Nous sommes actuellement le 13 Déc 2019 23:19

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 16 Mars 2019 22:57 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1015
Je ne sais pas si mon post est vraiment pertinent, et peut-être que la comparaison a déjà été tentée, mais tant pis je vous la soumets.
Je viens de lire une Histoire du consulat et de l'Empire de Jacques-Antoine Boudon. Au fur et à mesure de la lecture, j'ai été stupéfait par la ressemblance avec l'histoire du passage de la République à l'Empire sous Octave qui devient Auguste. Cette ressemblance semble assez normale puisque dans l'un et l'autre cas on passe d'une république à un Empire. Les ressemblances ne sont surement pas totales. Mais c'est justement l'objet de ce fil : en quoi peut on comparer la prise de pouvoir par Bonaparte, puis le passage à l'empire à celle d'Octave au début de notre ère ? Il peut y avoir des ressemblances mais également des différences, il s'agit finalement d'un exercice de comparaison...

- prise de pouvoir : 18 brumaire 1799/ victoire militaire sur Marc Antoine (Actium , Auguste a l'appui du Sénat contre l'Orient)
- passage à l'empire en 1804 pour Napoléon donc 5 ans après la prise de pouvoir
- Etat policier sous le Consulat et l'empire / qu'en est il sous les débuts de l'Empire
- L'Assemblée législative au pas/ Sénat de plus en plus soumis
- Le rôle de l'armée ? Assez évident sous le Premier Empire/ Qu'en est il sous Auguste ?
- La guerre et l'expansion territoriale/ L'extension de l'empire.
- la dynastie.
- Changement de nom : Bonaparte-Napoléon/ Octave Auguste ?

Pour Napoléon il y a le double héritage de la Révolution récente et de la Monarchie française (l'Empire a de plus en plus des traits monarchiques d'après Boudon)/ Pour Auguste il y a l'héritage de la république romaine même s'il s'en détache petit à petit.
Le Consulat et l'Empire est une période d'une extrême richesse de créations en tout genre, Est-ce le cas sous l'Empire d'après ce que l'on en sait ?
Il faudrait voir dans une analyse pus fine si on- les historiens- n'utilisent pas le même vocabulaire les mêmes concepts pour traiter des deux événements, distants de 1800 ans environ.

On pourrait peut-être faire le même jeu de comparaison avec Charlemagne mais d'emblée cela me saute moins aux yeux.

Voila je n'ai pas relu la Révolution romaine de Ronald Syme ni le petit ouvrage de Robert Etienne sur le siècle d'Auguste. :rool:

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Mars 2019 15:08 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 777
Localisation : Paris
C'est un exercice intéressant, mais, de mon côté, je trouve que les différences sont très grandes :

-la prise de pouvoir : elle est brutale et radicale chez Bonaparte, qui fait un coup d'Etat et rompt avec le régime précédent, lui-même très récent. Octave arrive sur la scène politique quand un régime politique vieux de cinq siècles est déjà moribond, alors que les institutions ne fonctionnent plus très bien, après le quasi-règne d'un dictateur (César); surtout il met 15 ans à s'imposer durablement. Actium est une victoire militaire dans une guerre civile, alors qu'Octave gouverne déjà la moitié de l'Empire depuis 10 ans environ, cela ne me semble pas du tout comparable à un coup d'Etat sans bataille militaire, qui porte au pouvoir un nouveau venu.

-la légitimité : Bonaparte n'a aucun lien avec les dynasties précédentes, n'est pas non plus un élu de la République et fonde sa légitimité sur la victoire militaire et ensuite sur la conquête. Octave essaiera toujours d'acquérir une telle légitimité, mais c'est un piètre général; toute sa légitimité repose sur sa filiation avec le précédent gouvernant. Bonaparte a conquis un empire, tandis qu'Octave bénéficie des conquêtes des deux siècles précédents.

-le régime: Bonaparte provoque une vraie rupture en créant un nouveau régime (enfin même deux nouveaux régimes, Consulat puis Empire). Octave, quand il devient Auguste, prétend revenir aux institutions antérieures, contre le système exceptionnel de la dictature césarienne et du triumvirat avec Antoine et Lépide. Ce n'est qu'a posteriori qu'on peut dire qu'il a définitivement changé le régime.

La prise de pouvoir par Bonaparte me fait plus penser à celle de César. César a lui aussi fondé sa légitimité sur la conquête et, fort de sa popularité, a fait ce qu'il est permis de qualifier de coup d'Etat militaire en franchissant le Rubicon en janvier 49. Il a donné à sa domination une forme qui se voulait en rupture avec le régime précédent, au moyen de la dictature à vie et peut-être en souhaitant devenir roi (la fameuse question insoluble).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Mars 2019 9:09 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1015
Merci Helios d'avoir répondu et d'avoir argumenté en sens inverse de moi....Effectivement ce que vous dites est vrai les différences sont grandes. Quand j'ai lu le chapitre sur le coup d'Etat du 18 brumaire et puis le chapitre sur le sacre de l'empereur et tout ce qui tourne autour, il m'a semblé que, comme le souligne Boudon dans ouvrage, Napoléon a ,comme Auguste à son époque, garder une apparence républicaine...même si faut bien l'avouer l'empire n'a plus grand chose à voir avec la Ière république...

Je savais que les deux épisodes n'étaient pas comparables point par point, mais vous avez souligné des points importants qui montrent que finalement l'histoire ne se répète pas tant que cela. Ce que j'ai avancé finalement pourrait se comprendre que sur le plan politique voire même uniquement institutionnel avec toutes les limites que vous avez rappelées. Les circonstances vous l'avez dit ne sont pas les mêmes. Reste juste le passage de la République à l'Empire avec tout ce que cela entraîne comme bouleversement dans la pratique et dans le jeu des institutions. On pourrait insister peut-être sur le côté antirépublicain quand Auguste musèle le Sénat et Napoléon fait de même avec son presque équivalent (symboliquement mais pas que) l'Assemblée législative mise au pas. L'aspect «épuration» par napoléon ne se retrouve pas sous Augsute, même si les proscriptions des guerres civiles pourraient y ressembler mais Octave ne suit pas le même objectif

Votre comparaison avec Jules César est intéressante même si il n'a pas pu aller «jusqu'au bout de sa logique» et est mort avant. La comparaison se tient mais il n'y pas installation d'un nouveau régime ou du moins pas assez longtemps. Napoléon n'a pas duré si longtemps que ça non plus -16 ans en comptant Consulat et Empire, 11 ans pour l'Empire seul- mais on régime a été bine établi et solidement, pas de troubles ou peu sous le 1er Empire.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

«L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].»
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Mars 2019 13:19 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3359
Helios a écrit :
La prise de pouvoir par Bonaparte me fait plus penser à celle de César. César a lui aussi fondé sa légitimité sur la conquête et, fort de sa popularité, a fait ce qu'il est permis de qualifier de coup d'Etat militaire en franchissant le Rubicon en janvier 49. Il a donné à sa domination une forme qui se voulait en rupture avec le régime précédent, au moyen de la dictature à vie et peut-être en souhaitant devenir roi (la fameuse question insoluble).


Ce rapprochement avec César a été fait au travers de la brochure intitulée « Parallèle entre César, Cromwell, Monck et Bonaparte », publiée le 1er novembre 1800 et rédigée sous la direction de Lucien (qui perdit son ministère suite au scandale provoqué par cet ouvrage) dans le but de glorifier Bonaparte et surtout de mettre en avant la problématique de la succession, avec en filigrane le choix de l’hérédité :

"Il faut franchir deux mille ans pour trouver un homme en quelque point semblable à lui. Cet homme, c'est César.
César donne, dès sa jeunesse, des signes de sa future grandeur. Il échappe, comme par miracle, à la prévoyance de Sylla, qui voyait en lui plus d'un Marins ; il triomphe dans les trois parties du monde connu ; il soumet les peuples les plus barbares et les plus éclairés ; il s'immortalise à la fois dans l'Italie, dans les Gaules et dans l'Afrique. Bonaparte est fameux au même âge et dans les mêmes contrées. Les milices asiatiques et les meilleures troupes de l'Europe ont reconnu son ascendant. Ils sont nés l'un et l'autre au milieu des guerres civiles, et tous deux les ont terminées; mais César, en accablant le parti le plus juste, et Bonaparte, en ralliant les citoyens contre le parti des brigands : et ici, Bonaparte et César, qui se ressemblent comme guerriers, diffèrent comme politiques.
En effet, César souleva les fureurs de la multitude contre la sagesse patricienne, qui était le vrai rempart de la liberté : Brutus, en attaquant César, défendit l’ordre social contre l’anarchie, la propriété contre la loi agraire, le peuple contre la populace. Robespierre et ses partisans qui attestaient le nom de Brutus étaient condamnés à la fois par ses actions et par sa doctrine. L'ignorance révolutionnaire avait tout confondu ; il est temps de rétablir les vraies notions de l'histoire et de la politique : c'est contre les démagogues que Brutus s'est armé ; César a été le chef des démagogues. Il est arrivé au pouvoir suprême en étouffant la voix des bons citoyens, par les cris forcenés de la multitude. Bonaparte, au contraire, a rallié la classe des propriétaires et des hommes instruits contre une multitude forcenée. Les acclamations de ses soldats ont été les seuls suffrages du dictateur ; et la puissance du premier consul a reçu la sanction de trois millions de citoyens votant individuellement et en secret dans toute la latitude de leur liberté. Le premier consul, loin d'ébranler, comme César, toutes les idées conservatrices de la société, leur rend leur antique empire. Il protége toutes les classes de l'État, mais il a soin de remettre en honneur celle que la propriété, l'instruction, le devoir ou l'intérêt appellent plus essentiellement au maintien de la chose publique. En un mot, César fut usurpateur et tribun du peuple, Bonaparte est consul légitime.
Cette différente marche des deux héros tient peut-être aux circonstances où l'un et l'autre furent placés ; mais on ne peut nier d'ailleurs que leur caractère et leur destinée n'aient eu des analogies frappantes.
Voyez César au milieu du détroit de l'Épire et dans une frêle barque assiégée de toutes les tempêtes, disant au pécheur qui le conduit : Ne crains rien, tu portes César et sa fortune. Voyez-le s'arrêter un moment auprès du Rubicon, et jetant tout à coup sa fortune à l'autre bord, suivre la voix qui l'appelait à l'empire du monde.
N'est-ce pas le même génie, qui au moment où Bonaparte débarquait en Egypte à la vue d'une flotte anglaise, le fait s'écrier : Et quoi fortune, encore deux jours.
Ne croit-on pas lire une dépêche de César, quand Bonaparte écrit dans un de ses messages datés d'Italie : Je vois la côte où Alexandre embarqua pour conquérir l’Asie ?.. et quand on songe que peu de mois après, il était maître d'une partie des conquêtes d'Alexandre !!!
Bonaparte est comme César, un de ces caractères prédominants, sous qui s'abaissent tous les obstacles et toutes les volontés : ses inspirations paraissent tellement surnaturelles, qu'on n'eût pas manqué de le croire sous la garde d'un génie, d'un dieu particulier dans ces siècles antiques où l'amour du merveilleux remplissait tous les esprits, et où les opinions religieuses, en relevant la destinée des héros et des législateurs, assuraient leurs institutions et le repos des peuples.
Bonaparte, Alexandre et César ont eu souvent le même théâtre de gloire; tous trois ont triomphé par leurs lieutenants ; tous trois ont porté les arts et les sciences dans des contrées barbares. Les deux héros de l'antiquité eurent une grande influence sur l'avenir. Celle du héros français sera-t-elle aussi durable ?"

A ce propos, on peut citer la note de Napoléon relative aux inscriptions de l'Arc de triomphe rédigée 3 octobre 1809 (on y parle aussi d'Auguste) :
"Le seul homme, et il n'était pas empereur, qui s'illustra par caractère et par tant d'illustres actions, c'est César. S'il était un titre que l'Empereur pût désirer, ce serait celui de César. Mais tant de petits princes ont tellement déshonoré ce titre (si cela était possible), que cela ne se rapproche plus de la mémoire du grand César, mais de celle de ce tas de princes allemands aussi faibles qu'ignorants et dont aucun n'a laissé de souvenirs parmi les hommes.
Le titre de l'Empereur est celui d'Empereur des Français. Il ne veut donc aucune assimilation, ni le titre d'Auguste ["Auguste n'a eu que la bataille d'Actium"], ni celui de Germanicus ["Germanicus a pu intéresser les Romains par ses malheurs, mais il n'a illustré sa vie que par des souvenirs très médiocres."], ni même celui de César."

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB