Nous sommes actuellement le 03 Avr 2020 21:35

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Poèmes
Message Publié : 04 Août 2007 17:06 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 02 Août 2007 22:45
Message(s) : 38
Localisation : Liège
Je ne sais pas si c'est permis sur ce site :?:

Mais dans le doute, voici - parmis tant d'autres - un poème d'Eustache Deschamps qui, à la fin du XIV è siècle, chante ses regrets de quitter la capitale :

" Adieu m'amour, adieu douces fillettes,
adieu Grant Pont, hales, estuves, bains,
adieu pourpoint, chauces, vestures nettes,
adieu harnois, tant clouez comme plains *,
adieu mole lis, broderie et beaux seins,
adieu dances, adieu qui les hantez,
adieu connins **, perdix que je reclaims ***,
adieu Paris, adieu petiz pastez

Adieu chapeulx faix de toutes flourettes,
adieu bons vins, ypocras, douls compains ****,
adieu poisson de mer, d'eaues doucettes,
adieu moustiers ou l'on voit les doulx saints
dont plusieurs sont maintefois chapellains,
adieu déduit ***** et dames qui chantez,
en Lanquedoc m'en vais comme contrains
Adieu Paris, adieu petiz pastez ...


* pleins
** lapins
*** appelle
**** compagnons
***** divertissements amoureux


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Sep 2007 21:53 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 02 Août 2007 22:45
Message(s) : 38
Localisation : Liège
L'Épitaphe de Villon ou " Ballade des pendus "


Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Sep 2007 20:23 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2006 23:34
Message(s) : 588
ah Villon ! aime:

_________________
le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder (Oscar Wilde)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : roi renaud
Message Publié : 07 Nov 2007 16:57 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 07 Nov 2007 12:06
Message(s) : 19
la célèbre complainte du roi Renaud, dont il existe pas mal de variantes:

Le roi Renaud de guerre vint
tenant ses tripes dans ses mains.
Sa mère était sur le créneau
Qui vit venir son fils Renaud.

- Renaud, Renaud, réjouis-toi !
Ta femme est accouché d'un roi !
- Ni de ma femme ni de mon fils
Je ne saurais me réjouir.

Allez ma mère, partez devant,
Faites-moi faire un beau lit blanc.
Guère de temps n'y resterai :
A la minuit trépasserai.

Mais faites-le moi faire ici-bas
Que l'accouchée n'l'entende pas.
Et quand ce vint sur la minuit,
Le roi Renaud rendit l'esprit.

Il ne fut pas le matin jour
Que les valets pleuraient tous.
Il ne fut temps de déjeuner
Que les servantes ont pleuré.

- Mais dites-moi, mère, m'amie,
Que pleurent nos valets ici ?
- Ma fille, en baignant nos chevaux
Ont laissé noyer le plus beau.

- Mais pourquoi, mère m'amie,
Pour un cheval pleurer ainsi ?
Quand Renaud reviendra,
Plus beau cheval ramènera.

Et dites-moi, mère m'amie,
Que pleurent nos servantes ici ?
- Ma fille, en lavant nos linceuls
Ont laissé aller le plus neuf.

Mais pourquoi, mère m'amie,
Pour un linceul pleurer ainsi ?
Quand Renaud reviendra,
Plus beau linceul on brodera.

Mais, dites-moi, mère m'amie,
Que chantent les prêtres ici ?
- Ma fille c'est la procession
Qui fait le tour de la maison.

Or, quand ce fut pour relever,
A la messe elle voulut aller,
Et quand arriva le midi,
Elle voulut mettre ses habits.

- Mais dites-moi, mère m'amie,
Quel habit prendrai-je aujourd'hui ?
- Prenez le vert, prenez le gris,
Prenez le noir pour mieux choisir.

- Mais dites-moi, mère m'amie,
Qu'est-ce que ce noir-là signifie ?
- Femme qui relève d'enfant,
Le noir lui est bien plus séant.

Quand elle fut dans l'église entrée,
un cierge on lui a présenté.
Aperçut en s'agenouillant
La terre fraîche sous son banc.

- Mais dites-moi, mère m'amie,
Pourquoi la terre est rafraîchie ?
- Ma fille, ne puis plus vous le cacher,
Renaud est mort et enterré.

- Renaud, Renaud, mon réconfort,
Te voilà donc au rang des morts !
Divin Renaud, mon réconfort,
Te voilà donc au rang des morts !

Puisque le roi Renaud est mort,
Voici les clefs de mon trésor.
Prenez mes bagues et mes joyaux,
Prenez bien soin du fils Renaud.

Terre, ouvre-toi, terre fends-toi,
Que j'aille avec Renaud, mon roi !
Terre s'ouvrit, terre se fendit,
Et ci fut la belle engloutie


Ceci n'est qu'une des très nombreuses versions (environ 60) de cette chanson.
Son origine est assez complexe. Elle est issue de la greffe d'une
chanson du XIIIème siècle qui raconte le retour du comte Renaud sur une
chanson du XVIème (le comte Redor) issue d'une légende scandinave qui a fait fureur en Europe et engendré de nombreux textes dans divers pays.
L'un de ces textes est "le Comte Redor" en Bretagne qui est sans
doute à l'origine de la fusion (car il y a peut être des versions dérivées).}


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : d autres
Message Publié : 07 Nov 2007 16:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 07 Nov 2007 12:06
Message(s) : 19
quelques autres chants medievaux :

http://brassy.club.fr/PartMed/Trouver/Trouvmidi.html


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Nov 2007 17:30 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Avr 2007 18:53
Message(s) : 39
Mon troubadour préféré, Pèire Cardenal. Outre l'apport historique évident sur le XIIIe siècle méridional, ses textes sont étonnament d'actualité.

Ses oeuvres complètes : http://cardenal.org/

_________________
"Le monde entier, de la mer de Bayonne jusqu'à Valence."

Pèire Cardenal, 1215


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 15 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB