Nous sommes actuellement le 21 Sep 2019 16:56

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Soliman le magnifique
Message Publié : 06 Avr 2012 10:41 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Déc 2011 20:34
Message(s) : 115
Localisation : Entre la Villa Hadriana et Byzance
Sauf erreur de ma part (dans ce cas, je m'en excuse), je n'ai pas vu de sujet sur ce personnage qui reste un des plus importants de l'empire ottoman. J'ouvre donc un sujet sur Soliman le Magnifique.
Contemporain de François Ier, avec qui il passera une alliance pour contrer l'influence de Charles Quint, Soliman le magnifique, le "Grand Seigneur", est avec Mustafa Kemal l'un des plus célèbres personnages historiques de la Turquie. Les occidentaux le surnommaient "le Magnifique", les turcs "le Législateur".
Son règne est l'apogée de l'empire ottoman, un empire qui s'étendait sur une partie de l'Afrique, de l'Asie et de l'Europe de l'Est. Un empire auquel il offrira Belgrade, Rhodes, Budapest, Alger, Bagdad, Tunis... Seul échec : Vienne (Autriche) en 1529. Un empire puissant mais également évolué et prospère. Istanbul, la capitale, se couvre de monuments magnifiques, grâce à Sinan, l'architecte du règne, qui impose son style, classique, équilibré, plein de grâce et de lumière (qui inspirera sans doute un siècle plus tard les concepteurs du Taj Mahal en Inde). Les arts fleurissent, l'administration fonctionne, le commerce prospère... Un empire assez tolérant également : lorsque les chrétiens "délivrent" l'Andalousie des Maures quelques années plus tôt, les juifs de la province se voient contraints à renier leur foi et se convertir au christianisme ou s'exiler (alors que les musulmans les avaient laissés relativement tranquilles...). Alors, la population juive d'Andalousie s'exile massivement... à Istanbul.
Sur le plan personnel, Soliman détonne : aimant l'art, le luxe, il donne des fêtes fastueuses, boit du vin, prise le tabac, entretient une cour brillante et éclairée où sages et érudits côtoient généraux et intriguants. Il dirige l'empire aidé par son grand vizir Ibrahim, décrit par les contemporains comme un homme d'une "grande beauté". Relation d'une rare complicité : au sein même du palais, Soliman et son vizir s'écrivent des billets quand ils ne peuvent se voir. Il leur arrive d'embarquer tous les deux, seuls, pour un tour sur les eaux du Bosphore, sans gardes ni serviteurs. Si ambassadeurs et observateurs étrangers se posent des questions, les dignitaires ottomans préfèrent se taire : le redoutable étrangleur rôde toujours dans les couloirs du palais avec son petit cordon... Ibrahim épousera même la soeur du sultan, devenant ainsi membre de la famille impériale. Pourtant la succession est assurée par un fils issu de la première favorite, Mustapha.
Tout bascule avec l'arrivée de Hürrem "la joyeuse", connue en Europe sous le nom de "Roxelanne" ou "Roxanne". Enlevée lors d'un raid et vendue comme esclave au Sérail, cette ancienne esclave devient la passion de Soliman, tombé amoureux fou de cette femme. Elle parviendra à écarter la mère de Soliman, redoutable femme de pouvoir, mais aussi Ibrahim qui finira par recevoir la visite de l'étrangleur... Encore plus fort : elle réussira à écarter et éliminer l'héritier légitime au profit de son propre fils, Mustapha sera étranglé sur ordre de son père. Elle fera également nommer son gendre, Rostam, comme grand vizir. Tout cède devant la redoutable sultane.
De son côté, Soliman a complètement changé : terminées les fêtes fastueuses et les fastes impériaux. Le sultan s'habille trés simplement, ne boit plus une goutte de vin, interdit le tabac et fait remplacer par de la porcelaine sa fabuleuse vaisselle d'or et d'argent, avant de virer mystique et de demander des assiettes de terre cuite. La cour, si brillante autrefois, sombre dans l'ennui et la mélancolie sous la fin de règne d'un sultan devenu dépressif et morose.
Le maître de "La sublime Porte" meurt à 72 ans en 1566. Lui succède Sélim, fils de Roxanne (morte huit ans auparavant) et qui se révèlera un parfait incapable, surnommé "Sélim l'ivrogne"...

_________________
Puisque nous sommes appelés à mourir, pourquoi ne pas vivre ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 14 Avr 2012 14:19 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Lorsque Roxelane eut évincé la sultane Hasséqui, elle prit sa place mais il lui fallu compter avec la sultane validé (mère du sultan). Jusqu'à la mort de celle-ci, Hurrem sultane "La rieuse" ne put donner l'ampleur de son ambition.
Après l'assassinat sur ordre de son père de Mustapha prince. Soliman ne sera plus le même, il sait au fond de lui que son fils ne pouvait le trahir, il le sait d'autant plus que c'est lui-même qui tend le piège.
Il ne s'en remettra pas. Djanguir, "le bossu" dernier fils de Roxelane se laissera mourir.
S'ouvre alors avec Sélim une ère où les sultanes hasséki prennent des décisions politiques, assistent aux réunions derrière des fenêtres mais les ministres savent que la sultane peut faire et défaire de manière radicale les positions.
Il est noter que les trois sultanes hasséqui qui suivront Hurreim auront un ascendant politique extraordinaire.
La politique sera alors de savoir s'attirer les bonnes grâces de la sultane.
Après Roxelane, les codes du sérail changeront et généralement le Sultan n'aura que peu de concubines.
D'autant que le fils aîné, qui accède au trône après son père se doit de faire assassiner tous ses demi-frères et ce quel que soit leur âge... Ceci aussi évoluera après le passage de Hurrem.
-------------
Hurrem par son parcours ne laisse personne indifférent. Mais, lors du siège de Vienne, il faut voir la poésie incroyable des échanges épistolaires entre Soliman et Hurrem. Les lettres sont magnifiques, l'homme comme la femme n'hésitant pas à écrire leur solitude, les métaphores sont extraordinaires...
On n'imagine mal un roi occidental écrivant de tels échanges à une reine ni même à une maîtresse fut-elle la maîtresse en titre. C'est très étonnant.
On peut aussi voir que l'éducation est vraiment complète chez les futurs sultans, ils se doivent de connaître la musique, la poésie en plus de l'approche des devoirs qui un jour incomberont à celui qui prendra la place convoitée.
A cette époque, les rivalités dans le harrem sont telles qu'une concubine, dès qu'elle est enceinte doit se taire de crainte d'être empoisonnée ou bousculée. La première qui donne le premier fils au Sultan se voit donc posséder des appartements ce qui est très propice -pourvu qu'elle continue à plaire- pour mener à bien d'autres grossesses.
Pour celles qui viennent ensuite, c'est l'angoisse perpétuelle d'où le combat ahurissant mené par Huremm afin d'éloigner Mahi Devran "sultane hasséki" d'alors et posséder enfin les appartements salvateurs.

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 15 Avr 2012 0:33 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Déc 2011 20:34
Message(s) : 115
Localisation : Entre la Villa Hadriana et Byzance
Oui, le harem, le "sérail" est loin de l'image traditionnelle d'un lieu magnifique où se prélassent de superbes et langoureuses beautés...
C'était une prison dorée où se côtoyaient intrigues sordides, empoisonnements, avortements, assassinats... Un endroit structuré, hiérarchisé, avec ses ennuques, le grand ennuque noir et la Valide Sultane, mère du sultan et maîtresse de cet univers clos et secret.
Pour en revenir aux sultans, la coutume voulait qu'effectivement, ils aient un "hobby" en marge du pouvoir. Soliman s'adonnait à la joaillerie semble-t-il, d'autres à la calligraphie ou l'ébènisterie.
Quand à l'amour passionné entre Soliman et Roxelanne, il n'y a pas à en douter. Il a fait d'une simple esclave sa femme légitime et sa reine, lui a sacrifié son meilleur ami, son fils... Si c'est pas de l'amour... :mrgreen:

_________________
Puisque nous sommes appelés à mourir, pourquoi ne pas vivre ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 15 Avr 2012 1:18 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Hadrien César a écrit :
Oui, le harem, le "sérail" est loin de l'image traditionnelle d'un lieu magnifique où se prélassent de superbes et langoureuses beautés...



Une seule réserve: si, c'est réellement un lieu magnifique, à voir absolument lors d'un passage à Istanbul.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 15 Avr 2012 1:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Hadrien César a écrit :
C'était une prison dorée où se côtoyaient intrigues sordides, empoisonnements, avortements, assassinats... Un endroit structuré, hiérarchisé, avec ses ennuques, le grand ennuque noir et la Valide Sultane, mère du sultan et maîtresse de cet univers clos et secret.

Hurrem a eu la chance d'être d'emblée mise dans le premier harem.

Citer :
Pour en revenir aux sultans, la coutume voulait qu'effectivement, ils aient un "hobby" en marge du pouvoir. Soliman s'adonnait à la joaillerie

Je l'ignorais... On peut y ajouter la poésie.

Citer :
Quand à l'amour passionné entre Soliman et Roxelanne, il n'y a pas à en douter. Il a fait d'une simple esclave sa femme légitime et sa reine, lui a sacrifié son meilleur ami, son fils... Si c'est pas de l'amour...

Il faut dire qu'elle était peu commune et que cette différence aurait pu la précipiter dans le premier harem. Avoir la chance d'être enceinte dès la première nuit (bien souvent, on n'a qu'une nuit...) et ensuite, se refuser... C'était du jamais vu ! 8-|
Réussir à se faire épouser... 8-|

------------

Je sais que le lieu est magnifique... Déjà les images que l'on peut en voir sur internet... :'(
Ce n'était sans doute pas le paradis, mais pour une femme pas dévorée d'ambition, suffisamment jolie ne serait-ce que pour servir au 1er harem... Je trouve la vie plutôt délicieuse entre musique, bains, sorties dans les jardins, livres etc. Le tout est de ne pas se faire remarquer par le sultan... ;)

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 15 Avr 2012 20:47 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Déc 2011 20:34
Message(s) : 115
Localisation : Entre la Villa Hadriana et Byzance
Il est vrai que Topkapi reste un palais assez étonnant, loin de la pâtisserie kitsh de Dolmabace et de ses délires...
La salle du Divan où délibérait le gouvernement est superbe également. Pour le sérail, il est vrai que ces femmes étaient instruites, on leur apprenait la musique, la poésie, le chant et la danse. Mais n'oublions pas qu'elles restaient quand même enfermées dans ces lieux et que chaque jour devait finir par ressembler au précédent et au suivant...

_________________
Puisque nous sommes appelés à mourir, pourquoi ne pas vivre ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 15 Avr 2012 23:32 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Hadrien César a écrit :
Mais n'oublions pas qu'elles restaient quand même enfermées dans ces lieux et que chaque jour devait finir par ressembler au précédent et au suivant...

Quoi de différent de nos jours avec la musique, la poésie, un accès privilégié aux arts, à l'art de vivre, un entourage de jardins en moins ? :-| Une porte ouverte ne résume pas la liberté car tout dépend sur quoi cette porte est ouverte, combien elle est ouverte et si elle offre une belle perspective. ;)

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 17 Avr 2012 8:25 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Déc 2011 20:34
Message(s) : 115
Localisation : Entre la Villa Hadriana et Byzance
Certes. On pourrait faire un parallèle avec ces esclaves de la Rome antique qui arrivaient à vivre mieux parfois que des citoyens libres pleurant misère.
Pour Roxelanne, le plus troublant (et qui ajoute au mystère), c'est que l'on a aucun portrait fiable d'elle, la coutume interdisant de reproduire les traits des pensionnaires du Sérail. Je crois avoir vu que seul un ambassadeur ou un envoyé étranger l'aperçût un jour, la décrivant comme "petite et plus jolie que belle".
Pour Soliman, on a peu de portraits et il est souvent représenté de profil (pas évident non plus de se faire une idée de son aspect).

_________________
Puisque nous sommes appelés à mourir, pourquoi ne pas vivre ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 17 Avr 2012 12:49 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Hadrien César a écrit :
Je crois avoir vu que seul un ambassadeur ou un envoyé étranger l'aperçût un jour, la décrivant comme "petite et plus jolie que belle".
Pour Soliman, on a peu de portraits et il est souvent représenté de profil (pas évident non plus de se faire une idée de son aspect).

Je crois que lorsqu'elle arrive au harem, tout de suite dans le premier, ce qui étonne est sa petite taille, ses longs cheveux clairs, ses yeux, ses pieds et déjà un visage expressif.
Les yeux et les pieds étaient des critères de beauté. Les cheveux clairs assez rare et plus rare encore le fait qu'elle s'enferme d'emblée dans un mutisme qui là encore aurait pu infléchir le cours de son histoire. Elle refuse de parler, délibérément et déjà elle est présentée à la Validé comme "rétive". Elle ira donc dans le second harem pendant un certain temps, là les femmes ont une vie très différente, des tâches leur sont assignées et surtout bien souvent elles se doivent de servir celles du premier harem. En ce lieu Hurrem va apprendre très vite quel choix est le meilleur, elle apprendra aussi à dissimuler.
Je crois que lorsqu'elle est désignée lors du passage de Soliman, il avait déjà près de cinquante ans.
Si l'on ne peut dessiner les femmes du Harem, on possède sa description détaillée car elle recevait des ambassadeurs non voilée lorsqu'elle sera dans son propre palais, une folie accordée par Soliman... :oops:
C'est ahurissant, elle choisira ses eunuques, pour atteindre Soliman, il faut passer par elle, elle sera la seule à avoir des serviteurs non castrés. Elle reçoit, elle possède sa propre Cour ou Soliman adore venir se prélasser. Elle casse tous les codes, lui faisant café, tisanes, repas servis par un minimum de personnes. Elle discute d'égal à égal avec Soliman et un jour où Ibrahim, très méfiant, refusera de se rendre dans ses appartements, il sera vertement tancé par Soliman.
Y aller était dangereux, refuser le fut aussi... Elle fera le vide autour du Sultan pour y placer ses créatures.
Ceux qui auront aidé à son élévation, elle fera tout afin de les faire disparaître.
Une trajectoire fascinante... Une femme fascinante : on peut ne pas aimer mais quelle intelligence ! 8-|

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 18 Avr 2012 19:05 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 14 Avr 2005 10:11
Message(s) : 2079
gaete59 a écrit :
Hadrien César a écrit :
Mais n'oublions pas qu'elles restaient quand même enfermées dans ces lieux et que chaque jour devait finir par ressembler au précédent et au suivant...

Quoi de différent de nos jours avec la musique, la poésie, un accès privilégié aux arts, à l'art de vivre, un entourage de jardins en moins ? :-| Une porte ouverte ne résume pas la liberté car tout dépend sur quoi cette porte est ouverte, combien elle est ouverte et si elle offre une belle perspective. ;)

On dirait du Delacroix...

_________________
« Étudiez comme si vous deviez vivre toujours ; vivez comme si vous deviez mourir demain. » Isidore de Séville


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 19 Avr 2012 0:05 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Isidore a écrit :
On dirait du Delacroix...

J'imagine que ce n'est pas un compliment... j'aurais préféré Ingres pour l'odalisque ou tant qu'à faire dans le style carrément Géricault pour le radeau et la méduse ! lol

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 19 Avr 2012 0:49 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Allez, pour le fun :
Libre mais à quelles conditions ? La liberté est-elle le seul sésame pour le bonheur ? Je crains que non tout comme le débordement de liberté nous enchaîne (Cf. : Platon).
St Paul dit : "Mets plutôt à profit ta condition d'esclave" car libre, toutes les actions de l'homme relèvent de lui-même d'où la conclusion de Martin L. King : "L'homme est libre et il est esclave".
Le discours sur la servitude volontaire de La Boëtie est aussi instructif, cautionné par Descartes lorsque nous pouvons lire : "choisir le vrai et le bien que je m'impose et m'y soumettre, tel est "le bon usage" de la liberté (Méditations Métaphysiques) et cette vérité : "cette indifférence que je sens est le plus bas degré de la liberté".
Je passe les paradoxes de la liberté moderne et cette éternelle énigme de la servitude défendue le mieux par ceux qui en sont les victimes...
Là c'est pire que Kokoschka et aussi plombant... lol %1

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 19 Avr 2012 22:25 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Déc 2011 20:34
Message(s) : 115
Localisation : Entre la Villa Hadriana et Byzance
M'étant replongé dans une biographie de Soliman, quelques précisions :
- Effectivement, pour se délasser, le sultan s'adonnait à la joaillerie, à l'orfèvrerie pour être exact, comme son père Sélim. Soliman était fasciné par les pierres précieuses. Il est rapporté qu'il fît réaliser une fabuleuse tiare ornée de magnifiques cabochons de rubis et diamants qu'il n'osa jamais porter...
- Il était le fils de Sélim le Cruel, sultan guerrier et efficace qui n'avait pas usurpé son surnom, semble-t-il... On l'accuse d'avoir fait étrangler lui-même ses autres fils pour "laisser le passage" à Soliman, son préféré.
- Soliman avait un énorme respect et beaucoup d'affection pour sa mère, Hafsa Hatun, à tel point que Roxelanne elle-même évita de la heurter de front. Il semble également que la Reine Mère soutenait Ibrahim, le grand vizir.
- Pour ce dernier, quel destin également ! Simple esclave d'origine grec converti, sensiblement du même âge que le sultan, il atteint un pouvoir inouï. Soliman lui fait brûler toutes les étapes, lui confie toutes les responsabilités. Il en arrive à pouvoir prendre des décisions sans en informer le sultan (il n'a pas trente ans !) et son "règne" durera treize ans. Les causes de sa disgrâce restent floues : intelligent, trés beau, il se serait laissé griser par le pouvoir, allant trop loin. La principale accusation portée contre lui était de n'être pas sincère dans sa conversion, d'être resté chrétien au fond de lui. Il eût un geste qui choqua profondément les foules, suite à une campagne victorieuse d'où il ramena de superbes statues qu'il fît dresser sur l'ancien hippodrome, au coeur de la ville, ce qui passait aux yeux des gens pour de l'idôlatrie. Il fît également accuser de trahison et exécuter le ministre des finances de l'époque avec lequel il était en conflit. Or, peu de temps après, Soliman eût la preuve que ce dernier était innocent et les accusations montées de toutes pièces. Il n'en reste pas moins que la mort d'Ibrahim marque la fin d'une époque : Soliman n'aura pas d'autre ami et prendra ses distances avec son entourage, Roxelanne exceptée, et plus aucun dignitaire n'aura les fantastiques pouvoirs octroyés auparavant à Ibrahim.
- Enfin, suite aux intrigues de sa mère Roxelanne, c'est Sélim "l'ivrogne" qui succèdera au magnifique. Il porta bien son nom et le paya cher : un jour qu'il visitait les nouveaux bains du palais, il était tellement ivre qu'il titubait et il perdît l'équilibre sur une dalle mouillée, faisant une chute mortelle. Il mourût onze jours plus tard...

_________________
Puisque nous sommes appelés à mourir, pourquoi ne pas vivre ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 20 Avr 2012 14:04 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Avr 2012 13:14
Message(s) : 473
Localisation : Œkoumène
En sortant du cadre purement historique de ce fil, je voudrais apporter un témoignage quant à l'extraordinaire fascination que continue d'avoir Soliman le Magnifique (ou Sulaïman Al Qanouni, le Législateur) dans le monde arabe. Cette fascination, se retrouve dans l'engouement général pour une série télévisée historique ayant pour sujet la vie du Sultan et de Roxelanne.
Cette série turque et traduite en arabe, est actuellement diffusée en prime-time par tous les grands bouquets satellites pan-arabes. Je ne sais pas si l'engouement pour la série vient de la passion pour l'histoire des populations concernées mais je ne peux que rester étonné face à ce succès qui en général est l’apanage des feuilletons religieux hagiographiques (traitant du Prophète et de ses compagnons).

Je m'excuse pour cette digression.

_________________
"I do not know with what weapons World War III will be fought, but World War IV will be fought with sticks and stones."

Albert Einstein


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Soliman le magnifique
Message Publié : 20 Avr 2012 15:22 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Hadrien César a écrit :
M'étant replongé dans une biographie de Soliman, quelques précisions :
- Effectivement, pour se délasser, le sultan s'adonnait à la joaillerie, à l'orfèvrerie pour être exact, comme son père Sélim. Soliman était fasciné par les pierres précieuses. Il est rapporté qu'il fît réaliser une fabuleuse tiare ornée de magnifiques cabochons de rubis et diamants qu'il n'osa jamais porter...

Il est difficile d'imaginer cet homme si cultivé s'adonner à la joaillerie. Je vois la passion de Louis XVI pour la serrurerie et tout les système de balancier ainsi et non de manière péjorative comme on peut souvent le lire. Une détente créative et complexe.
Citer :
- Il était le fils de Sélim le Cruel, sultan guerrier et efficace qui n'avait pas usurpé son surnom, semble-t-il... On l'accuse d'avoir fait étrangler lui-même ses autres fils pour "laisser le passage" à Soliman, son préféré.

C'est monnaie courante dès l'accession au trône. Lorsque ce n'est pas sur conseil direct de la mère devenue Validé. Ceci est dans l'ordre des choses.
Citer :
Soliman avait un énorme respect et beaucoup d'affection pour sa mère, Hafsa Hatun, à tel point que Roxelanne elle-même évita de la heurter de front. Il semble également que la Reine Mère soutenait Ibrahim, le grand vizir.

La Validé fera l'erreur de miser sur Hurrem sans penser que la suite allait lui échapper. Dans le premier harem, il faut bien se dire que 99% des femmes ne verront jamais le sultan. Le 1% restant ne passeront qu'une nuit. Donc il faut vraiment que le sultan soit tout de suite épris (ce qui est rare même pour Hurrem) ou tout de suite enceinte.
Hurrem fera en sorte de descendre au second harem afin d'assimiler les codes et puis aussi parce-que les femmes du second harem sont visibles depuis les promenades du sultan. Elle a donc plus de chance d'éveiller son intérêt une nouvelle fois. Le tout est de créer le contexte et pour cela Hurrem sera toujours très intelligente ; on le verra avec Ibrahim.
Au décès de la Validé, la Hasséki est déjà loin et là Hurrem donne toute l'ampleur de son pouvoir (éviction d'Ibrahim puis assassinat de Mustapha, très prisé du peuple et de ses soldats : elle montera le père contre le fils de manière très subtile et déjà rôdée avec Ibrahim).
Citer :
Pour ce dernier, quel destin également ! Simple esclave d'origine grec converti, sensiblement du même âge que le sultan, il atteint un pouvoir inouï. Soliman lui fait brûler toutes les étapes, lui confie toutes les responsabilités.

Ils étaient très proches. Un peu étouffé par sa mère, Soliman avait une réelle affection pour cet homme. Une affection et une admiration. Ils étaient très complémentaires ; souvent le sultan passait du temps à échanger avec Ibrahim. Le niveau de la culture était vraiment incroyable et très important pour être un "homme complet" ; rien n'était négligé. Alors les échanges avec Ibrahim...
Dans un premier temps, Hurrem va essayer d'attirer la sympathie d'Ibrahim. Cet homme n'a que faire d'une amitié alors qu'il possède tout et plus encore l'amitié et l'affection du sultan. Tous pêcheront par excès de confiance. Le but d'Hurrem est d'isoler Soliman. Avec ou sans Ibrahim. Elle a déjà obtenu depuis longtemps le bannissement d'une Hasséki pour prendre la place, s'est créé un réseau de soutien au niveau des eunuques, usé la Validé alors Ibrahim : le temps joue pour elle...
Elle mettra en avant des décisions qui n'appartiennent qu'au sultan. Jamais elle n'affrontera la personne qu'elle veut perdre.
De plus avoir été méprisée par Ibrahim, pour elle, "chair vendue" comme l'avait traitée Mahi Devran ce sera une lutte à mort.
Elle va saper petit à petit la réputation d'Ibrahim dans ses apartés avec Soliman. Elle va déployer toute son charme afin que le sultan passe plus de temps avec elle et délaisse un peu l'ami de toujours. En cela elle va apprendre afin d'éveiller un réel intérêt d'échange chez Soliman. Ceci ne s'est jamais vu chez les autres femme qui se contentent d'une vie oisive.

Citer :
Il en arrive à pouvoir prendre des décisions sans en informer le sultan (il n'a pas trente ans !) et son "règne" durera treize ans. Les causes de sa disgrâce restent floues : intelligent, trés beau, il se serait laissé griser par le pouvoir, allant trop loin. La principale accusation portée contre lui était de n'être pas sincère dans sa conversion, d'être resté chrétien au fond de lui. Il eût un geste qui choqua profondément les foules, suite à une campagne victorieuse d'où il ramena de superbes statues qu'il fît dresser sur l'ancien hippodrome, au coeur de la ville, ce qui passait aux yeux des gens pour de l'idôlatrie. Il fît également accuser de trahison et exécuter le ministre des finances de l'époque avec lequel il était en conflit.

Il est vrai qu'Ibrahim avait une fâcheuse tendance à montrer sa réussite. Tout lui souriait. Ce qui lui a été reproché n'aurait pas tenu un seul instant si Hurrem n'avait développé chez le sultan vieillissant une sorte de méfiance vis à vis de son entourage. Le sort d'Ibrahim fut scellé, restait à trouver certaines choses pour cautionner la fin de l'homme.
Hurrem usera des mêmes armes vis à vis de Mustapha. Montrer au Sultan la place qui est la sienne. Montrer aussi que certains grignote le pouvoir et sont admirés, rappeler au Sultan nombre des ancêtres qui ont été assassinés par excès de confiance, exciter la jalousie de l'homme etc. Avec Ibrahim, comme avec Mustapha l'affection ne suffira pas à les sauver.
Il est à noter qu'ensuite, pour les deux hommes, le sultan regrettera sincèrement et après l'assassinat de son fils ne sera plus le même. Là est le moment où Hurrem le servira le plus efficacement avec ses conseils. Après les réunions du divan, il vient chez elle débattre des affaires... Le pouvoir lui semble trop lourd de plus la mort de Mustapha aura un grand retentissement tant au niveau de l'armée que du peuple.

Citer :
Enfin, suite aux intrigues de sa mère Roxelanne, c'est Sélim "l'ivrogne" qui succèdera au magnifique. Il porta bien son nom et le paya cher : un jour qu'il visitait les nouveaux bains du palais, il était tellement ivre qu'il titubait et il perdît l'équilibre sur une dalle mouillée, faisant une chute mortelle. Il mourût onze jours plus tard...

Pas besoin d'intrigue : c'est dans l'ordre des choses. Il se trouvera là encore que la seconde sultane, alliée au vizir gouverneront.
S'ouvrira alors une ère où certaines femmes du harem deviendront vraiment l'égale des régentes en France. Hurrem n'aura pas le temps de devenir Validé avec les pouvoirs inhérents mais déjà elle verra chez la seconde épouse de son fils un potentiel qui ne se démentira pas. Celle-ci devenue Validé à la mort de Sélim continuera de gouverner puis ce sera le tour de la nouvelle sultane. Ces femmes ouvriront vraiment une parenthèse très curieuse et très intéressante dans l'histoire ottomane.

Il y a quelque temps, ce sujet a été décortiqué lors d'une soirée "Théma" sur Arté... Peut être un an... C'était vraiment très bien fait, très intéressant. Il est dommage que ces soirées qui n'existent plus ne peuvent être trouvées sur CD à la vente.
C'était vraiment des soirées de qualité. :'(
En HS : c'est au cours d'une de ces soirées que j'ai pu comprendre la bataille de Teutobourg, le fameux cri d'Auguste : "Varus, Varus rends moi mes légions!" et les limites de la "capta" romaine...

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 22 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB