A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Juil 2018 1:26

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 168 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 05 Août 2017 23:08 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Quelles sanctions internationales ? On est en 1907-1909. Pas de SDN, pas d'ONU. Aucune autorité internationale qui pourrait autoriser des sanctions.

Les historiens ne sont pas tous d'accord entre eux, selon les divers écrits, il semblerait que ce soient les réactions de l'opinion publique allemande qui ont fait que le gouvernement renvoie von Trotha. En fait, la situation ressemble à celle qu'on connu d'autre pays coloniaux. Lors de l’expansion de la présence coloniale française, il arrive plusieurs fois que le gouvernement décrète la fin de la colonisation, et que quelques jours plus tard on apprend qu'un capitaine, un colonel vient de soumettre une contrée entière ... parfois grâce à des redditions suite à des massacres...

L'expansion coloniale a souvent été une boite de Pandore. Effectivement, souvent l’impulsion initiale vient de commerçants. Puis, ils réclament l'appui et la protection des gouvernements des pays dont ils sont originaires. Contrairement à ce que l'on croit, souvent les expansions sont dues à des initiatives locales et pas à des initiatives des gouvernements centraux... Les communications de l'époque font que les gouvernements ne dirigent pas grand chose ... a part qui elles nomment et qui elles révoquent. Comme je l'ai écrit plus haut, en nommant Lothar von trotha, ils ont nommé quelqu'un qui avait déjà une réputation de brutalité. Ils pensaient sûrement qu'il fallait un homme à poigne pour ramener le calme. Le problème est donc de savoir quels furent les ordres qu'à reçu von Trotha lors de sa nomination, et à quel point il les a respecté. Sa destitution laisse à penser qu'il aurait enfreint ces ordres. Ou du moins qu'il les mal interprétés

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Août 2017 23:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1268
nico86 a écrit :
la peur de sanctions internationales n'a telle pas joué dans la balance ?
Lorsque des voix se sont émues des actions anti-juives dans les années 1930, peut-être de la SDN, je ne sais plus, le gouvernement allemand a répondu qu'il était souverain. La SDN n'avait pas pour objet de s'immiscer dans les affaires intérieures d'un Etat. Ce n'est qu'au cours de la deuxième guerre mondiale que s'est formée l'idée d'une autorité supra-nationale ayant compétence pour décider d'intervenir en passant outre la souveraineté d'un Etat dans ses frontières dans des cas extrêmes et celle d'un tribunal pénal international. Il en est résulté l'ONU avec le Conseil de Sécurité et le tribunal de Nuremberg.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Sep 2017 19:16 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 14 Fév 2015 11:55
Message(s) : 13
CEN_EdG a écrit :
Au lieu de l'affirmer péremptoirement, prouvez qu'il s'agit d'un génocide avec des arguments convaincants. Il y en a onze pages qui ne l'ont pas été à mes yeux, il est donc inutile de les reprendre ad nauseam en espérant que la lassitude joue...

Citer :
On dirait que vous doutez de la réalité génocidaire du massacre des Hereros. Je vais lire les onze pages. Je suppose que vous avez participé à la discussion. Je vais voir si vos arguments sont solides car il faut quand même beaucoup d'aplomb pour oser avancer à contre courant d'un certain nombre d'historiens.

CEN_EdG a écrit :
Vu qu'il n'y a pas de consensus chez les historiens sur le sujet, je trouve que parler d'aplomb est extraordinairement culotté. Paille, poutre.


C'est vous qui dites qu'il n'y a pas CONSENSUS. Les mots ont leur importance.
Pour former un "consensus" il n'est pas nécessaire d'avoir 100% des historiens qui aboutissent à la même conclusion. Il suffit d'une vaste majorité.
Nous ne sommes plus dans les années 60 ou 70. De nos jours les historiens considèrent que c'est un génocide qui a été perpétré dans le sud-ouest africain, de même qu'ils considèrent (depuis plus longtemps certes) que le peuple arménien a été "génocidé" en 1915.
Bien sûr il peut y avoir un petit nombre d'historiens qui continuent de nier soit le génocide herero soit le génocide arménien (voire même les deux) mais je serais bien curieux de savoir dans quelles universités ils enseignent. Il est peu probable qu'ils puissent un jour enseigner dans une université prestigieuse. Ils ont fait le choix de se marginaliser. Cela ne veut pas dire que leur analyse est nécessairement erronée. Il faut simplement rester prudent quand on observe leurs travaux.

La comparaison herero-arménien ne signifie pas que les deux génocides sont tout à fait semblables. Chacun des deux génocides a ses particularités.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Sep 2017 23:45 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7280
Localisation : Provinces illyriennes
Je suis relativement curieux de savoir sur quels travaux vous vous fondez - au-delà des pages wiki et autres sites polémistes qui ont été cités jusqu'à présent - pour affirmer que la "majorité des historiens" affirme qu'il y a bien eu génocide dans cette ancienne colonie allemande. :rool:
Qui plus est, vous semblez croire qu'ils enseignent dans des "Universités prestigieuses", vous devez avoir donc des noms à l'esprit.
Dans l'Université dans laquelle je me trouve, mes collègues contemporainistes, sont bien moins affirmatifs que vous et ils aiment très peu employer le terme de génocide avant les guerres du XXème siècle.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Sep 2017 14:04 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 140
--
Je suis totalement ignorante du contexte.
Je sors simplement de certains sujets : guerre de 7 ans, de SA, conférence de Wannsee et de mon côté je planche sur une biographie de Bismarck et Bismarck : de la Prusse à l'Allemagne, j'ai tâté de l'Empire, de la Révolution, de ce que l'on nomme diplomatie officielle alors qu'il en existe une officieuse, d'actes barbares mais dont on trouvera -avec moins que l'analogie- à démontrer que parfois des coupes sombres au sein d'une armée sont salutaires pour sauver ce qui peut l'être etc.
Je retiens qu'il peut exister des volontés d'actes graves qui ne sont pas transcrites, des volontés de se montrer l'agressé lorsque l'on est l'agresseur en sous main, d'estimer que le contexte exige que... parce-que tout de même c'est déjà bien bon d'apporter la civilisation si en plus les animaux de cette contrée se montrent rétifs et bien on veut bien être civilisé mais il y a des limites, d'autant que les voisins ne semblent pas non plus trop s'embarrasser d'empathie...
Je me souviens aussi que dans une émission sur la WW1, des sanctions avaient été demandées à l'encontre de Guillaume II. Ce fut sans effet car il était évident qu'à un moment, lui-même avait été dépassé par son entourage belliciste.
Je songe aussi au choix de Tureau, au contexte vendéen, à un Tureau antérieur à cette mission qui ma foi avait fait du bon travail sans tomber dans les excès qui lui seront reprochés en Vendée par ceux-là même qui l'avaient envoyé, au contexte du moment, à la récurrence des discours montrant les Vendéens comme autant de non patriotes créant un Etat dans l'Etat et exterminant les belles idées tout en bouffant du bleu ce qui obligeait à mettre un terme à tout ceci dans des temps record etc.

Se pourrait-il que le choix de von Trotha ne soit pas innocent ?
J'appuie ma question avec un exemple : le choix de Bugeaud ne fut pas innocent, ancien de la campagne d'Espagne, il renouvellera -avec la connaissance de ce style de conflit et de terrain- les mêmes méthodes ; en Espagne, les plus résistants et aussi les plus lucides devant ce sale conflit étaient souvent des anciens ayant participé au problème vendéen.
L'analogie est toujours bancale -deux cas ne sont jamais similaires en tout- mais c'est une méthode.

Chacun devait avoir fait le tour de l'homme et pointé ses récurrences : c'était le type ad hoc pour une besogne pas très glorieuse mais inévitable et il ne donnerait pas dans la demi-mesure et les états d'âme. Au contraire, ses initiatives dans le domaine n'attendaient pas les ordres. Un homme dont l'esprit ne s'embarrasse pas de questionnement mais dont les actions avaient été couronnées de succès vu que les seuls à pouvoir émettre quelques doutes quant à la forme étaient au fond...

Ce genre de choix pour une telle besogne : au départ pacifier semble-t-il quelques irréductibles, est évoqué en réunion, en comité, que sais-je ? Il est rare cependant de laisser par écrit des intentions qui ne sont pas très ragoûtantes comme -après tout, le but est le bien de l'Etat et la fin justifie les moyens- si Trotha pouvait agir comme il en a l'habitude, la question serait vite réglée. On pourrait y voir de la realpolitik étirée, voire de la weltpolitik pourquoi pas, personne ne songe à mettre de bornes dans ce qui se comprend sans trop s'exprimer.
Avec un profil d'homme tel Trotha on ne risque pas de faire erreur car ces hommes agissent toujours de la même manière...
Ils ne connaissent que cette manière bien souvent.
Se pourrait-il alors que sans le crier sous les toits Trotha ait été envoyé avec une grande latitude d'action (ce qui n'est pas condamnable en soit) afin qu'il puisse donner toute l'étendue de son savoir faire (ce qui là encore n'est pas condamnable) ?
Ensuite il s'agit de regarder les actions antérieures du bonhomme et combien de temps il faut à ses méthodes pour donner déjà une bonne cueillette (rien de répréhensible à ceci, c'est le travail d'un supérieur ; Arendt classe ceci dans la bureaucratie médiocre : médiocre mais consciente et responsable).
On présente ceci bien emballé, on laisse faire et lorsque des retours sons commencent à être un peu prégnants, on le rappelle.
Bien sûr, on ne pouvait pas deviner un tel déchaînement sur cette tribu mais on ne pouvait pas non plus ignorer que face à une rébellion, les actes de Trotha allaient donner toute leur amplitude.
Tout ceci peut être fait sans aucun compte rendu qui laisse deviner la finalité.

Maintenant ce n'est qu'une question.
Bien sûr je m'attends à ce que cette question soit estimée tordue mais je puis assurer que pour le côté tordu (j'ai des exemples :wink: ) -on dira pragmatique pour les gouvernants- est souvent de mise au court de l'Histoire.
--


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Sep 2017 23:26 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 11 Août 2016 15:20
Message(s) : 60
Milton a écrit :
Les mots ont leur importance.
Pour former un "consensus" il n'est pas nécessaire d'avoir 100% des historiens qui aboutissent à la même conclusion. Il suffit d'une vaste majorité.

C'est vrai, les mots ont leur importance.



Duc de Raguse a écrit :
au-delà des pages wiki et autres sites polémistes qui ont été cités jusqu'à présent

Je ne vois pas de quoi vous voulez parler. Je n'ai vu aucun site polémiste cité par les intervenants.



Duc de Raguse a écrit :
Dans l'Université dans laquelle je me trouve, mes collègues contemporainistes, sont bien moins affirmatifs que vous et ils aiment très peu employer le terme de génocide avant les guerres du XXème siècle.

Je vous suggère de poser les bonnes questions à vos collègues contemporainistes. Prenons l'exemple du Portugal. A ma connaissance aucun des groupes ethniques en Angola n'a été exterminé. Supposons qu'un historien nous dise aujourd'hui que 70% du peuple Ambundu a été exterminé par l'armée portugaise quelques années avant le début du 20e siècle. Alors ce n'est pas un génocide ?
Quant à l'extermination des Herero par l'armée allemande, il me semble qu'elle n'est pas été antérieure au 20e siècle puisqu'elle commence en 1904.
On se demande pourquoi vos collègues hésitent à employer le terme de "génocide" pour qualifier des faits qui sont antérieurs aux guerres du 20e siècle. Quelle est l'explication de cette réticence ?
Si l'extermination des Arméniens avaient commencé plus tôt, elle ne serait pas un génocide ?
Par ailleurs j'aimerais savoir si vos collègues pensent, comme moi, que le terme de "génocide" devrait être utilisé uniquement dans le cas d'une volonté d'exterminer la totalité d'une population.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 10:01 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7280
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
Je vous suggère de poser les bonnes questions à vos collègues contemporainistes. Prenons l'exemple du Portugal. A ma connaissance aucun des groupes ethniques en Angola n'a été exterminé. Supposons qu'un historien nous dise aujourd'hui que 70% du peuple Ambundu a été exterminé par l'armée portugaise quelques années avant le début du 20e siècle. Alors ce n'est pas un génocide ?
Quant à l'extermination des Herero par l'armée allemande, il me semble qu'elle n'est pas été antérieure au 20e siècle puisqu'elle commence en 1904.
On se demande pourquoi vos collègues hésitent à employer le terme de "génocide" pour qualifier des faits qui sont antérieurs aux guerres du 20e siècle. Quelle est l'explication de cette réticence ?
Si l'extermination des Arméniens avaient commencé plus tôt, elle ne serait pas un génocide ?
Par ailleurs j'aimerais savoir si vos collègues pensent, comme moi, que le terme de "génocide" devrait être utilisé uniquement dans le cas d'une volonté d'exterminer la totalité d'une population.

Je ne sais pas trop ce que vous devez me suggérer, mais ce qui est certain c'est que l'histoire ne se construit pas comme ceci.
Au nom de quoi - et en se fondant sur quel fait nouveau ? - les idées d'un historien d'aujourd'hui sur des faits anciens et connus vont faire passer ceux-ci d'un massacre à un génocide ?
Sachez aussi que pour une grande majorité de contemporainistes (ou "dixneuvièmistes" - ce qui est mon cas), on parle du "long XIXème siècle" jusqu'en 1914.
Enfin, si plaquer des concepts historiques et des définitions juridiques datant d'après 1945 à des événements des siècles passées ne vous dérange pas, je vous suggère d'ouvrir un ouvrage d'épistémologie.
On frise ici l'anachronisme et vous ne le voyez même pas.
Quant au fond du problème, à savoir la volonté d'exterminer toute une population dans le cas des Hereros, j'attends toujours les travaux demandés.
Merci donc de les produire et de cesser ce jeu rhétorique inutile et parasite qui ne produit rien.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 11:18 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2665
Localisation : Versailles
Je suis évidemment d'accord pour lutter contre les anachronismes mais aussi contre l'invasion de la science historique par des qualifications pénales !

Pour entrer dans le détail du sujet, je crois qu'il existe un consensus de nos jours pour condamner les méthodes de Trotta. Il faut souligner que Trotta avait reçu des ordres fermes mais que c'est lui qui a transformé cela en massacres à grande échelle. Et que cette vigueur n'a pas été approuvée à Berlin puisque le kaiser a rappelé Trotta en Allemagne, nommé un gouverneur plus modéré et finalement gracié les prisonniers hereros.

On devrait plutôt replacé les faits dans un contexte moral où la guérilla et les francs tireurs sont particulièrement condamnés, surtout en Allemagne.Ceci est très clair dès la guerre de 1870 mais il y a des précédents plus anciens dès lors qu'est posé en principe la non participation des civils à la guerre. Les massacres sont en fait à la base des représailles.

Les anglais raisonneront de même avec les Boers...comme la convention avec les Vendéens ou Louis XIV avec les camisards !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 11:44 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15975
Localisation : Alsace, Colmar
Jerôme a écrit :
Je suis évidemment d'accord pour lutter contre les anachronismes mais aussi contre l'invasion de la science historique par des qualifications pénales !


Là, je me permet de préciser que c'est exactement l'inverse. Ce sont des historiens, mais aussi des non-historiens (dont des philosophes) qui ont pris des qualifications pénales précises et les ont utilisées à leurs sauces pour diverses raisons en relisant certaines actions du passé à la lecture de ces qualifications pénales. Les buts des personnes qui œuvrent ainsi sont multiples. Certaines personnes essayent de faire reconnaitre la spécificité de la Shoah, oubliant, ainsi que cela a déjà été noté, que d'autres "races" subirent le même sort que les juifs. Sans compter que les premières populations qui ont fait les frais d'un programme d'exterminations furent les "fous" et les asociaux allemands à travers le programme T4. Pratiquement tous les principaux bourreaux de la Shoah ont fait leurs "classes" à l'occasion du programme T4....

De l'autre coté, souvent pour des raisons politiques, des gens ont voulu montrer que :
- les allemands étaient destinés aux massacres de masse, via la reconnaissance du massacre des Hérreros en tant que premier génocide du XXème siècle... Sauf que si on élargit la définition pour intégrer ce massacre, de nombreux peuples occidentaux deviennent des peuples génocidaires. Car il faudrait y inclure les très nombreux massacres abominables commis lors de la conquête coloniale, mais aussi lors des diverses guerres qui ont eu lieu lors des siècles passés. Ainsi, comment qualifier les cavaliers anglais qui lors de la bataille de Pinkie Cleugh se lancèrent à la poursuite des fuyards en massacrant un grand nombre, ainsi que des civils qui visiblement n’avaient pas participé à la bataille et dont le seul tort était d'être des écossais ?

Des massacres gratuits, il y en a eu de très nombreux au cours de l'histoire. Et une partie d'entre eux pourrait répondre en partie à la définition du génocide. Si on prend les populations civiles écossaises massacrées le 10 septembres 1547, elles le furent bien en tant qu'appartenant à un groupe humain identifié, et par des membres d'une organisation appartenant à l’État Anglais, puisqu'il s'agit de cavaliers appartenant aux armées anglaises. Mais, il semble bien qu'ils outrepassèrent largement les ordres reçus, qui étaient simplement de poursuivre l'ennemi et d'empêcher que celui-ci ne se regroupe et ne puisse mener une contrattaque...

Il y a quelques années, nous eûmes sur le forum un identitaire lorrain qui soutenait que les troupes de Turenne avaient commis un génocide à l'encontre des lorrains lors de certaines campagnes ... Quand on s'obstine à regarder l'histoire par le petit bout de la lorgnette, on peut faire dire n'importe quoi à n'importe quel évènement

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 17:36 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7280
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
Je suis évidemment d'accord pour lutter contre les anachronismes mais aussi contre l'invasion de la science historique par des qualifications pénales !

L'Histoire ne s'occupe pas de Droit - je ne comprends d'ailleurs pas ce à quoi vous faites allusion. De même l'Historien ne dit pas le Droit (cela encore faut-il le rappeler ?). Ce dernier est une réponse inscrite dans la Loi de la société qui légifère dans un sens (comme le tribunal de Nuremberg après la 2ème GM) et de manière contemporaine pourrait-on dire.
L'homme (ou la femme) de Loi ne juge pas les générations passées dans ses rendus de justice.
Je crois que vous mélangez un peu tout.

Personne n'excuse ici les "méthodes" des soldats allemands (nous ne sommes pas dans le champ moral), mais certains estiment qu'on ne peut qualifier celles-ci de génocide.
Pour deux raisons essentiellement : les faits et l'absence d'intention (ce qui n'est pas le cas au Rwanda ou dans l'Allemagne nazie par exemple) de l'Etat concerné de l'époque. Nous attendons toujours ces éléments de la part de ceux qui prétendent l'inverse et cela ne vient pas... (normal, ils n'existent pas, mais bon on peut laisser crédit à toute personne de bonne foi...)
Sinon, tous les massacres (de masse ou pas ?) de l'Histoire peuvent être aussi qualifiés de génocides. Cela va sans dire que cela ôte toute spécificité à ceux qui sont reconnus comme tels. Le concept est alors galvaudé et perd tout son sens.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 18:03 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 583
Je pense que ce que veut dire l'intervenant que vous citez est que le terme "génocide" est fortement lié à sa définition dans la Convention du 9 décembre 1948 des Nations Unies. Du coup, le terme est lié, par essence, à un contexte juridique ; dès lors, l'employer, c'est implicitement faire référence au monde juridique (et pénal puisque c'est dans cette branche du droit que le terme s'emploie).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 18:29 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7280
Localisation : Provinces illyriennes
Au temps pour moi alors ! :wink:

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2017 18:43 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2665
Localisation : Versailles
ThierryM a écrit :
Je pense que ce que veut dire l'intervenant que vous citez est que le terme "génocide" est fortement lié à sa définition dans la Convention du 9 décembre 1948 des Nations Unies. Du coup, le terme est lié, par essence, à un contexte juridique ; dès lors, l'employer, c'est implicitement faire référence au monde juridique (et pénal puisque c'est dans cette branche du droit que le terme s'emploie).


C'est tout à fait cela en effet !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Oct 2017 21:04 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 140
--
Pour ce qui me concerne, la querelle des termes ne présente aucun intérêt. Pas de point d'interrogation à la fin du titre donc pas de réponse à donner...
J'ai préféré creuser un sujet totalement inconnu et ce, aussi, ailleurs, à travers d'autres points de vue.

Geopolis a écrit :
Un petit détail a son importance : si des Héréros ont bien été enfermés dans des camps allemands...


[… Survivors of the massacre, the majority of whom were women and children, were eventually put in places like Shark Island Concentration Camp, where the German authorities forced them to work as slave labour for German military and settlers. All prisoners were categorised into groups fit and unfit for work, and pre-printed death certificates indicating "death by exhaustion following privation" were issued. (W. Hartmann, J. Silvester, P. Hayes : "The Colonising Camera: Photographs in the Making of Namibian History")]

A noter que les prisonniers étaient fréquemment jetés en pâture aux requins. L'estimation de la mortalité dans ces camps s'inscrit dans une fourchette de 45 à 74%.

Citer :
Fâché de ne pouvoir se battre dans le désert, le général allemand publie le 2 octobre 1904 un "ordre d'expulsion", aujourd'hui défini comme ordre de destruction", des Héréros ; il y est écrit que les Héréros ne sont plus considérés comme sujets allemands, qu'ils ont assassinés et pillés des Allemands, blessé et mutilé des soldats allemands, qu'une prime sera versée pour la capture des chefs héréros, que le peuple héréro doit quitter le pays et que chaque Héréro peut être tué à l'intérieur des frontières. 


[Leutwein was forced to request reinforcements and an experienced officer from the German government in Berlin. Lieutenant-General Lothar von Trotha was appointed Supreme Commander (Oberbefehlshaber) of South West Africa on 3 May 1904, arriving with an expeditionary force of 14,000 troops on 11 June.
Leutwein was subordinate to the Colonial Department of the Prussian Foreign Office, which reported to Chancellor Bernhard von Bülow while General Trotha reported to the military German General Staff, which was only subordinate to Emperor Wilhelm II.
Leutwein wanted to defeat the most determined Herero rebels and negotiate a surrender with the remainder to achieve a political settlement. (Ch. Clarcke : "Iron Kingdom : The Rise and Downfall of Prussia 1600–1947"), Trotha, however, planned to crush the native resistance through military force. He stated that:

"My intimate knowledge of many central African nations (Bantu and others) has everywhere convinced me of the necessity that the Negro does not respect treaties but only brute force"
- J-B Gewald :  "Herero heroes: a socio-political history of the Herero of Namibia, 1890–1923" ]

Le 2 octobre, von Trotha :

["I, the great general of the German soldiers, send this letter to the Herero. The Herero are German subjects no longer. They have killed, stolen, cut off the ears and other parts of the body of wounded soldiers, and now are too cowardly to want to fight any longer. I announce to the people that whoever hands me one of the chiefs shall receive 1,000 marks, and 5,000 marks for Samuel Maherero. The Herero nation must now leave the country. If it refuses, I shall compel it to do so with the 'long tube' (cannon). Any Herero found inside the German frontier, with or without a gun or cattle, will be executed. I shall spare neither women nor children. I shall give the order to drive them away and fire on them. Such are my words to the Herero people."
- R. Puaux : "The German Colonies; What Is to Become of Them?" ]
L'original en allemand peut-être produit.

[... He further gave orders that:
"This proclamation is to be read to the troops at roll-call, with the addition that the unit that catches a captain will also receive the appropriate reward, and that the shooting at women and children is to be understood as shooting above their heads, so as to force them to run [away]. I assume absolutely that this proclamation will result in taking no more male prisoners, but will not degenerate into atrocities against women and children. The latter will run away if one shoots at them a couple of times. The troops will remain conscious of the good reputation of the German soldier."
- I.-V. Hull 
"Absolute Destruction: Military Culture and the Practices of War in Imperial Germany" ]

Sur le terrain se trouvera E. Fischer et ses expériances pseudo-médicales. Un des élèves de Fischer sera Verschuer dont un des étudiants se démarquera : J. Mengele.

[Alfred von Schlieffen (Chief of the Imperial German General Staff) approved of Trotha's intentions in terms of a "racial struggle" and the need to "wipe out the entire nation or to drive them out of the country", but had doubts about his strategy, preferring their surrender. … For instance, Governor Leutwein wrote that:
"I do not concur with those fanatics who want to see the Herero destroyed altogether ... I would consider such a move a grave mistake from an economic point of view. We need the Herero as cattle breeders ... and especially as labourers."]


Il y eu des injections (arsenic, opium) ; ensuite les effets furent étudiés.

[… Experimentation with the dead body parts of the prisoners was rife. Zoologist Leopard Schultze noted taking "body parts from fresh native corpses" which according to him was a "welcome addition," and he also noted that he could use prisoners for that purpose. An estimated 300 skulls  were sent to Germany for experimentation, in part from concentration camp prisoners...]

Le rapport Whitaker fait état qu'entre 1905 et 1907, de 80 000 les Héréros passent à 15 000... Un lien intéressant surtout dans ses références et par le cursus de l'auteur.

- http://www.ancient-origins.net/history-important-events/herero-and-namaqua-genocide-little-known-first-genocide-second-reich-003828/page/0/1

--


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Oct 2017 8:49 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7280
Localisation : Provinces illyriennes
Lorsqu'on se penche sur une question pareille, on le fait à charge et à décharge...
Ici, le seul lien cité nous conduit à un site dont les auteurs ne se posent même pas la question sur le fait qu'un génocide se soit déroulé et tirent des cordes si grosses (cela pique les yeux !) avec la Shoah que cela en devient pathétique.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 168 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 7, 8, 9, 10, 11, 12  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB