Nous sommes actuellement le 14 Nov 2019 8:24

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 16 Oct 2012 12:41 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 09 Sep 2011 21:01
Message(s) : 33
Bonjour,

Actuellement en L3, je commence à réfléchir à ce que je vais faire l'an prochain.
Il se trouve que j'ai déjà une idée assez précise du sujet qui pourrait me passionner, le problème c'est que j'ai regardé en détail le contenu des séminaires proposés en M1 Recherche de ma fac et que même si tout cela me semble intéressant, ça n'a aucun rapport, même lointain avec le sujet qui me plairait. En outre, aucun prof de ma fac ne semble travailler ou avoir travaillé sur un axe de recherche voisin.
Alors ce que je voudrais savoir c'est si on a pleine liberté dans le choix du sujet de son mémoire, ou si l'on est obligé de le choisir en fonction des axes de recherches sur lesquels travaillent les profs. Et si la réponse est oui, est-ce que vous me déconseilleriez quand même de choisir un sujet dont aucun prof de ma fac n'est spécialiste ?

Je vous remercie beaucoup d'avance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2012 13:13 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Bonjour,

Allez voir un prof que vous appréciez, dont vous aimez l'enseignement, la méthode, la façon d'être, etc...
Parlez-lui de votre idée de sujet et vous verrez ce qu'il en dira. Soit il dira : ok, très bien. Soit il vous dira de rester dans la même direction mais en choisissant quelque chose de plus réalisable sur le plan matériel. Par exemple, si vous voulez bosser sur la Révolution mexicaine, et qu'il vous est impossible de vous rendre au Mexique, peut-être vous dira-t-il d'étudier l'impact de la Révolution mexicaine en France, dans la presse par exemple... Qui sait.

Soit, dernière et pire option : vous tombez sur un psycho-rigide qui n'aime que ses sujets et faire bosser ses étudiants dessus pour lui pré-macher un peu son prochain bouquin. Auquel cas, soit vous vous soumettez soit trouvez un moins obtus, parce que franchement, l'étude des chartes de franchises dans l'espace aveyronnais médiéval, c'est pas possible pour vous.


Pour exemple, quand j'étais à Nancy, en histoire moderne, le pôle se spécialisait sur l'histoire religieuse. Cela ne m'a pas empêché d'imposer sans difficulté mon propre sujet. Et je sais que d'autres étudiants, encore avant, avaient travaillé par exemple sur les châteaux japonais! Bien entendu, dans ce cas, il ne faut pas s'attendre à une grande compétence de votre professeur sur le fond du sujet.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2012 14:03 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2005 21:13
Message(s) : 1829
Localisation : Metz
Alfred Teckel a écrit :
Soit, dernière et pire option : vous tombez sur un psycho-rigide qui n'aime que ses sujets et faire bosser ses étudiants dessus pour lui pré-macher un peu son prochain bouquin.


Il reste encore malheureusement quelques enseignants de ce genre, mais la plupart sont aujourd'hui conscients (du moins en province) qu'il est déjà bien d'avoir quelques étudiants en master recherche et qu'il le ne faut donc ni les décourager, ni les dégoûter.
Par contre, et tu l'as bien dit, il faut aussi que le professeur encadrant soit un minimum spécialiste du sujet (cependant, même si c'est dur à admettre pour lui, il ne sera cependant pas autant spécialiste que l'étudiant qui a travaillé dessus pendant 2 ans), ne serait-ce que pour la crédibilité du travail et dans la perspective possible d'un travail doctoral ensuite.

_________________
«L'humanité est comme un paysan ivre à cheval: quand on la relève d'un côté, elle tombe de l'autre.»
(Martin Luther)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2012 14:25 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Oui, je n'en ai connu qu'un de ce genre et il prenait quand même des sujets autres, mais ne les suivaient que de très loin. Vous savez de qui il s'agit ;)

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2012 14:28 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2005 21:13
Message(s) : 1829
Localisation : Metz
lol

_________________
«L'humanité est comme un paysan ivre à cheval: quand on la relève d'un côté, elle tombe de l'autre.»
(Martin Luther)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Oct 2012 18:18 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 08 Mars 2009 21:18
Message(s) : 150
Localisation : Lutèce
Attention également : le sujet est une chose, la méthode en est une autre. Méfiez-vous aussi de celui qui vous dira "je ne travaille pas comme ça d'habitude, mais votre approche est intéressante alors ok". C'est ce qui s'est passé pour moi en M2 : dans une structure de recherche pure, j'ai eu le tort de vouloir faire de la recherche appliquée. Mon année s'est transformée en calvaire, mon directeur a été aux abonnés absents, je ne l'ai vu que lorsqu'il voulait me faire faire son boulot (et jamais rien sur mon travail à moi parce que j'ai vu qu'il ne se sentait plus concerné) et lors de la soutenance (et le résultat me laisse encore un souvenir cuisant). La différence de méthodologie a été un grand point de désaccord, parce que dans ce domaine-là, j'ai appris à mes dépends qu'un chercheur, aussi brillant qu'il soit, peut avoir la mémoire courte. Soyez donc sûr de vous (et de votre directeur surtout), parce que la recherche, c'est source d'une grande satisfaction intellectuelle quand ça marche bien, donc ce serait dommage de se dégoûter après une première mauvaise expérience.

_________________
"Je souhaite que les conquérants à venir apprennent à ne pas dépouiller les villes qu'ils soumettent, et à ne pas faire des calamités d'autrui l'ornement de leur patrie"

Polybe, Histoires, Livre IX (chap.3).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2012 15:33 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Août 2012 22:10
Message(s) : 2
Bonjour à tous,

Je profite de cette discussion pour poser une question voisine de l'interrogation initiale.

Si je souhaite travailler l'année prochaine, pour un mémoire de M1, sur un sujet localisé dans l'aire sud-américaine, mais que le master qui m'intéresse ne recense pas d'historien spécialisé sur le cas, est-ce possible d'être dirigé par un hispanisant ?

Je pose la question car les laboratoires de recherches comprennent des enseignants de divers disciplines et donc peut-être y a-t-il une certaine souplesse, bien que le fait que l'on doive suivre les séminaires de recherche du directeur de recherche me donne une indication quant à la réponse.Enfin, je préfère quand même poser la question !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2012 15:48 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 20 Déc 2010 21:48
Message(s) : 225
Je profite de ce sujet pour vous questionner sur la distance géographique séparant l'étudiant de son directeur. J'aimerais travailler avec un enseignant de Paris l'année prochaine, mais mes moyens financiers ne me permettront sans doute pas de m'y établir. Pensez-vous qu'il soit possible (en M2, donc) d'avoir un directeur enseignant dans une autre université ou faut-il penser à une co-tutelle ?
Au surplus, quelle peut être la réaction de mon directeur de recherche actuel si je change à l'issue du M1 ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2012 17:07 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Zadig a écrit :
Si je souhaite travailler l'année prochaine, pour un mémoire de M1, sur un sujet localisé dans l'aire sud-américaine, mais que le master qui m'intéresse ne recense pas d'historien spécialisé sur le cas, est-ce possible d'être dirigé par un hispanisant ?
Je pose la question car les laboratoires de recherches comprennent des enseignants de divers disciplines et donc peut-être y a-t-il une certaine souplesse, bien que le fait que l'on doive suivre les séminaires de recherche du directeur de recherche me donne une indication quant à la réponse.Enfin, je préfère quand même poser la question !

Il faut comprendre le M1 dans une logique générale : le M1 est une préparation au M2.
De même que, pour des cursus universitaires plus longs, le M2 est une préparation à la thèse.
Si vous choisissez un Master sur un thème X, ne cherchez pas à aborder une réflexion sur une aire géographique extérieure à ce thème. Il faudrait, plutôt, chercher à creuser des questions dans ce thème pour approcher avec plus de facilité votre problématique de M2 et ses enjeux.
Cependant, si vous choisissez un thème X, que votre aire géographique est dans ce thème et qu'il n'existe pas de professeur dans ce Master spécialiste de cette aire (Ex : Master sur l'histoire de la presse en Europe orientale, aire géographique de la Pologne et pas de spécialiste de la presse en Pologne) vous pouvez prendre contact avec le directeur de ce master et savoir s'il est en relation avec un spécialiste de cette aire géographique. Il y a peu de chances que votre démarche aboutisse, mais c'est une possibilité. Il se peut, aussi, que votre démarche vous conduise vers une autre université, avec un master similaire mais un professorat différent (et des spécialités différentes).

Aponie a écrit :
Je profite de ce sujet pour vous questionner sur la distance géographique séparant l'étudiant de son directeur. J'aimerais travailler avec un enseignant de Paris l'année prochaine, mais mes moyens financiers ne me permettront sans doute pas de m'y établir. Pensez-vous qu'il soit possible (en M2, donc) d'avoir un directeur enseignant dans une autre université ou faut-il penser à une co-tutelle ?
Au surplus, quelle peut être la réaction de mon directeur de recherche actuel si je change à l'issue du M1 ?

En réalité, la question de la recherche à distance va beaucoup dépendre de votre sujet d'étude et vos sources.
Si vous travaillez sur un sujet novateur (avec beaucoup de dépouillement), vous rencontrez moins souvent votre directeur et vous pourrez vous limiter à une (voire deux) rencontres par mois. Si vous travaillez sur un sujet "ancien" (avec beaucoup d'historiographies, de réflexions d'ensemble, etc), vous aurez à dialoguer plus souvent avec votre directeur, mais il vous reste l'option des courriels (avec la facilité de dialogue mais aussi les délais de réponse) ou le téléphone.
La co-tutelle est une idée séduisante, de mon point de vue.

Je n'ai pas compris la dernière question : parlez-vous de changer de directeur de master ou de sujet de master ?

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2012 18:35 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 20 Déc 2010 21:48
Message(s) : 225
Je vous remercie, Jadis. Il s'agissait bien d'un changement de directeur, et de la réaction qui s'ensuivrait.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Oct 2012 19:01 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
Aponie a écrit :
Je vous remercie, Jadis. Il s'agissait bien d'un changement de directeur, et de la réaction qui s'ensuivrait.

Ce n'est pas évident. Là encore, beaucoup de facteurs entrent en compte : l'ouverture d'esprit de vos deux directeurs successifs, leurs relations, les connexions entre vos sujets de M1 et M2, votre possibilité de réutiliser votre travail de M1 dans votre mémoire de M2. Si les deux professeurs s'entendent bien, cela peut se passer assez facilement ; dans le cas contraire, cela peut vite être un souci pour vous. Je vous recommande plus que chaudement de ne pas vous interposer (contre votre volonté) entre deux animosités d'universitaires. C'est un véritable piège.

Pour vous répondre avec plus de calme, si vous voulez travailler sur un autre sujet, il ne faut pas hésiter. Cela supposera plus de travail, une relation à nouer, mais vous ne devez pas vous obliger à étudier un sujet par défaut, il faut qu'il résulte d'un intérêt (voire d'une passion).

Par pure curiosité et je ne sais pas si vous souhaitez en parler sur un fil (et, dans ce cas, nous pouvons poursuivre la discussion par MP), mais quel serait votre changement de sujet de recherches ?

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2012 10:25 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 09 Sep 2011 21:01
Message(s) : 33
Je vous remercie beaucoup pour vos réponses et vos conseils. J'avoue que cela me rend assez hésitante car je ne suis pas certaine de vouloir prendre le risque de patauger pendant deux ans et je me dis qu'il est peut-être plus prudent de choisir un sujet qui m'attire moins mais avec un directeur de recherche vraiment "fiable" et en qui en soit un minimum spécialiste.

J'en profite pour vous poser une autre question : j'avais lu quelque part que le travail de mémoire était essentiellement un travail d'historiographie, mais pour le sujet qui m'intéresse, après quelques recherches - rapides il est vrai - sur internet (notamment avec des bases de données du genre SUDOC) et dans la bibliothèque de ma fac, j' ai vraiment l'impression que presque rien n'a été écrit sur le sujet. J'ai trouvé seulement 2 ou 3 livres. Je voudrais donc savoir si dans ces cas-là, lorsque la bibliographie est très mince, il est possible que le travail soit essentiellement un travail de dépouillement d'archives, ou si ce n'est pas ce qu'on attend d'un étudiant en master.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2012 15:13 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Août 2012 22:10
Message(s) : 2
Je vous remercie Jadis.

Peut-être devrais-je faire un séjour dans une université étrangère ou bien envisager dans ma piste de sujet un lien avec la France ou l'Europe.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2012 17:53 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 20 Déc 2010 21:48
Message(s) : 225
Citer :
j' ai vraiment l'impression que presque rien n'a été écrit sur le sujet


Tant mieux ! Votre travail est censé être inédit, apporter quelque chose à la recherche en histoire (même si dans les faits, il ne sera lu que de deux ou trois personnes et utilisé par une poignée). Mais si rien n'a été écrit sur votre sujet, il vous faut lire ce qui s'est fait ailleurs ou sur le thème de votre sujet (ex: sur les mémoires judiciaires au XVIIIe siècle, il vous faudrait en savoir plus sur le milieu des avocats en France, sur la justice en général, et citer l'ensemble des travaux consultés: une précision à ce sujet, ne citez que les livres consultés !). Il vous faut nécessairement faire un point historiographique dans votre mémoire.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Oct 2012 23:09 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Déc 2011 22:26
Message(s) : 1387
Localisation : Paris
persephone66 a écrit :
J'en profite pour vous poser une autre question : j'avais lu quelque part que le travail de mémoire était essentiellement un travail d'historiographie, mais pour le sujet qui m'intéresse, après quelques recherches - rapides il est vrai - sur internet (notamment avec des bases de données du genre SUDOC) et dans la bibliothèque de ma fac, j' ai vraiment l'impression que presque rien n'a été écrit sur le sujet. J'ai trouvé seulement 2 ou 3 livres. Je voudrais donc savoir si dans ces cas-là, lorsque la bibliographie est très mince, il est possible que le travail soit essentiellement un travail de dépouillement d'archives, ou si ce n'est pas ce qu'on attend d'un étudiant en master.

J'ajoute au commentaire d'Aponie une autre piste pour vos recherches historiographiques. Vous pourriez rechercher des articles d'historiens (dans des revues spécialisées) sur votre thème de recherche. Vous serez étonné de découvrir que certaines questions peu explorées par des ouvrages édités sont parcourues et bien développées dans des articles de presse spécialisée. Partez de votre période historique et de votre thème général, sélectionnez les revues traitant ces éléments et parcourez leurs index ou leurs services numériques d'archives.

Zadig a écrit :
Peut-être devrais-je faire un séjour dans une université étrangère ou bien envisager dans ma piste de sujet un lien avec la France ou l'Europe.

Pour la question d'un séjour à l'étranger, cela ne peut être que valorisant : vous obtiendrez une meilleure maîtrise de cette langue étrangère (donc un meilleur accès aux sources historiques de langue étrangère, une possibilité de publier dans des revues, voire des ouvrages, étrangères, une possibilité de participer à des colloques dans cette langue, etc), vous pourriez même faire la rencontre d'un enseignant intéressé par une co-direction de votre M2.

Pour la question du lien avec l'Europe, cela vous permettrait d'accéder (aussi) à des sources françaises. Si vous focalisez votre travail sur un pays étranger, vous devrez vous confronter à des ouvrages et des sources étrangères (ce qui suppose des difficultés de consultation), aussi l'idée de travailler sur la relation entre deux zones géographiques ou deux pouvoirs politiques peut s'avérer une accalmie dans la tempête. Prenez le temps, dans vos réflexions sur votre sujet de master, de poser les enjeux de ce sujet et de réfléchir à ce qu'ils supposent en termes de recherches.

_________________
« But thought's the slave of life, and life's time fool. » (William Shakespeare)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB