Nous sommes actuellement le 14 Avr 2021 12:34

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 536 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14 ... 36  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 01 Mai 2014 8:35 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Quelques vues du vestibule bas du pavillon central des Tuileries.
Créé sous Louis XIV par le Vau, il est en deux parties, une large (à droite) correspondant à l'escalier de Le Vau (que l'on voit par les arcades du fond), et une plus étroite (à gauche) de la largeur du portique sur le jardin. Jusque sous Louis Philippe ils sont reliés par un emmarchement à hauteur du mur à arcades qui sépare le vestibule en deux.
Image

A l'époque de Louis Philippe, le centre du vestibule est décaissé pour créer un passage carrossable du jardin vers la cour du Carrousel et deux séries de marches sont créées de part et d'autre de ce passage. C'est cet état qui subsiste jusqu'à la destruction.

Vue depuis l'entrée de la Cour du Carrousel vers l'arcade du pavillon central sur le jardin avec le passage carrossable et les emmarchements créés sous Louis Philippe
Image

Vue d'ensemble du vestibule donnant sur le "Grand vestiaire" créé dans la cage de l'escalier de Le Vau sous Louis Philippe, éclairé par des lanternes de bronze doré. En bas de l'image, le passage carrossable créé sous Louis Philippe
Image

Le portique à arcade séparant le vestibule en deux, et soutenant le sol de la salle des Maréchaux
Image

La seconde partie, donnant sur l'escalier d'honneur de Fontaine construit sous Louis Philippe que l'on voit à travers de la porte fenêtre au fond. Les colonnes ont été ajoutées à cette époque.
Image

Les arcades donnant sur le Grand Vestiaire. Les chapiteaux des demi-colonnes sont ornés d'un soleil rhodien, rappelant l'origine Louis-quatorzienne de cette partie du palais.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2014 17:01 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Ce vestibule ouvrait, à partir du Premier Empire, sur une enfilade de pièces menant jusqu'au fauteuil de l'empereur législateur.

Le vestibule sous le Premier Empire est fermé par des portes fenêtres qui s'ouvrent sur l'escalier d'honneur et sur les pièces de l'autre côté, appartement du Grand Maréchal du Palais puis du roi de Rome à partir de 1810

Vue d'ensemble vers l'escalier
Image

Vue d'ensemble vers l'appartement du roi de Rome
Image

Les arcades de l'escalier d'honneur
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2014 17:19 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
L'enfilade des pièces que nous visitons correspond à ce plan de la partie nord, réaménagée par Percier et Fontaine entre 1805 et 1808 à la demande de l'empereur :
Image

Ces pièces remplacent différentes salles aménagées à la Révolution pour accueillir l'Assemblée et en très mauvais état au début de 1800


L'escalier d'honneur est celui du temps de Louis XIV. Une porte à l'encadrement richement sculptée est installée sur le palier intermédiaire au moment des travaux de 1805-1808 qui voient l'aménagement de l'enfilade que nous visitons. Cette porte mène à l'escalier du Conseil d'Etat. La seconde série de volée de marches de cet escalier "à l'impériale" mènent au premier étage ; la porte de droite est fausse, celle de gauche donne sur la salle des Maréchaux au centre du Palais.

Vue de l'escalier depuis la porte fenêtre centrale du vestibule
Image

La volée de départ
Image

Le système de double volée
Image

La porte centrale encadrée de deux colonnes supportant des bustes et ouvrant sur l'escalier du conseil d'Etat
Image

Les trois volées vues depuis le palier intermédiaire ; la double porte à gauche du palier supérieur donne sur la salle des Maréchaux
Image

Vues d'ensemble de la cage depuis le palier d'arrivée
Image

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2014 17:56 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
L'escalier du Conseil d'Etat est établi sur l'emplacement de la chapelle royale du temps de Louis XIV. Son sol était au niveau d'un demi étage et cet escalier a pour but de rattraper la différence de niveau pour arriver jusqu'au premier.

Il comprend une vaste salle au décor très sobre, ornée en partie basse du chiffre impérial couronné et d'une simple corniche à denticules au dessus des fenêtres. Le décor se concentre dans le fond de la pièce où trône l'escalier entre deux massifs. En bas de l'escalier, deux statues jumelles de Mnémosyne (aujourd'hui à Compiègne). La partie haute est composée d'un portique à deux rangées, un garde-corps orné de l'aigle impériale. Dans les deux niches, deux statues réalisées au XVIIIè de deux grands hommes : le chancelier de l'hospital (ici placé à gauche) et Daguesseau (à droite), toutes deux aujourd'hui à Versailles.

Vue de l'ensemble de la salle depuis l'escalier d'honneur
Image

L'escalier et son portique
Image

Vue de la porte vers l'escalier d'honneur. La porte est encadrée de deux colonnes corinthiennes soutenant des bustes. Les battants de la porte sont ornés du chiffre impérial lauré et couronné
Image

Image

La volée unique se déploie entre les deux massifs et permet de découvrir l'enfilade vers la salle des Travées. Les portes à gauche et à droite donnent sur des bureaux situés sous les pièces suivantes, car les Tuileries sont aussi un centre administratif sous l'Empire.
Image

Image

Vue d'ensemble des deux escaliers depuis le portique
Image

Image

Le garde corps orné de l'aigle impérial ; les aigles regardent vers la salle des Travées
Image

Le portique orné des deux statues de marbre de chanceliers de l'Ancien Régime, gardiens des sceaux du roi et attestant de la validité des lois...
Image

qui invitent le visiteur à entrer dans la salle où siège l'empereur-législateur
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2014 7:27 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
A la suite de la chapelle, dont l'autel se trouvait à place du massif de l'escalier, on trouvait jusqu'à la Révolution l'escalier d'accès à la salle des Machines. Lorsque cette partie du palais est transformée pour accueillir l'Assemblée Nationale, la chapelle devient la salle des Gardes, une salle des députations est aménagée à la place de la salle de la Salle des Machines et l'escalier devient "l'anti-salle" ouvrant sur une fenêtre côté cour.
Le volume de cette pièce est conservé sous l'Empire, transformée en antichambre de la salle des Travées. Ceinturée par un entablement à denticules, elle a un décor uni, seulement animé par une scène militaire encadrée en hauteur (peinte ou sculptée) sur le mur face à la fenêtre et par quatre colonnes toscanes supportant des bustes. Le plafond est à caissons, peut être de couleur afin d'augmenter l'intensité chromatique avant d'entrer dans la salle des Travées.

Porte d'accès de l'antichambre vers l'escalier du Conseil d'Etat
Image

Vue d'ensemble de l'antichambre. Une réduction de la bataille d'Aboukir de Gros évoque la scène originale. Les pliants ont été placés afin d'évoquer la fonction d'antichambre et de donner l'échelle de la pièce.
Image

Un plafond à caissons orne la salle...
Image

... qui ouvre sur la salle des Travées.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2014 7:28 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
A la suite de la chapelle, dont l'autel se trouvait à place du massif de l'escalier, on trouvait jusqu'à la Révolution l'escalier d'accès à la salle des Machines. Lorsque cette partie du palais est transformée pour accueillir l'Assemblée Nationale, la chapelle devient la salle des Gardes, une salle des députations (future salle des travées) est aménagée à la place de la salle de la Salle des Machines et l'escalier devient "l'anti-salle" ouvrant sur une fenêtre côté cour, le tout aligné sur le demi-niveau de la chapelle
Le volume de cette pièce est conservé sous l'Empire. Son sol est rehaussé pour être au premier étage et elle transformée en antichambre de la salle des Travées. Ceinturée par un entablement à denticules, elle a un décor uni, seulement animé par une scène militaire (peinte ou sculptée) encadrée et placée en hauteur sur le mur face à la fenêtre et par quatre colonnes toscanes supportant des bustes. Le plafond est à caissons, peut être de couleur afin d'augmenter l'intensité chromatique avant d'entrer dans la salle des Travées.

Porte d'accès de l'antichambre vers l'escalier du Conseil d'Etat
Image

Vue d'ensemble de l'antichambre. Une réduction de la bataille d'Aboukir de Gros évoque la scène originale. Les pliants ont été placés afin d'évoquer la fonction d'antichambre et de donner l'échelle de la pièce.
Image

Un plafond à caissons orne l'antichambre...
Image

... qui ouvre sur la salle des Travées.
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2014 7:53 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
La salle du Conseil d'Etat est une pièce majeure du Palais sous l'Empire. Créé en 1799, le Conseil d'Etat est d'abord installé au Luxembourg puis suit les consuls aux Tuileries en 1800. Son rôle est défini par la Constitution du Consulat « Sous la direction des consuls, un Conseil d'État est chargé de rédiger les projets de lois et les règlements d'administration publique, et de résoudre les difficultés qui s'élèvent en matière administrative ». La grande salle du Conseil est aménagée en 1805 dans le Palais. Elle est décorée de pilastres et de colonnes en stuc jaune de Sienne, avec des fonds blancs veinés et des chapiteaux et ornements dorés Elle est ici évoquée dans son état Premier Empire, avec notamment le plafond peint par Gérard représentant la bataille d'Austerlitz installé en 1811. Ce tableau est remplacé sous la Restauration par Henri IV entrant à Paris peint par le même. Ces deux tableaux ont placés ensuite sous Louis Philippe à Versailles dans la Galerie des Batailles et le plafond de la salle des Travées occupé par trois grandes rosaces dans des caissons. Les six lustres sont attestés dans un inventaire du début de la Restauration.

Vue de la salle depuis l'Antichambre
Image

Vue d'ensemble depuis l'entrée
Image

Vue d'ensemble depuis le fond de la salle. Les grands vantaux à droite ouvrent sur la chapelle construite en 1805
Image

Image

Le portique de la salle, symétrique de celui de l'escalier du Conseil d'Etat
Image

vue du plafond : le tableau de Gérard, à Versailles, est encadré par deux panneaux conservés au Louvre par le même : la Poésie et l'Histoire, la Victoire et la Renommée
Image

Image

Les vues ci-dessous évoquent l'aménagement de la salle pour les réunions du conseil d'Etat. L'empereur se plaçait sur une estrade au fond et les conseillers sur les longs côtés.

Image

Image

Image

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Mai 2014 18:30 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
La chapelle impériale.
Faute de documents sur le Premier Empire, elle est restituée dans son état Second Empire, très bien connu dans l'ensemble par les photographies et des gravures qui permettent de préciser certains détails.
Cette chapelle a été construite en 1805 dans l'ancien pavillon du théâtre du palais de Louis XIV par Percier et Fontaine pour servir de cadre au service religieux de la cour impériale. C'est une chapelle palatine, à deux niveaux, le premier traité en pierre de liais, et le second, destiné à la famille impériale, en stuc imitant le marbre. Une tribune pour les souverains s'avance dans la nef. L'autel est placé au nord, devant une abside qui accueille la sacristie au rez-de-chaussée et l'orgue au premier étage.
A l'étage, une tribune s'ouvre côté fenêtre et en face c'est la salle des Travées qui assure cette fonction. Le plafond richement décoré des aigles impériales a été reconstitué grâce à un dessin de Fontaine transmis par M. Fonkenell

Vue d'ensemble de la chapelle depuis l'entrée avec l'Assomption de Prud'hon
Image

Vue d'ensemble de la nef avec la chaire à prêcher
Image

La tribune impériale depuis la nef
Image

Le plafond orné des aigles et du chiffre impérial
Image

Vue du maître autel depuis la salle des Travées
Image

La tribune de l'orgue depuis la tribune impériale
Image

Vue de la nef vers la tribune impériale ; à gauche, la salle des Travées
Image

Vue de la nef depuis la tribune impériale ; en bas à droite, les sièges et prie-dieu de la famille impériale
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Mai 2014 22:14 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Quelques vues de détail de l'évocation de la chapelle

Tout d'abord au niveau de la nef
Deux bas côtés ont été créés par Fontaine, l'un sous la salle des Travées, l'autre du côté des fenêtres. Ils sont décorés sous le Second Empire par de grands tableaux, non évoqués ici. L'accès ordinaire à la chapelle se fait par le passage au bout de ce bas-côté, qui débouche sur un "salon de la chapelle"auquel on accède par la cour du Carrousel.
Image

Entre les pilastres qui soutiennent la tribune impériale se trouvent les deux bénitiers ; leur forme est attestée par une gravure du Premier Empire et une photo prise après l'incendie
Image

Vue d'ensemble de la nef depuis les banquettes ; la nef est divisée en deux par un emmarchement, marqué par une balustrade du même modèle que celui de la chambre de Charles X
Image

On compte 4 rangs de banquettes entre l'entrée et la balustrade et deux vers l'autel.
Image

Image

L'ensemble est dominé par une chaire à prêcher
Image

La nef converge vers l'unique autel de la chapelle, dédiée à l'Assomption de la Vierge
Image

L'autel est dominé par l'orgue timbré des armes impériales
Image

Un somptueux plafond à caissons couvre la nef
Image

Poursuivons au premier niveau
Vue d'ensemble de la nef vers l'entrée (fausse car rappelons-le, le véritable accès à la chapelle est à droite de l'autel)
Image

Vue de l'autel depuis la tribune côté fenêtre. L'accès à la chapelle se fait par le bas côté où se trouvent les valets qui donnent l'échelle ; la seconde partie de la nef est principalement occupée par les sièges de la famille impériale
Image

L'orgue depuis le premier étage ; un voile dissimule le clavier de l'organiste et dissimule les passages de la tribune côté fenêtre vers une salle qui suit la salle des Travées
Image

Les tribunes pour les courtisans sont constitués côté Est par la salle des travées
Image

La tribune impériale vue depuis l'orgue
Image

Les sièges du couple impérial sur la tribune face à l'orgue ; on accède à la tribune impériale soit par l'escalier d'honneur qui s'ouvre derrière la grande porte centrale, soit par les "volets" latéraux donnant sur la salle des Travées.
Image

Image




Cette visite virtuelle reprendra en juillet avec la salle des maréchaux.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Mai 2014 7:25 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Un récapitulatif de l'ensemble de cette visite virtuelle dans la partie nord qui correspond à l'espace compris entre le pavillon central et le pavillon du théâtre (pavillon intermédiaire à deux étages de colonnes situé droite côté cour, à gauche côté jardin)
Image


Le vestibule d'honneur sous le salon des Maréchaux, dans le pavillon central du Palais
état Louis XIV-Louis Philippe
Image

état Louis Philippe- Second Empire
Image

L'escalier de Levau, construit sous Louis XIV
Image

dont le rez de chaussée de la cage est transformé en "grand vestiaire" vers le vestibule de l'escalier d'honneur sous Louis Philippe
Image

L'enfilade aménagée sous Napoléon 1er dans l'aile vers le pavillon du théâtre :

l'escalier de Levau avec la grande porte ouvrant sur la Chapelle sous l’Ancien régime, avec un encadrement solennel créé au Premier Empire
Image

L'escalier du Conseil d'Etat
Image

Image

et dans le prolongement, l'antichambre de la salle du Conseil d'Etat
Image

Le même espace, sous le Second Empire, avec la salle de la Paix
l'emplacement de l'escalier du Conseil d'Etat avec les colonnes rhabillées et le portique en partie conservé
Image

l'emplacement de l'escalier de Levau, avec la statue de la Paix
Image

Vues d'ensemble
Image

Image

la salle des gardes, qui remplace l'antichambre du Conseil d'Etat
Image

Et qui donne sur l'escalier construit par Fontaine sous Louis Philippe
Le vestibule de l'escalier, auquel on accède par le grand vestiaire montré tout à l'heure, par la porte ouverte sur la droite.
Image

Le palier supérieur de l’escalier
Vers la chapelle ; la porte de bois couleur bronze ouvre sur la tribune impériale de la chapelle. A gauche le jardin, à droite, sur toute la longueur, s’étend la salle de la Paix
Image

vers la grande descente ; dans le fond, le vestibule au rez de chaussée,et au premier, par la porte symétrique de celle la tribune de la chapelle, le salon de la colonne
Image

Dans le prolongement de l'escalier, le salon de la colonne, du nom d’une réduction de la colonne Vendôme, communiquant avec la salle de la Paix par la porte ouverte sur la droite
Image

Image

A l'opposé de l’escalier, et côté cour, la salle des gardes ouvre sur la salle des Travées

Image

Image

Avec la reconstitution du plafond du Premier Empire à partir des éléments conservés au Louvre et à Versailles (bataille d'Austerlitz et allégories par Gérard), remplacés par l'entrée d'Henri IV puis des rosaces.
Image

Et pour finir pour le moment, la chapelle attenante dans l'état Second Empire
Image

Image

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juin 2014 8:38 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Afin de préparer l'évocation de la salle des Maréchaux, je suis à la recherche de toute information concernant cette pièce, en particulier
-sur les tableaux qui ornaient le mur Est, donnant sur la place du Carrousel
-sur le décor au temps de Napoléon 1er (je compte faire une évocation des trois états successifs de la pièce : Napoléon 1er-Restauration/Louis Philippe/Napoléon III)
-sur les tentures qui ornaient les ouvertures, qui semblent être vertes semées d'abeilles, d'après les peintures et photos.

Quelques vues de cette salle à différentes époques
Sous Napoléon 1er
Image

Vue en coupe de la salle après les enrichissements de Louis Philippe (c) rmn
Image

La tribune des caryatides après les enrichissements de Louis Philippe (c) rmn
Image

Photographie d'ensemble du salon sous Napoléon III
Image

Photographie d'une aquarelle de Fortuné de Fournier représentant l'ensemble de la salle, aquarelle aujourd'hui non localisée
Image

Tableau du couple impérial devant la tribune des caryatides et qui représente les rideaux en vert ; les autres détails décoratifs (notamment les tableaux à gauche) étant fidèles à la réalité, la couleur des rideaux peut-elle être tenue pour conforme à la réalité?
Image

Merci à ceux qui consultent régulièrement ce sujet de contribuer à la poursuite de ce projet.

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Juin 2014 14:14 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Pour compléter le sujet, une évocation du salon vert de l'appartement d'Eugénie qui fait partie des salons aménagés par Lefuel en 1857-1858 au premier étage du palais sur le jardin, à l'emplacement de la terrasse au dessus de la galerie à arcades sud, et décorés dans le style Louis XVI-impératrice
Le dessin est issu du recueil de gravures d'Eugène Rouyer, (architecte du XIXè et reconstructeur de l'hôtel de ville de Paris après la Commune), intitulé "Les Appartements privés de S. M. l'Impératrice au palais des Tuileries décorés par M. Lefuel, architecte de S. M. l'Empereur, publiés par Eugène Rouyer,... " publié en 1867

Vue d'ensemble du salon vert, ou salon des Dames ; les deux portes à gauche donnaient sur le salon du Premier consul et correspondent aux fenêtres donnant sur la terrasse. La porte de droite ouvre sur le salon rose, ou salon d'attente. Dans le prolongement de cette enfilade se trouvait le salon bleu ou salon des audiences. Le tapis est reproduit dans un autre recueil et a été intégré dans ce modèle virtuel.
Image

la même pièce avec des meubles et un valet pour donner l'échelle
Image

Le salon vert de l'Elysée, réalisé à la même époque, par le même commanditaire et dans le même style, donne une idée de l'ambiance chromatique du salon
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Juin 2014 8:52 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Quelques vues complémentaires de la chapelle, réalisées à la demande de M. Fonkenell

L'entrée de la chapelle depuis le palier supérieur de l'escalier d'honneur
Image

L'articulation tribune impériale-tribune des travées
Image

Vue de la chapelle depuis la porte d'entrée du rez de chaussée
Image

Elévations de la chapelle depuis l'autel et l'entrée
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Juin 2014 10:42 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
Afin de mettre en contexte les pièces réalisées, les façades du palais sont en cours de réalisation.
Une reconstitution en cours de la façade sur jardin dans son état Louis XIV-Louis Philippe, avant la suppression des terrasses pour construire l'escalier de Fontaine (1833) et l'appartement de l'impératrice (1858)

La partie centrale du palais depuis le jardin
Image

La partie centrale depuis la terrasse des Tuileries
Image

Vue de la terrasse sud du palais, "couverte" en 1858 pour laisser place à l'appartement de l'impératrice. Les fenêtres à droite ouvrent sur le salon du Premier consul (ancienne salle des gardes du roi) et sur le salon d'Apollon (ancienne antichambre du roi)
Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Juin 2014 12:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Août 2004 9:45
Message(s) : 434
Localisation : hirson, aisne, picardie
D'autres vues de la progression de la reconstitution des façades dans l'état Louis XIV-Louis Philippe

Le rez de chaussée du pavillon central abritait le vestibule qui s'étageait sur plusieurs niveaux d'où plusieurs volées de marches dont les trois dernières étaient comprises entre les stylobates des colonnes ioniques. En effet il y avait une forte dénivellation, d'une dizaine de marches entre le niveau de la cour et celui du jardin. Les éléments de marbre datent de l'époque de Catherine de Médicis.
Image

Image

Derrières les arcades du rez de chaussée se trouvaient deux portiques où étaient placées sous la restauration 18 statues de sénateurs romains.
Image

On remarquera que Lefuel et Visconti se sont très fortement inspirés de cette façade du palais, avec cette large terrasse en fort décrochement au premier étage, pour créer les ailes du nouveau Louvre
Image

Image

_________________
Je m'en vais, mais l'Etat demeurera toujours


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 536 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14 ... 36  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB