Nous sommes actuellement le 07 Déc 2019 19:05

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 02 Avr 2019 17:18 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
Je vous fais part d'un épisode qui se situe en 1941, où la politique extérieure française n'est pas encore complètement tranchée : la tentative du général Groussard. Je mets le texte entier du passage sur cet épisode du chapitre 10, La politique de collaboration jusqu'à la fin de 1941, de l'ouvrage classique de Jean-Baptiste Duroselle, La politique étrangère de la France. l'Abîme, 1939-1944, Points Seuil H138, pp. 357-359 :

L'HOMME

Citer :
Pourtant il existe une dernière tentative directe qui se situe en juin-juillet 1941, mais avait été combinée bien avant cette date. Elle est beaucoup plus limitée, car elle émane d'un groupe de ministres, avec un appui incertain du Maréchal, et non de tout le gouvernement de Vichy.
L'initiateur fut le général Georges Grouchard. Chef d'État-Major du général Dentz, commandant de la région de Paris, avant la défaite, il put se rendre à Vichy en juillet 1940. L'idée lui vint aussitôt de forger des «noyaux de résistance». Il était l'ami d'Alibert et du premier ministre des Colonies, Lémery. Il entra en relations avec Charles Fourcaud, déjà au service de Londres, et retrouva son ami Loustaunau-Lacau. Quand Huntziger devint Minsitre de la Guerre, il alla le trouver dès le 8 septembre. tous deux faisaient partie de l'infanterie coloniale. Le chef d'État-major Huntziger, le colonel puis général Lacaille, l'appuya, ainsi que Peyrouton, ministre de l'Intérieur.

Nommé «Inspecteur général des Services de Sûreté nationale», il créa une véritable policé parallèle, le Centres d'Études et d'Information, omposé principalement d'anciens membres de ce qu'on appelait la Cagoule, dont il n'avait d'ailleurs pas fait partie. Ses «groupes de protection» ou GP jouèrent un rôle dans l'arrestation de Laval. Mais celle-ci, par la fureur qu'elle causa du côté allemand, incita Peyrouton à la prudence, et le CIE fut dissous.


SON OBJECTIF

Citer :
Groussard décida alors d'aller en Grande-Bretagne, dans le but :
-1° d'établir des liens solides avec les Anglais
- 2° d'unifier les premiers éléments de la résistance sous l'autorité du Service de Renseignement (SR), dont il deviendrait le chef occulte (au moins
pour l'Armée et l'Air);
- 3° d'essayer de gagner de Gaulle à ses idées.

Il négocia tous ces points avec Huntziger- plus réservé que lui sur les contacts Vichy-De Gaulle, mais qui souhaitait ardemment les contacts
Vichy-Angleterre. Peyrouton, Alibert (ministre jusqu'en février), le docteur Ménétrel soutenaient ces projets. Darlan, qui croyait à la
victoire allemande, fut tenu soigneusement à l'écart.


SA TENTATIVE

Citer :
Le départ fut retardé de deux mois, car Loustaunau-Lacau, fondateur du futur réseau Alliance, ne réussit pas à mettre au point une
liaison aérienne. Muni d'un faux-Passeport Groussard partit finalement le 12 juin, via l'ESpagne et le Portugal, et arriva à Londres le 14.
Il sera de retour à Vichy le 5 juillet. On notera que ce séjour eut lieu en pleine guerre de Syrie.

A Londres, il fut accueilli par Passy -signe qu'il entendait entrer en contact avec les gaullistes. De Gaulle se trouvait au Moyen-Orient et
il ne le vit pas. Les Anglais voulaient l'empêcher de rencontrer Dejean, le directeur des Affaires Extérieures. Il le verra cependant, mai cette rencontre n'eut guère de signification. Le volet de son programme Vichy-de Gaulle dut être provisoirement abandonné. Par contre,
le problème Vichy-Angleterre fut étudié avec le plus grand soin. En effet, outre les hommes de l'Intelligence Service, il vit plusieurs fois Churchill et Anthony Eden, ainsi que l'ambassadeur américain Winant. Churchill déclara qu'il comprenait le «caractère surhumain»
de la tâche accomplie à Vichy. «Dites à Vichy que je respecte profondément la personne du maréchal Pétain. Jamais je n'ai cru que cet homme
puisse souhaiter la victoire allemande.» Mais il n'est pas capable de faire le travail qu'il veut faire...Le voila subitement appelé à trancher sur toutes sortes de problèmes auxquels il ne connaît rien». Seuls les imbéciles sont pour une stricte neutralité Notre cause est commune.
Ce qui fut convenu, au cours de ces conversations, c'est que Groussard reviendrait bientôt en Angleterre pour voir de Gaulle.
«J'aurai, dès mon retour, deux buts : 1° essayer d'aider à l'unification de la résistance; 2° arriver à ce que les Alliés d'une
part, le Général de Gaulle d'autre part, concluent des accords précis avec certains membres du gouvernement de Vichy,
le maréchal Pétain approuvant ces accords.»

Pétain ne reçut pas Groussard, mais celui-ci parla longuement à Ménétrel. Le Maréchal avait dit à Huntziger qu'il était «partisan à fond de la continuation des pourparlers à Londres». Cela avait-il une grande valeur ? Pour le mesurer il suffit de voir la suite immédiate. Le 13 juillet Ménétrel remit à Groussard un passeport pour son départ, fixé au 24. Le 15 juillet, des policiers vinrent arrêter Groussard à son domicile. C'était l'oeuvre de Darlan. Le Maréchal ne fit absokument rien pour le faire libérer. «Rester fidéle à Pétain, c'était se lier à un homme, qui devenait une ombre, une ombre portant beau»...
La dernière tentative de rapprochement Vichy-Angleterre avait échoué. et cela d'autant plus que le 22 novembre 1941,Hunrtziger
périra dans un accident d'avion.




Je me suis procuré le Tome de l'History of the Second Wolrd War, sur la British Policy on the Second WOlrd War par
Sir Llewellyn Woodward, 1962. Il n'y a apparemment qu'une note à propos de Grouchard et de l'épisosde précédent, p. 102 :

Citer :
[...]In the latter part of june, 1941, a Colonel Groussard came to London with the knowledge of Marshall Pétain and
General Huntziger. The main purpose of his visit seemed to be to obtain information which would enable the Vichy authorities
to assess the chances of a British victory. He did not suggest any hope of french assistance to the Allied cause, or any readiness on
the side of Vichy to make sacrifices in order to bring about the defat of Germany.


Citer :
À la fin du mois de juin 1941, un colonel Groussard s’est rendu à Londres avec la connaissance du maréchal Pétain etGénéral Huntziger.
Le but principal de sa visite semblait être d’obtenir des informations qui permettraient aux autorités de Vichyd'évaluer les chances d'une
victoire britannique. Il ne suggérait aucun espoir d’assistance française à la cause alliée, ni de volonté dele côté de Vichy à faire des sacrifices
afin de provoquer la défaite de l'Allemagne.


Connaissiez vous cet épisode ?

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 17:51 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Cela fait parti de cette période compliquée et pathétique où il y a eu pendant un court instant des vichyssois-résistants si l'on peut dire. Car, au début, la majorité des gens ce Vichy est "anti-boche" comme ils disaient. Il n' y avait pas plus anti-allemands que les gens de l'Action française. Ce que j'ai pu retenir à travers mes lectures, c'est que ces anciens militaires étaient anti-allemands et anti-communistes. Puis très vite tout devient compliqué et Vichy bascule vers plus de Collaboration. Je m'excuse de mon manque de précision mais c'est l'ébauche de synthèse qui me reste en tête après mes nombreuses lectures aujourd'hui anciennes.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 17:51 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3077
Localisation : Versailles
Non. Je n'en avais jamais ouî parler ni lu avant ce soir.
Merci beaucoup !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 19:46 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
Oulligator a écrit :
Il n'y a apparemment qu'une note à propos de Grouchard


Il faut bien sur rétablir " à propos de Groussard"... :oops:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 19:58 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
Quelques éléments supplémentaires non sur l'épisode lui-même mais sur le personnage qui fait partie des Résistants officiels :

Image


Wikipédia a écrit :
En juin 1941, Groussard part à Londres pour tenter de convaincre Winston Churchill de signer des accords secrets avec Vichy. Il est arrêté à son retour, le 15 juillet 1941, sur ordre de Darlan. Libéré, à nouveau arrêté au retour de Laval puis relâché, il passe en Suisse où il réactive des réseaux de renseignements militaires baptisés pour l'occasion « Réseaux Gilbert » et qu'il fait travailler pour l'Intelligence Service.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 20:08 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2879
Il y a aussi eu des contacts avec l'armée d'armistice pour un projet de débarquement à La Palice dont les Français se seraient emparés rapidement...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 22:55 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6243
Il manque un épisode à ce calendrier : le 3 juillet, Churchill déclenche l'opération Catapult contre la flotte française, dont Mers el Kébir sera l'épisode le plus violent, avec 1300 tués chez les marins français.

Les Anglais n'avaient tout simplement pas été informés de la modification d'une clause de l'Armistice, qui mettait la flotte française à l'abri, à Toulon, d'une surprise allemande. (L'armistice stipulait "dans leurs ports du temps de paix", ce qui incluait Brest et Cherbourg, tandis que Hitler s'y engageait "à ne pas tenter de s'en emparer", ce qui dans sa bouche...)

Donc évidemment Darlan devient fou et passe au soutien de l'Allemagne. Plusieurs ministres demandent qu'on déclare la guerre à l'Angleterre, ce que Pétain coupera d'un mot :"Une défaite suffit."

Bref les chances de la mission Groussard...

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Avr 2019 23:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1602
Ajoutons l'expédition de Dakar en septembre 1940.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 7:26 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4177
Localisation : Berry
Si je lis bien, la mission Groussard, c'est juin-juillet 1941, pas 1940. Mers-el-Kébir et Dakar ont eu lieu, mais près d'un an auparavant. Non, le fait important qui "tue" la mission, c'est le lancement d'"Exporter" au Levant, entre autres considérations.

CEN EdG

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 8:19 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
Oui la tentative se situe bien en juin-juillet 1941, au moment de la guerre en Syrie :

Wikipédia a écrit :
opération Exporter du 8 juin au 11 juillet 1941


Sa tentative effectivement n'avait que peu de chance de réussir à ce moment-là.

A noter qu'il est bien Colonel Groussard et non Général comme c'est indiqué dans l'ouvrage de Duroselle...

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 15:13 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
En fait d'après sa notice Wikipedia, De Gaulle lui proposa les galons de général mais Groussard les refusa. Il quitta l'armée peu de temps après.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 17:22 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6243
Au temps pour moi, je n'avais pas percuté sur l'année. ça ne m'a pas effleuré l'esprit, parce qu'imaginer une coopération à cette date là ne me semble pas sérieux : il y a beau temps que les Anglais avaient mesuré la dépendance de Vichy par rapport à l'Allemagne.

L'Angleterre avait fait savoir officiellement qu'elle cessait de considérer le gouvernement de Vichy comme celui d'un pays indépendant. :!:

Mais il y a eu jusqu'au 8 novembre 42 des acharnés pleins d'illusions qui ne désespéraient pas de refaire basculer Vichy dans le camp allié.

Lacouture signale une autre mission en 41, celle du professeur Rougier, mandaté par Vichy. Je crois qu'il a obtenu côté anglais l'assurance que l'approvisionnement de la métropole depuis ses colonies - ou depuis l'AFN, j'ai oublié - ne serait pas entravé par Londres - c'est un gros morceau : on savait trop que les Allemands pillaient la production agricole française - et dans l'autre sens, que Vichy ne chercherait pas à reprendre les territoires d'AEF dont s'étaient emparés les gaullistes.)

Il a essayé d'aller au delà, de sa propre initiative, pour aller vers un accord de coopération, mais découragé par l'accueil sur ce sujet, est retourné à ses études. (il était prof de philo à l'université de Besançon.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 18:34 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Je fais un paralléle entre Loustaunau Lacau et Groussard. Tous deux sont des officiers de tradition, nationalistes et viscéralement anti-allemands. Tous deux veulent résister à l'ennemi. Tous deux pensent trouver un soutien de la part de Vichy. C'est un échec : on a vu les tribulations de Groussard et Loustaunau Lacau, c'est pire car après son arrestation il est déporté à Mathausen. Groussard passe en Suisse. Avant son arrestation, Loustaunau Lacau a jeté les bases du Réseau Alliance. Le Réseau Alliance, ce n'était pas rien : il faut lire de Marie Madeleine Fourcade "L'arche de Noé" où on voit les résultats et malheureusement le martyrologe.
J'en arrive à ma conclusion, c'est que ces deux officiers ayant perdu tout espoir avec Vichy se sont tournés vers l'Intelligence Service. De Gaulle : connait pas. BCRA :connait pas. Les Anglais leur paraissaient sans doute autrement plus fiables que la France libre.
Je suis ouvert à la critique de mon point de vue.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 19:13 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1009
Pierma a écrit :
mandaté par Vichy


Il me semble avoir lu (Kersaudy ? mais plus vraisemblablement Duroselle récemment) que sa mission était beaucoup plus officieuse, même si le Maréchal était bien au courant et que le professeur Rougier a beaucoup exagéré l'importance de sa mission.


Faget a écrit :
De Gaulle : connait pas


Apparemment, même si le colonel Groussard n'a pas vu De Gaulle à Londres la première fois qu'il y ait allé, par la suite il a cherché a entrer en contact avec lui, comme il le dit dans l'interview qu'il a accordé au Comité d'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale après guerre (Archives Nationales, réseaux Gilbert : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/consultationIR.action?irId=FRAN_IR_053870&udId=cu00dip5c3a--9djao9wxb668&details=true&gotoArchivesNums=false&auSeinIR=true&formCaller=GENERALISTE&fullText=réseaux%20gilbert

Il lui aurait envoyé un rapport ou quelque chose du style qui aurait été «enterré» à Londres.

J'ai pris des screenshots de cette interview, j'essaierai plus tard de retranscrire (c'est dactylographié-numérisé) les passages qui concernent cet épisode.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Avr 2019 21:24 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6243
Oulligator a écrit :
Pierma a écrit :
mandaté par Vichy


Il me semble avoir lu (Kersaudy ? mais plus vraisemblablement Duroselle récemment) que sa mission était beaucoup plus officieuse, même si le Maréchal était bien au courant et que le professeur Rougier a beaucoup exagéré l'importance de sa mission.

Oui, mandaté est un grand mot. Mais je crois qu'il avait eu l'accord oral de Pétain. (Ce qui ne mange pas de pain, mais s'il a bien obtenu l'accord que j'ai mentionné ce n'est pas négligeable.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 24 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB