Nous sommes actuellement le 25 Mai 2020 9:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 15 Jan 2013 12:37 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Bonjour, bonsoir,

La lecture du court compte-rendu de la biographie de Jean Luchaire écrite par Cécile Meletta (http://blog.passion-histoire.net/?p=12547) m'a laissé sans réponse sur la question particulière des rapports de Jean Luchaire et d'Aristide Briand dans la période de l'entre-deux-guerres. Briand apparaît ici comme une source d'inspiration (Epstein Simon, Un paradoxe français, 2008, pp. 160-161), là comme une source de financement à son entreprise journalistique à travers la revue Le Temps (Jaffré Yves Frédéric, Les tribunaux d'exception 1940-1962, p. 171), là encore comme le corps dont la revue de Luchaire n'est que le bras armé (Roux Baptiste, Figures de l'Occupation dans l'oeuvre de Patrick Modiano, 1999, p. 97).

Que sait-on vraiment des relations qu'entretinrent les deux hommes entre 1921 et 1939 ?

Yves F. Jaffré en fait un "membre de l'entourage" (Haffré, op. cit., p. 170) de Briand dès les premières années des années 1920, mais à quel cercle appartient-il (celui des intimes, celui des connaissances, etc) ?

Je vous remercie de vos réponses,

Jadis

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Jan 2013 13:19 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
Pourquoi croire à la sincérité de Luchaire fusillé après avoir affirmé, lors de son procès, sa fidélité aux idées de Briand, pacifiste de gauche ? En fait, cet homme avait surtout cherché à obtenir de l'argent du ministère des Affaires étrangères pour sa revue "Notre temps", avant d'en obtenir des Allemands.

Si l'on compare son trajet à celui d'un autre journaliste ami de Briand, Pierre Brossolette, la différence est éclatante. Brossolette écrivit, au début, dans "Notre temps", puis devint un des plus grands résistants et se suicida après avoir été torturé par la Gestapo. Il n'eut pas droit aux mêmes honneurs que Jean Moulin parce qu'il n'était pas gaulliste.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Jan 2013 14:29 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
jibe a écrit :
Pourquoi croire à la sincérité de Luchaire fusillé après avoir affirmé, lors de son procès, sa fidélité aux idées de Briand, pacifiste de gauche ? En fait, cet homme avait surtout cherché à obtenir de l'argent du ministère des Affaires étrangères pour sa revue "Notre temps", avant d'en obtenir des Allemands.

Sans s'arrêter à la sincérité de Luchaire, questionnons celle de Briand : le considérait-il comme quelqu'un d'influençable ou comme un ami sincère, pensait-il que son entreprise de financement du journal de Luchaire lui donnait un droit de regard sur la publication, intervenait-il dans la ligne de publication, auprès des journalistes, etc ?
Bref, quelles étaient vraiment leurs relations ?

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Jan 2013 14:55 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
Le portrait de Luchaire par Mme Meletta est assez juste : c'était un noceur, un jouisseur et un profiteur. Pour ce qui est de Briand, il n'avait pas de liens réguliers avec Luchaire, étant bien plus occupé par sa rivalité avec Clemenceau, puis son prix Nobel, ses rapports agités avec les socialistes et enfin la maladie qui entraîna son retrait puis sa mort. Sa vie réelle est finalement peu explorée par ses biographes qui le portent pourtant au pinacle politique, en l'étiquetant "apôtre de la paix". Comment expliquer, pourtant, qu'à son arrivée au ministère, son successeur découvrit une cagnotte de.. 23 millions de francs, soi-disant économisés sur les fonds secrets ?
A noter que, dans les relations plus étroites de Luchaire, il y eut Georges Suarez, fondateur de "Gringoire" et premier journaliste fusillé à la Libération.
Une des multiples anciennes maîtresses de Luchaire, l'actrice Yvette Lebon, fêtera ses 102 ans cet été.

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2013 7:52 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Nov 2005 12:28
Message(s) : 244
Localisation : Paris
jibe a écrit :
Le portrait de Luchaire par Mme Meletta est assez juste : c'était un noceur, un jouisseur et un profiteur. Pour ce qui est de Briand, il n'avait pas de liens réguliers avec Luchaire, étant bien plus occupé par sa rivalité avec Clemenceau, puis son prix Nobel, ses rapports agités avec les socialistes et enfin la maladie qui entraîna son retrait puis sa mort. Sa vie réelle est finalement peu explorée par ses biographes qui le portent pourtant au pinacle politique, en l'étiquetant "apôtre de la paix". Comment expliquer, pourtant, qu'à son arrivée au ministère, son successeur découvrit une cagnotte de.. 23 millions de francs, soi-disant économisés sur les fonds secrets ?
A noter que, dans les relations plus étroites de Luchaire, il y eut Georges Suarez, fondateur de "Gringoire" et premier journaliste fusillé à la Libération.
Une des multiples anciennes maîtresses de Luchaire, l'actrice Yvette Lebon, fêtera ses 102 ans cet été.

Simone Kaminker (Signoret) fut la secrétaire de Jean Luchaire en 1941.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2013 8:41 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 22 Août 2008 14:17
Message(s) : 2324
Comme cette époque montre à tout instant des destins singuliers, il faut dire en effet que la première secrétaire de Luchaire était une Française nommée Suzanne de Bruyker dont Otto Abetz, ambassadeur d'Allemagne, tomba amoureux lors de ses visites à Luchaire et qu'il épousa. Pour la remplacer, Luchaire engagea une jeune camarade de lycée de sa propre fille Rosita (déja actrice de cinéma sous le nom de Corinne Luchaire et qui eut un destin tragique), Simone Kaminker : elle tentait de gagner sa vie comme dactylo et avait déjà travaillé avec lui au "Petit Parisien". C'est ainsi que la future Simone Signoret se trouva aux premières loges pour assister à la vie de fêtes et de collaboration du père et de la fille avec les Allemands.
Situation d'autant plus extraordinaire qu'en 1940, André Kaminker, juif d'origine polonaise et père de Simone, avait été dans les premiers à rejoindre De Gaulle à Londres et à s'engager dans les FFL. Pendant ce temps, au lycée de Vannes, où sa famille s'était réfugiée, le professeur d'histoire de Simone n'était autre que... Lucie Aubrac !

_________________
"L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie."
Léon Tolstoï.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB