Nous sommes actuellement le 07 Déc 2019 1:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Chronique métrique
Message Publié : 06 Nov 2006 16:22 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Oct 2005 22:01
Message(s) : 2
Bonjour, j'aurais besoin de votre aide afin de traduire ce texte en français plus "actuel" car il y a des phrases que je ne parviens pas à comprendre... Il s'agit de la Chronique métrique que l'on attribue à Geoffroy de Paris sous Philippe le Bel. Je vous remercie d'avance.

Roi de l'autrui tant as-tu déjà pris
Que de Dieu ni d'homme n'a pris.
Or as-tu eu le centième,
Et puis le cinquantième,
Et puis tant de subventions.
Devant Dieu en est mention.
Et pourquoi aurais-tu maison
En Ciel, [toi] qui donnes occasion
A tes gens, qui n'est de coutume?
Toute France d'ire allumes.
Roi, encore as-tu eu,
- Au moins l'ont tes gens reçu -
Des templiers et l'argent et l'or
Qui doit être en ton trésor,
Des juifs et des usuriers
Et des Lombards les grands deniers.
Toltes et tailles as-tu levées
Qui toutes ont été payées;
De ta fille le mariage
Un tel ni semblable outrage
Onques mais nul temps ne levèrent
Les rois qui avant toi régnèrent.
Et de ta monnaie chargé
As-tu toute ta gent mangé.
Puis après, t'a dit ton conseil
Que rien n'y a, dont me merveille,
Non par pour tant, car bien les crois
Ne de rien ne les mescrois,
De ce les en croit-on moult bien
Quand ils disent qu'il n'y a rien
Car devers eux l'ont-ils saqué
Et en leurs grands manoirs caché.



Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Nov 2006 22:31 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1320
Localisation : Orne
Je ne suis pas spécialiste de l'ancien français, et d'autres réponses seront sans doute meilleures, mais voici déjà un début.

Devant Dieu en est mention signifie que Dieu est témoin de l'argent que Philippe le Bel a pris. C'est probablement une allusion au conflit avec le pape.

Onques signifie "jamais", selon mes dictionnaires.

Puis après, t'a dit ton conseil
Que rien n'y a, dont me merveille,
Non par pour tant, car bien les crois
Ne de rien ne les mescrois,
De ce les en croit-on moult bien
Quand ils disent qu'il n'y a rien
Car devers eux l'ont-ils saqué
Et en leurs grands manoirs caché.


Le conseil désigne peut-être les conseillers.
Une merveille est une chose admirable, prodigieuse.
Ne est "ni".
mescrois est le contraire de "crois"
saqué est, je suppose, "mettre dans des sacs"
Donc, dans ces lignes, l'auteur déclarerait qu'il n'y a pas de miracle, qu'il faut croire et ne pas contredire les conseillers qui disent qu'ils n'ont rien de visible à montrer, car en fait ils ont caché les trésors dans leurs grands manoirs.

Par ailleurs, connaître le contexte peut aider un peu :

Confronté à d'incessantes difficultés d'argent, Philippe le Bel tenta d'établir une imposition directe et, ayant échoué dans cette entreprise, eut recours à divers expédients. Il confisqua notamment les biens des marchands lombards et des Juifs, avant de les faire arrêter puis expulser (les premiers en 1277, 1291 et 1311, les seconds en 1306). Opposé à l'ingérence pontificale dans les affaires du royaume, Philippe le Bel entra en conflit avec le pape Boniface VIII pour avoir tenté de lever des impôts sur le clergé. Par la bulle Clericis laicos (1296), le pape interdit aux clergés français et anglais le versement de subsides à un pouvoir laïc. Philippe le Bel répliqua alors en prohibant l'exportation de pièces d'or et d'argent, privant ainsi le pape des revenus français. Avec l'aide de ses conseillers, Philippe le Bel procéda à diverses altérations monétaires ; celles-ci, en frappant lourdement le petit peuple, provoquèrent des émeutes (Paris, 1306), qui furent durement réprimées. Toujours en quête d'argent, Philippe le Bel s'attaqua aux Templiers, dont il convoitait les biens (1307).Tous les chefs de l'ordre, dont le grand maître Jacques de Molay, furent arrêtés et remis au pape Clément V (1308) qui, sous la pression de Philippe le Bel, condamna un certain nombre d'entre eux au bûcher (1310) et supprima l'ordre (1312). En 1314, Philippe le Bel fit périr comme hérétiques les derniers dignitaires. Il fit marier sa fille, Isabelle de France, au futur Édouard II d'Angleterre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Nov 2006 13:33 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Oct 2005 22:01
Message(s) : 2
Merci beaucoup Olivier, ces quelques éclaircissements me sont bien utiles ;-)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Drouet Cyril, Google [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB