A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 11 Déc 2018 1:59

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 55 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4
Auteur Message
Message Publié : 20 Sep 2016 17:18 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
à venir (27 septembre) chez Economica dans la série Campagnes et Stratégies n° 127
la Guerre du Chaco 1932-1935
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Mai 2017 0:27 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Les Hussards ont souvent eu la faveur des Editeurs, un ouvrage à paraître pour juin qui sera sans doute une référence dans la bibliographie consacrée à cette flamboyante subdivision de la Cavalerie importée de Hongrie en France

Histoire des Hussards de l'Ancien Régime
Origine, organisation, vie et campagnes
(1693-1792)

Fruit de 25 années de recherches, cet ouvrage très conséquent rassemble l'histoire des hussards de l'Ancien Régime depuis la création de ces régiments en 1693. Si les hussards français doivent leur renommée aux exploits accomplis sous la Révolution et l'Empire, ceux de l'Ancien Régime sont moins connus et très rares sont les ouvrages donnant des renseignements sur les corps antérieurs à 1720. S'appuyant sur un dépouillement minutieux des archives du Service historique de la Défense, ce livre a pour ambition d'offrir au public, de façon détaillée, l'histoire des hussards de 1693 (date de leur création) à 1792, leurs combats liés aux guerres du royaume de France et leurs modes de vie

L’auteur, le général Boissau, ancien directeur du Musée de l’Armée et ancien colonel du 1er régiment de Hussards parachutistes, a réalisé de nombreuses recherches sur les hussards de l’Ancien Régime. Il a publié plusieurs livres sur ce thème, dont le Dictionnaire des officiers de hussards de l'Ancien Régime chez le même éditeur, ainsi que des articles dans la Revue historique des armées, Les Carnets de la Sabretache et Vivat Hussar.
800 pages, 49 €.
Archives & Culture
Juin 2017

Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Mai 2017 9:50 
Hors-ligne
Fernand Braudel
Fernand Braudel
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4865
Localisation : Allemagne
Si pendant les vacances vous êtes dans la région, profitez en pour visiter le Musée des Hussards de Tarbes :
http://www.musee-massey.com/collections/hussards

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Avr 2018 19:00 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Bernard Lugan spécialiste reconnu de l'Afrique coloniale et post-coloniale sort de son pré carré pour

Histoire militaire de la Louisiane Française et des guerres indiennes 1682-1804
à défaut du sommaire une recension
https://www.erudit.org/fr/revues/fa/199 ... 4546ar.pdf
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Mai 2018 2:10 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
chez Helion & Company l'éditeur britannique fait feu de tout bois avec ses deux nouvelles séries Century of the Soldier 1618-1721 et From Reason to Revolution 1721-1815
http://www.helion.co.uk/browse-title-se ... eries.html

il a convoqué un spécialiste Russe, Boris Megorsky, et un Suédois, Lars Ericson Wolke, pour un ouvrage chacun sur leurs Armées dans la Grande Guerre du Nord de 1700-1721

au catalogue, ou annoncé pour 2018-2022 il ambitionne :

par Bruno Mugnai une série de 8 volumes sur les "Armées européens du Grand Siècle en 1658-1687" (dont deux sur l'Armée de Louis XIV de 1658-1687) et un neuvième sur les Ottomans (dont Bruno est un spécialiste),
en outre The Cretan War 1645-1671 (en français la "Guerre de Candie" entre Vénitiens et Ottomans à laquelle les soldats Français ont participé) que l'auteur Italien avait publié en deux volumes dans sa langue

l'Historien Canadien-Français René Chartrand sur une autre série de 4 volumes sur l'Armée de Louis XIV 1643-1715

si des sujets typiquement anglais seront mis à l'honneur il y'aura à l'image de la Guerre de Candie, des Ottomans, d'autres sujets tout à fait hors des sentiers comme
la Guerre de Scanie Dano-Suédoise de 1675-1679
l'Armée Néerlandaise du XVIIIe siècle
l'Armée Portugaise de la "Guerre Fantastique" de 1762
l'Armée Française dans la rébellion Jacobite de 1745 en Ecosse
la Guerre Russo-Turque de 1711 déjà publiée
l'Armée Ottomane en Egypte 1798-1801

liste non exhaustive

en anglais of course and unfortunately

ImageImage
Image
Image
Nicolas Zubkov pour The Russian Army of the Great Northern War


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2018 12:25 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
publié en 2017 en Nouvelle-France (Septentrion), est sorti pour la France en mars 2018 (Archives & Culture)

Les Officiers des Troupes de la Marine au Canada 1683-1760
préface et sommaire détaillé
http://excerpts.numilog.com/books/9782894489055.pdf

Image
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Juin 2018 17:51 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
pour amateurs de beaux livres et Vexillologie les drapeaux de la Guerre de Trente Ans (et de la Guerre Civile Anglaise pour le dernier volume)
http://www.peterstor.de/edition/buch.html
en allemand mais comme ce sont des livres richement illustrés (le dernier a une version anglaise chez un autre éditeur Britannique)

une sélection de pages en libre consultation, il y'en a d'autres sur le site de l'éditeur
Image
Image
Image
Image
Image
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Août 2018 21:18 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Osprey un peu en manque d'inspiration ces dernières années en dehors de sa Sainte Trinité anglo-saxonne (US Grand Breton & Teuton) recyclée à l'envi dans des nouvelles séries met quand même à l'honneur Les Troupes Coloniales Françaises 1872-1914 sous la plume de René Chartand et le pinceau de Mark Stacey après un insipide MAA intrus sur des formations civiles de sécurité ou politiques sous Pétain alors qu'il y'a tant de sujets purement militaires à couvrir et d'abyssaux gaps nationaux ou thématiques dans leurs séries

Osprey Men At Arms 517 French Naval & Colonial Troops 1872-1914
avec le format réduit des MAA (48 pages) il aurait sans doute fallu plus un Elite-64 pages

un deuxième titre pour la période 1816-1870 est peut être dans les tuyaux, affaire à suivre...

Chronology
Campaigns: Indochina, from 1883 - West Africa, from 1886 - Dahomey, from 1890 - Madagascar, from 1885 - China, 1900
Locally raised units: Tirailleurs & Spahis Sénégalais - Tirailleurs Haoussas - Tirailleurs & Spahis Soudanais - Tirailleurs Sakalaves & Malgaches - Tirailleurs Annamites, Tonkinois & Cambodgiens
Minor island garrisons
Plate Commentaries

Image
Image
*the man on the left is a Private, Tirailleurs Sakalaves, c.1887–95, who wears a European-style tunic, with a red collar, straight cuffs and shoulder straps, white trousers, and a dark blue pillbox-like round cap with a red band.
*The figure in the middle, a Brigadier of Auxilaires Indigènes d’Artillerie, c.1892–95, is practicising a gun drill with an unfuzed 80mm shell. He is depicted as wearing an M1889 'cashew'-khaki collarless jacket, trimmed at the neck, pointed cuffs with red, brass buttons, tan linen trousers and a blue-tasselled red fez.
*The final figure is of a Private of the Tirailleurs Malgaches in their winter field dress, c. 1898–1914. This includes the dark blue jacket and trousers with yellow lace and piping respectively, worn for everyday service and formal dress. Here we show the trousers worn untied, over what seem from photographs to be long woollen drawers. This soldier, cleaning the bore of his M1907 ‘Colonial’ rifle, wears Lebel belt equipment over a red flannel sash; note too the gris-gris amulet hanging round his neck for supernatural protection – this was tucked out of sight inside the jacket on formal occasions.

_________________
"A moi Auvergne"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Nov 2018 23:22 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
la maison Britannique Helion citée plus haut (cf 16 mai 2018) en dehors d'une production naturellement anglocentrée n'hésite pas à publier courageusement plusieurs ouvrages puisés sur des thèmes pas très commerciaux hors des sentiers battus voire des niches sur des armées et sujets autres que les dos de homards et les godons dans leur nouvelle série From Reason to Revolution 1721-1815


à titre de curiosité :

Andrew Bamford revisite le cadre très Britannique de la Rébellion Jacobite de 1745 pour revaloriser l'aide de la France aux Highlanders
Image

Les Lys et le Chardon
Les Troupes Françaises dans le soulèvement Jacobite de 45

Le soulèvement jacobite de 1745 n'aurait pu avoir lieu sans le soutien de la France. Les navires français ont emmené Charles Edward Stuart en Écosse, l’or français a financé sa campagne et les armes françaises ont équipé nombre de ses troupes. Pourtant, la contribution militaire française réelle à la campagne fut modeste et son rôle est souvent négligée.

Ce livre cherche à redresser cet équilibre en examinant en détail la contribution militaire française au soulévement Jacobite de '45: le premier détachement de troupes à naviguer avec le Prince - qui, au lieu d'atterrir en Écosse, se retrouva pris dans une intense bataille navale; les officiers d'état-major et les professionnels qui ont aidé Charles à organiser son armée sur les lignes européennes modernes; et les réguliers Irlandais et Ecossais qui se sont battus avec distinction à Inverurie, Falkrik et Culloden.

Comme pour de nombreux aspects de la décennie 45, de nombreux mythes et idées fausses sont apparus au sujet de la nature et de la signification de la contribution française. Une nouvelle recherche archivistique permet de se faire une meilleure image comme jamais avant des hommes qui ont constitué la base de ce contingent, ainsi que du passé et du destin de ceux qui les ont dirigés. Une nouvelle analyse est également proposée en ce qui concerne les détails des uniformes portés par les détachements servant en Écosse, en réexaminant les sources existantes et en apportant de nouvelles informations.

le résultat est de combler une lacune importante dans notre compréhension de ces événements, une des dernières occasions où des troupes étrangères ont combattu sur le sol britannique


Une bataille et défaite Française oubliées face aux Italiens (Piémontais en l'occurrence) dans les Alpes : l'Assiette 1747
Image
You have to die in Piedmont! The Battle of Assietta 1747
https://www.helion.co.uk/browse-title-s ... l?___SID=U

«Vous devez mourir dans le Piémont!» Une vieille chanson folklorique, encore jouée dans les Alpes occidentales, parle des régiments français qui venaient du col de Mongenève pour attaquer une force combinée austro-sarde retranchée sur le plateau de l'Assiette à 2 500 mètres d'altitude dans les Alpes cottiennes, qui contrôlent deux routes principales reliant la France à la capitale du royaume de Sardaigne, Turin. La bataille a eu lieu le 19 juillet 1747 et a été la bataille la plus sanglante d'un jour non seulement de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) en Italie, mais également de l'ensemble de l'histoire militaire des Alpes et de la guerre de montagne en général.
L’objectif stratégique de l’offensive française était le siège et la prise du Fort d’Exilles, une forteresse située dans la vallée de Suse sur la route reliant Briançon à Turin. Une armée d'environ 20 000 soldats sous le commandement de Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle (appelé le chevalier de Belle-Isle, frère cadet du maréchal de Belle-Isle) sont divisés en deux corps: l'un descendant du Moncenisio vers Exilles, tandis que le les autres ont avancé vers la vallée du Chisone, afin d’atteindre la crête d’Assiette par le côté sud.
Après avoir prédit que les Français le traverseraient, le roi Charles Emmanuel III de Savoie avait fortifié la région avec un camp retranché en garnison de 7 000 hommes de 13 bataillons d'infanterie: 9 sardes et 4 autrichiens. Les services de renseignement français ont découvert que les forces alliées fortifiaient le col, tandis que la principale armée autrichienne avait quitté le siège de Gênes pour atteindre les Alpes. Donc, la décision a été prise d'attaquer immédiatement. Les forces impliquées s'élevaient à 32 bataillons français contre 13 alliés. Les troupes françaises ont été divisées en trois colonnes offensives et leurs mouvements ont commencé vers 16h30. Malgré l'effort désespéré des soldats et la valeur personnelle des officiers français, toutes les attaques ont été repoussées avec de lourdes pertes. En trois heures de combats meurtriers, cinq mille soldats sur 27 000 engagés ont été tués, blessés ou portés disparus: même le commandant français, le chevalier de Belle-Isle, a été tué dans la lutte.
Depuis ce jour, la bataille de l'Assiette est devenue une sorte de légende militaire pour les forces sardes, puis pour l'armée italienne, mais aucune tentative sérieuse de reconstruction de l'événement n'a jamais été tentée. À la fin du XIXe siècle, seuls les Français tentèrent de développer une étude plus détaillée de la lutte en publiant le manuscrit écrit par le lieutenant-général de Vault dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il s’agit donc du premier travail complet consacré à l’histoire de cette bataille.


enfin un ouvrage sur l'adversaire le plus redoutable des soldats pendant des siècles, non pas l'ennemi du camp d'en face mais les maladies
Fluxes Fevers and Fighting men
War and disease in Ancien Régime Europe 1648-1789


Image
Flux, fièvres et combattants
Guerre et maladie dans l'Europe de l'Ancien Régime 1648-1789
https://www.helion.co.uk/browse-title-s ... l?___SID=U
La proportion de soldats morts au combat qui mouraient des suites d'une maladie au combat était d'environ 70 à 75% dans les armées qui faisaient campagne en Europe pendant le siècle et demi (1648-1789) entre la fin de la guerre de Trente Ans et la Révolution française. Pendant cette période, les armées de campagne ont doublé de taille et les régimes se battaient généralement pour des gains territoriaux limités.
Il était donc plus sûr d'occuper, de se retrancher et d'attendre. C’est donc une ère de campements massifs et prolongés : l’armée Chrétienne qui met le siège devant Belgrade en 1717 a plus de bouches que toute ville à moins de 800 km, mais elle manque d’installations urbaines de base telles que marchés, puits, fosses privées et collecteurs nocturnes .
Pourtant, l'impact de la maladie sur les opérations militaires a été négligé. Cette étude révèle combien de soldats sont tombés malades et sont morts en consultant des données quantitatives, tels que les pertes et les registres d’hôpitaux générés par les nouvelles armées sous contrat de l’État qui ont remplacé les hordes de mercenaires de la guerre de Trente Ans. Alors que la peste commençait à se retirer de l'Europe, cette étude explique ce qu'étaient exactement ces "flux et fièvres" qui devaient affliger les armées européennes en temps de guerre et soutenaient qu'ils formaient un seul continuum saisonnier qui culminait à la fin de l'été. L'isolement et l'incarcération de l'hôpital militaire ont caractérisé la réaction des nouvelles armées au "désordre" et à la revivification des notions de contagion. Cependant, l’hôpital a souvent prolongé la flambée de morbidité / mortalité vers la fin de l’été en mi-hiver en générant une «fièvre hospitalière» ou typhus, la maladie transmise par les poux qui apparaissait chaque fois que le froid, humidité, la faim, le manque d'hygiène s’assemblaient. Le remède était la maladie.

Cette étude inclut les opérations de l'Armée Française dans certains théâtres de campagne, au nord de l'Italie (1702 et 1734), en Rhénanie (1734), dans le Roussillon (1674), Catalogne (1693) et, plus loin, en Bohême (1742 ).
L'étude comprend également trois études de cas impliquant l'Armée Britannique, notamment en Irlande (1689), au Portugal (1762), dans le Brabant flamand (1748) et la Rhénanie (1743). Les valeurs aberrantes sont des études des opérations des Habsbourg à Belgrade et dans ses environs (1717 et 1737) et des opérations russes en Crimée (1736). Le Brabant hollandais (1748) et la Rhénanie (1743).
Les cas particuliers sont des études des opérations des Habsbourg à, et autour, de Belgrade (1717 et 1737) et les opérations Russes en Crimée (1736).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Déc 2018 0:11 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1058
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
bonjour

à paraître aux Indes Savantes
La Guerre en miroir
conquête coloniale et pacification au Soudan occidental

de Patrick Royer co-auteur du livre West African Challenge to Empire : Culture and History in the Volta-Bani anti-colonial War, publié en 2001 par Ohio University Press / James Currey (prix Amaury Talbot de la Royal Anthropological Society). Après quelques années passées en France, l'auteur enseigne à présent au Rensselaer Polytechnic Institute dans l'Etat de New York.

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24709
Ce livre examine les liens entre guerre, pacification, et pouvoir colonial à partir d'une anthropologie historique de la conquête française du Soudan occidental (Sénégal, Mali, Burkina Faso, et nord de la Côte d'Ivoire) à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Tout en contribuant à une histoire critique de cette conquête, il pose des questions d'ordre plus général sur les guerres asymétriques et le concept de pacification.
Un débat d'autant plus nécessaire que la pénétration vers le Niger fut, d'un point de vue chronologique, un prélude à la " ruée sur l'Afrique " par les Européens. Le principal sujet est le recours à la guerre des conquérants français et des populations africaines. Ces dernières percevaient ces campagnes comme la poursuite d'un état de guerre qu'elles acceptaient ou, si elles se pensaient trop vulnérables, qu'elles essayaient de contourner par des initiatives d'ordre politique.
La période de la conquête coloniale est la dernière grande occasion pour la tradition orale africaine de construire le mythe des grands chefs guerriers, qu'ils soient alliés ou ennemis des Français, tels Samori ou Tieba Traoré de Sikasso. Le rapport de guerre, qui se perpétue dans la pacification, constitue l'événement fondateur et le principe organisateur de la société coloniale.

Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 55 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB