Nous sommes actuellement le 16 Juin 2019 6:10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 27 Août 2014 8:11 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2820
Localisation : Versailles
En laissant de côté les justifications théologiques, quelles sont les raisons possibles de l'hostilité constante et radicale des jésuites à l'égard des jansénistes ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Sep 2014 10:16 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Sep 2014 10:13
Message(s) : 17
Votre question est étrange. Le différend porte justement sur la théologie et plus spécifiquement sur la grâce, avec le problème de la grâce suffisante que contestent les jésuites, pour lesquels la rédemption par les oeuvres prime.

Qu'entendez-vous par "raisons possibles" ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Sep 2014 13:23 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2820
Localisation : Versailles
Eh bien on peut en imaginer plusieurs.

Une querelle d'ego entre jansenius, Arnauld, Pascal et leurs homologues jésuites ?

Une querelle entre universitaires pour placer des candidats aux chaires de la Sorbonne ?

Une querelle sociologique entre nobles proches des jésuites et bourgeois proches des jansénistes ?

Une différence de stratégie pastorale : les jésuites cherchant à convertir le plus grand nombr au prix d'une dégradation de la Foi tandis que les jansénistes développaient des thèses propres à séduire les calvinistes ?

Une querelle politique entre jésuite partisans de la monarchie absolue et jansénistes partisans d'une régime plus modéré ? C'est cette dernière théorie que j'ai souvent vue évoquée pour justifier l'hostilité du Roi à l'égard de Port royal , hostilité poursuivie sous Louis XV.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Sep 2014 14:39 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Sep 2014 10:13
Message(s) : 17
Arnauld vient d'une famille de magistrats qui s'illustra dans la lutte des robins parisiens contre les jésuites. Marc Fumaroli [l'âge de l'éloquence] a développé les différences d'univers culturel qui caractérisaient les uns et les autres, avec les implications sur la rhétorique (la rhétorique des citations des robins s'oppose à la rhétorique imagée des jésuites). Pour faire vite et simple, la volonté de simplicité des uns (les robins) s'oppose à la "magnificence" des autres. Des individus se revendiquant héritier de fortes valeurs morales, considéraient que les jésuites agissaient par "séduction" et donc trompaient le monde.

Mais les querelles sur la grâce (qui sont la structure de base de l'opposition des jésuites et des jansénistes) ne datent pas de Jansénius. L'interprétation de Saint-Augustin faisait débat de longue date (voir De Auxiliis).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Sep 2014 17:38 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7550
Localisation : Montrouge
On peut comprendre qu'il y ait eu une antipathie violente, en dehors de la querelle théologique, entre les initiateurs de la contre-réforme, de la gloire de l'Eglise, des splendeurs du style jésuite, le baroque, les acteurs d'une Eglise politique puissante, recherchant le pouvoir à tout prix presque cyniquement quitte à abandonner s'il le faut l'essentiel, et ces messieurs de Port-Royal, austères, prêchant la simplicité de l'Eglise, l'abandon des richesses et de la centralisation papale.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Sep 2014 9:01 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Sep 2014 10:13
Message(s) : 17
Mais pour les Jésuites, s'ils essayaient d'être proches du pouvoir pour l'influencer, ils ne considéraient pas le faire "à tout prix" et encore en "abandonnant l'essentiel", au contraire.

Ce qui a pu donner cette vision, c'est l'approche pragmatique de la propagation de la foi par les Jésuites : ils utilisèrent tous les vecteurs possibles (pièces de théâtre, éloquence, almanach même) pour toucher le plus grand nombre. C'était inhabituel, comme aujourd'hui la diffusion d'une problématique historique ardue à travers une émission télévisée de grande écoute créera la polémique, certains pouvant y voir un appauvrissement préjudiciable du sujet.

Les rigoristes de Port-Royal, dont les racines plongeaient pour certains dans le monde parlementaire, avaient intellectuellement l'habitude de travailler pour un ensemble limité d'individus : c'est ce à quoi aboutissait la fameuse "rhétorique des citations" des parlementaires, qui mettait la culture humaniste brutalement en avant, écartant de facto tous ceux qui ne pouvaient pas la comprendre. Les Jésuites, eux, séduisirent le Monde en habillant cette culture humaniste (dont ils n'étaient pas dépourvus) dans un discours beaucoup moins heurté et qui se moquait des "bibliothèques parlantes".

Autre exemple de l'adaptabilité des Jésuites à leur environnement : les rites chinois et tout le travail de conversion d'un Matteo Ricci (antérieur aux Jansénistes), qui soulèveront aussi des polémiques au sein de l'église catholique.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Sep 2014 11:51 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7550
Localisation : Montrouge
Chateaubourg a écrit :
Mais pour les Jésuites, s'ils essayaient d'être proches du pouvoir pour l'influencer, ils ne considéraient pas le faire "à tout prix" et encore en "abandonnant l'essentiel", au contraire.
Il me semble pourtant, de mémoire que c'est bien ce que leur reprochaient les jansénistes; de prôner des assouplissements à la religion "pour la plus grande gloire de Dieu". AMGD, Ad majorem dei gloriam, leur devise, très révélatrice pour leurs ennemis.
J'ai toujours lu que les jésuites indiquaient alors dans leur enseignement, épris d'efficacité d'abord, les accommodements dont un chrétien pouvait user pour convaincre, dont par exemple la méthode de la restriction mentale, en réalité antérieure aux jésuites mais citée à leur encontre, c'était l'exemple de leurs méthodes..
Cette manière de penser la religion, jugée catastrophique, horripilait les jansénistes qui voulaient revenir à une doctrine de piété et de vérité tournée vers l'humilité et le dialogue avec Dieu. Un débat constant de la chrétienté.
Il y avait une haine des jésuites au 18è siècle, à la fois des jansénistes mais aussi des esprits acquis aux Lumières, tous hostiles par ailleurs avec les parlementaires à la royauté de droit divin et dont l'hostilité conduira à 1789.

Citation:
" C'est Martín d'Azpilcueta qui a défini de la façon la plus complète la doctrine de la mentalis restrictio ou restriction mentale. Navarrus soutenait que la restriction mentale se composait de vérités « exprimées partiellement dans le discours et partiellement dans l'esprit » et se fondait sur l'idée que Dieu entend ce qui est dans l'esprit de chacun alors que les êtres humains n'entendent que ce qui est prononcé. Par conséquent le devoir moral du chrétien était de dire la vérité à Dieu. Cacher un peu de cette vérité aux oreilles d'auditeurs humains était moral si on le faisait pour servir un plus grand bien. Celui qui se servait de cette doctrine pouvait répondre à haute voix : « je ne sais pas » à un interlocuteur humain et ajouter en silence « vous le dire » à Dieu ; par là il disait toujours la vérité (stricte mentalis).
La doctrine de la restriction mentale était intimement reliée au concept de discours ambigu, qui permettait en parlant d'employer des mots à sens double en exprimant ainsi une vérité littérale tout en dissimulant une signification plus profonde. Navarrus n'a été en aucune façon à l'origine de ces idées, mais il leur a donné une interprétation bien plus large et bien plus libérale que personne ne l'avait fait avant lui. D'autres penseurs et d'autres auteurs de la théologie catholique se sont prononcés en faveur de l'ambiguïté et de la restriction mentale. Bien que ces conceptions soient restées controversées à l'intérieur de l'Église catholique (qui n'a jamais officiellement adopté ou soutenu de telles doctrines), les jésuites en sont venus à favoriser cette façon de faire pour ses avantages évidents. " (wiki)

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Sep 2014 15:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Sep 2014 10:13
Message(s) : 17
Oui faisant ainsi, ils affirmaient la primauté du but sur les moyens : l'important est de convertir à la foi catholique des individus dont les convictions et les connaissances étaient mal définies, mais qu'une fréquentation du culte et des catholiques eux-mêmes consolideraient dans le temps.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 06 Sep 2014 10:52 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 25 Nov 2012 19:59
Message(s) : 45
Et ne pas oublier une opposition ecclésiologique: les jansénistes sont plutôt gallicans, tandis que les jésuites ont une vision transnationale et davantage romaine.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB