A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Mars 2017 2:49

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Fiscalité coloniale anglaise
Message Publié : 18 Juin 2015 19:47 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 1842
Localisation : Versailles
Je voudrais connaître le raisonnement juridique qui avait conduit les Parlement de Londres à établir des taxes sur le thé et autres produits dans les colonies américaines et ce en violation du principe "no taxation without representation" ? Et ce alors même qu'existaient dans ces colonies des assemblées représentatives élues !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 11:12 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1684
Pourquoi voudriez-vous que le raisonnement ait été juridique ?

S'il y a des gens pragmatiques, ce sont les britanniques.

Et même en allant sur le plan juridique, le principe du "no taxation without representation" est un principe valable pour le royaume d'Angleterre qui se trouve avoir été étendu au royaume d'Ecosse suite à l'acte d'union. Mais les colonies anglaises/britanniques n'étaient juridiquement une partie du royaume d'Angleterre ou du royaume de Grande-Bretagne. C'étaient des colonies de la couronne anglaise ou de la couronne britannique, ce qui est très différent.

Certes, la question a été très sérieusement débattue dès les années 1760. Mais au final les britanniques ont considéré que les colonies, ce n'était pas la Grande-Bretagne.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 17:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 1842
Localisation : Versailles
Un peu comme le raisonnement qui a conduit à expédier Napoleon à Sainte Hélène sans jugement : parce que l'habeas corpus ne s'appliquait pas aux colonies ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 18:39 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5626
Caesar Scipio a écrit :
Certes, la question a été très sérieusement débattue dès les années 1760. Mais au final les britanniques ont considéré que les colonies, ce n'était pas la Grande-Bretagne.

Et ils ont donc perdu les colonies. :rool:

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 19:44 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1684
On peut douter qu'ils les auraient gardées de toute façon : les distances et le temps de trajet et de communication ne permettaient pas d'avoir un gouvernement représentatif commun. Et surtout, la dynamique démographique était telle que les britanniques de Grande-Bretagne auraient probablement preféré la séparation plutôt que de voir le centre de gravité du pouvoir passer de l'autre côté de l'Atlantique. La population des USA (par définition sans le Canada) dépasse celle du Royaume-Uni (Irlande incluse) dès 1850.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 19:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5626
Oui, à moyen ou long terme l'indépendance des USA ne faisait pas de doute, mais là ils ont vraiment pavé le chemin des indépendantistes.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2015 20:52 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1684
Ce chemin était tracé dès la guerre de 7 ans. Et Choiseul l'avait bien compris. Londres aussi probablement : tous les chemins semblaient conduire à la même destination. D'où les débats à Westminster sur les voies et moyens d'une représentation des colons.

Mais c'est un peu la fable de la grenouille et du scorpion. Quoiqu'il puisse advenir ensuite, le scorpion britannique ne pouvait résister à sa nature de piquer la grenouille française.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Juin 2015 8:50 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 10 Mars 2006 4:35
Message(s) : 351
Je me souviens avoir entendu le raisonnement suivant: le peuple anglais est représenté au parlement, ce qui ne veut pas dire que tous les Anglais puissent voter. Même en remplissant les conditions pour être électeurs dans d'autres districts, certains n'avaient pas voix au chapitre. Ainsi, les habitants de Manchester ne pouvaient pas voter au XVIIIe siècle.
Les coloniaux étaient donc dans la même situation: représentés en tant qu'Anglais, mais ne prenant pas part à l'élection. Mais c'est un vieux souvenir, je ne garanti rien.

_________________
Labore Fideque


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Juin 2015 19:42 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1700
Localisation : Nanterre
Maharbbal a écrit :
Je me souviens avoir entendu le raisonnement suivant: le peuple anglais est représenté au parlement, ce qui ne veut pas dire que tous les Anglais puissent voter. Même en remplissant les conditions pour être électeurs dans d'autres districts, certains n'avaient pas voix au chapitre. Ainsi, les habitants de Manchester ne pouvaient pas voter au XVIIIe siècle.
Les coloniaux étaient donc dans la même situation: représentés en tant qu'Anglais, mais ne prenant pas part à l'élection. Mais c'est un vieux souvenir, je ne garanti rien.
En fait, les circonscriptions électorales de la Chambre des Communes étaient basées sur des privilèges attribués au Moyen Âge. Elles ne ne bougeront pas avant l'acte de réforme de 1832. C'est ainsi que certaines localités, les "bourgs pourris", qui avait périclité, pouvaient envoyer un nombre de députés disproportionné par rapport à leur nombre d'électeurs. Je cite Wikipedia : Dunwich a été l'un des plus célèbres des bourgs pourris (rotten boroughs) au XIXe siècle, ayant, avec seulement 44 maisons et 32 électeurs, le droit d'élire deux membres à la Chambre des communes.
Dans le même temps, les localités plus récentes comme Manchester n'avait pas de privilège électoraux et donc ne votait pas.

Dans ces conditions, on comprend mieux que les Anglais n'aient pas ressenti le besoin de modifier ces règles séculaires juste pour faire plaisir aux colons. D'autant plus que, selon les mentalités de l'époque, les habitants des colonies arrachées à d'autres nations, comme New York, devaient s'estimer heureux de vivre sous la loi des Anglais. Le droit de conquête donnait à ces derniers la possibilité de mettre en place des mesures discriminatoire à leurs profits (taxe spéciale, confiscations de terres, etc.)

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB