A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Avr 2018 13:32

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 12 Juin 2014 12:20 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7989
Localisation : Montrouge
Cornelis a écrit :
Citer :
Duby où j'ai puisé, indique, je rectifie, qu'au 12è se produit une égalisation des conditions et que la condition des serfs a un aspect de plus en plus fiscal
Pourriez-vous me donner le nom de l'ouvrage ? J'admire beaucoup Duby, mais ses ouvrages sont anciens désormais.
Il s'agit d'Histoire de la France, des origines à 1348, ouvrage collectif édité en 1987. Marc Bloch cité plus haut est mort en 1944. Il y a du nouveau mais pas toujours des synthèses comme celle de Duby, d'après ce que j'ai pu lire en amateur d'histoire. Je suis preneur d'une synthèse plus récente.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 12 Juin 2014 13:12 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Jan 2008 13:49
Message(s) : 712
Localisation : Paris
C'était un manuel, c'est pourquoi je ne trouvais pas cette affirmation dans ses autres ouvrages, notamment Seigneur et paysans. Comme synthèse plus récente vous avez Cl. Gauvard, La France du Moyen Âge, PUF, 2014 (réed. de 1996). Sinon des synthèses plus spécifiques, comme le manuel de L. Feller cité plus haut.

_________________
Ira principis mors est


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 23 Juin 2014 22:44 
En ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1205
Cornelis a écrit :
Quant à l'esclavage, il y a une filiation entre l'esclavage et le servage en Europe, la deuxième forme de dépendance remplaçant la première au Xe s.
Si j'en reste à mes souvenirs de lecture de Guerriers et paysans de Georges Duby, assez lointains, et je n'ai pas l'ouvrage sous la main, il n'y aurait pas de filiation directe entre esclavage antique et servage médiéval. Dans un premier temps les grands domaines (villae) faisant travailler des esclaves se seraient décomposés en de nombreuses exploitations individuelles qui, dans un deuxième temps, auraient été progressivement absorbées dans les domaines seigneuriaux lors de l'essor de la féodalité, les propriétaires d'alleu passant alors du statut d'homme libre à celui de serf.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 23 Juin 2014 23:25 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 01 Fév 2014 12:31
Message(s) : 64
Localisation : Lyon
Je ne suis pas sûr que ce se soit passé en plusieurs étapes : esclaves et tenanciers dépendants travaillaient sur les mêmes domaines dès le Bas Empire, et avec la croissance de la dépendance de ces tenanciers, le mélange des deux statuts a fini par créer ce que l'on nomme les serfs.
Il n'y a semble-t-il jamais eu de "décomposition" ou disparition des domaines antiques, mais simplement une évolution des villae vers le modèle du domaine médiéval, de manière progressive.
Plus les historiens progressent dans ce domaine, plus ils ont tendance à rapprocher la date de "disparition" de la villa de celle de "l'apparition" du grand domaine, ce qui montre que là encore il y a continuité dans les structures entre Antiquité et MA.

Si vous souhaitez consulter un historien sur ces sujets, celui qui est le plus récent dans ce domaine est Jean-Pierre Devroey : il a publié un grand nombre d'articles sur la question du grand domaine (entre autres), entre 2012 et 2014.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 24 Juil 2015 10:31 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Avr 2009 10:38
Message(s) : 244
Elgor a écrit :
Hmm ! l'abolition de l'esclavage n'a pas grand chose à faire dans les Lumières, c'est soit la révolution , soit la seconde république


Je déterre un peu ce sujet.

L'abolition de l'esclavage durant les Lumières est un enjeu important, à mettre en perspective avec les problématiques qui animent la plantocratie dès les années 1760 : la question de la main-d'oeuvre. Si on reste généralement convaincu que seuls les Noirs peuvent travailler dans les zones torrides, les planteurs, cependant, font état du progrès du marronnage, qui reste tout au long du XVIIIe siècle un facteur d'inquiétude majeur pour la plantocratie. Celle-ci, en effet, redoute le déséquilibre démographique qui pèse en sa défaveur, si bien que les soulèvements d'esclaves sont sa hantise. De nombreux témoignages dénotent une hostilité latente entre colons et esclaves : affaires d'empoisonnement, incendies des plantations, agressions, suicides...

On envisage, dès 1759, sous l'impulsion de Choiseul, de créer des foyers de peuplement Blancs dans les colonies. Cette idée se matérialise en 1763 par l'expédition de Kourou en Guyane, durant laquelle 37 convois se succèdent et déversent entre juillet 1763 et mai 1765 un flot de plus de 10 000 migrants européens dans la basse vallée du Kourou. Au final c'est un véritable échec humain et financier : le manque de préparation, la précipitation dans laquelle les convois sont envoyés et la maladie déciment les colons, et engloutit 30 millions de livres.

Deux conclusions surgissent de l'analyse de cet événement. La première : la preuve est faite qu'une colonisation blanche est impossible dans les régions torrides. Cette idée est reprise par Raynal en 1770 dans son Histoire des deux Indes, pour qui la mise en valeur des colonies, particulièrement celle de Guyane, ne peut s'effectuer sans le recours aux esclaves africains. La seconde, défendue par les milieux anti-esclavagistes, tend à dire que l'échec de Kourou montre qu'il faut recourir à la main d’œuvre locale. Ainsi on envisage un affranchissement progressif, qui transformerait en vingt ans la masse servile en journaliers libres qui, certains d'améliorer leur condition, ne songeraient plus à se révolter. D'où l'intérêt du travailleur libre. Une colonie ainsi constituée n'aurait plus à craindre le marronnage.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Abolition de l'esclavage
Message Publié : 27 Mars 2018 14:42 
En ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1205
Barbetorte a écrit :
La discussion ayant été placée dans le forum "Lumières", il serait intéressant d'examiner de plus prêt ce qu'il s'est passé au cours de cette période. Il n'y a pas eu de commerce d'esclaves sur le territoire métropolitain. Mais qu'en était-il de ceux qui arrivaient des îles avec leur domesticité servile ? J'imagine que ces esclaves n'obtenaient pas immédiatement leur affranchissement et qu'il devait y avoir une certaine tolérance à cet égard. Ceux-ci cherchait-ils d'ailleurs à être affranchis ? Il faut cependant observer qu'un édit de 1776 rappelait que le sol de France affranchissait. Pour quelles raisons ? Quels en furent les effets ?
Je viens de trouver par hasard une réponse à ma question sur le cas des esclaves amenés ou envoyés par leur maître en métropoles.

Dans un édit d'octobre 1716, le roi prend acte que plusieurs habitants de nos îles de l'Amérique désirent d'envoyer en France quelques uns de leurs esclaves, pour les confirmer dans les instructions et dans les exercices de notre religion, et pour leur faire apprendre en même temps quelque métier d'art … mais que ces habitants craignant que ces esclaves ne prétendent être libres en arrivant en France, et ordonne les dispositions suivantes.

- Ceux qui voudront emmener ou envoyer des esclaves en France devront en obtenir l'autorisation des gouverneurs généraux ou commandants dans chaque île.

- Ces esclaves ne pourront prétendre avoir acquis leur liberté sous prétexte de leur arrivée dans le royaume et devront retourner dans la colonie lorsque le maître le décidera. Il en sera de même des esclaves qui seraient arrivés en France sans le consentement de leurs maîtres.

- Toutefois, faute d'avoir accomplis les formalités d'autorisation prescrites, ces esclaves seront libres et ne pourront être réclamés.

- Les esclaves emmenés ou envoyés en France ne pourront se marier sans le consentement de leur maîtres.

- Les esclaves emmenés ou envoyés en France pourront être affranchis par leurs maîtres. L'affranchissement pourra être obtenu par testament du maître décédé.

- Les esclaves ne pourront ni être vendus ni être échangés en France.

- Les colons retournés définitivement en France avec des esclaves devront les renvoyer en France dans le délai d'un an à compter de la vente de leur habitation dans la colonie. A défaut, les esclaves présents en France à l'issue de ce délai seront libres.


Le nombre croissant d'esclaves venant en France inquiète le pouvoir qui rappelle l'édit de 1716 et en renforce les dispositions par une déclaration du 15 décembre 1738.

Le motif exposé est que depuis ce temps-là on y en a fait passer un grand nombre ; que les personnes qui ont pris le parti de quitter les colonies, et qui sont venues s'établir dans le royaume,y gardent des esclaves nègres, au préjudice de ce qui est porté à l'article 15 du même édit ; que la plupart des nègres y contractent des habitudes et un esprit d'indépendance, qui pourraient avoir des suites fâcheuses ; que d'ailleurs leurs maîtres négligent de leur faire apprendre quelque métier utile, en sorte que de tous ceux qui sont emmenés ou envoyés en France, il y en a très peu qui sont renvoyés dans les colonies, et que dans ce dernier nombre, il s'en trouve le plus souvent d'inutiles et même de dangereux.

Bref, il faut serrer la vis. Aussi :

- A défaut d'accomplissement des formalités d'autorisation, les esclaves ne seront plus libérés mais confisqués au bénéfice de la couronne et renvoyés dans les colonies ;

- Les esclaves envoyés en France pour y apprendre un métier ne pourront y rester plus de trois ans ;

- Ils ne pourront s'y marier, même si leurs maîtres y consentent ;

- Ils ne pourront être affranchis et demeurer dans le royaume.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB