Nous sommes actuellement le 26 Jan 2021 15:40

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Machiavel et Napoléon
Message Publié : 05 Mai 2012 15:56 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 05 Mai 2012 15:12
Message(s) : 2
Bon Jour

Récemment j'ai acheté le livre "Le prince" de Machiavel avec les commentaires de Napoléon Bonaparte. Mais au cours de la lecture j'ai remarqué que Napoléon est trés violent dans ses commentaires, ça m'a donné l'impression que quelqu'un a écrit ces notes et a mis le nom Napoléon pour "tyranniser" l Empereur.

Est-il un document historique ou des preuves qui pouvre que les commentaires de Napoléon dans le livre "Le Prince" ont en fait été écrit par Bonaparte

Merci


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 05 Mai 2012 16:18 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Ne faites-vous pas référence au pamphlet publié en 1816 sous le titre « Machiavel commenté par Napoléon Buonaparte. Manuscrit trouvé dans le carrosse de Buonaparte, après la bataille du Mont-Saint-Jean, le 18 juin 1815. » ?

Un mot de l'abbé Pradt (L’Histoire de l'ambassade dans le grand duché de Varsovie en 1812) :
« L'Empereur a porté en naissant, en s'élevant, en montant sur le trône, l'appétit et le désir d'envahir le monde. Aux deux extrémités de l'échelle, il a été le même : sujet le plus obscur, le plus isolé, le plus pauvre, comme le plus éclatant et le plus puissant des souverains ; dans ces deux positions si opposées, il n'a rêvé également que trônes, domination, ascension toujours croissante, troubles, agitations d'états, catastrophes politiques : voilà l'aliment habituel de son esprit, nourri uniquement de Machiavel, son seul instituteur ! Il rejette tout autre nourriture.
« Tacite a fait des romans, disait-il à M. de Jacobi, dans son voyage à Aix-la-Chapelle, en 18o4 : Gibbons est un clabaudeur ; Machiavel est le seul livre qu'on puisse lire.»
Ce sont les premières paroles que je lui ai entendu proférer au premier cercle où j'assistai le 9 septembre 1804, après lui avoir été présenté dans la matinée de ce jour. »


Napoléon à Sainte-Hélène (à noter que Napoléon avait dans sa bibliothèque à Longwood les neuf tomes la traduction de Guiraudet des écris de Machiavel) commenta ce passage en ces termes :
« Le fait est faux. Jamais propos semblable n’est échappé à l’Empereur. »
(Mémoires pour servir à l'histoire de France sous le règne de Napoléon, écrits à Sainte-Hélène sous sa dictée, par les généraux qui ont partagé sa captivité)


A ce propos, un commentaire de Tulard (Napoléon ou le mythe du sauveur) :
"A partir de cas concrets, il dégage une philosophie politique. Philosophie plus proche de Machiavel que de Rousseau, d'ailleurs renié dès le Consulat. A Eugène, devenu vice-roi d'Italie, il envoie le 7 juin 1805 ses recommandations :
"Montrez pour la nation que vous gouvernez une estime qu'il convient de manfester d'autant plus que vous découvrirez des motifs de l'estimer moins. Il viendra un temps où vous reconnaîtrez qu'il y a peu de différences entre un peuple et un autre."
On pourrait, à l'aide de ces conseils prodigués dans cette letrre, écrire un nouveau traité du Prince."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 05 Mai 2012 20:54 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 05 Mai 2012 15:12
Message(s) : 2
Drouet Cyril a écrit :
Ne faites-vous pas référence au pamphlet publié en 1816 sous le titre « Machiavel commenté par Napoléon Buonaparte. Manuscrit trouvé dans le carrosse de Buonaparte, après la bataille du Mont-Saint-Jean, le 18 juin 1815. » ?[/i]


Je pense que oui, mais mon doute est il était vraiment Napoléon qui a écrit ces commentaires? Y at-il aucune preuve à cet égard? Y at-il une chance que ces commentaires aient été écrit par quelqu'un d'autre?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 06 Mai 2012 8:50 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
J'ai jeté un oeil sur les fameux commentaires sur un site du net. Il ne s'agit pas de remarques générales mais de rapprochements avec le présent de Napoléon. Si Machiavel écrit qu'en telles circonstances Alexandre a agi ainsi, Napoléon mentionne que ce fut une erreur et qu'il ne l'a pas faite en entrant en italie. Tout est ainsi: bonne remarque, je la retiens, stupide, je ne me suis pas laissé prendre, à noter, erreur, j'ai fait le contraire heureusement à tel endroit ...
La précision des notes en marge est telle qu'elle plaide en faveur de leur authenticité.
Napoléon ne porte donc pas d'appréciation sur " le Prince " mais trie les bons conseils à suivre, des autres mal vus ou inadaptés à sa situation. Il entre dans le jeu de Machiavel et juge comme lui des choses par la réussite ou l'échec de ses entreprises, jamais par leur rattachement à une morale ou à un dessein idéal. Rien d'étonnant, on le savait homme de réalités et pas de morale publique.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 06 Mai 2012 9:34 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Citer :
Y at-il une chance que ces commentaires aient été écrit par quelqu'un d'autre?


Par l'abbé Guillon de Montléon, prêtre que Napoléon fit arrêter puis exiler pendant tout l'Empire en Italie.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 06 Mai 2012 12:21 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Cet abbé très hostile à la révolution et au Vatican, gallican, est connu pour avoir livré à la publication le manuscrit du Prince de Machiavel annoté par Napoléon et trouvé dans la voiture de l'empereur après Waterloo.
On peut donc le suspecter d'avoir tout inventé pour discréditer Napoléon comme adepte de Machiavel et du machiavélisme. Mais avec quelles preuves ?
Dans un tel cas, on applique les nouvelles méthodes de la critique historique en examinant les annotations. Peuvent - elles avoir été rédigées par leur style et leur contenu, qui est assez précis, par un abbé royaliste ne connaissant rien à la guerre mais ayant vécu longtemps en italie ? Celà ne doit pas être si difficile !

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 06 Mai 2012 12:44 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Jan 2008 23:00
Message(s) : 1000
Ca me fait penser, amusant et rapide hors-sujet, que Machiavel non plus ne connaissait rien à la guerre.

Mais il avait des idées sur la question !

Alors un jour, pour rigoler, un condottiere lui a confié sa troupe pour que le philosophe teste en situation réelle, sur un champ de maneuvres, ses conceptions tactiques.

Le résultat a fait crever de rire les chefs de guerre présents, beaucoup moins les unités de la condotta qui au bout d'un moment se sont retrouvées complètement disloquées et emmêlées par les ordres savants qui leur étaient donnés ...

_________________
"Notre époque, qui est celle des grands reniements idéologiques, est aussi pour les historiens celle des révisions minutieuses et de l'introduction de la nuance en toutes choses".

Yves Modéran


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 06 Mai 2012 14:31 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Il faut dire que le Prince est plus destiné à la politique et à la diplomatie qu'à la guerre et que beaucoup de conseils sont de vieilles et bonnes recettes politiques qui fascinent encore les hommes politiques comme les spécialistes de sciences politiques.
Machiavel n'a jamais fait la guerre mais par contre il a bel et bien été secrétaire de la seigneurerie de Florence et chargé de missions politiques.
Ayant lu plus attentivement les annotations dites de Napoléon, je les trouve maintenant sommaires, presque ridicules par moment, ubuesques, simplettes et peu dignes du profond politique qu'était Napoléon.
Je crois plus volontiers que le bon abbé s'est amusé à abaisser un empereur qu'il détestait en lui attribuant de nombreuses notes mesquines et peu crédibles du genre je suis bien plus fort ou je compte bien les éliminer.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 07 Mai 2012 16:15 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Le genre de perles tirées de la plume de l'abbé Guillon faisant parler Napoléon :
"Moi aussi, je suis Italien ! mes rivaux ne sont que des Français."

Anotation censée avoir été rédigée entre 1793 et 1799. Eh oui, selon l'auteur de ces mots imaginaires, Napoléon aurait anoté l'ouvrage tout au long de la période allant de 1793 à 1815. Un véritable livre de chevet en somme... :rool:

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 08 Mai 2012 17:54 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2628
Je crois que Lentz effectue une comparaison entre le Prince et la stratégie de Napoléon entre 1796 et 1804 - en soulignant la dissimulation des objectifs, le mélange de séduction et de dureté, la solitude du chef qui doit se méfier de tous, etc ... un parallèle intéressant qui se trouve au début du 1er tome de son histoire de l'Empire (j'écris de mémoire car je n'ai pas l'ouvrage sous la main hélas).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 08 Mai 2012 20:20 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Citer :
Je crois que Lentz effectue une comparaison entre le Prince et la stratégie de Napoléon entre 1796 et 1804 - en soulignant la dissimulation des objectifs, le mélange de séduction et de dureté, la solitude du chef qui doit se méfier de tous, etc ... un parallèle intéressant qui se trouve au début du 1er tome de son histoire de l'Empire (j'écris de mémoire car je n'ai pas l'ouvrage sous la main hélas).


Sans doute faites-vous ici référence au Grand Consulat de Lentz :
« Bonaparte vivait par et pour le pouvoir. Il savait où pouvait le mener son ambition. Il savait aussi avancer à couvert, appliquant à la lettre le conseil de Machiavel : « Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes, et ce petit nombre n’osera point s’élever contre l’opinion de la majorité soutenue par la majesté du pouvoir souverain […] Au surplus, dans les actions des hommes et surtout des princes, qui ne peuvent être scrutés devant un tribunal, ce que l’on considère, c’est le résultat. Que le prince songe uniquement à conserver sa vie et son état ; s’il y réussit, tous les moyens qu’il aura pris seront jugés honorables et loués par tout le monde ; le vulgaire est toujours séduit par l’apparence et par l’évènement : et le vulgaire ne fait-il pas le monde ? »

« L’intérêt politique d’exécuter le duc d’Enghien nous paraît incontestable, malgré le cynisme d’une telle opinion. Mais nous savons que Bonaparte, tel le Prince de Machiavel, n’en était pas dépourvu. »



Dans le cadre de La nouvelle histoire du Premier Empire , Lentz a aussi fait de nombreuses références à Machiavel dans le tome III (La France et l'Europe de Napoléon - 1804-1814):
« Au-delà de ses préférence idéologiques, [Napoléon] déploya des qualités personnelles que n’aurait pas reniées ces chefs des « principautés civiles » décrits par Nicolas Machiavel.
« Admirateur de la République romaine, Machiavel appelle de ses vœux un régime de liberté. Mais en tant que théoricien de la politique, c'est-à-dire technicien de la puissance, il suggère une manière de traiter les peuples qui ravale ceux-ci au rang de moyens, la fin étant le maintien au pouvoir des princes ou de la puissance de l’Etat », a analysé Raymond Aron. Bien qu’il date de 1513, Le Prince semble avoir été écrit pour Napoléon. Celui-ci l’avait lu, de même qu’il avait approfondi les autres écrits du Florentin, « un de ses auteurs favoris ». et de ce fait, dans la pratique du pouvoir, il n’hésita jamais à exprimer ce que Machiavel appelait la virtù, terme que l’on peut se contenter de traduire par « vertu ». la virtù, en effet, n’est pas une morale mais un concept politique qui évoque à la fois les talents, la force de caractère, la chance et l’ »adresse heureuse » de l’homme d’Etat. S’il n’était ni plus ni moins cynique que ne furent les dirigeants de son temps et de toutes les époques, la vie bien plus que la philosophie avait enseigné à Napoléon qu’un prince « qui veut se maintenir [doit] apprendre à ne pas toujours être bon. »
[…]
Napoléon disait lui-même qu’il était « tantôt renard, tantôt lion », ajoutant que « tout le secret du gouvernement consiste à savoir quand il faut être l’un ou l’autre ». Machiavel n’avait pas écrit autre chose : « Le prince [tâchera d’être à la fois renard et lion, car s’il n’est que lion, il n’apercevra point les pièges, et s’il n’est que renard, il ne se défendra point contre les loups ; et il a également besoin d’être renard pour connaître les pièges, et lion pour épouvanter les loups. » Démarche normale d’un homme d’Etat de ce niveau, Napoléon savait donc décider sans trembler et imposer son point de vue. Il n’hésitait pas non plus à dissimuler, à ruser et à tromper : « Pour l’exécution des projets qu’il allait sans cesse roulant dans sa tête, l’artifice ne lui était guère moins nécessaire que la force », a noté Talleyrand, un expret. L’ancien évêque n’avait pas moins lu et compris que son maître les conseils machiavéliques : « Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuissible, et que les raisons qui l’ont déterminé à promettre n’existent plus : tel est le précepte à donner. » L’Empereur suivit sans doute ces recommandations, mais ni plus ni moins qu’un autre gouvernant dans sa position. »

« Le gouvernement républicain ne pouvait, sans compromettre sa dignité, faire moins, lorsque l’on complotait publiquement l’assassinat de son chef, que de frapper de la foudre ceux qui avaient osé se lancer dans une telle entreprise », laissa écrire plus tard le proscrit de Sainte-Hélène, comme en écho au conseil de Machiavel : « En faisant un petit nombre d’exemples de rigueur, vous serez plus clément que ceux qui, par trop de pitié, laissent s’élever des désordres. »

« Les coalitions antifrançaises ont su et sauront de mieux en mieux emprunter aux fils de la Révolution leurs atouts idéologiques (la nation) et leurs solutions techniques (la conscription). Napoléon a oublié que Machiavel estimait que la prince « échouera si, la nature et les circonstances des temps changeant, il ne change pas lui-même de système », pour ne retenir de son œuvre que ce qui correspondait le mieux à son tempérament : « Il vaut mieux être impétueux que circonspect ; car la Fortune est une femme : pour la tenir soumise, il faut la traiter avec rudesse. »

« Il avait dit que, même si les Russes arrivaient sur les hauteurs de Montmartre, il ne céderai pas. Il tient parole et préfère tout perdre plutôt que de plier. Machiavel avait une fois de plus raison : « Un prince qui s’appuie entièrement sur la Fortune tombe à mesure qu’elle varie. »

« Tous [les ministres] furent titrés, à l’exception de Portalis et de Forfait, morts avant l’instauration de la noblesse d’Empire : deux barons, quatorze comtes, neuf ducs et cinq princes ; Machiavel conseillait déjà à son prince : « Il faut aussi que, de son côté, le prince pense à son ministre, s’il veut le conserver toujours fidèle ; il faut qu’il l’environne de considération, qu’il le comble de richesses, qu’il le fasse entrer en partage de tous les honneurs et de toutes les dignités, pour qu’il n’ait pas lieu d’en souhaiter davantage ; que, monté au comble de la faveur, il redoute le moindre changement. »

« Les fêtes civiles, officielles et fixes, furent liées aux évènements du règne ou à ceux de la vie du souverain : anniversaire de l’empereur, anniversaire du couronnement et de la bataille d’Austerlitz (2 décembre) : « Le prince doit, à certaines époques convenables de l’année, amuser le peuple par des fêtes », écrivait Machiavel. »

« Il n’y a que les militaires qui ont de l’honneur, devait en substance se justifier Napoléon à Sainte-Hélène. Il aurait pu citer aussi Machiavel qui écrivait : « Un prince doit se montrer amateur de toutes les vertus, en récompensant ceux qui les manifestent et honorer ceux qui se distinguent dans leur profession […]. Il doit faire espérer des récompenses. »

« Féru d’histoire, Napoléon n’a tiré aucune leçon du passé. « Le prince doit lire l’Histoire, y considérer les actions des hommes illustres, examiner leur conduite dans la guerre, rechercher les causes de leurs victoires et celles de leurs défaites, et étudier ainsi ce qu’il doit imiter et ce qu’il doit fuir. », avait pourtant conseillé Machiavel. »

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 08 Mai 2012 21:29 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Il y a quelque naiveté à observer que Napoléon a pu apprécier Machiavel. Bien sur qu'il y a retrouvé ses propres observations sur l'amoralisme de la politique mais ce fut le cas de tous les hommes de pouvoir. Ils disent tous la même chose.
Napoléon est très supérieur, il a du trouver petites beaucoup de réflexions de Machiavel et l'a corrigé par Plutarque avec qui il a compris qu'il ne suffit pas de dominer, il faut atteindre la grandeur et le sublime et là Machiavel est un peu court avec son César Borgia qui n'est guère passé à la postérité.
C'est à Rome et à Plutarque que Napoléon se référait bien plus qu'à Machiavel. Il recherchait la plus grande gloire qu'un homme puisse atteindre et il y est parvenu. On pense au jeune Hégel écrivant qu'ayant aperçu Napoléon, il avait vu " l'esprit du monde à cheval ".

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 08 Mai 2012 22:14 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Plutarque fit partie très tôt des lectures de Bonaparte. Il le suivit jusqu'à Sainte-Hélène avec ses Oeuvres morales : les 17 tomes de la traduction de Picard... au côté des 9 de Machiavel.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Machiavel et Napoléon
Message Publié : 22 Sep 2014 19:42 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3440
Napoléon se montra fort mécontent d’être associé à Machiavel dans sa lettre à Joseph en date du 3 juin 1806 :
« Je n'ai pas pu faire mettre le discours de M. Rœderer dans le Moniteur, car, en vérité, il n'a pas de sens. Il parle au nom d'un sénat comme il ferait dans un article de journal ; il me met à côté de Machiavel. Je n'ai jamais rien vu de fait avec moins de sens et dans une circonstance où il y avait tant de belles choses à dire. »

L’Empereur faisait ici référence au discours prononcé le 11 mai précédent par Roederer au nom du Sénat (il était accompagné dans sa mission de Pérignon et de Férino) afin de féliciter Joseph pour son accession au trône de Naples. Les trois sénateurs avaient ensuite rédigé leur rapport (où était retranscrit ledit discours) cinq jours plus tard.
Voici le passage visé :
« [Louis XII ;] héritier de la couronne de Naples, ses armes y firent reconnaître ses droits contestés ; sa bonté et sa justice auraient consommé l'ouvrage de ses armes, et il aurait deux fois conquis cette partie de son patrimoine, s'il eût pu y fixer sa demeure et y établir des colonies. Le grand politique dont le quinzième siècle et l'Italie s'honorent, reproche à Louis XII de n'avoir pas senti cette vérité. Une idée plus juste et plus grande a saisi notre auguste empereur; il a jugé qu'il assurerait mieux à la France le fruit de sa conquête, en donnant à la fois au royaume de Naples l'indépendance et des liens d'affection, en en faisant un État séparé, mais en le donnant à l'amour éprouvé, à la reconnaissance, à la parfaite identité des sentiments et des intérêts. »

Le discours fut finalement publié dans le Moniteur du 8 juin. Le passage cité plus haut ne fut bien évidemment pas retranscrit.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB