure dans le monde, on ne daigne pas s’apercevoir s’ils sont changés ou non, s’ils sont méchants ou vertueux.

Ce qui a changé leurs moeurs, c’est qu’ils se sont rangés au parti des unitaires, c’est-à-dire de ceux qui ne reconnaissent qu’un seul Dieu, et qui, en révérant le Christ, vivent sans beaucoup de dogmes et sans aucune dispute; hommes condamnés dans toutes les autres communions, et vivant en paix au milieu d’elles. Ainsi ils ont été le contraire des chrétiens ceux-ci furent d’abord des frères paisibles, souffrants et cachés, et enfin des scélérats absurdes et barbares. Les anabaptistes commencèrent par la barbarie, et ont fini par la douceur et la sagesse.



Ce passage est extrait du site suivant: http://www.voltaire-integral.com/Html/12/04ess140.html

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Déc 2005 15:05 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Déc 2005 16:41
Message(s) : 213
Localisation : Namur
"Il voulut avoir plusieurs femmes, et en épousa jusqu’à dix à la fois. L’une d’elles ayant parlé contre son autorité, il lui trancha la tête en présence des autres, qui, soit par crainte, soit par fanatisme, dansèrent avec lui autour du cadavre sanglant de leur compagne. " 8O

Quel vilain homme :evil: que ce Jean de Leyde


" L’évêque, après l’avoir quelque temps montré de ville en ville, comme on fait voir un monstre, le fit tenailler avec des tenailles ardentes. "

je n'ai pas trop envie de le plaindre... :roll:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Déc 2005 20:41 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 07 Mai 2004 17:04
Message(s) : 403
Localisation : Picardie
A signaler que deux romans ont été consacrés à cet épisode de l'histoire :

- l'un de BARRET et GURGAND (auteurs, entre autres, du Templier de Jérusalem, intitulé : Le Roi des derniers jours. (Hachette 1981)

- l'autre (dont je ne me souviens plus du nom de l'auteur allemand), intitulé : Le Diable dans la Ville.

Le mouvement des Amish, qui naquit à Sainte Marie aux Mines, trouve effectivement son origine dans celui des Anabaptistes.

_________________
"Dieu, je te prie que tu fasses aujourd'hui pour La Hire autant que tu voudrais que La Hire fit pour toi s'il était Dieu et que tu fusses La Hire !"


Dernière édition par Robert Courteheuse le 20 Déc 2005 17:11, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Déc 2005 6:48 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10041
Localisation : Région Parisienne
Le roi des derniers jours n'est pas à proprement parler un roman. C'est un récit des évènements qui se sont passés à Münster entre 1534 et 1536. C'est d'ailleurs dans cet ouvrage que j'ai puisé mes questions pour le jeu.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Déc 2005 17:14 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 07 Mai 2004 17:04
Message(s) : 403
Localisation : Picardie
Jean-Marc Labat a écrit :
Le roi des derniers jours n'est pas à proprement parler un roman.


Si c'est du même niveau que "Si je t'oublie Jérusalem" des mêmes auteurs (Barret/Gurgand), sa lecture ne peut qu'être recommandée.

Pour ma part, j'avais lu l'autre livre (Le Diable dans la Ville), il y a bien longtemps. Un roman édifiant.

_________________
"Dieu, je te prie que tu fasses aujourd'hui pour La Hire autant que tu voudrais que La Hire fit pour toi s'il était Dieu et que tu fusses La Hire !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Déc 2005 20:20 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Jean-Marc Labat a écrit :
Qui mieux que Voltaire peut nous faire une synthèse sur cette secte des Anabaptistes, qui , de violente au départ, devint pacifiste ensuite pour donner les Memnonites, les Amish et en plus belliqueux les Baptistes.

Friedrich Engels, par ailleurs co-auteur avec K. Marx d'un célèbre manifeste, a lui aussi écrit une "Guerre des paysans allemands" dont le moteur était selon lui la lutte des classes.

Robert Courteheuse a écrit :
Le mouvement des Amish, qui naquit à Sainte Marie aux Mines, trouve effectivement son origine dans celui des Anabaptistes.

... Anabaptistes dont le soulèvement fut durement réprimé par le duc de Lorraine Antoine en 1525.

Je donnerai le récit de cette Rusticiade un peu plus tard.

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Déc 2005 23:51 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 23:28
Message(s) : 3091
Jean-Marc Labat a écrit :
Qui mieux que Voltaire peut nous faire une synthèse sur cette secte des Anabaptistes, qui , de violente au départ, devint pacifiste ensuite pour donner les Memnonites, les Amish et en plus belliqueux les Baptistes.


Le courant anabaptiste n'est pas violent au départ. Müntzer n'est pas un anabaptiste, même s'il a influencé par son antimatérialisme la doctrine de certains anabaptistes. Le mouvement de refus du baptême naît de deux disciples dissidents de Zwingli, dans l'arrière-pays de Zurich. Rien à voir avec la révolte des Paysans allemands, à laquelle peu d'anabaptistes ont participé en fin de compte. Le seul moment où l'anabaptisme est violent, c'est lors du funeste épisode de Munster, l'un des évènements les plus ahurissants de cette période (sur lequel il y a beaucoup à dire). Pour le reste, les Ménonites ou les Hutterites ont toujours été pacifiques.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Déc 2005 21:05 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 07 Mai 2004 17:04
Message(s) : 403
Localisation : Picardie
Zunkir a écrit :
Le seul moment où l'anabaptisme est violent, c'est lors du funeste épisode de Munster, l'un des évènements les plus ahurissants de cette période (sur lequel il y a beaucoup à dire).


Si vous avez cinq minutes ou plus, ne vous privez pas, Zunkir, visiblement le sujet intéresse...

_________________
"Dieu, je te prie que tu fasses aujourd'hui pour La Hire autant que tu voudrais que La Hire fit pour toi s'il était Dieu et que tu fusses La Hire !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Fév 2008 23:47 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Zunkir a écrit :
Le seul moment où l'anabaptisme est violent, c'est lors du funeste épisode de Munster, l'un des évènements les plus ahurissants de cette période (sur lequel il y a beaucoup à dire).

Marguerite Yourcenar consacre un chapitre entier à cet épisode , dans son roman "L'oeuvre au Noir".

Le chedf des anabaptistes Jean de Leyde instaura la communauté des biens et la polygamie dans la ville de Münster, avant de se faire proclamer roi de Sion et annoncer l'avènement du royaume de Dieu. Il fut supplicié et son cadavre resta exposé dans une cage suspendue à la flèche de la cathédrale de Münster.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Fév 2008 23:53 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Karolvs a écrit :
Il fut supplicié et son cadavre resta exposé dans une cage suspendue à la flèche de la cathédrale de Münster.


Les versions divergent sur cette histoire.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Fév 2008 8:05 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4161
Localisation : Allemagne
En liaison avec cette question, je signale l'article remarquable de Wikipedia sur la Guerre des paysans :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_des ... _allemands
Quand quelque chose est bien sur Wikipedia, il faut le dire aussi.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Fév 2008 9:27 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Il y a aussi les pages (en construction) de La Grande Guerre Paysanne en Allemagne, mises en ligne par votre serviteur. Je travaille à les compléter ; malheureusement, ce qui me manque le plus actuellement, c'est le temps.

Mais si vous trouvez d'autres sites, articles etc... -bref tout ce qui est en rapport de près ou de loin avec le sujet, n'hésitez pas à me le signalé (en message privé svp).

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB