A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Avr 2017 1:54

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 55 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur Message
Message Publié : 26 Jan 2017 21:35 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 21 Jan 2017 21:26
Message(s) : 18
Merci beaucoup Brisbout ; cela accompagne bien certaine analyses au dessus, ainsi que les articles de l'Encyclopédie que l'on déjà cité.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Jan 2017 22:19 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 10:21
Message(s) : 274
Localisation : oise
Quintero a écrit :
Jean R a écrit :
Pour revenir au sujet, pas sûr que le sens de "libéralisme" ait été bien précisé, parce que le mot peut en avoir plusieurs (mais je n'ai pas lu en détails).

Effectivement. De même que l'idéal de liberté des Lumières n'existe pas puisque ce mouvement concernait une multitude de "chapelles" et penseurs aux positions diverses et variées.

Au sujet du libéralisme, on peut dissocier celui philosophique et économique.
Le libéralisme philosophique concerne énormément d'aspects des sociétés humaines. Il est donc indéfinissable car trop pluriel et en constante évolution dans le temps.
Le libéralisme économique des origines était lui aussi sujet à débat. Les auteurs qui s'en réclamaient, avaient de profondes divergences, notamment sur le protectionnisme. Ce n'est qu'au XXème siècle que le libéralisme économique s'est un peu plus homogénéisé et forme une idéologie assez construite.


Le libéralisme a d'abord une acception politique au sens où ce système a pour objet de préserver les droits naturels de l'individu. Pour cela on associe libertés individuelles, libertés fondamentales et libertés politiques. Le pouvoir exécutif est alors réduit à des tâches de protections des citoyens et étroitement contrôlé institutionnellement (Parlement).

Le libéralisme économique théorisé au XVIIIe siècle par des penseurs comme Smith, Ricardo, Mill, Bastiat, part lui aussi du primat de l'individu qui doit pouvoir bénéficier d'une liberté complète dans l'ordre du travail, de la production et des échange en complément de ses droits naturels. Ce libéralisme affirme que les lois naturelles, si elles ne sont pas perturbées par des interventions extérieures (particulièrement de l'Etat), apportent à l'homme bine-être et prospérité.

Pour revenir à notre sujet on touche plus à un libéralisme social qui découle du libéralisme économique et implique la non-intervention de l'Etat dans les rapports sociaux qui sont eux aussi régis par les lois naturelles, celles ci ne pouvant être perturbées, même par la charité. Certains penseurs la considèrent d'ailleurs comme un mal nécessaire garantissant une main d'oeuvre bon marché comme je l'évoquait dans mon post précédent. Ces idées ont été reprises par l'utilitarisme de Bentham, puis ont débouché sur le concept de darwinisme social au XIXe siècle développé par Herbert Spencer. Il pourrait être intéressant de se demander si l'évolution de la représentation de la pauvreté depuis le moyen âge n'est pas liée à la lente déchristianisation de la société.

Sur le sujet il me semble qu'on peut trouver des réponses dans les origines intellectuelles de la Révolution de Daniel Mornet que je n'ai malheureusement plus sous la main...

Bien à vous

_________________
"N'allez pas où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace."

Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Jan 2017 0:17 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 23 Mai 2015 14:22
Message(s) : 70
Brisbout a écrit :
Le libéralisme a d'abord une acception politique au sens où ce système a pour objet de préserver les droits naturels de l'individu. Pour cela on associe libertés individuelles, libertés fondamentales et libertés politiques. Le pouvoir exécutif est alors réduit à des tâches de protections des citoyens et étroitement contrôlé institutionnellement (Parlement).

Le libéralisme économique théorisé au XVIIIe siècle par des penseurs comme Smith, Ricardo, Mill, Bastiat, part lui aussi du primat de l'individu qui doit pouvoir bénéficier d'une liberté complète dans l'ordre du travail, de la production et des échange en complément de ses droits naturels. Ce libéralisme affirme que les lois naturelles, si elles ne sont pas perturbées par des interventions extérieures (particulièrement de l'Etat), apportent à l'homme bine-être et prospérité.

Les droits naturels, les libertés individuelles, fondamentales et politiques occupent un champ de discussion extrêmement vaste et donc aucun consensus chez les anciens auteurs libéraux.
On peut qualifier une société de libérale de manière subjective, mais on ne peut jamais définir un modèle de société libérale. Est-ce qu'une tribu d'Ameridiens en Amazonie est libérale si elle obéit à votre définition ?

Quant au libéralisme économique, Adam Smith reconnaissait à l'Etat le pouvoir d'aménager le territoire par des investissements, de réguler le secteur financier et d'établir des barrières protectionnistes dans certains cas. Donc on est loin d'un laissez-faire à la Bastiat.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 12:28 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 10:21
Message(s) : 274
Localisation : oise
Quintero a écrit :
Brisbout a écrit :
Le libéralisme a d'abord une acception politique au sens où ce système a pour objet de préserver les droits naturels de l'individu. Pour cela on associe libertés individuelles, libertés fondamentales et libertés politiques. Le pouvoir exécutif est alors réduit à des tâches de protections des citoyens et étroitement contrôlé institutionnellement (Parlement).

Le libéralisme économique théorisé au XVIIIe siècle par des penseurs comme Smith, Ricardo, Mill, Bastiat, part lui aussi du primat de l'individu qui doit pouvoir bénéficier d'une liberté complète dans l'ordre du travail, de la production et des échange en complément de ses droits naturels. Ce libéralisme affirme que les lois naturelles, si elles ne sont pas perturbées par des interventions extérieures (particulièrement de l'Etat), apportent à l'homme bine-être et prospérité.

Les droits naturels, les libertés individuelles, fondamentales et politiques occupent un champ de discussion extrêmement vaste et donc aucun consensus chez les anciens auteurs libéraux.
On peut qualifier une société de libérale de manière subjective, mais on ne peut jamais définir un modèle de société libérale. Est-ce qu'une tribu d'Ameridiens en Amazonie est libérale si elle obéit à votre définition ?

Quant au libéralisme économique, Adam Smith reconnaissait à l'Etat le pouvoir d'aménager le territoire par des investissements, de réguler le secteur financier et d'établir des barrières protectionnistes dans certains cas. Donc on est loin d'un laissez-faire à la Bastiat.


Certes mais on ne discute pas le modèle de société amérindien, mais celui de la France au XVIIIe siècle. Sans contester les points d'opposition entre les penseurs libéraux, ce n'est pas le débat, ma démarche consistait à présenter ce qui globalement les rassemble. En ce siècle physiocrate, le problème du « bon prix des grains » constitue l'une des meilleures illustrations de la volonté d'étudier la question des pauvres en rapport avec l'ensemble de l’économie comme évoqué au début de la discussion. En France la tradition était de maintenir, au bénéfice des consommateurs et de l'ordre public, un bas prix des grains. Au XVIIIe siècle Boisguilbert, puis les physiocrates font valoir que ce bas prix ruine les cultivateurs et ôte le travail aux manouvriers, alors qu’un prix plus élevé serait facteur de prospérité. Plus profondément encore, certains auteurs mettent en relation le paupérisme avec le marché de l'emploi et le niveau des subsistances. La formule de Montesquieu dans L'Esprit des Lois (1748) : « Un homme n'est pas pauvre parce qu'il n'a rien, mais parce qu'il ne travaille pas », illustre bien de quelle manière on considère désormais le paupérisme, comme conséquence d’un accès difficile au marché du travail.
Dans ce second XVIIIe siècle, les idées libérales sont en vogue, notamment celles d'Adam Smith qui veut fonder l'économie politique à partir de la liberté des échanges sur le marché. Mais la réalisation de cette liberté des échanges suppose la liberté du travail, et donc la libéralisation du travail ouvrier. La véritable découverte que promeut l’économie politique libérale du XVIIIe siècle, n'est donc pas celle de la nécessité du travail, mais celle de la nécessité de la liberté du travail. Elle implique la destruction des deux modes d’organisation du travail jusque-là dominants, le travail réglementé (corporé) et le travail forcé. L'oeuvre de Turgot est à cet égard exemplaire.

Bien à vous

_________________
"N'allez pas où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace."

Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 18:01 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 21 Jan 2017 21:26
Message(s) : 18
Merci Brisbout pour vos contributions, elle rejoignent tout à fait ce que j'ai déjà pu lire dans Kaplan
J'ai commencé Le pain, le peuple et le Roi, La bataille du libéralisme sous Louis XV, c'est passionnant, bien écrit, et très bien étayé. Je vais essayer de trouver celui de Mornet.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 18:54 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5681
Je joins mes remerciements à ceux de Grelin, c'est très intéressant la façon dont vous avez replacé (ou retracé) la problématique de la pauvreté dans les contraintes matérielles et les limitations de l'époque.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Jan 2017 22:55 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 18 Avr 2015 15:58
Message(s) : 767
Localisation : Kaamelott
Brisbout a écrit :
... par les lois naturelles, celles ci ne pouvant être perturbées, même par la charité. Certains penseurs la considèrent d'ailleurs comme un mal nécessaire

A ceux-ci s'opposent d'autres penseurs tel Fontenelle.

Citer :
Il pourrait être intéressant de se demander si l'évolution de la représentation de la pauvreté depuis le moyen âge n'est pas liée à la lente déchristianisation de la société.

En ceci, les propositions de renouveau théologique proposé par les Protestants ont pu faire évoluer les pensées, bien que vite on se mit à clamer que ce qui valait pour la hiérarchie céleste n'était pas à l'ordre du jour pour ce monde. Le pauvre doit souffrir d'être pauvre, y voir un meilleur au-delà et pire encore culpabiliser de sa pauvreté.
Mornet évoque dans son introduction les libertins qui servirent de tremplins à Voltaire et autres, a contrario Rousseau bloque dans une vision où l'hédonisme a sa place et peut-être est-ce pour ceci qu'il "parlera" à certains "cadres" de la RF.
C'est un peu pour ce que vous évoquez que je voyais ceci plus dans la section littéraire. :oops:
Le Sensualisme de Locke a déjà marqué la fin du XIIè outre-Manche.

Citer :
Pour cela on associe libertés individuelles, libertés fondamentales et libertés politiques. Le pouvoir exécutif est alors réduit à des tâches de protections des citoyens et étroitement contrôlé institutionnellement (Parlement).

Il est étonnant de voir combien la pensée précède une mise à l'acte et combien celle-ci ne réussit à s'accoutumer que dans la douleur, ce qui donne de l'eau au moulin des tenants d'une pensée qui tient de la superstition et de la coutume. Quand enfin on croit avoir accouché du mieux, il faut s'accommoder du moins-pire.
La société française du plus haut au plus bas reste rétive à toute idée de nouveauté, de changement -d'ailleurs on dit plus souvent "changement de l'ordre établi"- comme si cet ordre était immuable, comme si tout changement verrait le courroux du Très-Haut et son détournement des hommes (il suffit de lire l'AT pour voir combien se paie le fait de prendre un peu d'éloignement, la réponse est cruelle et les hommes se retrouvent toujours enchaînés doublement -esclaves et dans un monde inconnu-), bref la fin du monde à défaut de la fin d'un monde.
En ceci, il est vrai que la religion a été un frein bien présent et pesant. Plus encore en France, où le souverain est représenté comme l'intermédiaire. Mais peut-être fais-je erreur.

_________________
"L'histoire remplit le vide du présent et se transforme elle-même en espérance !"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2017 9:50 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 10:21
Message(s) : 274
Localisation : oise
Grelin a écrit :
Merci Brisbout pour vos contributions, elle rejoignent tout à fait ce que j'ai déjà pu lire dans Kaplan
J'ai commencé Le pain, le peuple et le Roi, La bataille du libéralisme sous Louis XV, c'est passionnant, bien écrit, et très bien étayé. Je vais essayer de trouver celui de Mornet.


Je ne connais pas ce livre de Kaplan, mais je ne peux que vous encourager à feuilleter Les Ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d'Ancien Régime lecture des plus intéressantes, mais aussi La Fin des corporations du même auteur.

ezio-auditore a écrit :
En ceci, les propositions de renouveau théologique proposé par les Protestants ont pu faire évoluer les pensées, bien que vite on se mit à clamer que ce qui valait pour la hiérarchie céleste n'était pas à l'ordre du jour pour ce monde. Le pauvre doit souffrir d'être pauvre, y voir un meilleur au-delà et pire encore culpabiliser de sa pauvreté.


Je ne sais pas si le protestantisme a fait évolué les pensées sur cette question. Ce qui est certain c'est que catholiques et Réformés ont cherché en même temps à trouver des réponses aux problèmes sociaux de leur temps. Ce qui traduit une certaine prise de conscience du phénomène au delà de toute controverse d'ordre théologique, même si la doctrine médiévale de la charité a été un argument utilisé contre le modèele catholique de dévotion.
Par ailleurs Henri Hauser faisait de la misère et de l'injustice des "facteurs probants d'adhésion à une confession qui promouvait le simple croyant et exaltait l'égalité originelle de tous les hommes" et donc pas nécessairement l'inverse.

Pour en revenir plus concrètement à notre sujet, je pense qu'à la fin du XVIIIe siècle, par le renouvellement de la pensée économique, une révolution du rapport aux pauvres était en marche du fait que ces derniers commençaient à être perçu comme une force de travail. La richesse de la nation tient désormais à l'emploi rationnel de cette force de travail. Même pauvre, le travailleur est riche de cette force de travail qu'il convient de faire fructifier, plutôt que de la tenir à l'écart du reste de la société comme ce fut le cas lors des deux siècles précédents. Tout le XIXe siècle se tient là.

_________________
"N'allez pas où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace."

Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2017 11:11 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 21 Jan 2017 21:26
Message(s) : 18
Brisbout, vous êtes magistral, articuler la question des grains, de la loi chapelier, la relation à la pauvreté, pour nous amener à comprendre la perception du travailleur et du travail au XIXème. Et merci pour les conseils de lecture.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Jan 2017 15:30 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Jan 2006 10:21
Message(s) : 274
Localisation : oise
C'est gentil à vous Grelin mais vous êtes nouveau sur le forum, et en vous baladant un peu dans cet espace vous verrez très vite que ma modeste contribution n'est rien en comparaison des trésors que ce lieu d'échange abrite.

Bien cordialement

_________________
"N'allez pas où le chemin peut mener. Allez là où il n'y a pas de chemin et laissez une trace."

Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 55 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB