A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 17 Déc 2017 13:10

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 03 Jan 2006 17:08 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1099
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
Bien qu'il soit difficile de faire des comparaisons, le long règne de Louis XV a suscité souvent des commentaires négatifs, plus centrés sur ce que l'on croyait être la personnalité toujours plus ou moins indéfinissable du Roi que sur son action réelle.
Or à sa mort en 1774 le royaume n'était-il pas beaucoup plus riche qu'au début du règne ?
La population n'avait t-elle pas augmentée de façon importante ?
N'a t-il pas permit une certaine libre expression de la vie intellectuelle ?
Si à sa place il y avait eut un Roi autoritaire, style Louis XIV ou un ministre dans le genre Richelieu, les Voltaires, Rousseau et autres Diderot
Au plan territorial, la Lorraine et la Corse furent pour leur bonheur ou leur malheur réunis au Royaume.

Cependant la guerre de 7 ans fut perdue avec le Canada et les Inde, mais ces colonies auraient-elles put être maintenues longtemps face à la toute puissance de la Royal Navy et au dynamisme migratoire des anglo-saxons ?
Par contre la guerre de succession d'Autriche fut gagnée brillamment.
De toute façon y a t-il eut beaucoup de Rois de France qui n'ont jamais perdu de guerre ?

Peu de temps avant sa mort, le Roi Soleil le convoque et lui délivre ses derniers conseils : il lui recommande de moins faire la guerre et d’être un Prince pacifique soucieux du bonheur de son peuple.
Ne fut ce pas le cas ?
Y eut-il sous son règne des famines aussi horribles que sous le règne de Louis XIV ?
Peut-être parce que Louis XV a eut la sagesse de ne pas engager de folles dépenses comme Versailles ou de s'engager dans ces guerres qui ont tant ravagé l'Europe au siècle précédent.
Un Roi guerrier aurait-il fait du 18° siècle, ce siècle de la douceur de vivre, de l'amour et de la philosophie si au lieu d'un Roi comme Louis XV il y avait eut une sorte de Napoléon ?

_________________
"Dire que ce qu'on voit sous nos yeux s'appellera de l'histoire ". Marquise de Sévigné

"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Jan 2006 0:28 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 07 Oct 2003 17:27
Message(s) : 585
Localisation : Allauch
F. Bluche juge qu'il a plus regné que gouverner. Il était respectieux des travaux de ces ancêtres et voulait les conserver. De plus, il faut pas oublier que sous son règne les routes du royaume était en sécurité.
Par contre, il n'a pas du tout associer Louis XVI dans ses decisions, et ce fut une grave erreur!

_________________
"La France n'est plus qu'un simple simulacre. On ne peut plus parler de déclin, ni de décadence. Nous sommes devant la mort et la disparition." Jean de Viguerie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Louis XV
Message Publié : 05 Avr 2006 20:56 
Cher Larochejaquelein,
Effectivement Louis XV n'a pas associé Louis XVI à la gestion du royaume et c'est regrettable. Louis XV était conscient de la faiblesse du trésor de l'état et des difficultés qu'engendrerait le règne du dauphin. Il a donc vécu la fin de son règne dans une sorte d'acceptation philosophique.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Mai 2006 22:28 
Malgré certaines erreurs (perte de l'Inde et du Canada), il fut, selon mon avis, un des meilleurs rois. Ses débuts de règne furent excellents (expansion économique etc). En outre il m'apparait vraiment sympathique, sauf pour ses trop nombreuses maîtresses.
Quant à la beauté... il est vrai que celle-ci est subjective, mais à voir les tableaux, c'est vraiment le plus beau des Bourbons! :oops: :wink:


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Mai 2006 0:23 
Victoire-Adélaïde a écrit :
Malgré certaines erreurs (perte de l'Inde et du Canada), il fut, selon mon avis, un des meilleurs rois. Ses débuts de règne furent excellents (expansion économique etc). En outre il m'apparait vraiment sympathique, sauf pour ses trop nombreuses maîtresses.
Quant à la beauté... il est vrai que celle-ci est subjective, mais à voir les tableaux, c'est vraiment le plus beau des Bourbons! :oops: :wink:


Merci de réhabiliter Louis XV ! et il est vrai que, subjectivité ou pas, je le trouve vraiment très beau :D


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Mai 2006 14:57 
A la mort de Louis XIV, le Régent a-t-il réellement assuré un rôle protecteur, quant au devenir du dauphin, duc d'Anjou,futur Louis XV ?

Mme de Maintenon a-t-elle suivi de loin son éducation ?

Quant à la petite enfance de Louis XV, Mme de Ventadour semble avoir su lui apporter l'affection, la tendresse indispendable à la "construction" d'un enfant. Lui-même l'appelait "Maman Ventadour"... Bien émouvant...
Quelle solitude pour cet enfant...

A ce propos, existerait-il une biographie "fidèle", fiable, de Mme de Ventadour ?


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Mai 2006 15:27 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 08 Mai 2002 9:54
Message(s) : 2040
Finalement, je trouve toujours étrange que l'on reproche à Louis XV la perte de l'Inde ? 8O

L'Inde a été française ? Ah bon... Quand ça ? :roll:

A son avènement, en 1715, quelle y était l'étendue de nos possessions ? Moins qu'en 1763, il me semble...

Il faudrait donc revoir cette question, à mon avis...

Perte du Canada ? Oui da... Là, c'est incontestable ! Mais toute la France a applaudi, du moment que nos perles des Antilles nous restaient...

Quant aux Jacquoux du fin fond de leur province (dont mes ancêtres), ils ne savaient même pas que l'Inde ou le Canada existait, sauf les "cousins" qui sont partis là-bas...

Je salue d'ailleurs Jean-Marie et Bruno Roy... :D


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Mai 2006 22:26 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mai 2006 13:04
Message(s) : 220
dollia a écrit :
Mme de Maintenon a-t-elle suivi de loin son éducation ?

Quant à la petite enfance de Louis XV, Mme de Ventadour semble avoir su lui apporter l'affection, la tendresse indispendable à la "construction" d'un enfant.


Le grand père de l'enfant (fils de Louis XIV), le père, la mère et le frère du futur Louis XV meurent tour à tour de la petite vérole (je crois, sans en être certain, qu'on suspecte dans les salons de Versailles le poison pour la mère?) :?: .
L'enfant est aussi touché par la maladie.
Il est sauvé grâce aux soins de Madame de Ventadour qui l'écarte des médecins de la cour.
On sait qu'elle entretient régulièrement Madame de Maintenon de l’évolution de l’enfant (elle lui doit sa nomination comme gouvernante).
Mais à la mort de Louis XIV, Mme de Maintenon se retire à Saint-Cyr.
Louis XV est donc très jeune.
C'est heureux, car les méthodes d'éducation et les préceptes enseignés à Saint-Cyr et sous l’impulsion de Mme de Maintenon, étaient aussi rudes que pauvres.
Mais ils s'adressaient aux seules demoiselles, c'est vrai. 8O

En outre, je crois que le futur Louis XV est confié à l'éducation "des hommes" très tôt (à l'âge de 7 ans il me semble).
L'influence purement éducative de Mme de Vendatour est donc probablement minime, mais vous avez raison de souligner son rôle affectif incontestable.

_________________
Ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux...Avec délices!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Mai 2006 23:02 
Merci beaucoup la nuit, la neige pour toutes ces précisions fort intéressantes ! :D J'avais lu une biographie de Louis XV, il y a quelques années déjà.
Je compte me documenter plus sérieusement sur ce roi et sur son règne.
Il me semble qu'il a été assez injustement décrié...


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 10:50 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 18 Juin 2005 19:46
Message(s) : 33
Comment ne pas mentionner, dans le bilan du régne de Louis XV ses guerres incessantes avec les Parlements du royaume. Analyser le régne de Louis XV (tout beau qu'il fut), en omettant l'ensemble du conflit qui opposa la Trône à ses parlements, et dont Louis XV et ses ministres ne sortirent pas vainqueurs, c'est ne pas comprendre les prémisces de la Révolution française, dont le 'Bien-aimé' fut, qu'on le veuille ou non, de par son intransigeance et sa vision 'absolutiste', l'indirect responsable.

_________________
Ce siècle avait deux ans ; Rome remplaçait Sparte
Déja Napoléon perçait sous Bonaparte
(Victor Hugo)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 12:00 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2005 13:09
Message(s) : 423
Je pense même que le problème remonte à un petit peu plus loin, avec la cassation du testament de Louis XIV par le Parlement. Le Régent - et c'est pourtant un personnage historique pour lequel j'éprouve une profonde admiration et une grande sympathie - leur avait fait goûter le miel de la "liberté" et ils ont voulu y regoûter par la suite... :(


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 13:00 
Citer :
tout beau qu'il fut),


Je n'ai certes pas une vision "béate de Louis XV" :wink: Néanmoins, attendiez-vous, vu le contexte, et à cette époque déjà, qu'il eût des idées "constitutionnelles ?

Sa vision "absolutiste" du pouvoir, ne pouvait-elle se concevoir, quand effectivement, l'effervescence des parlements, portait atteinte à cet absolutisme ? Ses différents "lits de justice" en témoignent... A l'instar de ses "pères", n'avait-il pas ceint la couronne, dans le but d'exercer la souveraineté du pouvoir ? Bien évidemment, je ne conteste pas ses erreurs... :wink: J'essaie d'analyser "sa" vision politique...

Certes, les idées des "Lumières" faisaient leur chemin...

Pensez-vous qu'une monarchie constitutionnelle eût pu être instaurée à cette époque ? Aurait-elle vraiment annihilé les prémices de la Révolution française ?

Louis XVI, malgré son rétablissements des parlements, n'a rien pu éviter...


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 14:06 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 18 Juin 2005 19:46
Message(s) : 33
Citer :
Je n'ai certes pas une vision "béate de Louis XV" Néanmoins, attendiez-vous, vu le contexte, et à cette époque déjà, qu'il eût des idées "constitutionnelles ?


Oui, le Siècle était 'porteur' de ces idées, et d'autres royautés en Europe s'en inspirérent. L'exemple anglais ne lui aurait-il pas permis, à tout le moins, de concevoir que la royauté d'esprit 'absolu' n'était plus d'un grand avenir. C'est aussi à celà que l'on reconnait un grand monarque, c'est à dire à sa sensibilité aux idées du temps, et à l'adaptation des structures de son royaume. Louis XV a raté ce rendez-vous de l'Histoire pour la France. Nous allions, seuls en Europe ou presque, le payer durant un siècle.

Citer :
Sa vision "absolutiste" du pouvoir, ne pouvait-elle se concevoir, quand effectivement, l'effervescence des parlements, portait atteinte à cet absolutisme ? Ses différents "lits de justice" en témoignent... A l'instar de ses "pères", n'avait-il pas ceint la couronne, dans le but d'exercer la souveraineté du pouvoir ? Bien évidemment, je ne conteste pas ses erreurs... J'essaie d'analyser "sa" vision politique...


Justement, ainsi que je l'ai précisé plus haut, avait-il ainsi à s'arc-bouter sur une vision de la pratique de la royauté faite d'absolutisme, héritage de 10 siècles de construction et d'un siècle de verrouillage politique, alors que tout (les philosophes, les parlements, d'autres monarchies en Europe, certains de ses ministres même, comme Choiseul), lui montraient la précarité d'une telle attitude. L'héritage de ses Pères n'impliquait pas qu'il en respectât scrupuleusement les erreurs ou les principes les plus désuets ou les plus anachroniques, du fait de l'évolution des esprits.

Citer :
Certes, les idées des "Lumières" faisaient leur chemin...


Oui, jusque dans l'esprit de l'entourage royal. Que ne les a-t-il entendues (écoutées ?).

Citer :
Pensez-vous qu'une monarchie constitutionnelle eût pu être instaurée à cette époque ? Aurait-elle vraiment annihilé les prémices de la Révolution française ?


Oui, une Révolution 'douce' était possible, dès le régne de Louis XV (pour autant que Louis XV en fut l'instigateur et l'acteur, et non l'opposant). La royauté, à l'époque, n'était pas une idée dépassée, mais une idée à rénover, et tout aurait pu l'y aider. Il en fit un autre choix, et son petit-fils eut à assumer un tout autre héritage que celui de Louis XV : une révolution violente et en rupture avec le passé. "Après moi le déluge" !! :?

_________________
Ce siècle avait deux ans ; Rome remplaçait Sparte
Déja Napoléon perçait sous Bonaparte
(Victor Hugo)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 14:25 
Serendipity a écrit :
Je pense même que le problème remonte à un petit peu plus loin, avec la cassation du testament de Louis XIV par le Parlement. Le Régent - et c'est pourtant un personnage historique pour lequel j'éprouve une profonde admiration et une grande sympathie - leur avait fait goûter le miel de la "liberté" et ils ont voulu y regoûter par la suite... :(


Le Régent réussit effectivement à faire casser le testament de Louis XIV par le parlement afin d'être reconnu comme seul régent...Le duc du Maine devait faire partie du Conseil de régence, au vu dudit testament. Il devait recevoir la tutelle du dauphin, duc d'Anjou, futur Louis XV. Il fut donc évincé de ces charges.

Le Régent, pour lequel j'ai également beaucoup d'estime, appliqua une politique nouvelle. Les moeurs se libérèrent grandement sous sa férule...Mais lorsque le système de Law s'effondra, le Régent réagit, et il bénéficia du soutien du cardinal Dubois dans les affaires.

La monarchie tint bon alors, de par l'absence organisée de toute opposition ...


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Mai 2006 14:41 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Mai 2006 13:04
Message(s) : 220
Cela n'a pas grand chose à voir avec vos discussions, mais je me souviens avoir lu il y a quelques années ce roman que j'avais dévoré!
Très belle plume.
Pour le respect des faits historiques, je ne sais plus (j'ai la mémoire qui flanche...chante Mlle Moreau)

Image

Nous serons comme des dieux

par Carole Vantroys
Lire, novembre 1996

Les régences sont des temps dangereux et subtils. Celle de Philippe d'Orléans, fils de Monsieur, frère du roi, et de la princesse Palatine, ne fit pas exception à la règle. Lorsque Louis XIV meurt, son héritier n'a que 5 ans. C'est à Philippe que revient la tâche difficile de reprendre en main un royaume exsangue. A 40 ans, l'homme le plus brillant de la cour prend enfin sa revanche sur le roi qui s'est appliqué à brimer ce prince talentueux. Mais Philippe a un talon d'Achille. Depuis qu'il l'a sauvée tout enfant, il éprouve une passion dévorante pour sa fille aînée, la duchesse de Berry. Choyée et «éduquée» de manière très spéciale par ce père libertin, Elisabeth exerce sur lui un empire absolu: celui des sens. Pour écrire cette page scandaleuse de l'histoire de France, Eve de Castro a choisi pour narratrice la seconde fille du Régent, Adélaïde, devenue nonne pour «racheter les péchés d'un règne». Dans le secret du cloître, l'abbesse de Chelles retrace la chronique mouvementée de cette période de transition. On y croise Saint-Simon, le duc de Richelieu, La Rochefoucauld, le banquier Law ou un certain Chirac, premier médecin du Régent. Gageons que ce deuxième roman d'une indéniable efficacité remportera autant de suffrages que le premier (Ayez pitié du cœur des hommes, Lattès) qui valut à son auteur le Prix des libraires 1992.

_________________
Ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux...Avec délices!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 73 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB