Nous sommes actuellement le 26 Nov 2020 8:03

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 ... 22  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 10 Mai 2016 22:23 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 21 Sep 2008 23:29
Message(s) : 1499
Localisation : Belgique
IsaacLevi a écrit :
Un membre du forum a cité plus haut déjà Le dossier Hitler constitué par les soviétiques et regroupant les témoignages des deux aides de camp de Hitler (Otto Günsche et Heinz Linge).
Voici ce qui est dit : Le dossier Hitler

volonté de guerre avec la Pologne :
le 18 avril, suite à un entretien avec le Gauleiter de Dantzig :
"si seulement on était déjà en guerre ! s'écria-t-il je ne serais plus obligé de m'embêter avec ces maudits Polonais. Parce que je ne vais pas me contenter d'être le Gauleiter de Dantzig ! non ! je serai le gauleiter de toue la Prusse-Occidentale quand on en aura chassé les Polonais!" p.82-83

"nous sommes au mois d'août 1939. Il règne à la chancellerie du reich une ambiance de guerre. L'entourage proche de Hitler sait que la guerre contre la Pologne est décidée et que l'attaque par les troupes allemandes peut avoir lieu à tout moment. (...) "les ambassadeurs d'Angleterre et de France ont demandé en vain une audience à Hitler. Celui-ci a ordonné de les adresser à Ribbentrop.
-Je ne veux plus les recevoir, Ribbentrop n'a qu'à s'occuper d'eux. Je n'ai pas l'intention de régler la question polonaise par des négociations avec les Polonais des Anglais ou des Français" p.88

> Hitler voulait absolument une guerre avec la Pologne.

sur l'attitude de l'Angleterre :

"Hitler resta avec Hess et Forster jusque tard dans la nuit. La conversation tournait autour de la réaction déclenchée en Angleterre par l'absorption de la Tchécoslovaquie. Hitler dit avec ironie :
-je ne vois vraiment pas pourquoi Londres est si surpris. Ils auraient du s'y attendre.
A propos des négociations que les Anglais menaient à Moscou au même moment, Forster s'interrogeait :
-de quoi peuvent-ils discuter depuis tout ce temps ? est-ce qu'ils veulent vraiment s'embarquer avec les Russes ?
Hess : - ces négociations sont un nouveau truc du gvt anglais (...) ni l'Angleterre ni la France ne s'embarqueront dans la signature d'un traité avec les Soviets.
Hitler : "le principal n'est pas là, les négociations de Moscou sont une partie double. Les anglais veulent agiter l'épouvantail russe, nous connaissons parfaitement leur position. Ils veulent faire le moins de concessions possibles sur le diktat de Versailles et à travers Moscou obtenir un accord sur l'ouest avec nous. Inutile de parler de la France : elle nage complètement dans le sillage de l'Angleterre. (..) Les anglais sont de mauvais comédiens leurs astuces ne m'impressionnent absolument pas, en allant à Moscou ils veulent me faire croire qu'ils pourraient changer d'avis" p.82-83

> Hitler est convaincu que les Anglais n'interviendront pas pour la Pologne.


Concernant la volonté de Hitler de faire la paix et non la guerre avec l'Angleterre :

Encore une fois, revenons sur ce que Ciano a noté dans son journal. Il note un changement d'attitude des Allemands après la victoire sur la France ; loin de tout triomphalisme ils veulent ménager la France pour qu'elle se détache de l'Angleterre, et ainsi forcer un peu plus l'Angleterre à une entente. Hitler essaye durant tout l'été de ménager les Anglais, espérant parvenir à une négociation mettant fin à la guerre... la perspective de l'aide américaine ne réjouit pas Hitler... d'autant que l'URSS change d'attitude également depuis la victoire éclair sur la France. Tout semble changer donc pour Hitler, qui se montre inquiet, prudent, plus sûr de lui, nerveux...

juin 1940 :
l'Italie vient d'entrer en guerre contre la France, Reynaud démissionne, Pétain prend le pouvoir, des négociations d'armistice sont en vue, les Italiens se rendent en Allemagne pour convenir de ces conditions :

16-19 juin :
"je trouve Ribbentrop transformé : pondéré calme pacifiste. Il déclare d'emblée qu'il convient de faire des conditions d'armistice modérées à la France surtout en ce qui concerne la flotte, afin d’éviter que celle-ci ne rejoigne la flotte anglaise. Les paroles de Ribbentrop me font sentir que la stimmung envers l'Angleterre est changée (...) Hitler fait de nombreuses réserves sur l'opportunité de détruire l'empire britannique qu'il considère encore aujourd'hui comme un facteur important de l'équilibre mondial. JE pose à Ribbentrop une question précise : "préférez-vous la continuation de la guerre opu la paix ?" il n'hésite pas un instant : "la paix" (...) Hitler est comme le joueur qui a fait sauter la banque: il veut quitter la table et ne pas risquer davantage. Aujourd’hui il parle avec une modération et une perspicacité qui après une victoire comme la sienne sont véritablement surprenantes (...) le Duce craint que la paix ne soit proche (...)

21 juin
"Alfieri communique les conditions d'armistice (...) elles sont modérées et prouvent que Hitler veut arriver rapidement à une entente (...)

24 juin
"La Russie se prépare à attaquer la Roumanie ce que Molotov vient d'annoncer à Shculenburg. L'Allemagne ne peut rien faire d'autre que d'accepter, mais il est évident que la politique russe devient de plus en plus nettement antiallemande. C'est à Moscou que l'on conspire le plus contre la victoire allemande.

28 juin
ultimatum russe à la Roumanie (...) la Roumanie cède (...)

30 juin
Alfieri téléphone que Hitler se trouve dans une de ces crises d'isolement qui précèdent chez lui de grandes décisions. C'est la raison pour laquelle il n'a pas encore répondu au message du Duce qui lui offrait la participation de nos forces terrestres et aériennes à l'attaque contre la Grande-Bretagne (...)

2 juillet
Alfieri fait son rapport sur son entretien avec Hitler : je suis certain qu'il y a quelque chose de nouveau dans le cerveau de cet homme, mais il est certain qu'aucune décision n'a encore été prise. En tout cas il n'a plus cet accent de certitude (...) à présent (...) il formule des doutes qui prouvent son inquiétude. En attendant il ne répond pas à l'offre de Mussolini (...)

3 juillet, l'ambassadeur américain déclare à Ciano :
"pour l'instant nous ne pensons pas à participer au conflit, nous nous armons sur une très vaste échelle et nous aidons les anglais par tous les moyens,, mais un fait nouveau pourrait être par exemple un bombardement de Londres faisant beaucoup de victimes dans la population civile"
Ciano en déduit :
"voilà pourquoi Hitler est prudent et qu'il réfléchit avant de se lancer dans l'aventure finale. D'autant plus que de nombreuses informations venant de sources diverses font prévoir que la Russie se prépare toujours plus à prendre une attitude hostile à l'égard de l'Axe. (...)
canonnade entre la flotte anglais et français à Oran (Mers El Kebir) (...) c'est un événement très important.
Dimanche je serai à Berlin, et peut-être que Hitler parlera : ce discours annoncera-t-il la paix ou la guerre totale contre la Grande-Bretagne ?

4 juillet
"Bastianini revient de Londres et rapporte que le moral est haut et personne ne doute de la victoire tout en comptant sur le long terme (..) tous aristocrates bourgeois peuple sont durs tenaces, fiers (...) l'indécision de Hitler trouve ainsi son explication. "

7 juillet
"arrivée à Berlin (...) entretien avec Hitler (...) il penche plutôt pour la continuation de la lutte et veut déchaîner une tempête de fer et de feu sur les Anglais. Cependant sa décision n'est pas encore prise et c'est pourquoi le Fürhrer a retardé son discours dont il désire comme il le dit lui-même peser chaque mot. Sa santé est bonne. Il est calme et pondéré. Très pondéré pour un Allemand qui vient de remporter la victoire."

16 juillet
"Hitler (...) annonce qu'il a décidé d'attaquer l'Angleterre"

19 juillet
"Entretien avec Ribbentrop qui me dit que le discours de Hitler sera un dernier appel à la Grande-Bretagne. Il me semble comprendre que sans vouloir l'admettre on espère et on souhaite ici (à Berlin) que cet appel ne soit pas repoussé (...) Hitler parle avec simplicité et je dirais presque avec une humanité inaccoutumée, je crois que son désir de paix est sincère. En effet, tard dans la soirée quand arrivent tout à coup les premières réactions glaciales des Anglais, les Allemands dissimulent mal leur désappointement"

20 juillet
"entretien avec le Führer (..) impression d'hier se confirme : Hitler aurait préféré s'entendre avec la Grande-Bretagne. Il sait que la guerre avec les Anglais sera dure et sanglante"

22 juillet
Halifax prononce un discours dans lequel il répond négativement à l'Allemagne.

6 août
Alfieri signale maintenant un nouvel arrêt dans l'activité germanique, mais cette fois sans l'expliquer. Y aurait-il quelque chose de vrai dans les rumeurs de négociations secrètes par l'entremise du roi de Suède ?

10 août
nous apprenons de Berlin que l'offensive est de nouveau remise. Aura-t-elle vraiment lieu ?

11 août
la luftwaffe nous demande d'envoyer des forces aériennes pour collaborer à l'action contre la Grande-Bretagne. Lorsque nous les avons offertes il y a un mois on les avait refusées sans autre manière. Maintenant on les demande. Pourquoi ?"

12 août
d'Allemagne on annonce des attaques aériennes mais rien d'autre

18 août
de Berlin on nous signale seulement une série d'indices qui prouvent que l'attaque décisive contre la GB est tout à fait imminente

22 août
important discours de Halifax le ton a changé et la possibilité d'une entente avec l'Allemagne n'est pas exclue. Le retard de l'offensive y trouverait-il son explication ?

28 août
Hitler désire me parler avant la réunion de Vienne. Aussi nous rendons-nous à Salzbourg (...) Hitler est cordial et calme comme toujours mais il a l'air plus fatigué que les autres fois. (...) Hitler rejette sur le mauvais temps la responsabilité de l'attaque manquée contre la Grande-Bretagne. (..) je déduis de ses paroles qu'il a probablement décidé de renvoyer définitivement l'action. A quand ? Hitler parait en tout cas décidé à marcher jusqu'au bout puisqu'il me raconte qu'il a rejeté une offre de médiation du roi de Suède.

4 septembre
50 contre-torpilleurs américains ont été livré à la GB. Gros émoi et indignation à Berlin

5 septembre
Hitler a parlé et a proféré de terribles menaces à l'égard de l'Angleterre. Pourtant il ne fait aucune allusion à la guerre-éclair et quelques expressions employées par lui me laissent très perplexe, par exemple, les sarcasmes vulgaires adressés à Duff Cooper. Il doit être nerveux.


> Ainsi il semble bien qu'envers et contre tout Hitler ait essayé de convenir d'une entente avec l'Angleterre. Hitler craignait un enlisement, une implication des USA à l'ouest et l'implication soviétique à l'est ; toutes ses craintes vont se réaliser.


Isaac Levi,

un grand merci pour ces liens et pour vos interventions dans le debat.

Cordialement, Paul.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2016 1:56 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7338
Je pense que "Le dossier Hitler", source issue des interrogatoires par le NKVD de Heinz Linge et Otto Günsche de 45 à 49 ( ! ) risque bien d'être une source faisandée.

Qui parle, là-dedans ? Les Allemands ou les Soviétiques ? Le NKVD sachant qu'il va être lu par Staline, à qui il faut éviter tout chagrin ? (Tout ça peut bien prendre quatre ans ! ) :mrgreen:

Typiquement, le propos tenu par Hitler selon lequel les négociations des Anglais avec la Russie ne sont qu'une gesticulation pour l'impressionner me semble une excellente justification à postériori du pacte germano-soviétique.

Notons la précision des souvenirs des deux Allemands, sur des propos tenus six ans plus tôt :
Citer :
A propos des négociations que les Anglais menaient à Moscou au même moment, Forster s'interrogeait :
-de quoi peuvent-ils discuter depuis tout ce temps ? est-ce qu'ils veulent vraiment s'embarquer avec les Russes ?
Hess : - ces négociations sont un nouveau truc du gvt anglais (...) ni l'Angleterre ni la France ne s'embarqueront dans la signature d'un traité avec les Soviets.
Hitler : "le principal n'est pas là, les négociations de Moscou sont une partie double. Les anglais veulent agiter l'épouvantail russe, nous connaissons parfaitement leur position. Ils veulent faire le moins de concessions possibles sur le diktat de Versailles et à travers Moscou obtenir un accord sur l'ouest avec nous. Inutile de parler de la France : elle nage complètement dans le sillage de l'Angleterre. (..) Les anglais sont de mauvais comédiens leurs astuces ne m'impressionnent absolument pas, en allant à Moscou ils veulent me faire croire qu'ils pourraient changer d'avis"


De plus on a l'impression que les deux témoins sont assis à côté des interlocuteurs. En fait Heinz Linge est le majordome d'Hitler (il a fait une école hôtelière) et Otto Günsche son officier d'ordonnance, mais d'après Wiki seulement à partir de 1940.

Bref, ce "Dossier Hitler" passé par Moscou ne me paraît pas la source la plus fiable qui soit sur les états d'âme d'Hitler en septembre 39, mais je peux me tromper.

Les biographies des deux témoins sur Wiki : (qui peut se tromper aussi) :mrgreen:

- Heinz Linge
- Otto Günsche
Seul le second était encore vivant au moment où ce dossier a été publié en Allemagne, en 94.

(En revanche tous les deux ont publié ou se sont exprimés sur les évènements du bunker à la fin d'Hitler, mais là ils étaient libres et pas devant un interrogateur soviétique. De plus, ils ne sont pas les seuls témoins à l'avoir fait.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 20:09 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
Hitler était-il méfiant vis-à-vis de l'armée française ? Si on suit cette hypothèse, il aurait été préférable pour Hitler d'attendre un an, voire plus, pour affronter la France. Juste le temps de faire tourner les usines allemandes à plein régime.
Mais Hitler a continué l'attaque de la Pologne malgré l'avertissement de la France et de l'Angleterre.

Même si les faits sont connus, il faut les rappeler : c'est le 2 septembre que Berlin reçoit un ultimatum exigeant, dans un délai de 12 heures, le retrait des troupes allemandes engagées en Pologne.

Le rejet de l'ultimatum me fait penser qu'Hitler n'était pas tellement effrayé par les capacités militaires de la France. Peut-être a-t-il sous-estimé la menace. La victoire éclair de l'armée allemande en 1940 reste une énigme si l'on en croit Karl-Heinz Frieser. Une victoire chanceuse peut-être.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 20:46 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7338
Borsig a écrit :
La victoire éclair de l'armée allemande en 1940 reste une énigme si l'on en croit Karl-Heinz Frieser. Une victoire chanceuse peut-être.

Ce n'est en aucune façon une énigme, au point que l'analyse militaire écrite dans l'année par Marc Bloch reste pertinente.

Bon, il ne savait pas tout, mais les historiens ont éclairé tous les aspects de cette victoire depuis longtemps.

Victoire chanceuse, non, sauf si on tient pour une chance l'incompétence des généraux français.

Surprenante, plutôt. Pendant toute la course de Guderian vers la mer, l'OKW s'inquiète d'une contre-offensive des Français depuis le sud. Comment imaginer que Gamelin n'a conservé aucune réserve, ce qui est contraire à toutes les règles militaires ? Bonne surprise, donc.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 21:03 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
L. VLPIVS POLLEX a écrit :
Je vois que toutes ces interventions partent d'une simple supposition de Philippe Masson, sociologue, dans un ouvrage de 1990, puis d'autres suppositions enchainées ...

C'est peut-être une simple supposition de PM, toujours est-il que le fil ouvert par Pierma nous incite à poser les bonnes questions : quelles étaient les intentions d'Adolf Hitler ? Est-ce qu'il était impatient d'affronter la France et l'Angleterre ? Pourquoi ne pas temporiser encore au lieu de provoquer une guerre à l'Ouest en 1939 ?



cush a écrit :
« Notre objectif primordial est d’écraser la France. Il faut rassembler d’abord toute notre énergie contre ce peuple qui nous hait. Dans l’anéantissement de la France, l’Allemagne voit le moyen de donner à notre peuple sur un autre théâtre toute l’extension dont il est capable »
Il s'agit bien sûr d'un passage de "Mein Kampf".

Ce passage de "Mein Kampf" ne permet pas de savoir quel était le moment propice pour affronter la France.
A ma connaissance aucun passage de "Mein Kampf" ne permet de savoir quel était le moment propice.
De toute façon il s'agit d'un livre écrit 15 ans avant le début de la guerre. A cette époque là Hitler n'était même pas au pouvoir. Il n'était qu'un politicien sans grande envergure.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 22:08 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1591
Borsig a écrit :

cush a écrit :
« Notre objectif primordial est d’écraser la France. Il faut rassembler d’abord toute notre énergie contre ce peuple qui nous hait. Dans l’anéantissement de la France, l’Allemagne voit le moyen de donner à notre peuple sur un autre théâtre toute l’extension dont il est capable »
Il s'agit bien sûr d'un passage de "Mein Kampf".

Ce passage de "Mein Kampf" ne permet pas de savoir quel était le moment propice pour affronter la France.
A ma connaissance aucun passage de "Mein Kampf" ne permet de savoir quel était le moment propice.
De toute façon il s'agit d'un livre écrit 15 ans avant le début de la guerre. A cette époque là Hitler n'était même pas au pouvoir. Il n'était qu'un politicien sans grande envergure.


Ce n'était pas la question, c'était une réponse à Ituraspe qui sous entend dans une de ses intervention qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 22:38 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
Pierma, je suis étonné par ce que vous avez écrit sur ce fil de discussion. Par exemple vous dites :
Citer :
il a les moyens militaires de sa politique. Il n'a absolument rien à craindre.


S'il n'a aucune crainte, c'est peut-être parce qu'il a sous-estimé les hommes et le matériel de l'armée française.
A moins que vous ne soyez dans l'idée que l'armée française était vraiment faible ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 23:11 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
cush a écrit :
c'était une réponse à Ituraspe qui sous entend dans une de ses intervention qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France.


J'ai dû rater un épisode ! Ainsi donc, Ituraspe aurait sous-entendu qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France ???
Ituraspe aurait donc changé d'avis en cours de route !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2016 23:49 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1591
Borsig a écrit :
J'ai dû rater un épisode ! Ainsi donc, Ituraspe aurait sous-entendu qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France ???
Ituraspe aurait donc changé d'avis en cours de route !


Ce n'est pas à moi qu'il faut le demander, mais à lui...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 0:30 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
cush a écrit :
c'était une réponse à Ituraspe qui sous entend dans une de ses intervention qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France.


Pouvez-vous me dire quel est ce post où Ituraspe aurait sous-entendu qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 0:43 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1591
Borsig a écrit :
Pouvez-vous me dire quel est ce post où Ituraspe aurait sous-entendu qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France ?


Je vous laisse le soin de relire l'ensemble de la discussion...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 1:05 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7338
Borsig a écrit :
Pierma, je suis étonné par ce que vous avez écrit sur ce fil de discussion. Par exemple vous dites :
Citer :
il a les moyens militaires de sa politique. Il n'a absolument rien à craindre.


S'il n'a aucune crainte, c'est peut-être parce qu'il a sous-estimé les hommes et le matériel de l'armée française.
A moins que vous ne soyez dans l'idée que l'armée française était vraiment faible ?

Il y a déjà eu plusieurs réponses à cette question sur ce fil.

Pour ma part, j'ai souligné que l'armée française n'avait aucune intention offensive, qui aurait impliqué de violer la neutralité belge.

CNE_EMB a évoqué les délais nécessaires à la mobilisation - y compris des divisions d'active - et à la mise en place de l'armée.

Ajoutez à cela les délais nécessaires à la mise en place d'une offensive de grand style, que les services allemands auraient détecté, et vous arrivez à la conclusion : Hitler avait tout le temps nécessaire pour régler le cas de la Pologne avant de se soucier du front ouest. Qu'aurait-il à craindre ?

A cette date - fin octobre 39 - il dispose de moyens militaires suffisants pour s'attaquer à la France. Le problème c'est de le faire à coup sûr et ça c'est plus délicat.

Il va donner et annuler plusieurs fois l'ordre d'offensive, preuve qu'il n'est pas sûr de sa supériorité. S'il n'attaque pas immédiatement c'est parce qu'il veut un plan décisif et qu'il n'est pas satisfait de ce que lui propose son état-major. (une réédition du plan Schlieffen risque de mener à un enlisement, en tous cas c'est son estimation, et puis ce plan tombe par accident entre les mains des alliés.) Par ailleurs ce délai permet de corriger certaines insuffisances constatées en Pologne et de renforcer les moyens de son armée. En clair il veut assurer le coup. L'armée allemande va se préparer et se renforcer pendant six mois et se doter d'un plan qui se révèlera excellent.

La faiblesse de l'armée française ? En septembre elle ne dispose encore d'aucune des 4 DCR qu'elle va mettre sur pied pendant la drôle de guerre. (en comptant la 4e DCR qui n'est pas encore rassemblée le 10 mai 40.) Elle ne va même pas utiliser ces six mois pour s'entraîner sérieusement. Elle ne tire aucun enseignement de la campagne de Pologne, dont le 2ème Bureau fournit pourtant une analyse détaillée, et Gamelin ne bouge pas d'un pouce son plan pré-établi. (sauf pour mettre au point la variante Bréda, réponse en cas d'attaque de la Hollande, qui va le priver de la seule armée qui aurait pu servir de réserve.)

En nombre de divisions, il faut compter toutes les divisions françaises, anglaises, belges et hollandaises pour arriver à un total équivalent à l'armée allemande, ce qui n'est pas un gage de cohésion. Il y aurait aussi beaucoup à dire sur la répartition en divisions de série A et B, sur les divisions de forteresse pour la ligne Maginot, mais je ne vais pas refaire toute l'histoire de la campagne de mai 40 : la faiblesse de l'armée française est un fait.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 2:17 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
Merci Pierma.
Merci pour ce message détaillé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 2:36 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 03 Avr 2016 0:35
Message(s) : 251
cush a écrit :
Borsig a écrit :
Pouvez-vous me dire quel est ce post où Ituraspe aurait sous-entendu qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France ?


Je vous laisse le soin de relire l'ensemble de la discussion...


C'est vite fait puisqu'Ituraspe n'a écrit que 13 messages. Aucun des 13 messages ne laisse entendre ou sous-entendre qu'Hitler ne voulait pas d'une guerre avec la France.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2016 12:54 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général

Inscription : 11 Oct 2012 21:58
Message(s) : 1591
Soit, mettons ça sur le compte de ma bêtise crasse et arrêtons nous là.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 318 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 ... 22  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 26 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB