Nous sommes actuellement le 07 Déc 2019 19:00

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Contraception
Message Publié : 15 Oct 2006 13:37 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 08 Nov 2005 11:07
Message(s) : 181
Bonjour ,


J'aimerai savoir si il existait des moyens de contraception au moyen age ? Si , oui ce que je suppose , quels sont ils ? :oops: .

Merci :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 13:42 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Il y a quelque part un thème ouvert sur ce sujet.Personnellement j'avais suggéré l'existence de plantes abortives .Mais je crois que le forum a tourné court.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 16:32 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 21 Mai 2006 9:39
Message(s) : 103
Localisation : Wettolsheim
Il y a le coïtus interrompus, ça c'est sûr !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 16:40 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
"interruptus", c'est beaucoup plus efficace.

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 16:52 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 08 Nov 2005 11:07
Message(s) : 181
Mais encore ? :oops:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 18:53 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 21 Mai 2006 9:39
Message(s) : 103
Localisation : Wettolsheim
Merci Plantin-Moretus pour la correction. :oops:

Cher Farget, je crois que la sodomie n'a pas de "rapport" avec la contraception, enfin c'est mon avis.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 18:56 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2005 21:13
Message(s) : 1829
Localisation : Metz
Si, parce que c'est un moyen d'avoir des relations sexuelles sans "danger" de conception. D'ailleurs, l'Eglise et toute la société nommait "sodomie" tout type de rapport sexuel autre que le vaginal.

_________________
«L'humanité est comme un paysan ivre à cheval: quand on la relève d'un côté, elle tombe de l'autre.»
(Martin Luther)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 18:58 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2005 21:13
Message(s) : 1829
Localisation : Metz
Ah, j'oubliais: un autre moyen utilisé (bien que moyennement efficace) était d'allaîter les enfants le plus longtemps possible, car cela limite le risque de grossesses à répétition. Parfois (du moins est-ce le cas au XVIIe, je ne suis pas sûr pour la période précédente), l'âge du sevrage pouvait être repoussé jusqu'à 5 ou 6 ans.

_________________
«L'humanité est comme un paysan ivre à cheval: quand on la relève d'un côté, elle tombe de l'autre.»
(Martin Luther)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 20:13 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 21 Mai 2006 9:39
Message(s) : 103
Localisation : Wettolsheim
D'accord, vu comme ça . Pour moi la contraception concerne le moyen d'éviter d'avoir des enfants lors de rapports vaginaux.
Concernant l'allaitement prolongé, j'en avais entendu parler pour la période moderne.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 20:41 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 04 Oct 2006 18:35
Message(s) : 23
Localisation : Bourgogne
Bonsoir,

Alors voila on connaissais aussi des l'antiquitée l'utilisation des boyaux de porcs ou mouton qui servaient de preservatifs

Aussi il etait conseillé aux femmes fortunées s'offrent une balle d'or et de cuivre de 60 grammes à introduire dans le vagin. En somme, l'ancêtre du diaphragme.

Les femmes se servent également de diverses éponges et de tampons d'ouate, imbibés de substances acides ou de produits astringents, comme l'alun.

Sinon voici les croyances:

C'est ainsi qu'enflammer un trognon de chou et l'éteindre dans le sang menstruel est réputé pour ses propriétés contraceptives. Autre technique: porter des pessaires au cou ou attachés à la cuisse. Le règne animal offre de grandes ressources. Pour ne pas concevoir durant une année, il suffit aux femmes de cracher trois fois dans la bouche d'une grenouille. Elles peuvent également lier l'oeil d'un cerf qui louche à une racine de marjolaine et l'arroser, le soir, de l'urine d'un taureau roux. L'utilisation du mulet, stérile par nature, est également de bon augure pour éviter les grossesses. Il suffit de faire une ceinture avec le poil de ses oreilles, des fumigations avec ses sabots, des talismans avec ses oreilles ou ses testicules, des plats avec son cérumen ou des boissons avec son urine. De même, la fiente d'éléphant mélangée au lait de jument et portée en talisman se place dans la vulve.
Des moyens plus mystiques permettent, selon les croyances de l'époque, d'aboutir aux mêmes résultats. Se laver dans la fontaine de Saint-Martial (Limousin) tout en l'invoquant permet d'obtenir la stérilité. Même résultat pour ceux qui boivent l'eau de la fontaine de Sainte-Estelle dans le Poitou ou ceux qui puisent, avec leur main, de l'eau de source de Notre-Dame-de-Cléry (Sologne), le genou droit à terre.

Les ressources contraceptives semblent multiples, mais de la plus grande inefficacité. D'autres pratiques doivent pallier les manquements de celles citées ci-dessus. L'allaitement tardif, réputé dès le Haut Moyen-Age, permet, selon les scientifiques de l'époque, d'espacer les grossesses. Des moyens plus mécaniques - et certainement plus efficaces - étaient également utilisés : coït interrompu avec ou sans éjaculation, masturbation réciproque, sodomie ou fellation. Mais les confesseurs s'indignent contre ces pratiques et les médecins jugent le coït interrompu sans éjaculation dangereux pour la santé des hommes, arguant qu'il est nécessaire d'expulser le sperme en dépit de quoi les testicules risquent la destruction. Les femmes peuvent aussi, en-dehors de courir, sauter et descendre les escaliers, retenir leur urine entre les lèvres de leur vulve et l'aspirer vers leur paroi vaginale pour diluer le sperme s'y trouvant. Pas évident…
Néanmoins, il arrive que les médecins préfèrent prescrire des techniques comme la suspension, au bras de la femme, du cœur arraché à une souris vivante ou encore celle de la vulve d'une lionne, plus difficile à se procurer… Pour réduire la fécondité des hommes, il est recommandé
de mettre des lames de plomb sur leurs reins, de porter de la primprenelle ou d'enduire leurs testicules d'un emplâtre de jusquiame noir mélangé à du camphre, entre autres.

Sources :

Banque de données de l'Université Laval
Les tribulations du vase sacré : une histoire de la contraception et de l'avortement vue du côté des femmes.
Guy Gaborian, Gilles Kervella.
Outils de la santé et médecine d'autrefois.
(http://www.editionsreinette.com)

_________________
Honi soit qui mal y pense


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Oct 2006 21:00 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 17:02
Message(s) : 460
Localisation : Hainaut (Belgique)
Au Moyen âge, l'avortement avant quarante jours (généralement obtenu suite à l'ingestion de drogues) était perçu comme une contraception, et les pénitentiels ne le punissaient que d'un an de pénitence, contre trois ans pour l'avortement après quarante jours, et sept ans (soit autant que l'homicide) après l'animation du foetus.

En matière de contraception au sens ou nous l'entendons, le Moyen âge a connu en effet le coït interrompu (vrasemblablement peu pratiqué en dehors des milieurs courtois) et les tampons d'herbes ou de laine utilisés par les prostituées.

_________________
Il n'est pas sur notre sol une chose qui soit plus utile que ces sublimes monuments qui ne servent à rien (Emile Mâle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Oct 2006 9:58 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Sep 2006 13:16
Message(s) : 263
Localisation : TOULOUSE
Bonjour à tous,

Robert Fossier, dans son livre La société médiévale, précise qu' outre le pénitentiels, et les procès des XVè et XVIè siècles pour "compter ou suelement voir clair, tout permet de penser que ces pratiques triomphaient dans toute la société pour permettre le plaisir sans entraîner d'effets"

Il ajoute que ces pratiques, que vous avez citées, sont millénaires, et que les condamnations qu'elles entraînent sont déjà dans les sources des moralistes depuis l'Antiquité :
:arrow: Minucius Felix et Saint Clément (IIè s.)
:arrow: Saint Jérôme (IVè s.)
:arrow: Bürckard au IXè.

Pierre Lombard entre autre va jusqu' à forger de faux canons atribués à Saint Augustin Si aliquis et Aliquando, pour renouveler et en accroître la portée, des interdits en la matière.

Albert le Grand également dressa des interdits : (je passe sur les méthodes déjà citées)
_ absorptions de décocotions acides après les règles ou avant l'acte (rôle de la mandragore en particulier)
_ étouffement du foetus dans le ventre de la mère ou à la naissance par "accident"...du genre, le bébé tombé malencontreusement danas l'enclos à bétail...


_


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Oct 2006 13:52 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Juil 2006 18:03
Message(s) : 214
Localisation : Cahors
Il y a aussi comme moyen de contraception, le fait de retarder l'âge du mariage, qui par effet mécanique produit un moins grand nombre de naissance.

Cordialement. SAALFELD

_________________
Pour moi la vie va commencer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Oct 2006 21:57 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 09 Mai 2006 18:17
Message(s) : 384
Localisation : Metz
Jean-Claude a écrit :
Ah, j'oubliais: un autre moyen utilisé (bien que moyennement efficace) était d'allaîter les enfants le plus longtemps possible, car cela limite le risque de grossesses à répétition. Parfois (du moins est-ce le cas au XVIIe, je ne suis pas sûr pour la période précédente), l'âge du sevrage pouvait être repoussé jusqu'à 5 ou 6 ans.

Il s'agit de l'aménorrhée de lactation : l'allaitement interrompt les règles et provoque une infertilité provisoire (au moins dans les premiers mois).

Sans vouloir faire du hors-sujet, quelques remarques au sujet du XVIIIe siècle qui pourraient éclairer les périodes antérieures.
Si mes souvenirs sont exacts, la mise en nourrice étant devenue une mode :
- La fécondité desdites nourrices s'en trouvait réduite : elles allaitaient plusieurs enfants, même s'ils n'étaient pas les leurs. (On retrouve là le sens originel du mot "nourrice" : nos "nounous" actuelles.)
- Inversement, les femmes des classes aisées qui confiaient leurs bébés à des nourrices connaissaient des grossesses à répétition puisqu'elles n'allaitaient pas.

Tout ceci à combiner avec la remarque de Saalfeld sur le retard de l'âge moyen au mariage. Au XVIIIe s., il semble même atteindre des records, dépassant les 25 ans pour les femmes jamais mariées auparavant (cf. J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, t. 2 : Renaissance-1789, PUF, p. 470). Le XVIIIe s. a, semblerait-il, été malthusien avant Malthus !

Qu'en est-il maintenant du Moyen Âge ? Je pense au XIIIe siècle que l'on cite comme un maximum démographique : après les "ponctions" des XIVe et XVe s., il a, apparemment, fallu attendre le XVIIIe pour regagner une telle charge démographique.

En d'autres termes... Si le XVIIIe s. semble être une sorte de "laboratoire" du contrôle des naissances, les sources disponibles permettent-elles d'envisager un phénomène similaire au XIIIe ? (Quelles que soient les méthodes employées, contraceptives ou abortives.)

PJ


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Oct 2006 10:14 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 8921
Localisation : Région Parisienne
Je ne crois guère à l'emploi massif de moyens de contraception à la fin du XIIIème siècle. L'emprise de l'Eglise est trop forte, la crainte du péché trop importante pour que ceux-ci soient couramment employés. Le problème du XVIIIème est autre, la progression de la déchritianisation correspond au développement de la contraception, sous forme de coïtus interruptus la plupart de temps.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 17 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB