Nous sommes actuellement le 20 Oct 2019 18:28

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 20 Jan 2016 10:53 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 12 Mai 2012 3:13
Message(s) : 775
Citer :
- l’enseignement dans le secondaire nécessite une très bonne santé mentale, je connais des professeurs excellents en arrêt pour longue maladie, ils pensaient faire de l’enseignement, en fait cela s’apparente souvent à de la garde d’adolescents ingérables. Tant que la discipline n’est pas rétablie il est préférable d’éviter le secondaire pour ceux qui n’ont pas certaines aptitudes d'éducateurs spécialisés dans la délinquance qui n’ont rien à voir avec le métier d’enseignant.


Je pense que vous frôlez la caricature bien que je respecte votre position.

Il y a indéniablement un rôle pédagogique du professeur et il faut être très sociable, avoir de la patience et savoir répéter les choses. Mais parler de "garde d'adolescents", c'est absolument faux. Nous sommes d'abord là pour transmettre des connaissances et un savoir faire à nos élèves, dans la majorité des cas cela se passe bien. Après si une personne n'est pas pédagogue en plus de sa passion pour l'histoire et/ou la géographie, il faut passer son chemin, c'est clair. Etre professeur est un métier à part entière.

Surtout que cet aspect se renforce avec la triste réforme du collège à venir qui a ses effets, puisque les postes disponibles au CAPES dans certaines disciplines ne font pas du tout le plein, loin de là.

Je connais beaucoup de collègues qui sont agrégés et docteurs, tout en enseignant dans le secondaire, notamment en région parisienne. Il faut vraiment être lucide de ce point de vue (sans perdre son enthousiasme pour réussir au mieux) et je pense que calame a raison d'insister dessus.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 12:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
De même on m'a indiqué que l'ENS permet de faire nombre de métiers dans l'éducation (je suis loin de considérer mon admission comme acquise!). De plus, on m'a dit qu'une thèse originale sera bien plus demandé qu'une thèse portant sur un sujet répandu, est ce vrai?
erci d'avance!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 12:45 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 1436
Non, c'est faux. Les postes dépendent d'énormément de choses, et vous ne maîtrisez pas du tout le milieu universitaire (ce qui est plutôt normal). Donc soyez raisonnable et en mettez pas la charrue avant les boeufs. Vous penserez à la thèse quand vous aurez déjà cinq ans d'études (au moins) dans les pattes. ;)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 19:34 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 24 Fév 2013 17:58
Message(s) : 26
Je te conseillerais moi aussi de faire une prépa A/L. Tu y trouveras les méthodes et la rigueur qui te serviront pour tout le reste de ta scolarité. La fac pourra ensuite t'apporter la liberté et la maturité.
Mais on ne peut comprendre ce que représentent réellement l'ENS, les concours, le fait de vouloir être prof de fac avant d'être dans le bain.
Si tu vas en prépa, tu auras très vite une idée de ce à quoi tu peux prétendre.

Par ailleurs, comme l'ont dit les autres, même si tu veux devenir PU, l'enseignement dans le 2daire est quasi obligatoire. Il est lui aussi enrichissant et exigeant mais je comprends qu'on puisse désirer ne pas faire que cela de toute sa vie.

Bref, tu es jeune, tu as de l'ambition, ne la lâche pas mais reste ouvert, et attentif aux capacités et aux manques que tu te découvriras ;ors de tes études supérieures.
Il se peut aussi que le métier de PU ne ressemble pas à ce que tu imaginais! Tu découvriras une part de la teneur du métier en fac.

Ne pense pas à la thèse, comme l'a dit Calame tu as bien le temps d'y penser et d'entrer dans les codes du mondes universitaire.

Je te conseille donc de faire la formation qui te laisse pour l'instant le plus de portes ouvertes: une prépa, car tu ne trouveras nulle part ailleurs une telle rigueur. Faidherbe à ce que je sais est une bonne prépa, exigeante mais pas tendre. Je serais toi, je tenterais le coup. On s'inscrit tjs en fac en parallèle de la prépa et l'on voit vite si le rythme et les méthodes nous conviennent ou non. Si ce n'est pas le cas, tu pourras aller en fac au bout de quelques mois!

_________________
"Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur". Camus


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 22:09 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 26 Mai 2005 18:43
Message(s) : 116
Je crois quand même aussi que, vu l'état de l'université française, c'est vraiment très compliqué de pouvoir donner des conseils sur la "voie royale". D'ici à la fin de votre thèse, il est possible que tout ait été transformé. Il faut faire ce que vous aimez avant tout, vous verrez bien ensuite.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 23:29 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 09 Jan 2016 9:26
Message(s) : 6
En fait ce qui me repousse dans l'enseignement secondaire (au dela du salaire ;) ) c'est de froler la matière, de faire de l'histoire de tatonnement! Ce que je souhaite c'est découvrir, être utile à la matière et transmettre cette passion dans son intégralité. Et non juste la 2e GM et la guerre froide!!! Voila pourquoi le secondaire me repousse.
De plus, je vois mon orientation comme un pile ou face. En effet (en vue de les resultats corrects) je pourrai presque simplement et presque "bêtement" faire une école de commerce plutot bonne et m'en mettre plein les poches!! Mais je préfère faire ce que j'aime, et c'est ça: écrire des textes sur ce qui me passione, découvrir, partager et connaitre connaitre et connaitre!
voila pourquoi! Loin de moi l'idée de partir vainqueur, mais là est mon objectif. Je suis passioné d'histoire depuis tout petit, on me dit que j'ai du talent dans l'écriture (bien j'écris mal ^^ ) et je pense avoir de bonnes bases et connaissances dans la matière pour mon age. Alors que l'on me dis que "je fais le malin ou me la pète", je le refuse CATEGORIQUEMENT.
Bien à vous.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Jan 2016 23:56 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 08 Mars 2009 21:18
Message(s) : 150
Localisation : Lutèce
En prépa ou dans vos études ultérieures à l'université, on vous parlera comme vos aînés (à qui vous avez demandé conseil) vous ont répondu : avec bienveillance, mais sans dissimuler la réalité. De plus, en prépa, vous vous retrouverez avec des élèves vous ressemblant : c'est-à-dire très brillants, et qui du fait de leur talent, ont choisi une voie difficile. Mais là, vous serez un parmi d'autres. Et croyez-moi, quand on a toujours été le meilleur, cela peut être vécu comme un coup de massue. Il sera alors compliqué, tant envers vos camarades qu'envers vos professeurs, de vous exprimer comme vous venez de le faire. Cela vous jouera des tours, et si malgré tout vous passez à travers les mailles du filet, une ruade mal à propos (peuvent-elles d'ailleurs l'être ?) vous écartera certainement, un jour, de la carrière à laquelle vous aspirez.

Vous avez soif de connaissance, et c'est tout à votre honneur. Mais la recherche est un monde ardu, voire aride, où les rivalités sont aussi très présentes. Manifestement vous n'en êtes pas encore bien conscient. Il ne suffit pas d'être un "bon" chercheur, il faut composer avec ces rivalités puisqu'il n'y a pas assez de place pour tout le monde. C'est-à-dire se frayer un passage pour publier / ne pas se faire piquer son boulot / bien réagir lorsque vous vous rendez compte que votre proposition de communication au prochain colloque s'est fait pomper par quelqu'un d'autre / savoir dire le bon mot au bon moment quand vous vous rendez compte que votre directeur a misé sur un autre poulain et vous délaisse (donc adieu les comm, les publi et toute la visibilité de jeune chercheur à laquelle vous aspirez) / et tout un tas d'autre chose, dont vous ne pouvez pas encore, et c'est bien normal, avoir idée. Mais cette liste pourrait être rallongée, je suis sûre que chacun ici pourrait raconter une telle mésaventure.

C'est la raison pour laquelle je vous conseillerais d'être à l'écoute de ce que d'autres vous ont fort bien expliqué : ils vous avertissent que vos résultats actuels n'augurent rien de la suite. Tout au plus montrent-ils que vous avez des dispositions. Exploitez ces dispositions, bien sûr, mais écoutez aussi ce qui vient de vous être dit. Si on dit que l'expérience forge le caractère, il est tout aussi vrai que l'expérience et l'écoute sont les meilleurs des conseils, et qu'en cela, vous pouvez encore progresser.

Bien à vous

_________________
"Je souhaite que les conquérants à venir apprennent à ne pas dépouiller les villes qu'ils soumettent, et à ne pas faire des calamités d'autrui l'ornement de leur patrie"

Polybe, Histoires, Livre IX (chap.3).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2016 10:32 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Août 2013 20:34
Message(s) : 33
Fabula a écrit :
En fait ce qui me repousse dans l'enseignement secondaire (au dela du salaire ;) )

La grille indiciaire d'un maître de conférences est peu ou prou la même que celle d'un professeur agrégé!
Fabula a écrit :
Alors que l'on me dis que "je fais le malin ou me la pète", je le refuse CATEGORIQUEMENT.

J'ai pas bien compris ce développement, vous pouvez expliciter?

Méfiez-vous quand même, avec un discours "tout ou rien", c'est quand même assez dangereux de jouer son avenir sur une proposition binaire... si vous réussissez à vous inscrire en prépa (ce que je vous souhaite), prévoyez quand même une sortie de secours vers la fac. L'ambiance en prépa n'est pas faite pour tout le monde (j'étais en tête de classe en terminale et j'ai tenu quinze jours personnellement, mais comme je venais d'avoir Sciences Po, je m'en fichais un peu... :mrgreen: ).

Enfin bref, ayez plusieurs cordes à votre arc, parce que "Aut Caesar, aut nihil", ça fait bien comme citation, mais c'est risqué... :-|

Ah oui, et passez votre bac d'abord! lol


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Jan 2016 11:08 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Jan 2008 13:49
Message(s) : 454
Localisation : Paris
Il y a 5 500 000 élèves dans le secondaire en France, inscrits dans 11 400 établissements. Vouloir réduire l'expérience d'enseignement à une dimension (généralement, la pire celle de la décadence des élèves qui n'apprennent plus rien-font le souk en permanence-sont violents etc) est une erreur fondamentale. Néanmoins, pour des conseils à un étudiant qui veut devenir enseignant-chercheur, il faut accepter l'idée que l'enseignement, la présence devant une classe, la transmission, est au coeur de ce métier. Si vous reculez de dégoût face à l'enseignement secondaire, vous aurez aussi du mal dans l'enseignement supérieur. Au-delà, du point de vue du déroulement d'une carrière, l'enseignement secondaire est une étape incontournable. Même si je ne prétends pas avoir une base statistique suffisante, ceux que je connais qui ont le parcours "royal" prépa-grande école-agrégation avec un excellent rang-thèse extrêmement bien reçue publiée dans l'année qui suit la soutenance sont tous passés par l'enseignement secondaire. Certains d'entre eux ont été recrutés MCF au début de la trentaine, les autres sont toujours dans le secondaire (les normaliens), les autres sont dans les archives (les chartistes).

Dîtes-vous bien que même si vous suivez ce parcours "d'excellence", vous devrez être à un moment professeur en secondaire. Si vous ne voulez à tout prix pas faire d'enseignement, passez les Chartes et devenez conservateur des bibliothèques ou du patrimoine, mais ne cherchez pas à être enseignant-chercheur.

_________________
Ira principis mors est


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2016 9:30 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 22 Juil 2011 12:58
Message(s) : 28
On peut facilement comprendre pourquoi le métier d’enseignant-chercheur (ou celui de chercheur au CNRS mais il est moins connu pour les étudiants au début) attire autant les jeunes engagés dans un cursus en histoire : il s’agit en effet objectivement du meilleur débouché « classique » de ce cursus. Cependant, il ne faut pas non plus idéaliser le métier d’enseignant-chercheur en France surtout en ce qui concerne ses aspects matériels. Le salaire d’un MCF est hélas loin de celui d’autres cadres A+ de la Fonction Publique et plus loin encore de celui du grade équivalent dans d’autres pays développés (par exemple Associate Professor aux EUA). Et le passage au grade de PR est un nouveau concours qui oblige souvent à déménager ou à devenir « turbo-prof » à un âge ou en général on a un conjoint et des enfants.

En tout cas, comme d’autres intervenants l’ont déjà indiqué, au vue de la difficulté d’atteindre l’objectif visé il faut bien évidemment prévoir la possibilité d’une éventuelle réorientation. Heureusement les possibilités de réorientation existent du début du parcours (la BEL après la CPGE littéraire) à la fin (la nouvelle agrégation pour docteurs).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2016 9:48 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Jan 2008 13:49
Message(s) : 454
Localisation : Paris
Un MCF a un salaire moyen (inférieur à celui d'un agrégé en prépa, c'est sûr), mais un PU en fin de carrière a un salaire très confortable, parmi les plus hautes grilles de rémunération de la fonction publique. La comparaison avec les salaires américains n'est pas facile à faire, en raison des "coûts cachés" de la vie aux États-Unis, qui font que la simple mesure des écarts de rémunération brute n'est la plus adaptée.

Pour l'agrèg des docteurs, j'en ai entendu parler, mais la disposition a-t-elle été votée ? Comme tout ce qui touche à l'agrèg, l'action des lobbies met généralement un terme à toute tentative de réforme avant qu'elle soit mise en œuvre.

_________________
Ira principis mors est


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2016 14:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 22 Juil 2011 12:58
Message(s) : 28
Cornelis a écrit :
Un MCF a un salaire moyen (inférieur à celui d'un agrégé en prépa, c'est sûr), mais un PU en fin de carrière a un salaire très confortable, parmi les plus hautes grilles de rémunération de la fonction publique. La comparaison avec les salaires américains n'est pas facile à faire, en raison des "coûts cachés" de la vie aux États-Unis, qui font que la simple mesure des écarts de rémunération brute n'est la plus adaptée.

Les postes d´Associate Professor incluent systématiquement les “retirement benefits”, l´équivalent d´une retraite par capitalisation et des assurances santé qui correspondent mutatis mutandis à la couverture de la sécurité sociale et d´une bonne mutuelle en France. Donc la comparaison n´est pas si difficile surtout si l´on tient en compte que la pression fiscale aux EUA est plus faible qu´en France. Néanmoins si vous voulez comparer avec un pays plus proche géographiquement et semblable à la France en ce qui concerne son welfare state, regardons donc du côté de l´Espagne ou les Profesores Titulares de Universidad, l´équivalent espagnol des MCF gagnent systématiquement plus que leurs collègues français en dépit du coût de la vie significativement plus faible de l´autre côté des Pyrénées.

Quant aux PR, les grilles de rémunération peuvent être trompeuses…la première classe n´est pas atteinte par tous et la classe exceptionnelle est comme son nom l´indique, exceptionnelle. Par ailleurs le problème principal n´est pas la grille indiciaire mais les primes des autres corps de la FP beaucoup plus importantes que celles des universitaires (et des enseignants en général).
Le seuls à gagner en France un salaire accorde avec leur niveau de qualification sont les hospitalo-universitaires (MCU-PH et PR-PH).

Cornelis a écrit :
Pour l'agrèg des docteurs, j'en ai entendu parler, mais la disposition a-t-elle été votée ? Comme tout ce qui touche à l'agrèg, l'action des lobbies met généralement un terme à toute tentative de réforme avant qu'elle soit mise en œuvre.

Vous avez raison, mais j´ai l´impression que l´opposition que l´on pouvait attendre des syndicats et de la Société des Agrégés a été plus faible (et moins audible) que prévu. Je pense que le nouveau concours externe spécial de l´agrégation sera bien ouvert pour la session de 2017. Le gouvernement détourne ainsi l´un des seuls éléments positifs de la loi Fioraso : les docteurs devaient avoir des modalités de recrutement spécifiques pour pouvoir accéder à tous les corps A+ de la FPE, mais on n´ouvre pour eux qu´un concours spécial de l´agrégation du second degré.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2016 17:13 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 18 Jan 2008 13:49
Message(s) : 454
Localisation : Paris
Je ne connais pas bien le système de rémunération des universitaires espagnols, mais je suis tombé sur ce blog où un Titular donne le détail de ses revenus pour 2011, en expliquant qu'ils se situent à 2219€ net/mois, primes comprises. Si j'ai bien compris, il est titulaire depuis 2007, ce qui lui donne entre 3 et 4 ans d'ancienneté. Un MCF 3e échelon, ce qui correspond au niveau d'ancienneté, a un revenu net, hors primes, de 2163€/mois. En rajoutant les primes minimales, on se situe à un niveau de rémunération supérieur.

_________________
Ira principis mors est


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Jan 2016 18:39 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 22 Juil 2011 12:58
Message(s) : 28
Cornelis a écrit :
Je ne connais pas bien le système de rémunération des universitaires espagnols, mais je suis tombé sur ce blog où un Titular donne le détail de ses revenus pour 2011, en expliquant qu'ils se situent à 2219€ net/mois, primes comprises. Si j'ai bien compris, il est titulaire depuis 2007, ce qui lui donne entre 3 et 4 ans d'ancienneté. Un MCF 3e échelon, ce qui correspond au niveau d'ancienneté, a un revenu net, hors primes, de 2163€/mois. En rajoutant les primes minimales, on se situe à un niveau de rémunération supérieur.


Je pense qu´on s´égare un peu mais bon…
En Espagne on prélève l´impôt sur le revenu à la source et au collègue du blog que vous citez on le prélève 720 euros d´impôt sur le revenu par mois (même s´il est célibataire il est fort probable que l´État lui redonne une partie après car les tranches de l´IR en Espagne sont semblables à celles de l´IR en France). De son salaire on prélève aussi la mutuelle des fonctionnaires "MUFACE", l´équivalente espagnole de la MGEN (46 euros par mois). En en Espagne les fonctionnaires touchent 14 paies et non 12. Le collègue espagnol en question gagne donc en réalité au sens du salaire net en France (2.219 + 720 + 46) x (14/12) = 3.482 euros par mois, plus donc qu´un MCF au dernier échelon de la classe normale, (IR et PRES comprises). Et le coût de la vie est plus faible en Espagne qu´en France (à titre d´exemple le SMIC espagnol est de 645 euros par mois en 14 paies ou 750 euros en 12 payes).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2016 8:42 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 09 Fév 2014 13:38
Message(s) : 76
Fabula,
Tous les conseils précédents doivent être pour toi autant d’occasions de bien comprendre les difficultés à venir.
Pour le moment, choisis bien tes filières sur APB.
A mon avis, une prépa littéraire (en deux années) / et ou collège Sc po sont des filières d’excellence pour parvenir à ton lointain projet.
Garde ta formation classique avec initiation au grec (si tu es intéressé par l' Hist. anc. ou médiévale)/ Sc po (niveau master : moderne/ contemporaine).
Attention certaines écoles ont leurs propres concours d'entrée courant mars/avril. Renseigne-toi d'abord sur les lieux que tu vises...les dossiers excellents sont nombreux, la sélection se fait sur toutes les matières....et n'hésite pas à solliciter certains professeurs de ton lycée pour y voir plus clair.
bon courage et comme chacun d'entre nous, nous encourageons l'ambition et les filières d'excellence.
SLG
PP Term ES


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB