Nous sommes actuellement le 26 Nov 2020 2:36

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 ... 22  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 07 Mai 2016 18:15 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1659
Préparer un conflit est une chose. Le vouloir en est une autre. Le prévoir encore une autre. Le déclencher en en voulant toute les répercussions en est une autre. Le déclencher sans en contrôler toute l'etendue par rapport à ce qu'in avait prévu et souhaité encore une autre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2016 18:38 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 63
Caesar Scipio a écrit :
l'état-major de la Wehrmacht l'aurait assassiné si les Occidentaux avaient déclaré qu'ils entreraient en guerre pour défendre la Tchécoslovaquie contre toute agression allemande.

Hitler pensait qu'une déclaration de guerre des Occidentaux était peu probable.


Caesar Scipio a écrit :
Il semble qu'il ait été déçu que la guerre n'ait pas eu lieu au moment de la crise de Munich.

J'ai étudié le sujet l'an dernier. J'ai lu des analyses intéressantes (Kershaw, Fest, etc). Mes souvenirs sont vagues. Je crois me souvenir que AH était déçu que son projet ne puisse se réaliser. Encore faut-il se mettre d'accord sur un point essentiel : quel était le projet d'Hitler ? Voulait-il une guerre sur deux fronts ou un seul ? Je crois me souvenir qu'il avait espéré une guerre courte contre la Tchécoslovaquie en faisant le pari que la France et l'Angleterre n'auraient pas le courage de respecter leurs obligations envers leur allié tchèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2016 19:06 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 63
ezio-auditore a écrit :
Caesar Scipio a écrit :
Ce qui n'est pas illogique car il devait penser grosso modo "si ces crétins m'ont laissé dépecer la Tchécoslovaquie et augmenter de ce fait considérablement mon potentiel militaire, ils ne vont pas s'opposer à moi sur la Pologne."


Pourquoi n'aurait-il pas pu penser grosso modo : "Là c'est bon mais si je bouffe la Pologne, à l'ouest les crétins ne vont pas laisser passer, parce-qu'après la Pologne, vu qu'on est pote le ptit père des peuples et moi, à l'Est : plus rien à gratter donc on se fait l'Ouest ! Et puis ça leur prend par vagues les notions de liberté des peuples, vu qu'ils sont inconstants, on ne sait jamais, ils pourraient pour une fois faire ce qu'ils disent." Ceci est tout autant logique.


Vous dites que "ceci est tout autant logique". Si c'est vraiement ce que vous pensez, alors vous savez ce qui vous reste à faire : vous devez réfuter point par point ma démonstration selon laquelle AH croyait et souhaitait que les dirigeants anglais et français n'auraient pas le courage de voler au secours de la Pologne par le biais d'un ultimatum à l'Allemagne.

On m'ojectera que vous n'avez pas pris connaissance de ma démonstration ainsi que les arguments présentés par Commode-le-clément. Je rejette l'objection puisque vous avez écrit aujourd'hui : "1- J'ai lu les pages précédentes".


ezio-auditore a écrit :
Citer :
Hitler ne croyait pas que les occidentaux respecteraient leur garanti à la Pologne alors que Chamberlain l'avait clairement fait savoir.


Pourquoi cette conviction ? Sur quoi pouvait-elle reposer ?


Vous posez des questions comme si vous n'aviez absolument aucune idée des éléments sur lesquels reposait la conviction d'Adolf Hitler. Comme si on était à la première page du fil. Comme si le fil avait été créé depuis peu. A moins que vous soyez en désaccord avec ce que vous avez lu sur certaines pages du fil, notamment la page 11. Si vous êtes en désaccord, dites-le simplement et franchement au lieu de demander "pourquoi cette conviction ?" et "sur quoi pouvait-elle reposer ?"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2016 19:53 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 681
Localisation : Kaamelott
Bonsoir,

Caesar Scipio a écrit :
...Bien que manipulateur ultra-rationnel, sa démarche s'inscrit dans une démarche globale irrationnelle. Il n'est ni habituel ni rationnel pour un joueur de tout risquer pour un gain partiel. Or c'est ce que fait Hitler entre 1933 et 1939, en n'étant lui-même que partiellement conscient des risques qu'il prend.

Merci pour cette analyse qui aide à mieux cerner l'homme.
Hier soir, j'ai regardé une émission où l'on visitait virtuellement le bunker d'H. J'ai été très étonné de voir deux portraits, L'un était un portrait de taille normale représentant Frédéric II, l'autre était un très grand portrait de sa mère dans un salon qu'il partageait avec son entourage.
La personne est très complexe...
Citer :
Sa tendance à prendre des risques le faisait sous-estimer à quel point, en septembre 1938, la Wehrmacht n'était pas prête à gagner. Elle n'avait que des chars légers. Ce sont les'tcheques qui ont les meilleures unités blindées.

On pourrait mettre le mot "audace" mais ceci semble en effet tenir du jeu et aussi d'une empreinte de pensée rigide et assez stéréotypée concernant l'Ouest. La France encore... mais l'Angleterre aurait demandé à plus de réflexion.
On voit cet homme dans le livre de Masson, complètement déboussolé et semble-t-il -vu la remarque de Göring- une atmosphère de "carottes cuites" semble planer. Les résultats en France feront donc toute la différence et relanceront la dynamique. Où il a manqué le coche est de ne pas avoir traité la France comme il le fera avec la Tchécoslovaquie et la Pologne. C'est un tantinet cocasse de constater qu'une collaboration finit par devenir une épine dans le pied.
Citer :
Je dis que sa tendance à l'ultra-volontarisme le conduisait de plus en plus à ne pas tenir compte de certaines réalités et contraintes. Et plus il avait rencontré de succès grâce à ses intuitions et ses coups de force, plus cette tendance s'accentuait
.
Ceci semble toucher tous les hommes s'inscrivant dans une logique conflictuelle et gratifiés de victoires.
Citer :
Je suppose précisément qu'en août-septembre 1939, Hitler lui-même estimait rationnel que les alliés n'entrent pas en guerre.

Ce fut pourtant une agression. C'est assez effrayant de constater la latitude laissée à H. On peut comprendre qu'une fois la Pologne envahie, la France sous la botte, le RU en stand by ceci doit vraiment donner une sensation d'invincibilité.
Citer :
Staline était tree conscient du risque d'une agression allemande avant le 23 août 1939.

Merci de m'apprendre ceci, j'en étais resté au stade d'un pacte d'un moment mais pas -venant de Staline- d'une anticipation vu la surprise lors de Barbarossa.
Vu sous cet angle, on comprend cette alliance qui tient de l'élémentaire défense vu le flou à l'Ouest. On peut aussi mieux comprendre les demandes à Yalta et Postdam.
Merci pour ces réponses claires et instructives.

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2016 21:15 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 681
Localisation : Kaamelott
Bonsoir,

Houla, faut se décrisper... 8-|
J'ai en effet lu les pages précédentes et creusé le net : ce n'est pas mon truc d'attendre des réponses sans avoir un peu creusé la question.
Ce conflit n'est pas mon sujet de prédilection et puis vous noterez le niveau des intervenants. Il faut connaitre ses limites et savoir aussi apprendre des autres.
Mes questions s'adressaient à Caesar Scipio car je savais que les réponses auraient été courtes et concises.
Citer :
...alors vous savez ce qui vous reste vous devez réfuter point par point ma démonstration

Pourquoi ? J'ai mes réponses. Je vous laisse votre démo mais ne me tentez pas... :mrgreen:
Personne ne vous objectera quoi que ce soit à moins que cette expression soit un euphémisme pour annoncer une évidence.
J'ai posé ces questions comme quelqu'un ayant besoin d'avoir l'avis de C. Scipio, avis qui prend en compte d'autres paramètres que le sujet initial (la phrase) et les extensions purement militaires.
Citer :
... et franchement...

... Franchement ? Je voulais un avis, je l'ai eu et chacun sait que "tourner autour du pot" n'est pas mon "truc" : une seconde fois, ne me tentez pas.... :-|

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2016 14:28 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 10 Avr 2016 21:26
Message(s) : 63
Caesar Scipio a écrit :
Préparer un conflit est une chose. Le vouloir en est une autre. Le prévoir encore une autre.


C'est votre droit de faire la distinction entre vouloir - préparer - prévoir.
Il n'en demeure pas moins que le diagnostique de CNE_EMB est exprimé avec clarté : Hitler a voulu le conflit avec la France ; il l'a préparé ; il l'a prévu.
Je crois me souvenir que vous avez signalé que vous partagez le point de vue de CNE. Dites-moi si je me trompe ? Il n'est pas exclu que j'ai mal interprété votre message.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2016 15:07 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1591
Iturraspe a écrit :
C'est votre droit de faire la distinction entre vouloir - préparer - prévoir.
Il n'en demeure pas moins que le diagnostique de CNE_EMB est exprimé avec clarté : Hitler a voulu le conflit avec la France ; il l'a préparé ; il l'a prévu.
Je crois me souvenir que vous avez signalé que vous partagez le point de vue de CNE. Dites-moi si je me trompe ? Il n'est pas exclu que j'ai mal interprété votre message.

Sans vouloir m'immiscer dans votre dialogue, je voudrais simplement citer trois phrases:
« Notre objectif primordial est d’écraser la France. Il faut rassembler d’abord toute notre énergie contre ce peuple qui nous hait. Dans l’anéantissement de la France, l’Allemagne voit le moyen de donner à notre peuple sur un autre théâtre toute l’extension dont il est capable »
Il s'agit bien sûr d'un passage de "Mein Kampf". Je pense qu'il se passe de tout commentaire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2016 20:03 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4614
Localisation : Berry
cush, Caesar Scipio,

Je crains hélas que vous ne meniez une action qui a un rapport avec un violon et le fait de se sustenter...
La manière de "dialoguer" d'Itturaspe - citations à rallonge de messages précédents sans guère de liens les uns avec les autres, mise en cause ou appui sur l'avis de contributeurs sans jamais dévoiler le sien, questionnements purement rhétoriques qui pourrissent le débat en faisant mine de le faire avancer - ressemble à s'y méprendre à celle d'un contradicteur banni depuis quelques mois.

La meilleure manière de procéder maintenant que vous avez exposé, très clairement pour autant que je puisse en juger, votre avis sur le sujet, c'est de s'abstenir de nourrir la bestiole...
My two cents worth of wisdom, comme disent les anglophones.

Cordialement à vous deux,

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2016 19:30 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Nov 2013 7:30
Message(s) : 115
J'aimerais encore une fois apporté le témoignage d'un témoin proche des événements : encore une fois il s'agit de Ciano.

Comme on le sait il a tenu un journal dont j'ai déjà cité d'amples extraits ; mais, il a aussi rédigé une courte préface, écrite en prison peu avant son exécution fin 43. En mai 39 l'Italie signe avec l'Allemagne une alliance (sur un coup de tête de Mussolini, provoqué par une énième raillerie de la presse internationale)Le "pacte d'acier" stipulait que l'Allemagne s'engageait à ne pas créer de problèmes pendant 3 ou 4 ans ; or, à l'été 1939 Hitler commence à faire des problèmes avec les Polonais. Ciano s'inquiétant de cette politique se rend personnellement en Allemagne pour en avoir le coeur net : les Allemands veulent-ils oui ou non la guerre en Pologne ?

Citer :
"Ribbentrop nia toutefois à plusieurs reprises en parlant à notre ambassadeur que l’Allemagne eut 'intention de pousser le conflit jusqu'à ses dernières conséquences. En ce qui me concerne j'avais ds doutes, et comme il m'importait d'être mieux renseigné je me rendis le 11 août à Salzbourg. C'est dans sa résidence de Fushcl qu'en attendant le dîner Ribbentrop me fit part de la décision allemande de mettre le feu aux poudres. (...) "Et bien Ribbentrop lui demandai-je que voulez-vous en somme ? Dantzig ou le corridor ?", "Plus que cela", me dit-il, en me fixant de son regard froid comme celui d'une poupée du musée Grévin, "nous voulons la guerre". (...) Hitler en vint à me dire (...) que je ne pouvais pas comprendre quel besoin urgent il avait à mettre la main sur le bois des forêts polonaises.
Les Allemands avaient établi leur plans sur des bases entièrement fausses. Ils étaient persuadés que la France et l'Angleterre assisteraient sans bouger à l'anéantissement de la Pologne. Ribbentrop me proposa même un pari au cours de l'un de ces repas sinistres que nous prenions à l'Osterreichischerhof de Salzbourg. En cas de neutralité franco-anglaise, j'aurais dû lui donner une peinture italienne. Dans le cas contraire, Ribbentrop me cédait une collection d'armes anciennes. (...) Ribbentrop a depuis lors préféré oublier ce pari et n'en a jamais payé l'écot"


Voilà qui prouve que les Allemands ne s'attendaient pas à une intervention anglaise.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2016 20:39 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4614
Localisation : Berry
Voilà qui ne prouve rien du tout de plus que Ribbentrop a dit ces choses, absolument pas qu'il y ait cru, encore moins que cela ait été le cas d'Hitler...

CNE_EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2016 10:50 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 18 Déc 2015 12:13
Message(s) : 262
Pierma a écrit :
D'après Philippe Masson ("Une guerre totale") Hitler aurait réagi à la déclaration de guerre des alliés en déclarant : "Je n'ai pas voulu cela !"

Ce propos peut paraître déconcertant venant de quelqu'un qui voulait tôt ou tard sa revanche contre la France, inscrite de longue date dans son programme.

On peut penser qu'il s'agit d'un propos à usage interne, destiné à ses généraux et à ses sbires, pour se donner le beau rôle.

Ou alors il le pensait sérieusement. Comme personne n'était dans sa tête, on ne peut que raisonner. A l'appui de cette "surprise", je vois deux arguments :
- L'armée allemande n'était pas encore prête, comme le prouvera l'épisode de la drôle de guerre.
- Français et Anglais n'en finissaient pas d'accumuler les reculades. Ils venaient de le prouver une fois de plus en restant inertes à l'invasion de la Tchécoslovaquie, alors qu'il s'agissait d'une violation des accords de Munich signés quelques mois plus tôt, et qui aurait justifié une déclaration de guerre. S'ils laissaient tomber un allié aussi important (et sa base industrielle militaire) pourquoi auraient-ils défendu la Pologne, allié beaucoup plus léger ?

Qu'en pensez-vous ? Baratin ou surprise réelle ?



Je vois que toutes ces interventions partent d'une simple supposition de Philippe Masson, sociologue, dans un ouvrage de 1990, puis d'autres suppositions enchainées ...
On dirait le sketch de Coluche ... "on s'autorise à penser, dans les milieux autorisé, qu'un accord secret pourrait être conclu ..."
Sans rancune quand même.
;)

_________________
Vulnerant omnes, ultima necat !


Dernière édition par L. VLPIVS POLLEX le 10 Mai 2016 11:01, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2016 10:58 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 711
CNE_EMB a écrit :
Voilà qui ne prouve rien du tout de plus que Ribbentrop a dit ces choses, absolument pas qu'il y ait cru, encore moins que cela ait été le cas d'Hitler...

CNE_EMB


Même pas. Cela prouve juste que Ciano a écrit cela au sujet de Ribbentrop.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2016 12:59 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Nov 2013 7:30
Message(s) : 115
Un membre du forum a cité plus haut déjà Le dossier Hitler constitué par les soviétiques et regroupant les témoignages des deux aides de camp de Hitler (Otto Günsche et Heinz Linge).
Voici ce qui est dit : Le dossier Hitler

volonté de guerre avec la Pologne :
le 18 avril, suite à un entretien avec le Gauleiter de Dantzig :
"si seulement on était déjà en guerre ! s'écria-t-il je ne serais plus obligé de m'embêter avec ces maudits Polonais. Parce que je ne vais pas me contenter d'être le Gauleiter de Dantzig ! non ! je serai le gauleiter de toue la Prusse-Occidentale quand on en aura chassé les Polonais!" p.82-83

"nous sommes au mois d'août 1939. Il règne à la chancellerie du reich une ambiance de guerre. L'entourage proche de Hitler sait que la guerre contre la Pologne est décidée et que l'attaque par les troupes allemandes peut avoir lieu à tout moment. (...) "les ambassadeurs d'Angleterre et de France ont demandé en vain une audience à Hitler. Celui-ci a ordonné de les adresser à Ribbentrop.
-Je ne veux plus les recevoir, Ribbentrop n'a qu'à s'occuper d'eux. Je n'ai pas l'intention de régler la question polonaise par des négociations avec les Polonais des Anglais ou des Français" p.88

> Hitler voulait absolument une guerre avec la Pologne.

sur l'attitude de l'Angleterre :

"Hitler resta avec Hess et Forster jusque tard dans la nuit. La conversation tournait autour de la réaction déclenchée en Angleterre par l'absorption de la Tchécoslovaquie. Hitler dit avec ironie :
-je ne vois vraiment pas pourquoi Londres est si surpris. Ils auraient du s'y attendre.
A propos des négociations que les Anglais menaient à Moscou au même moment, Forster s'interrogeait :
-de quoi peuvent-ils discuter depuis tout ce temps ? est-ce qu'ils veulent vraiment s'embarquer avec les Russes ?
Hess : - ces négociations sont un nouveau truc du gvt anglais (...) ni l'Angleterre ni la France ne s'embarqueront dans la signature d'un traité avec les Soviets.
Hitler : "le principal n'est pas là, les négociations de Moscou sont une partie double. Les anglais veulent agiter l'épouvantail russe, nous connaissons parfaitement leur position. Ils veulent faire le moins de concessions possibles sur le diktat de Versailles et à travers Moscou obtenir un accord sur l'ouest avec nous. Inutile de parler de la France : elle nage complètement dans le sillage de l'Angleterre. (..) Les anglais sont de mauvais comédiens leurs astuces ne m'impressionnent absolument pas, en allant à Moscou ils veulent me faire croire qu'ils pourraient changer d'avis" p.82-83

> Hitler est convaincu que les Anglais n'interviendront pas pour la Pologne.


Concernant la volonté de Hitler de faire la paix et non la guerre avec l'Angleterre :

Encore une fois, revenons sur ce que Ciano a noté dans son journal. Il note un changement d'attitude des Allemands après la victoire sur la France ; loin de tout triomphalisme ils veulent ménager la France pour qu'elle se détache de l'Angleterre, et ainsi forcer un peu plus l'Angleterre à une entente. Hitler essaye durant tout l'été de ménager les Anglais, espérant parvenir à une négociation mettant fin à la guerre... la perspective de l'aide américaine ne réjouit pas Hitler... d'autant que l'URSS change d'attitude également depuis la victoire éclair sur la France. Tout semble changer donc pour Hitler, qui se montre inquiet, prudent, plus sûr de lui, nerveux...

juin 1940 :
l'Italie vient d'entrer en guerre contre la France, Reynaud démissionne, Pétain prend le pouvoir, des négociations d'armistice sont en vue, les Italiens se rendent en Allemagne pour convenir de ces conditions :

16-19 juin :
"je trouve Ribbentrop transformé : pondéré calme pacifiste. Il déclare d'emblée qu'il convient de faire des conditions d'armistice modérées à la France surtout en ce qui concerne la flotte, afin d’éviter que celle-ci ne rejoigne la flotte anglaise. Les paroles de Ribbentrop me font sentir que la stimmung envers l'Angleterre est changée (...) Hitler fait de nombreuses réserves sur l'opportunité de détruire l'empire britannique qu'il considère encore aujourd'hui comme un facteur important de l'équilibre mondial. JE pose à Ribbentrop une question précise : "préférez-vous la continuation de la guerre opu la paix ?" il n'hésite pas un instant : "la paix" (...) Hitler est comme le joueur qui a fait sauter la banque: il veut quitter la table et ne pas risquer davantage. Aujourd’hui il parle avec une modération et une perspicacité qui après une victoire comme la sienne sont véritablement surprenantes (...) le Duce craint que la paix ne soit proche (...)

21 juin
"Alfieri communique les conditions d'armistice (...) elles sont modérées et prouvent que Hitler veut arriver rapidement à une entente (...)

24 juin
"La Russie se prépare à attaquer la Roumanie ce que Molotov vient d'annoncer à Shculenburg. L'Allemagne ne peut rien faire d'autre que d'accepter, mais il est évident que la politique russe devient de plus en plus nettement antiallemande. C'est à Moscou que l'on conspire le plus contre la victoire allemande.

28 juin
ultimatum russe à la Roumanie (...) la Roumanie cède (...)

30 juin
Alfieri téléphone que Hitler se trouve dans une de ces crises d'isolement qui précèdent chez lui de grandes décisions. C'est la raison pour laquelle il n'a pas encore répondu au message du Duce qui lui offrait la participation de nos forces terrestres et aériennes à l'attaque contre la Grande-Bretagne (...)

2 juillet
Alfieri fait son rapport sur son entretien avec Hitler : je suis certain qu'il y a quelque chose de nouveau dans le cerveau de cet homme, mais il est certain qu'aucune décision n'a encore été prise. En tout cas il n'a plus cet accent de certitude (...) à présent (...) il formule des doutes qui prouvent son inquiétude. En attendant il ne répond pas à l'offre de Mussolini (...)

3 juillet, l'ambassadeur américain déclare à Ciano :
"pour l'instant nous ne pensons pas à participer au conflit, nous nous armons sur une très vaste échelle et nous aidons les anglais par tous les moyens,, mais un fait nouveau pourrait être par exemple un bombardement de Londres faisant beaucoup de victimes dans la population civile"
Ciano en déduit :
"voilà pourquoi Hitler est prudent et qu'il réfléchit avant de se lancer dans l'aventure finale. D'autant plus que de nombreuses informations venant de sources diverses font prévoir que la Russie se prépare toujours plus à prendre une attitude hostile à l'égard de l'Axe. (...)
canonnade entre la flotte anglais et français à Oran (Mers El Kebir) (...) c'est un événement très important.
Dimanche je serai à Berlin, et peut-être que Hitler parlera : ce discours annoncera-t-il la paix ou la guerre totale contre la Grande-Bretagne ?

4 juillet
"Bastianini revient de Londres et rapporte que le moral est haut et personne ne doute de la victoire tout en comptant sur le long terme (..) tous aristocrates bourgeois peuple sont durs tenaces, fiers (...) l'indécision de Hitler trouve ainsi son explication. "

7 juillet
"arrivée à Berlin (...) entretien avec Hitler (...) il penche plutôt pour la continuation de la lutte et veut déchaîner une tempête de fer et de feu sur les Anglais. Cependant sa décision n'est pas encore prise et c'est pourquoi le Fürhrer a retardé son discours dont il désire comme il le dit lui-même peser chaque mot. Sa santé est bonne. Il est calme et pondéré. Très pondéré pour un Allemand qui vient de remporter la victoire."

16 juillet
"Hitler (...) annonce qu'il a décidé d'attaquer l'Angleterre"

19 juillet
"Entretien avec Ribbentrop qui me dit que le discours de Hitler sera un dernier appel à la Grande-Bretagne. Il me semble comprendre que sans vouloir l'admettre on espère et on souhaite ici (à Berlin) que cet appel ne soit pas repoussé (...) Hitler parle avec simplicité et je dirais presque avec une humanité inaccoutumée, je crois que son désir de paix est sincère. En effet, tard dans la soirée quand arrivent tout à coup les premières réactions glaciales des Anglais, les Allemands dissimulent mal leur désappointement"

20 juillet
"entretien avec le Führer (..) impression d'hier se confirme : Hitler aurait préféré s'entendre avec la Grande-Bretagne. Il sait que la guerre avec les Anglais sera dure et sanglante"

22 juillet
Halifax prononce un discours dans lequel il répond négativement à l'Allemagne.

6 août
Alfieri signale maintenant un nouvel arrêt dans l'activité germanique, mais cette fois sans l'expliquer. Y aurait-il quelque chose de vrai dans les rumeurs de négociations secrètes par l'entremise du roi de Suède ?

10 août
nous apprenons de Berlin que l'offensive est de nouveau remise. Aura-t-elle vraiment lieu ?

11 août
la luftwaffe nous demande d'envoyer des forces aériennes pour collaborer à l'action contre la Grande-Bretagne. Lorsque nous les avons offertes il y a un mois on les avait refusées sans autre manière. Maintenant on les demande. Pourquoi ?"

12 août
d'Allemagne on annonce des attaques aériennes mais rien d'autre

18 août
de Berlin on nous signale seulement une série d'indices qui prouvent que l'attaque décisive contre la GB est tout à fait imminente

22 août
important discours de Halifax le ton a changé et la possibilité d'une entente avec l'Allemagne n'est pas exclue. Le retard de l'offensive y trouverait-il son explication ?

28 août
Hitler désire me parler avant la réunion de Vienne. Aussi nous rendons-nous à Salzbourg (...) Hitler est cordial et calme comme toujours mais il a l'air plus fatigué que les autres fois. (...) Hitler rejette sur le mauvais temps la responsabilité de l'attaque manquée contre la Grande-Bretagne. (..) je déduis de ses paroles qu'il a probablement décidé de renvoyer définitivement l'action. A quand ? Hitler parait en tout cas décidé à marcher jusqu'au bout puisqu'il me raconte qu'il a rejeté une offre de médiation du roi de Suède.

4 septembre
50 contre-torpilleurs américains ont été livré à la GB. Gros émoi et indignation à Berlin

5 septembre
Hitler a parlé et a proféré de terribles menaces à l'égard de l'Angleterre. Pourtant il ne fait aucune allusion à la guerre-éclair et quelques expressions employées par lui me laissent très perplexe, par exemple, les sarcasmes vulgaires adressés à Duff Cooper. Il doit être nerveux.


> Ainsi il semble bien qu'envers et contre tout Hitler ait essayé de convenir d'une entente avec l'Angleterre. Hitler craignait un enlisement, une implication des USA à l'ouest et l'implication soviétique à l'est ; toutes ses craintes vont se réaliser.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2016 15:09 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7338
IsaacLevi a écrit :
Hitler craignait un enlisement, une implication des USA à l'ouest et l'implication soviétique à l'est ; toutes ses craintes vont se réaliser.

Sachant que pour l'URSS puis les USA, c'est lui qui a déclenché ou déclaré la guerre.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Mai 2016 15:35 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7338
Intéressant tout de même, le fait que l'aviation italienne aurait pu participer à la Bataille d'Angleterre.

L'expérience des combats aériens au dessus de Malte montrera que l'armée de l'air italienne était à un bon niveau.

Sachant déjà que la RAF est passée à deux doigts de la catastrophe...

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 ... 22  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB