A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 24 Nov 2017 12:00

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : la pêche en rivière
Message Publié : 12 Avr 2017 20:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 17 Juin 2013 18:20
Message(s) : 519
Je me demande si, en France, la pêche en rivière fournissait une quantité significative de nourriture.
Et je me demande si elle était libre, ou non.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 14 Avr 2017 7:07 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9979
Localisation : Région Parisienne
J'ignore pour la pêche en rivière, mais beaucoup d'étangs avaient été établis par les établissements ecclésiastiques pour l'approvisionnement en produits "maigres" pour les périodes où la viande était interdite. Comme ces étangs étaient vidés régulièrement, les populations devaient en profiter. Beaucoup furent comblés à la Révolution pour accroître la quantité de terres labourables.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 14 Avr 2017 10:11 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2474
Il me semble avoir lu que le saumon fut jadis abondant dans nombre de rivières françaises et que sa consommation était assez répandue


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 14 Avr 2017 10:38 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1553
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
mais beaucoup d'étangs avaient été établis par les établissements ecclésiastiques pour l'approvisionnement en produits "maigres" pour les périodes où la viande était interdite.


Oui, particulièrement dans la région de la Dombes près de Lyon.

Citer :
Les étangs, très nombreux (plus de mille), sont d'origine humaine. Ils ont été creusés - principalement par les moines, en mettant à profit les dépôts d'argile morainiques. En particulier, leur profil est maîtrisé et déterminé par le type de pêche ; à la différence des étangs du Forez, au fond plat, les étangs de la Dombes présentent une très légère pente, permettant à l'eau de s'écouler lentement et régulièrement vers l'émissaire (dénommé « thou ») lors de leur vidange à l'occasion de la pêche. Ils permettent une pisciculture importante depuis longtemps, mais jusqu'au XIXe siècle, la région souffrait d'un paludisme endémique.

La Dombes abrite à elle seule près de 18 % de la surface nationale des étangs exploités. Ces piscicultures extensives sont gérées par quelque 300 pisciculteurs qui produisent 21 % de la production piscicole nationale (1600 t) dont :

27 % des carpes élevées en France ;
21 % des brochets.

La moitié de la production est destinée au marché et l’autre au repeuplement des étangs par les sociétés de pêche. On constate aussi le développement de l'élevage de truites et une multiplication des étangs et lacs consacrés exclusivement à la pratique de la pêche à la mouche.

Cette économie a été perturbée en 2006 par l'apparition du virus Influenza 1 H5N1 HP dans la région, qui a justifié une interdiction d'approcher les berges, ce qui a empêché certains pisciculteurs de travailler.


Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Dombes

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 14 Avr 2017 11:31 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4501
Localisation : Allemagne
Sir Peter a écrit :
Il me semble avoir lu que le saumon fut jadis abondant dans nombre de rivières françaises et que sa consommation était assez répandue

J'avais lu que le saumon était tellement abondant dans certaines régions, j'ai l'exemple du piémont pyrénéen, mais il y aurait eu le cas aussi en Angleterre que les valets de ferme faisaient préciser dans le contrat (verbal je suppose), qu'ils n'auraient pas du saumon au repas plus de X fois par semaine :P

_________________
"La faculté de prévoir appartient à celui qui se souvient." ( Léon Bérard)
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie..." ( Renan à Déroulède )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 14 Avr 2017 14:00 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2474
Oui,j'ai lu la même chose.....Les anguilles étaient également très nombreuses un peu partout


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 15 Avr 2017 19:56 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 17 Juin 2013 18:20
Message(s) : 519
Je suis parvenu à trouver ceci :
"sous l’Ancien Régime, le droit de pêche appartenait aux seigneurs, qui le cédèrent à leurs vassaux, les seigneurs riverains, qui eux, pêchaient sur des longueurs de rivières bien précises, établies d’un lieu-dit à l’autre. Ainsi, tous ces droits prétendus se chevauchaient et provoquaient d’incessants conflits. En août 1669, Colbert rédige une ordonnance réglementant les activités halieutiques autour des cours d’eau pour préserver leurs ressources. Sous la Révolution, la pêche devient libre. Il en résulte un pillage des ressources halieutiques des rivières et des étangs, si bien que l’État reprend ses droits en l’an VII (1798), puis en 1799. La Dordogne est alors divisée en cantonnements, et le soin de la pêche confié à des fermiers, sur adjudication ; ces derniers pouvaient ensuite accorder des licences de pêche à d’autres pêcheurs. Souvent, ils s’associaient pour acheter et entretenir le matériel et les barques. La loi du 14 Floréal An X (4 mai 1802) restitue au domaine public le droit exclusif de pêcher dans les rivières navigables. Un avis du Conseil d’État, en 1805, redonne aux propriétaires le droit de pêche dans les rivières non-navigables. Enfin, le 15 avril 1829, la loi relative à la pêche fluviale affirme la liberté de pêche, mais réglemente les droits d’usage (développement de garde-pêches, prohibition de certains instruments de pêche, règlementation sur la taille et les espèces capturées). D’innombrables conflits éclatent tout au long du XIXe siècle. Les délits de pêche sont si nombreux, qu’en 1852, on constate déjà une certaine raréfaction des poissons. Fin du XIXe siècle, la démocratisation de la pêche en ligne, les pêcheurs se regroupent progressivement en fédérations, puis en regroupements nationaux et internationaux. En juillet 1941, le régime de Vichy impose à tout pêcheur l’obligation de s’affilier et de cotiser à une association agréée de pêche et de pisciculture, ainsi qu’une taxe annuelle destinée à la police de la pêche et la mise en valeur du domaine piscicole ; cette taxe sera les prémices du permis de pêche.
[...] Le saumon est le poisson noble par excellence. Au XVIIIe siècle, il est presque toujours dans un bail de pêche, la redevance versée en nature au seigneur détenteur du droit."

Je comprends que la pêche en rivière n'était pas libre.
Je parviens mal à me représenter quelle importance elle pouvait avoir dans l'alimentation - quelle pouvait être la part du poisson de rivière par rapport au poisson d'étang, et la part du poisson de rivière et d'étang par rapport au poisson pêché en mer.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 17 Avr 2017 6:08 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3983
jovien a écrit :
La loi du 14 Floréal An X (4 mai 1802) restitue au domaine public le droit exclusif de pêcher dans les rivières navigables. Un avis du Conseil d’État, en 1805, redonne aux propriétaires le droit de pêche dans les rivières non-navigables.


Loi du 4 mai 1802 :
« Art. 12. A compter du 1er vendémiaire prochain, nul ne pourra pêcher dans les fleuves et rivières navigables, s'il n'est muni d'une licence, ou s'il n'est adjudicataire de la ferme de la pêche, conformément aux articles suivants.
Art. 13. Le Gouvernement déterminera les parties des fleuves et rivières où il jugera la pêche susceptible d'être mise en ferme, et il réglera pour les autres les conditions auxquelles seront assujettis les citoyens qui voudront y pêcher moyennant une licence.
Art. 14. Tout individu qui, n'étant ni fermier de la pêche, ni pourvu de licence, pêchera dans les fleuves et rivières navigables, autrement qu'à la ligne flottante et à la main, sera condamné,
1°. A une amende qui ne pourra être moindre de cinquante francs ni excéder deux cents francs;
2°. A la confiscation des filets et engins de pêche;
3°. A des dommages-intérêts envers le fermier de la pêche, d'une somme pareille à l'amende.
L'amende sera double en cas de récidive.
Art. 15. Les délits seront poursuivis et punis de la même manière que les délits forestiers.
Art. 16. Les gords, barrages et autres établissements fixes de pêche, construits ou à construire, seront pareillement affermés, après qu'il aura été reconnu qu'ils ne nuisent point à la navigation, qu'ils ne peuvent produire aucun atterrissement dangereux, et que les propriétés riveraines n'en peuvent souffrir de dommage.
Art. 17. La police, la surveillance et la conservation de la pêche, seront exercées par les agents et préposés de l'administration forestière, en se conformant aux dispositions prescrites pour constater les délits forestiers.
Art. 18. Les fermiers de la pêche pourront établir des gardes-pêche, à la charge d'obtenir l'approbation du conservateur des forêts, et de les faire recevoir comme les gardes forestiers.


Avis du conseil d’Etat du 19 février 1805 :
« Le conseil d'Etat, qui, d'après le renvoi de S. M. l'empereur, a entendu le rapport de la section de l'intérieur, sur celui du ministre de l'intérieur, relatif à la question de savoir à qui, des propriétaires riverains ou des communes, appartient la pêche des rivières non navigables;
Considérant,
1°. Que la pêche des rivières non navigables faisait partie des droits féodaux, puisqu'elle était réservée en France, soit au seigneur haut-justicier, soit au seigneur du fief;
2°. Que l'abolition de la féodalité a été faite, non au profit des communes, mais bien au profit des vassaux qui sont devenus libres dans leur personnes et dans leurs propriétés;
3°. Que les propriétaires riverains sont exposés à tous les inconvénients attachés au voisinage des rivières non navigables (dont les lois, d'ailleurs, n'ont pas réservé des avant-bords destinés aux usages publics); que les lois et arrêtés du gouvernement les assujettissent à la dépense du curage et à l'entretien de ces rivières, et que, dans les principes de l'équité naturelle, celui qui supporte les charges doit aussi jouir du bénéfice;
4°. Enfin, que le droit de pêche des rivières non navigables, accordé aux communes, serait une servitude pour les propriétés des particuliers, et que cette servitude n'existe point aux termes du code Napoléon;

Est d'avis que la pêche des rivières non navigables ne peut, dans aucun cas, appartenir aux communes ; que les propriétaires riverains doivent en jouir, sans pouvoir cependant exercer ce droit qu'en se conformant aux lois générales ou règlements locaux concernant la pêche, ni le conserver lorsque, par la suite, une rivière, aujourd'hui réputée non navigable, deviendra navigable, et qu'en conséquence, tous les actes de l'autorité administrative qui auraient mis des communes en possession de ce droit, doivent être déclarés nuls. »

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 17 Avr 2017 8:48 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 2256
Localisation : Versailles
Je ne connais pas cette loi du 4 mai 1802. Peut être s'agit il de la loi du 14 floreal an X sur les contributions indirectes ?

Et l'avis du Conseil d' Etat du 19 février 1805 n'est pas celui du 30 pluviose an XIII ?

Une réserve toutefois : l'avis cité par Cyril, que je remercie par ailleurs pour ses recherches, mentionne le Code Napoleon. Or il me semble qu'en 1805, cette dénomination n'avait pas encore cours et n'a été introduite que plus tard.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 17 Avr 2017 9:08 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3983
Jerôme a écrit :
Je ne connais pas cette loi du 4 mais 1802. Peut être s'agit il de la loi du 14 floreal an X sur les contributions indirectes ?


Il s'agit en effet de cette loi ; j'ai retranscrit ici le titre V.

Jerôme a écrit :
Et l'avis du Conseil d' Etat du 19 février 1805 n'est pas celui du 30 pluviose an XIII ?


Si ; plus précisément avis formulé en séance le 27, et approuvé le 30.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 17 Avr 2017 17:02 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2585
Jerôme a écrit :

Une réserve toutefois : l'avis cité par Cyril, que je remercie par ailleurs pour ses recherches, mentionne le Code Napoleon. Or il me semble qu'en 1805, cette dénomination n'avait pas encore cours et n'a été introduite que plus tard.


Félicitations cher Jérôme car vous avez collé l'excellent Cyrille notre meilleur archiviste ...

De mémoire, je dirais que le titre de "code Napoléon" a été substitué en 1807 à celui de "code civil des Français" - cela fait partie des mesures de "dérépublicanisation" du régime que l'on peut rapprocher de l'abandon de l'expression "République" sur les pièces de monnaie (également décidée en 1807 et mise en oeuvre en 1808).

Il me semble en effet très difficile voire impossible, cher Cyrille, qu'un avis émis en l'An XIII puisse porter une référence au code Napoléon. Votre erreur ne provient probablement pas du fait que vous ayez recopié un faux ... mais plus probablement une version de l'avis rééditée après 1807 et que alors l'éditeur ait spontanément effectué la substitution de "Code Napoléon" à celle de "code civil" pour se mettre en harmonie avec les pratiques légales à ce moment. Simple hypothèse que je crois cependant assez sérieuse et qu'un brillant archiviste comme vous saura confirmer (ou infirmer si je suis dans l'erreur...).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 17 Avr 2017 17:43 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3983
Bien vu Jérôme et Aigle : il fallait en effet lire "Code civil" (Bulletin des lois de l'Empire français, 4e série. t. 3, contenant les lois rendues depuis le 1er germinal jusqu'au 4e jour complémentaire an XIII)

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: la pêche en rivière
Message Publié : 18 Avr 2017 7:53 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 06 Fév 2004 7:08
Message(s) : 3983
Aigle a écrit :
De mémoire, je dirais que le titre de "code Napoléon" a été substitué en 1807 à celui de "code civil des Français"


La réunion des lois civiles en un corps unique sous le nom de « Code civil des Français » fut proposée par le conseiller d’Etat Portalis au Corps législatif le 19 mars 1804. Ledit projet de loi fut transmit le jour même au Tribunat qui le renvoya à l’examen de la section de législation avant d’en voter à l’unanimité (55 présents) l’adoption dès le lendemain, suite au rapport de Jaubert. Ce dernier, le 21 mars, fit part du choix des tribuns devant le Corps législatif qui vota en faveur du projet de loi par 218 voix contre 2.
En effet, trois ans plus tard, le 24 août 1807, le conseiller d’Etat Bigot-Préameneu, présentait au Corps législatif un projet de loi par lequel les lois réunies dans le « Code civil des Français » seraient de nouveau promulguées sous le titre de « Code Napoléon ». Suite au rapport du tribun Chabot, le projet de loi fut finalement adopté par le Corps législatif par 251 voix contre 9, le 3 septembre suivant.

Néanmoins, l’appellation « Code Napoléon » apparaît dans des décrets impériaux dès l’été 1805.



Aigle a écrit :
cela fait partie des mesures de "dérépublicanisation" du régime que l'on peut rapprocher de l'abandon de l'expression "République" sur les pièces de monnaie (également décidée en 1807 et mise en oeuvre en 1808).


Sans doute faites-vous référence à la loi du 15 septembre 1807 :
« Art. 18. Il sera fabriqué des pièces de dix centimes, en billon, au titre de deux cents millièmes de fin, et du poids de deux grammes.
Art. 19. La tolérance de titre et celle de poids sont fixées à sept millièmes en dedans et sept millièmes en dehors.
Art. 20. Ces pièces auront pour type une N, surmontée d'une couronne impériale : deux branches de laurier tiendront lieu de légende. Sur le revers seront gravés, la valeur de la pièce, l'année de la fabrication, les signes indicatifs de l'atelier monétaire, du graveur et du directeur, avec la légende, Napoléon, empereur. »
La frappe commença le 11 janvier 1808.

Mais cette nouveauté ne concernait pas les pièces de quart de franc, demi franc, un, deux, cinq, vingt et quarante francs frappées de l’inscription « République française ».
« Empire français » remplaça ensuite l’ancienne légende des pièces précitées. Leurs frappes commencèrent respectivement le 13 février, le 4 janvier, le 7 janvier, le 9 janvier, le 3 janvier, le 9 janvier et le 14 janvier 1809.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB