Nous sommes actuellement le 18 Oct 2019 10:39

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 18 Jan 2016 22:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
Je suis en Terminale ES.

Je vais aller directement au but: j'ai un objectif mais les moyens pour y par venir demeurent flous...

Je souhaiterai m'épanouir professionnellement comme professeur en université en histoire (ou MCF, vous aurez compris ). Mais le fait est que deux voix s'ouvrent à moi:
- Prépa littéraire ou Prépa Chartes.
- Bi-licence Histoire-Sciences sociales à Paris 4.
Mais je ne sais pas laquelle choisir, sachant que plusieurs professeurs (de lycée et un du supérieur) m'ont conseillé de passer par une prépa... Malgré tout je continue à douter!
J'aurai donc plusieurs questions sans réelle réponse:
1) Prépa ou licence....??
2) Prépa AL ou prépa Chartes??
3) Prépa "locale" (notamment Faidherbe) ou parisienne?
3) Quel est le salaire d'un MCF (de base + les primes éventuelles).

Je vous remercie d'avance!
Bien à vous.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2016 22:29 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 1436
La prépa vous donnera un cadre solide et des méthodes de travail, une bonne culture générale, et des possibilités par la suite pour intégrer des grandes écoles ou la fac. Elle demandera un très fort investissement personnel de votre part.
La fac vous donnera de la liberté, de l'autonomie, un cursus plus focalisé sur l'histoire, pas de possibilité d'intégrer les grandes écoles, mais celles de poursuivre dans un master recherche aussi bien qu'en prépa. Elle est moins dure psychologiquement et physiquement, mais nécessite plus de caractère pour apprendre en partie par soi-même, monter soi-même sa culture grâce aux lectures.

Vos questions sur les prépas dépendent de beaucoup de choses, en particulier votre niveau global, vos ambitions pour la suite (ENS ou non ?). Une prépa chartes vous emmèera vers les concours des chartes, qui sont destinés à former des archivistes. Attention aux langues anciennes aussi.

Quant à devenir prof de fac (MCF, c'est une sorte de moment intermédiaire entre rien du tout et prof d'université, pour faire simple), c'est un beau projet, mais vous n'êtes pas seul sur la liste. En gros, une grande partie des gens qui font un master en histoire ont envie de faire de la recherche et d'enseigner en fac (et une gande partie de sgens qui passent les concours de l'enseignement aussi !). Donc pensez qu'en vous engageant dans des études d'histoire, vous risquez très fort de ne pas finir prof de fac, mais, comme beaucoup, prof en collège-lycée (ce qui n'a rien de déshonorant :mrgreen: ), ou complètement autre chose. Que ça ne vous traumatise pas - on se découvre aussi pendant ses études - mais ayez-le en tête.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2016 22:39 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
Bonsoir, merci pour votre réponse!
Je pense être apte, étant 1er des 2 classes de ES de mon lycée (privé) à 16,7 de moyenne, je ne sais pas si c'est suffisant, mais je pense avoir un acquis conséquent!
Je dois vous avouer que j'ai peur d'etre professeur dans le secondaire, et ne souhaite l'être que dans le supérieur. Je souhaiterai soit intégrer l'ENS, soir Chartes, soit faire un Master.
Ainsi je me demande si la prépa Chartes ne ferait pas le juste milieu entre fac et prépa, puisqu'elle est concentré sur l'histoire (au contraire de la AL plus vaste...), qu'en pensez vous?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Jan 2016 22:47 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 1436
Vous avez 18 ans environ. C'est normal que vous ne vous voyiez pas professeur dans le secondaire ;) . Mais l'enseignement supérieur n'est pas facile à atteindre, il faut le savoir, et il y a d'autres carrières intéressantes avec une licence d'histoire - dans le journalisme, les archives, par exemple - mais très souvent beaucoup d'appelés pour peu d'élus.

Je n'ai pas fait de prépa, donc ne suis pas la plus à même de vous aider dans ce domaine, malheureusement.
Quelques remarques quad même : pour faire un master, vous pouvez le faire à la fac, à l'ENS ou aux Chartes, ou à Sciences Po, ou ailleurs. Master, c'est le nom qu'on donne aux 4e et 5e année d'étude. Pour devenir prof de fac, pour faire simple, il faut commencer par avoir un doctorat (8 ans d'études en théorie, en fait beaucoup plus), puis être qualifié pour être maître de conférence, trouver un poste, passer une habilitation à diriger les recherches (plusieurs années de recherche encore), puis trouver un poste de professeur en université.
Si vous visez l'ENS (donc plutôt l'enseignement), prépa AL.
Si vous visez les chartes (donc plutôt les archives), prépa chartes.
Faites-vous du grec et du latin ?
Quelles seront vos ressources financières pendant vos études ? Besoin de travailler ? De changer de ville, de prendre un logement ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 7:01 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
Justement je me demande si une prépa Chartes ne serait pas mieux pour faire de l'histoire, puisque la AL est plus vaste....
Pour répondre à vos questions, je fais du latin (depuis 6ans) et les moyens financiers me permettront de pouvoir faire étude tranquillement (pas de travail etc...). Au niveau des prépa, je pensai soit aller sur Lille à Faidherbe pour AL, soit au lycée de Fermat à Toulouse pour Chartes, laquelle des deux semble la plus adaptée?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 10:58 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Août 2013 20:34
Message(s) : 33
Je ne veux pas être méchant, mais prétendre à devenir professeur d'université à 18 ans alors qu'on a même pas fini le lycée, n'est-ce pas un peu présomptueux? De même qu'être sûr de réussir l'E.N.S., ou Chartres (qui à mon avis est encore pire que l'E.N.S. en termes de sélectivité).

De toute façon, il faudra que vous en passiez par l'agrégation pour espérer devenir enseignant dans le supérieur. Ce n'est pas statutaire, mais dans les faits, c'est la réalité. Préparez-vous donc à enseigner, ne serait-ce que quelques années, dans le secondaire...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 11:47 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 775
Localisation : Paris
Nicolas L. a écrit :
Je ne veux pas être méchant, mais prétendre à devenir professeur d'université à 18 ans alors qu'on a même pas fini le lycée, n'est-ce pas un peu présomptueux?

Je ne vois pas pourquoi : pour un lycéen, professeur d'université est un métier (avant d'être un "grade" comme il peut l'être pour des gens dans le milieu). Pourquoi ce serait plus présomptueux que de vouloir faire un autre métier, comme journaliste ou chirurgien? Est-ce tant que ça le summum de l'intelligence universelle que d'enseigner à l'université française?

Pour répondre à Fabula, voici la voie royale :
prépa (hypokhâgne et khâgne, ou AL si vous voulez) > Ecole Normale Supérieure > agrégation > doctorat en enseignant à la fac (contrat doctoral)
(prévoyez plus de dix ans pour ce parcours!)

Par conséquent, je conseillerais de faire une prépa plutôt que la fac, au moins pour la première année, et plutôt une khâgne qu'une prépa Chartes (sauf si vous êtes passionné des archives médiévales).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 12:05 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Août 2013 20:34
Message(s) : 33
Helios a écrit :
Je ne vois pas pourquoi : pour un lycéen, professeur d'université est un métier (avant d'être un "grade" comme il peut l'être pour des gens dans le milieu). Pourquoi ce serait plus présomptueux que de vouloir faire un autre métier, comme journaliste ou chirurgien? Est-ce tant que ça le summum de l'intelligence universelle que d'enseigner à l'université française?

Je ne dis pas que c'est infaisable, je dis juste que considérer l'E.N.S. ou l'agrégation comme de menus obstacles... :rool:
Professeur d'université est un métier, certes, et il y a des métiers plus faciles à aborder que d'autres (au hasard, professeur du secondaire par exemple, encore que décrocher le C.A.P.E.S, et mieux l'agrégation, ne se fait pas par simple opération du Saint Esprit).

Quant à savoir si c'est le summum de l'intelligence universelle que d'enseigner à l'université, je n'en sais rien, mais ça doit quand même s'en rapprocher, ne serait-ce qu'un petit peu, ne croyez-vous pas? ;)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 15:02 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 775
Localisation : Paris
Nicolas L. a écrit :
Quant à savoir si c'est le summum de l'intelligence universelle que d'enseigner à l'université, je n'en sais rien, mais ça doit quand même s'en rapprocher, ne serait-ce qu'un petit peu, ne croyez-vous pas? ;)

C'est vrai, je vous le concède! ;) Mais on voit souvent des profs d'université qui ont perdu tout contact avec la réalité et qui oublient que, malgré les qualités intellectuelles que nécessite leur profession, cela reste un métier, pas forcément plus noble qu'un autre.

Vous avez aussi raison de bien prévenir Fabula que son objectif est très dur à atteindre. Même parmi les docteurs anciens normaliens et agrégés, beaucoup ne trouvent pas de postes à l'université, où l'on supprime de plus en plus de postes pour faire des économies.
Ceci étant, Fabula, lancez-vous si vous avez la motivation. Et quand bien même vous vous rendriez compte que devenir prof à l'université n'est pas possible, vous n'aurez pas fait ces études pour rien!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 22:40 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Avr 2015 10:46
Message(s) : 2
Vu votre projet, il me semble qu'il n'y a pas lieu d'hésiter, il faut faire une prépa A/L, et la meilleure possible comme vous semblez être ambitieux (même si on peut très bien réussir en venant d'une petite prépa). La prépa Chartes n'est une bonne idée que si vous vous destinez à l'histoire ancienne ou médiévale avec une très forte orientation paléographie. Certes il y a peut-être plus d'histoire qu'en A/L mais c'est aussi plus spécialisé et ça laisse moins le choix par la suite. Et ça ne prépare pas mieux aux attendus de l'épreuve de l'agreg d'histoire, qui comportent une très grande part de géographie, particulièrement développée en khâgne A/L Lyon.
Le bi-cursus sciences po-histoire ne me semble pas une bonne idée. C'est certainement une très bonne formation, mais ultra généraliste et laissant peu de place à l'apprentissage de méthodes purement historiques. Pas la meilleure façon de se préparer aux disserts' et commentaires d'agreg en somme.

Les autres ont déjà tout dit au sujet de la difficulté. Etre un excellent élève de terminale est une bonne chose, mais pour un poste de maître de conf', il y a une bonne centaine de mentions très bien au bac, souvent des normaliens et tout le temps agrégés... Il faut aussi être excellent en recherche, et ça on ne peut pas le savoir avant le master. Cela dit, qui ne tente rien n'a rien, et il ne faut pas non plus manquer d'ambition. Je vous souhaite de la réussite et surtout de prendre du plaisir dans vos études futures.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Jan 2016 23:20 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1201
Localisation : Corsica
Je suis assez d’accord surtout si il a des « les moyens financiers » il ne faut pas hésiter.
En ce qui concerne l’orientation prépa et ENS c’est une question d’adéquation, si il prend du plaisir à travailler de façon intensive il risque de s’ennuyer ailleurs. La difficulté de la tache doit être à la mesure des capacités et des ambitions, l’absence de difficulté peut conduire à l’échec par ennui, chacun son rythme.
Logiquement il faut une bonne mention au bac, avec un TB la visibilité est meilleure.
Pour l’histoire je n’en suis pas certain , mais pour un scientifique qui aime l’enseignement et la recherche, quand on en a les capacités, l’ENS il ne faut pas hésiter, d’autant plus qu’ils sont payés modestement pendant la durée des études. L'argent n'est pas un objectif d'un enseignant chercheur.

Voir la liste des postes proposés pour 2016 :
https://www.galaxie.enseignementsup-rec ... ALAXIE.htm
Voir aussi à l’étranger ?
http://ec.europa.eu/euraxess/index.cfm/jobs/index


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 7:26 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
Je vous remercie pour toutes ces réponses!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 9:37 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1201
Localisation : Corsica
Helios a écrit :
Pour répondre à Fabula, voici la voie royale :
prépa (hypokhâgne et khâgne, ou AL si vous voulez) > Ecole Normale Supérieure > agrégation > doctorat en enseignant à la fac (contrat doctoral)
(prévoyez plus de dix ans pour ce parcours!).

Sur ces 10 ans on peut compter que 2 ans non rémunérés.

Précisons que je ne connais qu’indirectement l'ensemble de ces milieux, je peux faire des erreurs d’appréciation ou d’interprétation.
Mes impressions concernant le secondaire et la fac, sous toutes réserves :
- l’enseignement dans le secondaire nécessite une très bonne santé mentale, je connais des professeurs excellents en arrêt pour longue maladie, ils pensaient faire de l’enseignement, en fait cela s’apparente souvent à de la garde d’adolescents ingérables. Tant que la discipline n’est pas rétablie il est préférable d’éviter le secondaire pour ceux qui n’ont pas certaines aptitudes d'éducateurs spécialisés dans la délinquance qui n’ont rien à voir avec le métier d’enseignant, sans prime de risque.

- Prépa et fac : Pour certains profils la filière université peut être plus indiquée : on ingurgite moins et moins vite cela laisse le temps de réfléchir, à la fac on apprend beaucoup plus à réfléchir et à apprendre…. Bon on réfléchit partout , mais plus ou moins, pas tout à fait de la même façon. Le fait d'être obnubilé par la première place à court terme peut être pénalisant.
Prépa et fac, on peut retomber sur l’histoire du lièvre et de la tortue, on ne choisit pas à la naissance d’être un lièvre ou une tortue.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 9:51 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 1436
Kurnos a écrit :
Helios a écrit :
Pour répondre à Fabula, voici la voie royale :
prépa (hypokhâgne et khâgne, ou AL si vous voulez) > Ecole Normale Supérieure > agrégation > doctorat en enseignant à la fac (contrat doctoral)
(prévoyez plus de dix ans pour ce parcours!).

Sur ces 10 ans on peut compter que 2 ans non rémunérés.

Euh, oui, à condition de réussir immédiatement l'ENS et d'avoir immédiatement l'agreg et d'obtenir dans la foulée un contrat doctoral. Bref, c'est le parcours parfait, mais quelques légères incertitudes peuvent subsister sur sa réalisation pratique... Surtout pour quelqu'un qui n'envisage pas les meilleurs AL parisiennes que sont Henri IV et Louis le Grand (d'un simple point de vue statistique, ce sont les seule à dépasser les 20% d'élèves admis à ENS + Chartes + autres grandes écoles prestigieuses, très peu de prépa dépassant les 10%). Et il n'assure en rien de trouver ensuite un poste en université (même si ça facilite les choses, sans doute. :mrgreen: ). Une suite très possible de ce parcours parfait, c'est post-doc, post-doc, post-doc, ah, ben vous avez fini les possibilités de post-doc, donc bonjour l'enseignement secondaire, parce que vous êtes qualifié MCF, mais il n'y a pas assez de postes dans votre matière. Et là, vous avez entre 30 et 35 ans, dont l'essentiel des 15 dernières années passées à faire des études et à enseigner à de bons étudiants, et c'est sans doute un peu difficile à avaler.

Citer :
- l’enseignement dans le secondaire nécessite une très bonne santé mentale, je connais des professeurs excellents en arrêt pour longue maladie, ils pensaient faire de l’enseignement, en fait cela s’apparente souvent à de la garde d’adolescents ingérables. Tant que la discipline n’est pas rétablie il est préférable d’éviter le secondaire pour ceux qui n’ont pas certaines aptitudes d'éducateurs spécialisés dans la délinquance qui n’ont rien à voir avec le métier d’enseignant.

:rool: Les clichés, ça s'évite dans les deux sens. Enseigner, ça s'apprend, ça donne aussi de bons moments, tous les élèves ne sont pas des tanches indisciplinées et incurables (même s'il y en a) et personne ne peut dire à l'avance s'il y arrivera ou non. Surtout pas un élève à peine majeur.

Citer :
- Pour certains profils la filière université peut être plus indiquée : on ingurgite moins et moins vite cela laisse le temps de réfléchir, à la fac on apprend beaucoup plus à réfléchir et à apprendre…. Bon on réfléchit partout , mais plus ou moins.
Prépa et fac, on peut retomber sur l’histoire du lièvre et de la tortue, on ne choisit pas à la naissance d’être un lièvre ou une tortue.

Pour le coup, parfaitement d'accord.

Après, loin de moi l'idée de couper les ailes d'un jeune homme qui a de l'ambition. Jetez-vous dans l'aventure, faites le meilleur parcours possible, et si vous ne vous enfermez pas dans une obsession pour "je serai prof en fac", le reste découlera plus ou moins naturellement de vos expériences. En espérant vous retrouver un jour sur l'estrade dans un amphi.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 10:07 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1201
Localisation : Corsica
Ma perception est surtout liée aux disciplines scientifiques pour lesquelles il y a beaucoup plus d’opportunités dans le privé donc plus de postes dans le public.

Avec l’ENS on a toujours le palliatif de premier ministre ou de candidat à la présidence de la République !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB