Nous sommes actuellement le 16 Août 2022 5:41

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 10 Fév 2006 9:45 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1018
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
A l'heure des discussions entre Arcelor et Mittal, quel regard les lorrains portent sur l'évolution de l'activité sidérurgique dans la région ?
Normalement les évolutions qui ont eut lieu répondaient à une certaine logique mais n'y avait pas la possibilité de davantage préserver l'emploi ?

_________________
"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Fév 2006 18:42 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1592
Localisation : Lorraine
Romeo a écrit :
A l'heure des discussions entre Arcelor et Mittal, quel regard les lorrains portent sur l'évolution de l'activité sidérurgique dans la région ?

Je suppose qu'ils cpnstatent que la sidérurgie a presque terminé son évolution. Il n'en reste plus grand chose.

Romeo a écrit :
Normalement les évolutions qui ont eut lieu répondaient à une certaine logique mais n'y avait pas la possibilité de davantage préserver l'emploi ?

Dans la sidérurgie?

_________________
Sujets lorrains :
===> Bibliothèque lorraine
et aussi : Histoires lorraines sur Facebook


Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Oui
Message Publié : 27 Mars 2006 7:34 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1018
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
Les sociétés sidérurgiques n'auraient-elles pas pu se diversifier, comme leurs homologues japonaises ?
Par ailleurs pourquoi s'acharner à faire des gains de productivité alors qu'il y a tant de chômage ?
Economiser le travail à grand frais dans ces conditions revient un peu à vouloir économiser le sable au Sahara.

Probablement qu'il devait être impossible de faire autrement mais parfois on a l'impression qu'avec un peu plus d'efforts inventifs on aurait pu sauver plus d'emplois.

_________________
"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Oui
Message Publié : 27 Mars 2006 16:34 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 08 Mars 2005 22:10
Message(s) : 971
Localisation : guilers - brest métropole océane
Romeo a écrit :
Probablement qu'il devait être impossible de faire autrement mais parfois on a l'impression qu'avec un peu plus d'efforts inventifs on aurait pu sauver plus d'emplois.


"Quand on veut on peut."
Tout est dit. :oops:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Mars 2006 20:28 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Historiquement la sidérurgie s'est dabord installée dans des zones proches de gisements des minerais employés (minerais de fer et charbon....). D'où la Lorraine, la Ruhr et certaines régions d'Angleterre.

Par la suite, ces industries ont employé des minerais importés, de meilleures qualités que les minerais Européens, et provenant généralement d'Australie (fer) ou d'Afrique du Sud (charbon). Les région économiquement les plus intéressantes sont donc, depuis cette époque, les régions portuaires (Dunkerque, Fos, Hambourg....), à cause des coûts de transport de ces minerais importés.

La Lorraine était encore plus désavantagée que la Ruhr pour le coût de transports des pondéreux, qui se fait souvent par voies d'eau, à cause de son éloignement de la mer et de ses voies d'eau intérieures moins développées. De plus, le port maritime naturel de la Lorraine pour les pondéreux est Rotterdam, ce qui a pu donner des boutons à certains fonctionnaires Parisiens...

Enfin, la solution appliquée en Allemagne a été de rapprocher la sidérurgie lourde des ports de mer et de reconvertir la Ruhr vers des industries de transformation. Pendant longtemps, ces industries-ci ont été apparement assez largement dissuadées par Paris de s'installer en Lorraine et encouragées à s'installer dans d'autres régions....
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Mars 2006 8:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1018
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
Pendant longtemps, ces industries-ci ont été apparement assez largement dissuadées par Paris de s'installer en Lorraine et encouragées à s'installer dans d'autres régions....[/quote]

Ce que vous dites est très interessant.
C'est étonnant ce que vous dites à propos de Paris.
Il me semblait pourtant qu'en Lorraine certaines activités liées à l'automobile avaient été installées avec l'aide de l'état.

Heureusement que certains lorrains ont pu venir travailler au Luxembourg ou les salaires sont semble t-il assez élevés.

_________________
"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Mars 2006 10:37 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Romeo a écrit :
C'est étonnant ce que vous dites à propos de Paris.
Il me semblait pourtant qu'en Lorraine certaines activités liées à l'automobile avaient été installées avec l'aide de l'état.

Heureusement que certains lorrains ont pu venir travailler au Luxembourg ou les salaires sont semble t-il assez élevés.


l'évolution accélérée de l'industrie Lorraine, pour des raisons liées essentiellement à l'évolution de la logistique des aciéries, était parfaitement prévisible et aurait du se faire aux mêmes dates que l'évolution industrielle dans la Ruhr
On a pu parler d'un "drame industriel" lorrain, parce que le déplacement de la transformation lourde des aciers vers Dunkerque et Fos, entre la fin des années 60 et la fin des années 70, n'a pas été compensée à cette époque par l'installation d'industries de transformation
Au contraire, Paris avait fait une pression très vive sur certaines industries de transformations pour qu'elles s'installent dans l'ouest et non pas dans l'est, comme le souhaitaient leurs dirigeants.
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Avr 2006 6:51 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Cette question m’intéresse particulièrement comme historien-géographe, lorrain de Longwy, et fils de sidérurgiste (mon père était tourneur, mis en préretraite à 50 ans en 1981). C’est pourquoi je me permets ces quelques précisions.

Michiel Adriansoon a écrit :
Par la suite, ces industries ont employé des minerais importés, de meilleures qualités que les minerais Européens

C’est vrai, la « minette » lorraine a une teneur très faible (33%) par rapport au minerai mauritanien par exemple (env.70%). Intenable...

Michiel Adriansoon a écrit :
La Lorraine était encore plus désavantagée que la Ruhr pour le coût de transports des pondéreux, qui se fait souvent par voies d'eau, à cause de son éloignement de la mer et de ses voies d'eau intérieures moins développées.

Oui, et un chiffre qui explique beaucoup de choses : 0,50 Fcs la tonne pour une traversée transatlantique en minéralier jusqu’à Dunkerque, 3,50 Fcs la tonne pour poursuivre le voyage de Dunkerque à Longwy par wagon (y compris les coûts générés par la rupture de charge). Intenable...
Michiel Adriansoon a écrit :
Enfin, la solution appliquée en Allemagne a été de rapprocher la sidérurgie lourde des ports de mer et de reconvertir la Ruhr vers des industries de transformation.

L'évolution accélérée de l'industrie Lorraine, pour des raisons liées essentiellement à l'évolution de la logistique des aciéries, était parfaitement prévisible et aurait du se faire aux mêmes dates que l'évolution industrielle dans la Ruhr

Et les Allemands s’y sont pris effectivement beaucoup plus tôt que nous, puisque l’usine Opel de Bochum date du début des années 70. S’y ajoutent 3 usines Ford à Düsseldorf, Cologne et Düren.
Autre piste exploitée par les Allemands dans la Ruhr : la reconversion tertiaire, en particulier médias et culture (230 000 salariés, 10 milliards € de C.A).
Les Allemands ont fait d’une pierre deux coups : sauver leur patrimoine industriel et créer des emplois en littéralement mettant en scène leur histoire industrielle : Deutsches Bergbau-Museum à Bochum, Ruhrlandmuseum à Essen pour la mine, Textilmuseum à Bochholt pour le textile, Rheinisches Industriemuseum à Oberhausen, et surtout à Duisbourg, le parc paysager de Duisbourg-Nord sur le terrain des anciennes aciéries Meiderich, magnifiquement illuminé le soir.

Au lieu de quoi, à Longwy, le dernier haut-fourneau a été dynamité alors qu’une association s’était créée pour sa sauvegarde et sa mise en valeur (il est encore là, couché et rouillé, car personne n’ose plus y toucher, tant le sujet est sensible), il ne reste du crassier de 120 m que des réductions en chocolat dans les pâtisseries de la ville, et l’on parle à la place de ces vestiges perdus de l’aménagement d’un improbable golf (!).

Romeo a écrit :
Heureusement que certains lorrains ont pu venir travailler au Luxembourg ou les salaires sont semble t-il assez élevés.

Oui, c’est pourquoi le taux de chômage n’est pas plus élevé que la moyenne française. Mais les choses commencent à changer, on licencie aussi au Luxembourg, et les Français sont les premiers touchés. D’autre part, il y a un effet pervers à ce différentiel de revenus et d’activités, c’est que la zone frontière tend à devenir une banlieue-dortoir de Luxembourg (30 km de Longwy), sans compter l’envol des prix de l’immobilier lié à la demande luxembourgeoise, où les prix des terrains sont inimaginables ; pour les propriétaires (dont je suis), c’est bien, mais il faut aussi penser aux jeunes qui ne peuvent plus se loger.

Par contre je nuancerais votre avis, Michiel Adriansoon, à propos des industries de transformation:
Michiel Adriansoon a écrit :
Pendant longtemps, ces industries-ci ont été apparement assez largement dissuadées par Paris de s'installer en Lorraine et encouragées à s'installer dans d'autres régions....

Et serait plus d’accord avec Roméo :
Romeo a écrit :
Il me semblait pourtant qu'en Lorraine certaines activités liées à l'automobile avaient été installées avec l'aide de l'état.

Car l'automobile semble une réussite en Lorraine: 5000 emplois dans les années 60, 15 00 en 1982, 22 00 en 2004 (13 % de l’emploi industriel de la région, 8% du total français donc 5ème place derrière IDF, Franche-Comté, Nord-PDC et Rhône-Alpes).sur ce sujet : INSEE Lorraine, avril 2004, ici :
http://www.insee.fr/fr/insee_regions/lo ... esAuto.pdf

Les aides fiscales de l’Etat et des collectivités locales (région, dept, communauté de communes) ont été massives, ainsi que les aides directes, sans compter le réaménagement coûteux des friches industrielles pour l’accueil des nouvelles entreprises ; en particulier a été créé à Longwy un pôle Européen de Développement, à cheval sur la Belgique, le Luxembourg et la France.

Mais le bilan est très mitigé, surtout du côté français ; des entreprises-voyous ont profité de ces aides, en ont épuisé toutes les possibilités, puis ont fermé brutalement, par exemple quand les exemptions fiscales arrivaient à leur terme. Ne parlez pas aux Longoviciens de ces « chasseurs de prime » qui ont pompé les subventions puis les ont enfoncés une deuxième fois... (Tout le monde a entendu parler de l’affaire Daewoo).
Plus récemment, changement de cap et encouragement au tertiaire : cinéma multiplex, centre commercial géant (mais mort du petit commerce de ville), et bientôt nouvelle zone commerciale.

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Avr 2006 15:38 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Plantin-Moretus a écrit :
....
Par contre je nuancerais votre avis, Michiel Adriansoon, à propos des industries de transformation:
Michiel Adriansoon a écrit :
Pendant longtemps, ces industries-ci ont été apparement assez largement dissuadées par Paris de s'installer en Lorraine et encouragées à s'installer dans d'autres régions....

Et serait plus d’accord avec Roméo :
Romeo a écrit :
Il me semblait pourtant qu'en Lorraine certaines activités liées à l'automobile avaient été installées avec l'aide de l'état.

Car l'automobile semble une réussite en Lorraine: 5000 emplois dans les années 60, 15 00 en 1982, 22 00 en 2004 (13 % de l’emploi industriel de la région, 8% du total français donc 5ème place derrière IDF, Franche-Comté, Nord-PDC et Rhône-Alpes).sur ce sujet : INSEE Lorraine, avril 2004, ici :
http://www.insee.fr/fr/insee_regions/lo ... esAuto.pdf

Les aides fiscales de l’Etat et des collectivités locales (région, dept, communauté de communes) ont été massives
....
Mais le bilan est très mitigé, surtout du côté français ; des entreprises-voyous ont profité de ces aides, en ont épuisé toutes les possibilités, puis ont fermé brutalement, par exemple quand les exemptions fiscales arrivaient à leur terme.....


Pendant les années 60, les industrie de transformation (dont automobile...) étaient relativement libres de s'installer où leurs dirigeants le souhaitaient. Ceux-ci choisissaient souvent l'est de la France, et particulièrement la Lorraine.

A partir des années 80, les difficultés économiques évidentes de la Lorraine à cette époque ont ammené les pouvoir public à encourager l'installation d'industries dans cette région

Pendant les années 70, la Lorraine a été en but à l'ostracisme évident des pouvoirs publics, qui ne considéraient pas la région comme "sinistrée" (elle ne l'était pas encore tout à fait....) et qui ont clairement fait pression sur les industriels pour qu'ils s'installent dans l'ouest et non pas dans l'est comme ils le souhaitaient généralement. Ceci pour des raisons souvent plus électoralistes que véritablement stratégiques (Rennes, Bordeaux....).

Où on voit encore une fois que les pompiers ne sont jamais autant appréciés que lorsqu'ils essaient d'éteindre un incendie qu'ils ont eux-mêmes allumés, ou contribué à allumer.....
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Avr 2006 17:33 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Assez d'accord avec vous dans l'ensemble, encore faut-il préciser que les installations automobiles dans l'ouest répondait à cette époque à 2 objectifs:
- la déconcentration de la région parisienne (ainsi Citroën de Poissy à Rennes), ou Renault au Mans et Rouen
- Le rééquilibrage industriel entre l'est qui concentrait 70 % alors des emplois industriels et l'ouest sous-industrialisé (par "est", j'entends cette moitié de la France à l'est de la fameuse ligne bien connue des géographes: Le Havre-Marseille). Donc pour les dirigeants de cette époque, l'ouest avait nécessairement la priorité. On peut effectivement, mais a posteriori, les accuser de politique à courte vue, quand on connaît la suite.
A cette époque, il est question d'aménagement du territoire, ce n'est que dans les années 80 que la possibilité d'utiliser l'automobile comme outil de reconversion et non de déconcentration ou de rééquilibrage, a été envisagée.
Il est fort probable, pour ne pas dire certain, que dans ce cadre général, des manoeuvres politiques de tel ou tel ministre, député ou maire, quelles que soient leur parti, aient eu pour but d'attirer les entreprises chez eux. Ford à Bordeaux, puisque vous évoquez ce cas, n'est pas arrivé là par hasard. Et dans cette optique, malheureusement, les Lorrains n'ont peut-être pas eu les bonnes personnes, au bon moment, au bon endroit...

Par contre, votre dernière phrase est mystérieuse, je ne la comprends pas.
Michiel Adriansoon a écrit :
Où on voit encore une fois que les pompiers ne sont jamais autant appréciés que lorsqu'ils essaient d'éteindre un incendie qu'ils ont eux-mêmes allumés, ou contribué à allumer.....

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Avr 2006 18:32 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Plantin-Moretus a écrit :
Assez d'accord avec vous dans l'ensemble, encore faut-il préciser que les installations automobiles dans l'ouest répondait à cette époque à 2 objectifs:
- la déconcentration de la région parisienne (ainsi Citroën de Poissy à Rennes), ou Renault au Mans et Rouen
.....


Poissy c'était Simca. Citroén était dans Paris (15ème art....) et souhaitait apparement s'installer en Lorraine.
Ils ont été contraints de s'installer à Rennes et ils ont déposé leur bilan peu après.
30 ans après personne n'envisage de critiquer l'administration ou les politiques pour cette décision assez choquante puisqu'il fallait bien évidemment "aménager le territoire" cad. à peu près en toutes lettres déshabiller les Lorrains pour habiller les Bretons....
Et qui a décidé qu'il fallait "aménager le territoire", sinon les politiques et l'administration ?


Plantin-Moretus a écrit :
...
ce n'est que dans les années 80 que la possibilité d'utiliser l'automobile comme outil de reconversion et non de déconcentration ou de rééquilibrage, a été envisagée.
.....


en clair on a commence à considérer, à cette date, que M. Chaban-Delmas n'avait pas automatiquement le droit de déshabiller les Lorrains pour habiller les Bordelais....


Plantin-Moretus a écrit :
....
Par contre, votre dernière phrase est mystérieuse, je ne la comprends pas.
Michiel Adriansoon a écrit :
Où on voit encore une fois que les pompiers ne sont jamais autant appréciés que lorsqu'ils essaient d'éteindre un incendie qu'ils ont eux-mêmes allumés, ou contribué à allumer.....


c'est pourtant clair, on félicite aujourd'hui l'administration d'avoir réussi à inciter quelques industries de transformations à s'installer en Lorraine, en oubliant peut être un peu trop vite que s'ils s'étaient abstenus, depuis l'origine, d'inciter qui que ce soit à quoique ce soit, la Lorraine serait vraissemblablement florissante à l'heure actuelle....
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 2006 5:26 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Michiel Adriansoon a écrit :
Poissy c'était Simca. Citroén était dans Paris (15ème art....) et souhaitait apparement s'installer en Lorraine.
Ils ont été contraints de s'installer à Rennes et ils ont déposé leur bilan peu après.

Mmm... Citroën-quai de Javel et Simca-Poissy, bien sûr, mais Simca, qui était d’ailleurs Chrysler à 63 % depuis 1962, a été revendu en août 1978, y compris Poissy, par Chrysler-France au Groupe PSA Peugeot-Citroën, fondé 2 ans avant...
Apparemment ?: Pouvez-vous préciser ?
La disparition de Simca n’a rien à voir avec Rennes, c’est le résultat d’une mort lente dans les années 80, suite à des erreurs de marketing (brouillage de l’image avec le nom Talbot en 1979) et des choix industriels discutables (échec cuisant de la Tagora en 1980-1983, plus relatif de la Solara). A Poissy, PSA stoppe la production de Talbot, remplacé par la 104. le dernier modèle (Horizon), est remplacé sous le nom de Peugeot 309 en 1985, au lieu du nom prévu Talbot Arizona, et la Samba termine sa vie en 1986 à Poissy. La fin de Simca/ Chrysler/ Talbot est donc plutôt une histoire d'auto-cannibalisme (tiens elle est pas mal celle-là, pas fait exprès :D ) industriel et commercial, un choix interne à PSA.
Michiel Adriansoon a écrit :
30 ans après personne n'envisage de critiquer l'administration ou les politiques pour cette décision assez choquante puisqu'il fallait bien évidemment "aménager le territoire" cad. à peu près en toutes lettres déshabiller les Lorrains pour habiller les Bretons....

L’implantation de Citroën à Rennes date en fait de 1953, bien avant qu’on parle de décentralisation ou de déconcentration (usine de Rennes-la Barre-Thomas). Ce n’est pas l’Etat qui a convaincu Citroën de développer son implantation en Bretagne à la fin des années 50, mais le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB) et ce n’était pas la Lorraine (qui n’avait d’ailleurs rien demandé) qui était à cette époque en balance avec Rennes, mais... Bordeaux justement ! De plus, le PDG de l’époque, Pierre Bercot, était d’origine bretonne. L’usine est inaugurée en 1961, et à cette époque d’ailleurs, on atteignait le pic de production sidérurgique en Lorraine (en 1962 précisément), avec des difficultés de recrutement (ça fait effectivement rêver), alors que Citroën pouvait trouver dans l’ouest des facilités sur ce point en raison de l’exode rural ; le seul problème identifié dans l’étude d’implantation était le manque de formation de la M.O locale, mais on a décidé de passer outre.
Michiel Adriansoon a écrit :
en clair on a commence à considérer, à cette date, que M. Chaban-Delmas n'avait pas automatiquement le droit de déshabiller les Lorrains pour habiller les Bordelais....

L’usine de Ford-Blanquefort a effectivement été voulue par Chaban, alors premier Ministre, et les Américains eux-mêmes reconnaissent un « abuse of influence », Henry Ford II étant amateur de bons vins et ami personnel de Chaban. A cette époque, c’était le début des difficultés en Lorraine, mais pas encore le « sauve qui peut ». Pourtant, le choix de Bordeaux a fait des vagues en Lorraine. On commence cependant à se demander si ce n'était pas un cadeau empoisonné car, Blanquefort n’étant qu’un confetti dans l’empire Ford, les décideurs sont ailleurs ; situation dangereuse : en octobre 2005 a été annoncée la suppression de 414 postes et, ironie de l’histoire, la défense de « l’usine de Chaban » est maintenant assurée par le maire socialiste de Blanquefort et la conseillère générale socialiste du canton. L’usine reste d’ailleurs isolée car on n’a pas créé autour d’elle, comme ce fut le cas à Rennes, de véritable « pôle mécanique ».
On n'a peut-être pas perdu au change avec Renault V.I à Batilly et surtout Peugeot à Tremery depuis 1979, qui produit 9000 moteurs/ jour (dont 86 % diesel HDI), la plus grosse usine du monde de moteurs diesel.

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 2006 10:11 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15197
Localisation : Alsace, Colmar
Simca fut de longues années l'homme malade de l'industrie automobile française. Je me souviens des blagues que l'on racontait sur nos copains qui n'avaient pu trouver qu'une Simca comme première voiture. Cela 1 ou 2 ans avant que Peugeot ne rachète Simca. Ensuite, lors du rachat, il y avait eu un espoir de reprise. Mais aux yeux de la plupart, Talbot = Simca, surtout que c'était les mêmes modèles, les mêmes moteurs (et le même bruit). Talbot ne réussit jamais à s'imposer dans le paysage automobile français et disparu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 2006 10:32 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Plantin-Moretus a écrit :
Assez d'accord avec vous dans l'ensemble, encore faut-il préciser que les installations automobiles dans l'ouest répondait à cette époque à 2 objectifs:
- la déconcentration de la région parisienne (ainsi Citroën de Poissy à Rennes)....

Plantin-Moretus a écrit :
Michiel Adriansoon a écrit :
Poissy c'était Simca. Citroén était dans Paris (15ème art....) et souhaitait apparement s'installer en Lorraine.
Ils ont été contraints de s'installer à Rennes et ils ont déposé leur bilan peu après.

Mmm... Citroën-quai de Javel et Simca-Poissy, bien sûr, mais Simca, qui était d’ailleurs Chrysler à 63 % depuis 1962, a été revendu en août 1978, y compris Poissy, par Chrysler-France au Groupe PSA Peugeot-Citroën, fondé 2 ans avant...


donc on n'a jamais eu Citroën à Poissy.
Poissy est le site historique de Ford France, racheté par Simca dans les années 50, racheté par Chrysler en 62 racheté par PSA en 78, donc après la faïllite de Citroën (74)....

Plantin-Moretus a écrit :
....
Apparemment ?: Pouvez-vous préciser ?


j'avais eu des info indirecte à propos d'une partie de bras de fer entre Citroën et le gouvernement à la fin des années 60, dans le cadre d'un déplacement annoncé de l'activité de l'usine du quai de Javel, qui se trouvait dans Paris. Citroen souhaitait créer un nouvel établissement dans l'est (Lorraine...) et le gouvernement souhaitait un renforcement de l'établissement de Rennes. Le gouvernement a gagné et Citroën a déposé son bilan quelques années plus tard....


Plantin-Moretus a écrit :
La disparition de Simca n’a rien à voir avec Rennes,


la faillite de citroen en 74 a clairement certaines corrélations et très probablement certaines relations avec sa "délocalisation" à Rennes quelques années avant....

Plantin-Moretus a écrit :
L’implantation de Citroën à Rennes date en fait de 1953, bien avant qu’on parle de décentralisation ou de déconcentration (usine de Rennes-la Barre-Thomas). Ce n’est pas l’Etat qui a convaincu Citroën de développer son implantation en Bretagne à la fin des années 50, mais le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons (CELIB)...


L'implantation de citroen à Rennes date pour l'essentiel de la fin des années 60 et du début des années 70 (chaines de montage de la CX). L'établissement de 1953 était complètement anectotique et comparable en taille à l'usine Citroën de......Strasbourg-Illkirch, qui existait à cette époque pour ceux qui s'en souviennent......

Plantin-Moretus a écrit :
et ce n’était pas la Lorraine (qui n’avait d’ailleurs rien demandé) qui était à cette époque en balance avec Rennes, mais... Bordeaux justement !


selon mes infos, à la fin des années 60, il y avait eu deux manches. Une première manche où la question était de savoir qui choisirait la localisation entre Citroën et le gouvernement et une seconde manche où la question était de savoir où le gouvernement allait décider de créer cette activité. La Lorraine était bien sur les rangs pour la 1ère manche...

Plantin-Moretus a écrit :
Michiel Adriansoon a écrit :
en clair on a commence à considérer, à cette date, que M. Chaban-Delmas n'avait pas automatiquement le droit de déshabiller les Lorrains pour habiller les Bordelais....

L’usine de Ford-Blanquefort a effectivement été voulue par Chaban, alors premier Ministre, et les Américains eux-mêmes reconnaissent un « abuse of influence », Henry Ford II étant amateur de bons vins et ami personnel de Chaban. A cette époque, c’était le début des difficultés en Lorraine, mais pas encore le « sauve qui peut ». Pourtant, le choix de Bordeaux a fait des vagues en Lorraine. On commence cependant à se demander si ce n'était pas un cadeau empoisonné car, Blanquefort n’étant qu’un confetti dans l’empire Ford, les décideurs sont ailleurs ; situation dangereuse : en octobre 2005 a été annoncée la suppression de 414 postes et, ironie de l’histoire, la défense de « l’usine de Chaban » est maintenant assurée par le maire socialiste de Blanquefort et la conseillère générale socialiste du canton. L’usine reste d’ailleurs isolée car on n’a pas créé autour d’elle, comme ce fut le cas à Rennes, de véritable « pôle mécanique ».
On n'a peut-être pas perdu au change avec Renault V.I à Batilly et surtout Peugeot à Tremery depuis 1979, qui produit 9000 moteurs/ jour (dont 86 % diesel HDI), la plus grosse usine du monde de moteurs diesel.


si vous considérez les Lorrains doivent être contents je ne peux que m'en réjouir, mais ma question initiale était plutôt de savoir s'ils étaient cocus....
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 2006 10:58 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Août 2005 12:49
Message(s) : 335
Narduccio a écrit :
Simca fut de longues années l'homme malade de l'industrie automobile française. Je me souviens des blagues que l'on racontait sur nos copains qui n'avaient pu trouver qu'une Simca comme première voiture. Cela 1 ou 2 ans avant que Peugeot ne rachète Simca. Ensuite, lors du rachat, il y avait eu un espoir de reprise. Mais aux yeux de la plupart, Talbot = Simca, surtout que c'était les mêmes modèles, les mêmes moteurs (et le même bruit). Talbot ne réussit jamais à s'imposer dans le paysage automobile français et disparu.


A mon avis, en 78, Simca marchait relativement bien en France dans les modèles "entrée de gamme". PSA avait récupéré Chrysler Europe pour pas cher à cause des pertes de Chrysler UK qui était en pleine déconfiture, mais pas à cause de l'état de santé de Chrysler France, qui n'était pas si problématique.

La situation de Chrysler uk (ex. Rootes...) a été redressée en assemblant des Peugeot en Angleterre (usine de Rhyton....), ce qui a permis à PSA de vendre des Peugeots aux entreprises britannique et donc de payer assez largement le redressement de Chrysler uk.

Par contre en France, PSA pouvait assez facilement, et rentablement, spécialiser Simca dans l'entrée de gamme et dans certains marchés export, quitte à vendre sous cette marque d'anciens modèles Peugeot "rebadgés" (dont la 504, "increvable" dans certains pays....).
Au lieu de cela, ils se sont "pris les pieds dans le tapis", commercialement parlant, en prétendant transformer Simca en une marque de segment supérieur à ceux de Peugeot ou Citroën sans se donner les moyens correspondants.

Ceci dit, le boulet de Chrysler Europe était ses moyens de production et les coûts de fermeture s'ils avaient du fermer leurs usines. Dans ces conditions, l'incorporation de ces usines à PSA a permis d'éviter très largement ces coûts. La vente de Chrysler Europe à PSA a donc probablement été profitable au deux entreprises, indépendamment de la question de l'usage que PSA aurait éventuellement pu faire des marques de Chrysler Europe.....
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB