Nous sommes actuellement le 16 Août 2022 5:21

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 89 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Le retour de l'Alsace-Lorraine
Message Publié : 19 Fév 2009 21:18 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mai 2008 18:30
Message(s) : 34
C'est le titre de l'article de Jean-Noël GRANDHOMME dans le dossier sur la fin de la guerre 14-18 dans la revue Histoire de novembre 2008. Il évoque la réintégration des "provinces perdues". Il cite notamment :

Le Parlement vote, le 17 octobre 1919, une loi de réintégration... qui, entre autre,... crée trois départements, aux contours nettement modifiés par rapport à ceux de 1870 : Le Bas-Rhin (ex-Basse-Alsace), Le Haut-Rhin (ex-Haute-Alsace) et la Moselle (ex-Lorraine annexée).
Quel était le découpage précédent ? J'ai bien trouvé quelques cartes des départements créés au moment de la révolution, mais leurs faibles résolutions ne permettent pas de distinguer les contours.

L'entrée des troupes française en Alsace-Lorraine se déroule des deux côtés dans une allégresse sincère. Côté "français", l'attachement aux "provinces perdues" était grand, et le désir de revanche réel. Mais il existait également de la méfiance des soldats à l'égard de la population alsacienne marquée par l'influence allemande... La germanisation est bien réelle dans les provinces : l'école, l'université, l'administration et l'armée ont conjugué leurs efforts pour y parvenir. La langue française n'est plus parlée que chez les élites et les habitants des quelques zones rurales francophones (une partie de la vallée de la Bruche, la bordure vosgienne et la Lorraine occidentale). Depuis 1870, l'exil volontaire a privé la région des plus ardents fidèles de la France.
- Quels furent les aspects de la réintégration (méfiance, ressentiment ou adhésion totale) ?
- Y a-t-il eu une politique de francisation ? Auquel cas la population y a-t-elle adhéré ?
- L'Alsace-Lorraine était-elle francophone à la veille de la seconde guerre mondiale ?

Merci pour votre éclairage.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2009 22:18 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15197
Localisation : Alsace, Colmar
Moonskin a écrit :
- Quels furent les aspects de la réintégration (méfiance, ressentiment ou adhésion totale) ?

A part une tentative de créer une République Sociale à Strasbourg, les témoignages font montre d'un grand entousiasme des Alsaciens à retrouver la France.
Mais ...
Moonskin a écrit :
- Y a-t-il eu une politique de francisation ? Auquel cas la population y a-t-elle adhéré ?

Les Alsaciens ne se sont pas retrouvés automatiquement français, comme on aurait pu s'y attendre. Il y eu une politique de francisation assez répressive menée par les autorités militaires. En 1920-21, il y eu des mouvements d'humeur de la part des Alsaciens qui demandaient d'être ré-intégré dans la nationalité française et que cessent certaines mesures.
L'une de celle que l'on entend assez souvent dans les souvenirs des vieilles personnes se passait souvent dans les cours de récréation. L'enfant qui parlait en patois se voyait remettre un bâton décoré et il le gardait tant qu'un autre ne se faisait pas punir.
Il y avait des listes de ré-intégration dans la nationalité française et si mes souvenirs sont exacts, en 1921, il restait plus de la moitié des Alsaciens qui n'étaient pas encore reconnus comme français.

C'est un sujet encore sensible. Lors de l'établissement des cartes d'identité nationale sécurisées, il y a eu plusieurs histoires ou des gens ont du faire traduire les actes de naissances de leurs parents et venir avec une copie de l'acte de ré-intégration dans la nationalité française. Ils devaient montrer qu'ils étaient nés de parents français avant 1870 et qu'eux-mêmes avaient été déclarés français à l'époque. Il y a eu un ancien combattant de la guerre 39-45 qui s'est rendu à la préfecture avec un drapeau français, ses médailles ( dont la Légion d'Honneur ) en demandant si ça ne suffissait pas pour démontrer qu'il était français. Le fonctionnaire vait répondu qu'il lui fallait les documents ...
Il a fallu une intervention de plusieurs parlementaires alsaciens pour que l'Administration se montre plus souple avec ces histoires de papiers.

Moonskin a écrit :
- L'Alsace-Lorraine était-elle francophone à la veille de la seconde guerre mondiale ?


Non. Dans les campagnes, en ville, entre ami, tout le monde parlait l'Alsacien. Alsacien que les nazis interdirent, pour eux, il s'agissait d'une forme abâtardie d'allemand. Et les petits enfants qui dans la cour de récréation parlaient français ou alsacien ... De même en 1945-46, les petits enfants, dans la cour de récréation ....

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2009 22:23 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Sep 2008 8:14
Message(s) : 111
Localisation : Département du Mont-Blanc
Moonskin a écrit :
Quel était le découpage précédent ? J'ai bien trouvé quelques cartes des départements créés au moment de la révolution, mais leurs faibles résolutions ne permettent pas de distinguer les contours.


Voici une carte récapitulant les changements territoriaux de ces départements :
Image

En 1871, le nouvel Empire Allemand annexe :
-presque tout le Haut-Rhin (sauf l'actuel Territoire de Belfort, qui reste français et garde un statut administratif spécial) et qui devient le Bezirk de Haute-Alsace (Oberelsass);
-la totalité du département du Bas-Rhin dans ses frontières de 1870, ainsi que les cantons vosgiens de Schirmeck et de Saale, qui deviennent le Bezirk de Basse-Alsace(Unterelsass);
-le tiers nord-est de l'ancien département de la Meurthe et une grande partie de la Moselle (sauf la région de Briey, qui forme, avec les fragments de la Meurthe restés français, le département de Meurthe-et-Moselle), qui deviennent le Bezirk de Lorraine (Lothringen).

Lors du retour de l'Alsace-Lorraine à la France, les anciens Bezirks ne subissent pas de changements territoriaux du fait du refus des Alsaciens-Lorrains de supprimer les différences juridiques avec la France, et le territoire de Belfort, sous statut spécial depuis 1871, devient un département à part entière en 1922.

L'article wikipédia sur l'Alsace-Lorraine devrait vous donner d'autres pistes pour répondre à vos autres questions.

_________________
"Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite." Joseph de Maistre
"Les faits sont têtus." Lénine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2009 22:40 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Narduccio a écrit :
Moonskin a écrit :
- Quels furent les aspects de la réintégration (méfiance, ressentiment ou adhésion totale) ?

A part une tentative de créer une République Sociale à Strasbourg, les témoignages font montre d'un grand entousiasme des Alsaciens à retrouver la France.


Ce n'est pas le sens de ce qu'on lit récemment sur le sujet et qui évoque plutôt une certaine indifférence, voire une méfiance face aux soldats français. Après, je ne suis pas du tout spécialiste de l'Alsace...

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2009 22:44 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7330
Localisation : Provinces illyriennes
Narduccio a parfaitement répondu à vos questions et cette francisation n'a pas été sans lien avec la montée du mouvement autonomiste pendant l'Entre-Deux-Guerres en Alsace. S'il a été noyauté par les nazis dans les années 1930, il était plus spontané et sincère dans les années 1920 lorsque malentendus et incompréhensions avaient lieu entre "Français" et "Alsaciens".
Le paroxysme fut atteint lorsque le gouvernement Herriot voulu y faire appliquer les lois de la République dans leur intégralité : fin du Concordat et séparation de l'Eglise et de l'Etat, lois sociales et droit local.
Devant la mobilisation de la population et de ses élus, tout comme le fait d'une reconnaissance d'une francisation trop brutale, Herriot recula...

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Fév 2009 23:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15197
Localisation : Alsace, Colmar
Alfred Teckel a écrit :
Ce n'est pas le sens de ce qu'on lit récemment sur le sujet et qui évoque plutôt une certaine indifférence, voire une méfiance face aux soldats français. Après, je ne suis pas du tout spécialiste de l'Alsace...


Je crois que l'on a tendance à confondre. J'ai vu de nombreuses photos de foules enthousiastes à l'arrivée des Français. Mais, cela voulait dire fin de la guerre et retour de l'ordre. La situation était assez tendue en Allemagne avec des Soviets qui apparaissaient dans de nombreuses villes. Mais, les Français se comportèrent tout de suite comme en terrain conquis et non pas comme dans une province qui retournait à la Mère-Patrie. Et en très peu de temps, les autorités militaires surent se faire détester. D'ailleurs, était-ce normal que l'Alsace soit sous administration militaire ?
Il y eu aussi une chasse aux teutons et de nombreux allemands qui s'étaient installés et qui étaient prêts à devenir de très bon français durent se replier avec familles et bagages de l'autre coté du Rhin. Pas tous, il en resta quelqu'uns.

L'incompréhension de part et d'autre ne fit que croitre, une agitation autonomiste se manifesta jusqu'aux manifestation que reporte le duc de Raguse sous le gouvernement Herriot.

De plus, pour la seconde fois en moins de 50 ans, l'industrie alsacienne perdait ses débouchés et peinait à se réorganiser pour se repositionner sur ce nouveau marché.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 2:05 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 8433
Je me demande si ce qui est dit pour l'Alsace reflète également la situation lorraine.

Ma grand-mère est née en 1902, à côté de l'Etang de Lindre (Moselle) environ 70 km à l'est de Metz. Elle me racontait qu'elle devait suivre l'école en allemand, mais qu'il était hors de question de parler allemand à la maison. Il s'agit là de la Lorraine francophone, même si cette région (Château Salin, Dieuze) est située très au nord.

Toute sa vie, il a été impossible de lui faire sortir deux mots d'allemand, même quand je l'apprenais au lycée. "Je ne sais plus, j'ai oublié !" (La visite d'un correspondant autrichien a montré qu'elle le parlait encore très bien)

Décembre 1918, tout le village, au bord de la route, attend l'arrivée des Français. Ma grand-mère et ses trois soeurs, catholiques comme on ne l'est plus, robes noires, et cheveux couverts.. Evénement mémorable entre tous, curiosité pour cette France si longtemps interdite... Les soldats qui arrivent se révèlent être... noirs ! :mrgreen:

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 8:31 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7330
Localisation : Provinces illyriennes
Attention, Narduccio et moi-même ne sommes pas en train de dire que les Alsaciens ne voulaient pas des Français, bien au contraire.
Mais, une série d'incompréhensions malheureuses se succédèrent, d'autant plus que certains soldats français ne comprenaient pas pourquoi la plupart de ces gens ne parlaient pas - plus - le français. Des "sales boches" (issus de ces longues années d'antagonisme entre les deux pays) fusèrent souvent de la bouche de Français que le "mythe" de la Revanche avait peut-être trompé, au sens ou ces populations restaient majoritairement françaises dans leur coeur, mais toujours pas dans certains aspects culturels... A la germanisation forcée (le dialecte alsacien était aussi sévèrement réprimendé par l'instituteur prussien entre 1871 et 1918), suivi la francisation forcée. :wink:
Petite anecdote personnelle : les autorités militaires françaises refusèrent au frère de mon arrière grand-père la possibilité de devenir français, pour une sombre histoire de vol de charbon pendant la guerre à l'armée allemande (le comble non ?). Les deux frères avaient suivi le mouvement "colonial" préconisé par Berlin après 1871 pour bien "peupler" le Reichsland avec du bon sang d'Allemand et était partis de leur Bavière natale.

Votre exemple pierma est sans doute bien différent pour trois raisons : votre grand-mère était une enfant en 1914, dans une région francophone où la germanisation fut plus lâche et qui plus est en milieu rural ou l'administration allemande était sans doute moins zélée.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 11:04 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mai 2008 18:30
Message(s) : 34
Duc de Raguse a écrit :
Petite anecdote personnelle : les autorités militaires françaises refusèrent au frère de mon arrière grand-père la possibilité de devenir français, pour une sombre histoire de vol de charbon pendant la guerre à l'armée allemande (le comble non ?). Les deux frères avaient suivi le mouvement "colonial" préconisé par Berlin après 1871 pour bien "peupler" le Reichsland avec du bon sang d'Allemand et était partis de leur Bavière natale.

C'est probablement en raison de leur origine. Si je m'en réfère au même article :

A peine éteints les lampions de la fête commence le travail de triage, et les expulsions. Au total Strasbourg perd ainsi 12500 habitants. Le premier tri fut douloureux et discutable. En recourant parfois à l'aide de délateurs, les habitants de l'ex-Reichsland sont en 1919 officiellement partagés en quatre catégories. La carte A concerne les Alsaciens et Lorrains de souche, la carte B les enfants nés de mariages mixtes : ces deux catégories sont "réintégrées de plein droit". La carte C est attribuée aux étrangers originaires d'un pays tiers, essentiellement des Italiens, Suisses ou Luxembourgeois : toutes les facilités leur sont accordées pour acquérir la nationalité française. La carte D, enfin, est pour les étrangers appartenant aux anciennes nations ennemies : la naturalisation ne pourra leur être éventuellement accordée que s'ils suivent la procédure ordinaire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 11:53 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 21 Déc 2008 11:01
Message(s) : 759
Il ne faut pas oublier que l'on n'a pas pu revenir au découpage des anciens départements Moselle au nord et Meurthe au sud, car la législation n'était plus la même dans ces 2 departements. Ex le système des cultes , où le clergé est toujours fonctionnarisé en Alsace-Moselle , ou bien un système de caisse maladies et accidents qui fonctionnait en 1914 en alsace- Moselle et qui n'a été ni supprimé , ni généralisé à l'ensemble de la France.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 12:53 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7330
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
C'est probablement en raison de leur origine.

Oui, je sais. Mais, mon arrière grand-père a eu immédiatement la carte A alors que son frère - du fait de son "escapade" - lui a conservé la carte D toute sa vie, malgré leur origine commune... :wink:

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 15:13 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15197
Localisation : Alsace, Colmar
En plus, le "triage" prit beaucoup de temps. Ce qui exaspéra bien des alsaciens. Pour autant que je sache en 1921, la moitié d'entre-eux n'avait toujours pas de nationalité officielle, ni de papier bien sûr. Pour voyager, ils devaient aller chercher un passeport, ce qui n'arrangeait pas les affaires des voyageurs de commerce ou des représentants. Ils n'avaient plus de débouché pour leurs produits industriels ou agricoles, puisque ils payaient des droits de douanes lors du passage à la frontière franco-allemande, mais ils ne pouvaient pas aller prospecter de nouveaux marchés en "vieille" France parce qu'ils n'avaient pas le droit de voyager. Forcement, ils prirent cela comme une brimade supplémentaire des autorités militaires.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 15:15 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Sep 2008 8:14
Message(s) : 111
Localisation : Département du Mont-Blanc
dom calmet a écrit :
Il ne faut pas oublier que l'on n'a pas pu revenir au découpage des anciens départements Moselle au nord et Meurthe au sud, car la législation n'était plus la même dans ces 2 departements. Ex le système des cultes , où le clergé est toujours fonctionnarisé en Alsace-Moselle , ou bien un système de caisse maladies et accidents qui fonctionnait en 1914 en alsace- Moselle et qui n'a été ni supprimé , ni généralisé à l'ensemble de la France.

Et surtout, les Alsaciens-Lorrains ont toujours refusé de supprimer ces différences, car le système bismarckien était bien plus avantageux que le système français.
Mais il était prévu, en cas de retour de l'Alsace-Lorraine, de rétablir les anciens départements dans leurs frontières de 1870, comme en témoigne le Territoire de Belfort, qui n'est devenu officiellement un département que depuis 1922.

_________________
"Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite." Joseph de Maistre
"Les faits sont têtus." Lénine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 15:51 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15197
Localisation : Alsace, Colmar
Fab73 a écrit :
Mais il était prévu, en cas de retour de l'Alsace-Lorraine, de rétablir les anciens départements dans leurs frontières de 1870, comme en témoigne le Territoire de Belfort, qui n'est devenu officiellement un département que depuis 1922.


A l'origine, il était effectivement prévu de faire comme si rien ne s'était passé et de revenir à la situation initiale. A part qu'il s'était passé presque 50 ans et que ces 50 ans étaient bien riches d'évènements de part et d'autre. De plus, la France de 1920 n'était plus la France de 1905 et certains auraient aimé généraliser au pays entier certaines des solutions qui existait en Alsace-Moselle. Mais, que sur certains points. Le système social était plus avancé que le système français, mais dans le même temps, l'Alsace était toujours sous le statut du Concordat de Napoléon.

On finit par estimer de part et d'autre qu'il valait mieux repartir de la situation nouvelle et de valider un statut spécial pour l'Alsace-Moselle.

PS: pour être précis, il faudrait faire la distinction, avant cette décision de laisser les départements en l'état, le terme Alsace-Moselle n'est pas juste. Il ne peut donc s'appliquer qu'à partir de la création du département de la Moselle, donc 1922. Il faudrait donc parler de l'Alsace-Lorraine annexée.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Fév 2009 17:04 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Sep 2008 8:14
Message(s) : 111
Localisation : Département du Mont-Blanc
Narduccio a écrit :
PS: pour être précis, il faudrait faire la distinction, avant cette décision de laisser les départements en l'état, le terme Alsace-Moselle n'est pas juste. Il ne peut donc s'appliquer qu'à partir de la création du département de la Moselle, donc 1922. Il faudrait donc parler de l'Alsace-Lorraine annexée.


Tout à fait, puisque le terme Alsace-Lorraine est une traduction du Reichsland d'Elsass-Lothringen. Il ne désigne donc pas la région historique d'Alsace ou de Lorraine. Le terme Lorraine dans Alsace-Lorraine désignait en fait le Bezirk de Lothringen (Lorraine en Français). Ce Bezirk, après son retour à la France, est devenu le département de Moselle, d'où le nom d'Alsace-Moselle.

_________________
"Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite." Joseph de Maistre
"Les faits sont têtus." Lénine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 89 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB