Nous sommes actuellement le 17 Nov 2019 17:12

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 20 Sep 2007 14:23 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 2006 17:35
Message(s) : 22
Il existe à Sciences Po Paris un master recherche intitulé " Histoire et Théorie du politique " . La seule période qui y est abordée est la contemporaine .
Selon plusieurs universitaires, l'enseignement dispensé dans cet IEP est d'assez mauvaise qualité ... Certains estiment même qu'il est honteux que des instituts d'étude politique préparent aux concours ( c'est le cas de Paris, qui prépare au CAPES et à l'Agrégation ) .
Les bons résultats à ces concous, d'ailleurs, ne seraient dûs qu'au niveau personnel des élèves, pas à la formation dispensée .

Selon vous, l'IEP de Paris est-il un bon endroit de formation à la recherche ? Les savoirs dispensés soutiennent-ils la comparaison avec ce que l'on peut apprendre dans de bonnes universités ( Paris IV-Sorbonne, par exemple ) ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Sep 2007 14:52 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 09 Mai 2006 21:43
Message(s) : 717
Lafayette a écrit :
Selon plusieurs universitaires, l'enseignement dispensé dans cet IEP est d'assez mauvaise qualité ... Certains estiment même qu'il est honteux que des instituts d'étude politique préparent aux concours ( c'est le cas de Paris, qui prépare au CAPES et à l'Agrégation).
Tout cela fleure bon la jalousie professionnelle (je ne parle pas pour vous, Lafayette) ! :lol:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 18:26 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 1942
Localisation : Paris
C'est un sujet plutôt polémique mais néanmoins très intéressant que vous abordez ici. J'invite donc chacun à y participer, en veillant cependant à éviter les clichés et les rancoeurs que déclenchent souvent la seule évocation de Sciences-Po.

Je parelerai pour ma part de l'IEP de Paris, le seul que je connaisse un tant soit peu.

Il est effectivement souvent dit que la formation de SP se caractérise par une grande superficialité. Il faut faire la part des choses: à SP, les élèves suivent beaucoup d'enseignement (dire qu'ils ne font rien est donc totalement faux, notamment en premier cycle), mais cet enseignement est très varié, ce qui veut dire qu'on y consacre que peu de temps à chaque matière (donc à l'histoire par exemple). De ce point de vue, on peut donc dire que la formation en histoire y est somme toute légère, en oubliant pas de préciser qu'elle est compensée par des formations dans d'autres matières. Si vous voulez faire de l'histoire de manière approfondie, il est clair que la fac d'histoire est un endroit plus utile pour vous qu'un IEP qui, comme son nom l'indique, n'a pas pour vocation première de former de futurs historiens, mais bien avant tout de donner une culture historique de base à de futurs cadres supérieurs.

Cependant, il faut distinguer premier et deuxième cycle. Si vous entrez dans un "master recherche" de SP, alors vous ferez uniquement de la recherche (c'est-à-dire essentiellement la rédaction d'un mémoire), donc la même chose que dans une fac d'histoire. Il n'y a donc plus de sens, au niveau du master, à dire que la formation de SP demeure superficielle.

De manière générale, il faut relativiser les nombreuses critiques qui s'abattent sur SP, qui ne sont il est vrai souvent que le juste retour de l'arrogance faussement modeste de certains de ses anciens élèves, mais qui sont aussi en général le fait ou bien de la rancoeur de ceux qui n'en sont pas, ou bien des jugements propagés par les concurrents de SP (grandes écoles, ENS, classes prépas) qui souhaitent garder leurs meilleurs éléments qui ont tendance à "fuir" vers SP.

Pour conclure, vous ne travaillerez pas plus ni mieux à SP qu'à la fac. Comme je le dis souvent, tout dépend d'abord de votre sujet de recherche qui peut entrer ou non en relations avec les domaines de recherche de tel ou tel centre doctoral. Au demeurant, les étudiants des masters recherche et des doctorats de SP ne restent pas enfermés dans leur tour d'ivoire et participent généralement aussi aux activités des centres de recherches liés à leur domaine dans les universités parisiennes.

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 21:03 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 2006 17:35
Message(s) : 22
Je pense en effet que la jalousie compte pour beaucoup dans cette histoire .
Florian, vous diriez qu'à un niveau master recherche, les enseignements de SP ne sont pas de moins bonne qualité que ceux qui sont dispensés dans les facs ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 21:06 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 01 Avr 2007 15:52
Message(s) : 23
:D merci d'avoir ouvert ce thread car c'est le master que je vise !!
Si je ne change pas d'avis et que je décide bien de tenter ce concours assez difficile (à mes yeux c'est surtout l'admission qui est plus perilleuse )

_________________
" Messieurs, honi soit qui mal y pense! "
Edouard III


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 22:13 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 20 Août 2007 13:11
Message(s) : 13
Toute critique de Science po doit-elle être mise sur le compte de la jalousie? :roll: (je m'adresse à Lafayette pas à Florian dont l'avis est nettement plus nuancé).
Personnellement, la critique de "superficialité" m'a été faite par des élèves de science po eux mêmes. Notamment un ami qui m'expliquait que la trop grande diversité des matières impliquait une connaissance en surface de toutes les matières étudiées qui pouvaient certes impressionner une personne méconnaissant complètement ces domaines d'études. Mais a t-il ajouté, on ne pouvait faire longtemps illusion dès que l'on doit approfondir un domaine.
Par contre, je suis d'accord avec Florian sur le fait que le master ne répond pas à la même configuration puisque l'essentiel du travail est fourni par l'étudiant. Ajoutons à cela les moyens financiers importants et la réputation dont bénéficie Science Po qui sont évidemment à l'avantage de ses étudiants.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 22:34 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 2006 17:35
Message(s) : 22
Citer :
Toute critique de Science po doit-elle être mise sur le compte de la jalousie?


C'est vous qui manquez de nuance, ici . :roll:

J'ai simplement dit qu'il était probable que les reproches d'universitaires à l'encontre de SP soient dûs, en ( grande ) partie, à ce que André Sanphrapé appelle justement de la " jalousie professionnelle " .
Ces reproches pourraient trouver leur justification si leur objet se bornait au 1er cycle ( pluridisciplinarité qui ne laisse pas beaucoup de place à l'approfondissement ).
Lorsque les mêmes universitaires s'acharnent, de la même façon, sur un master recherche (qui dispense, à priori, des enseignements d'égale qualité à celle des universités ) ,il est permis de penser que cela cache peut-être quelque chose ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Sep 2007 22:44 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 09 Mai 2006 21:43
Message(s) : 717
Tout à fait d'accord quant à la nécessité de la distinction entre premier et deuxième cycles !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Sep 2007 5:34 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Oct 2006 0:12
Message(s) : 177
Localisation : Paris et Toulouse
La question est aussi : quelle histoire enseigne-t-on à Sciences-Po ? :wink:

_________________
L'histoire, c'est cool - Churchill
L'histoire, c'est tantôt du sucre glace, tantôt de la farine de blé - Citation perso


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 21 Sep 2007 11:13 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Mai 2006 17:35
Message(s) : 22
Si je me souviens bien, il s'agit de l'Histoire politique et culturelle de la période contemporaine ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Sep 2007 21:29 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 15 Jan 2007 21:56
Message(s) : 2
Etant élève à Sciences Po, et m'étant intéresé au master recherche histoir et théorie du politique, je peux peut-^tre apporter quelques éléments de réponse.

Pour la formation historique en 1er cycle, elle est évidemment faible comparé à une fac d'histoire mais comme elle est uniquement centrée sur la contemporqine, on se retouve avec à peu près le même volume d'heures que pour tout étudiant en histoire de premier cycle (mais seulement pour la contemporaine bien entendue). Personnellement, j'ai eu la très agréable surprise de pouvoir suivre un enseignement d'historiographie de qualité dès la 1ère année que mes amis en fac d'histoire ne recevaient qu'en 3e année...

Le master quant à lui est d'un très bon niveau dans ses deux domaines de recherche; histoire politique et histoire culturelle (en dehors d'un intérêt pour cette branche de l'histoire, il est clair que la fac est plus adaptée). Le volume d'heures (en plus du tronc commun Sciences Po qui est le bienvenue pour ne pas "senfermer" dans une discipline) est conséquent (voici la maquette pédagogique du cursus http://ecoledoctorale.sciences-po.fr/ma ... htm#cursus). Le prestige de Sciences Po permet ainsi l'intervention d'historiens de renom (ex: Sirinelli, Marc Sadoun...).

Donc il est clair que pour tout autre chose que de l'histoire contemporaine, Sciences Po ne vaut pas grand chose. Mais dans cette branche, je ne pense pas que Sciences Po ait à rougir de la qualité de ses enseignements

Après mon avis devrait être confronté à celui d'étudiants issus de ce master recherche car je ne suis pour l'instant qu'en 2e année sur le site de Poitiers, où l'administration nous a gratifié d'un panel impressionant de cours d'histoire inédits (Histoire de l'AMérique Latine au XIXe, au XXe, du Portugal, de l'Espagne, Histoire du Droit et des Etats...)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2007 6:28 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Oct 2006 19:15
Message(s) : 60
Localisation : Paris
Une remarque en passant : je me suis toujours demandé comment on pouvait faire de l'histoire politique contemporaine sans avoir étudié l'Antiquité.

_________________
<i>On ne se fait pas putain comme on s'fait nonne,
C'est du moins ç'qu'on prêche en latin à la Sorbonne<i>


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2007 8:58 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 01 Mai 2007 10:29
Message(s) : 153
Localisation : Lugdunum
peut-être simplement en étudiant de l'antiquité que ce qui est nécessaire à l'hitoire politique contemporaine : histoire des institutions, des idées ??


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2007 9:28 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 22 Oct 2006 19:15
Message(s) : 60
Localisation : Paris
Oui, probablement. Est-ce que c'est comme cela que l'on fonctionne à ScPo ? (J'avoue ne quasiment rien connaître de cet institut de sciences politiques).

J'ai tendance à me méfier du saucissonnage d'une discipline comme l'histoire à l'heure où presque tous les jurys de thèse reprochent aux doctorants un manque certain de vision historique à longue portée.

_________________
<i>On ne se fait pas putain comme on s'fait nonne,
C'est du moins ç'qu'on prêche en latin à la Sorbonne<i>


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 23 Sep 2007 9:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 6158
Localisation : Provinces illyriennes
Citer :
Si je me souviens bien, il s'agit de l'Histoire politique et culturelle de la période contemporaine ...

Ouais, c'est là où je suis le plus critique : comment éviter les erreurs d'interprétation et d'appréhension d'une période si proche de nous, sans disposer d'une solide bagage scientifique pour les périodes précédents ?
Les risques d'errements journalistiques et l'interprétation politique sont donc nombreux.
Bon, d'un autre côté, les buts ne sont pas les mêmes non plus qu'en fac...

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB