Nous sommes actuellement le 18 Oct 2019 18:11

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Livre sur les jardins ouvriers
Message Publié : 16 Jan 2019 18:50 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 307
Localisation : Civitas vellavorum
Bonjour,
dans le cadre d'une étude locale, je vais être amené à étudier des documents relatifs à une société de jardins ouvriers et familiaux créée en septembre 1942.
Auriez-vous un ouvrage de référence sur le sujet pour une mise en perspective s'il vous plaît?
Je n'ai trouvé sur le sujet sur le forum.

Merci pour votre aide.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2019 8:11 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2866
Il y a eu un manuel officiel,explications diverses et conseils pour les cultures et si je me souviens,quelques pages sur le petit élevage ....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2019 9:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2009 21:18
Message(s) : 1456
Localisation : Vienne (86)
Bonjour,

Question de béotien ! Pour quelle(s) raison(s) septembre 1942. Problématique de rationnement en période de guerre ?

_________________
> Le courage, c'est de comprendre sa propre vie... Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille... Le courage, c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel.
( Jean Jaurès )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2019 11:30 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 754
Localisation : Nevers
Deux directions à explorer :
    1/ au XIXe : le catholicisme social, dont l'Abbé Lemire,
    2/ en 1942 : le pays en état de guerre et d'occupation, et la doctrine pétainiste de Travail, Famille, Patrie.

L'article de Wikipedia Jardins familiaux, quoique bref, me semble pas mal fait et cite des références qui pourraient vous être utiles.

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2019 12:19 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 05 Sep 2010 13:22
Message(s) : 397
Localisation : Belsa
La législation sur les lotissements-jardins (découpages de parcelles en vue d'être exploitées par des particuliers) remonte à un décret-loi du 18 août 1935, donc avant le Front populaire et avant Vichy !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Jan 2019 13:02 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2866
1942 .... Il n'y avait plus de stocks.... tous les "honnêtes" gens commençaient à "crever de faim".... Je me souviens de mes parents qui essayaient de trouver des vitamines ou des nutriments dans les pharmacies... après, je devais les avaler..... Une horreur.... Le marché noir des escrocs et des truands était florissant ... comme le marché de la drogue un peu partout aujourd'hui. Le pourrissement d'une société. L'avilissement de la société française : Quel triomphe pour la Gross Europa et tous les traîtres à ma nation.....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2019 20:07 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 307
Localisation : Civitas vellavorum
nico86 a écrit :
Bonjour,

Question de béotien ! Pour quelle(s) raison(s) septembre 1942. Problématique de rationnement en période de guerre ?


C'est une question sur laquelle je vais plancher. Le contexte géographique est rural, à voir donc.

Merci pour vos réponses.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2019 20:43 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2866
Je crois que cette période marque la fin de toutes les "espérances" que j'ose dire stupides et criminelles d'une victoire germanique ou d'une "paix" de compromis par acceptation de la domination de l'Allemagne sur sa sphère Les Anglo -américano- Soviétiques iront jusqu'à la victoire..La guerre durera longtemps..La Russie tient,les coups de 1941 ne l'ont pas anéantie pas davantage que la campagne d'été 1942....Un seul espoir pour les Français.....survivre donc avoir de quoi se nourrir


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2019 10:01 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 719
Je peux vous dire ce qu'il en fut dans ma famille, puisque j'en ai la correspondance sous les yeux: le jardin (clos de murs dans une grande ville de zone occupée) est transformé en potager le 30 mars 1942.
Avant cette date (ou plutôt, avant l'hiver qui a précédé) l'on en avait a priori pas ressenti le besoin.
Motif: les enfants sont trop peu nourris et grandissent visiblement mal. Dès qu'il vont passer ne serait-ce que deux jours à la campagne chez leurs grand-parents, ils reviennent forcis.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2019 17:20 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2866
Beaucoup dépendait de la partie de France où vous viviez..... Avant d'être à 10 kilomètres de Dreux, en Eure et Loir, Nous étions en périphérie de Dinard, avec quelques liens familiaux d'un de mes oncles ( nous étions des réfugiés).... A Dinard, il y avait bien sûr du rationnement, mais les commerçants disaient: "venez me voir dans trois jours, on s'arrangera.".. et effectivement, trois jours plus tard,...... il y avait toujours quelque chose à des tarifs abordables... Il y avait les pêcheurs que l'on connaissait... la Fermière... Bref,on mangeait...... Cependant, mon père depuis sa démobilisation de la 2ème DCr dans la Creuse en Août 1940 était sans emploi.... La réserve d'argent familiale avait duré jusqu'en été 1941, Les seuls emplois proposés dans ce pays breton était le service de l'ennemi sauf des petits boulots épisodiques.... Abattre des arbres chez Mme de........ et récupérer les souches comme paiement..... Il avait tenté les concours de prof de Gym mais éliminé aux épreuves pratiques, il avait présenté une leçon de Gym Suédoise alors que c'était la méthode Hébert qu'il fallait utiliser...... il avait écrit à ses anciens supérieurs hiérarchiques de la RPN demandant s'ils ne connaissaient rien.... finalement c'est l'un d'eux qui le mit en liaison avec un producteur d'engrais qui cherchait un comptable connaissant la chimie... ce qui était le cas de mon père... Nous avons donc déménagé et nous sommes établis prés de Dreux où était l'emploi... Nous sommes arrivés dans un milieu quasi hostile à dominante agricole, viscéralement Pétainiste et admirative du Reich...... Quasiment pas d'amis possibles: " Vous êtes des réfugiés, on vous tolère parce que vous ne nous semblez pas communistes... mais vous aurez faim, nous vendons pour Paris et " Ma pauvre petite dame ,nos grands amis du Reich mettront toujours dix fois plus... Nous n'avons rien à vous vendre..."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2019 19:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Nov 2017 0:13
Message(s) : 420
Localisation : Loin
En 1942, est-il exact que l'on cultivait le topinambour et le rutabaga, car les Allemands n'en voulaient pas ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2019 20:21 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 638
Dalgonar a écrit :
En 1942, est-il exact que l'on cultivait le topinambour et le rutabaga, car les Allemands n'en voulaient pas ?

J'ignore si c'est parce-que les Allemands n'en voulaient pas mais oui, le rutabaga était cultivé et c'était une normalité. C'est excellent bien préparé. ;)
Le "mou" (poumon) était aussi cuisiné et encore dans les internats (années 1975), ceci avait la consistance du ris de veau. D'autres abats (coeur) étaient des plats normaux, de nos jours on a un peu oublié ceci.

Pour ceux qui se sont retrouvés sur la ligne Dinan/Dinard, il est vrai que les restrictions existaient peu. Les marins avaient toujours un coin potager, la femme s'en occupait. Pour la gde pêche, tant que ceci a été possible, les 10% allant aux hommes fut distribué etc. A Dinard, il n'y avait que peu de commerçants mais les halles fonctionnaient. En prenant un vélo, vous étiez vite à St Jacut ou Lancieux, il était aisé de pêcher.
Mon aÏeule maternelle habitait Dinard, dans la villa près des Halles. Il ne faut pas voir Dinard -à cette époque- comme une ville balnéaire, dans l'entre-deux guerres, les grandes maisons s'étaient bradées. Maintenant à la place des anciens massifs de fleurs, étaient des potagers et il n'était pas rare d'avoir des clapiers et un poulailler.
Les maisons étant grandes, il est certain qu'il y a eu beaucoup de "réfugiés". J'ignore si ce nom était donné à ce moment, je n'en ai entendu parler que comme "les gens qui venaient de la ville". C'est aussi pour ceci qu'il fut relativement aisé d'avoir un ou deux enfants qui étaient "confiés" : on ne posait pas de questions...
A noter que les Allemands non plus. Ils ont été particulièrement corrects "dans le coin" et pourtant il existait des maquis. Comme quoi...
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2019 22:53 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2866
Corrects...Oui pour ceux qui avaient la trouille d'être envoyés tenter un débarquement ,fin août ou Septembre 1940 et qui disaient aux serveuses des pâtisseries....."petites et grosses pièces ,garder pour vous...meilleur que pour petits poissons dans la mer..."...Seulement quand les artilleurs partent pour la Russie vers le 22 juin 1941....Après des beuveries monumentales et avoir razzié toutes les fleurs pour la décoration des chevaux ,des hommes,des canons.....Un ukase est proclamé Toutes les fenêtres doivent être volets clos.......Mon oncle commandant juste retraité de la Transat se contente de clore les doubles rideaux.En retrait,à leur abri,avec ma mère ils tentent de voir le long défilé...soudain deux coups retentissent,la vitre est transpercée,les balles vont se ficher derrière eux dans le vaisselier breton...Sous le choc émotionnel ma mère perd le frère qu'il m'aurait été agréable d'avoir pour la triste existence qui m 'attendait...........Avant ce départ une maison dans le centre de ST Jacut,occupée par des femmes d'officiers français prisonniers et aux moeurs sans doute vénales avait été saccagée,tout avait été passé par les fenêtres,les femmes trainées nues dans la rue,les poupées de leurs filles décapitées....Les désertions avaient été nombreuses et des patrouilles passaient parfois fouiller les maisons toutefois,il était remarquable que souvent les vieux sous offs qui avaient sans doute "fait" 14/18 modéraient souvent l'ardeur inquisitive des jeunes...surtout en présence d'enfants...peut être pensaient-ils aux leurs?......
Pour la nourriture Les vrais rutabagas destinés en principe au bétail c'est pas très bon,je vous garantis.....les topinambours ne sont pas mauvais de goût mais une torture pour l'intestin,ils sont beaucoup trop riches en sels de cuivre...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Jan 2019 7:21 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1952
Bonjour

En Belgique, il existe encore à ce jour les "Coins de terre".
L’histoire des Coins de Terre remonte à la première guerre mondiale. pendant l a Grande Guerre, les gens étaient à la diète et les villes ont mis à disposition des terrains à cultiver.
Il y a 100 ans, il y avait 7 000 hectares de potagers similaires en Belgique. Ils alimentaient 132.000 personnes.

-> Fédération provinciale des Coins de Terres et jardins familiaux du Brabant wallon

Bien à tous.

_________________
Hugues de Hador.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Juil 2019 16:25 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juin 2008 18:11
Message(s) : 307
Localisation : Civitas vellavorum
Bonjour,
j'ai avancé un peu l'étude des jardins "ouvriers et familiaux" de ma commune.

Commune rurale située en zone libre (Haute-Loire), 1850 habitants environ, superficie de 36 km², altitude la plus basse 450m, la plus haute 915m, centre-bourg à 550m; nombreux hameaux, certains assez peuplés.
Implications locales du contexte général: des hommes prisonniers de guerre (l'association fera d'ailleurs un don de 500F à leur profit); plus de marché hebdomadaire; moulins mis sous scellés et gardés la journée par des soldats allemands (après l'occupation de la zone libre), des habitants venaient lors la nuit.
Commune libérée en août 1944, entre le 19 et le 22, par les résistants.

Création le 6 septembre 1942, sous forme associative (1 président [qui a l'avantage de recevoir plus de semences que les autres adhérents: contre-partie à ses déplacements pour aller récupérer les semences?], 1 vice-président, 1 trésorier, 1 secrétaire, 6 autres membres du CA et une commission de contrôle (?) composée de 3 membres). Cotisations annuelles : 10F, puis 15F. 1 réunion du CA par mois en moyenne les 6 premiers mois (fréquence liée au lancement: demande de terrain, de semences, répartition, ...), puis (presque) uniquement les AG annuelles.

Terrain d'un hectare appartenant à la commune (pâturage). 40 jardins de 250 m² chacun. Jardins disponibles effectivement 6 mois après la création de l'association, en février donc (bien vu :wink: ). Un local est également loué. Jardins pouvant être partagés (65 cotisations non payées la première année, or, 65>40 jardins). Apparemment, pas de cabanes sur les jardins et les locataires seraient principalement des artisans du chef-lieu de commune distant de 800m).

Les semences sont à demander à la préfecture ou aux services de l'agriculture du Puy en Velay (25 kg de pdt au lieu de 10 prévus initialement). Elles sont à retirer au comité de répartition.

Dernière trace de l'association en mars 1945 (AG, mais pas de CR). Une réunion du CA avait eu lieu en février de la même année pour élire un nouveau président (décès de l'ancien), preuve qu'elle devait bien continuer à fonctionner.

Si quelqu'un a des informations sur le fonctionnement des services agricoles départementaux sous Vichy ou sur la création de commission de contrôle dans le cadre de ses jardins à cette époque, je suis preneur.

_________________
"On ne peut pas gouverner un pays qui offre 246 variétés de fromage".
"Un pays capable de donner au monde 360 fromages ne peut pas mourir".


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB