Nous sommes actuellement le 06 Déc 2019 10:22

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 98 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Les cagots du sud-ouest
Message Publié : 12 Avr 2007 11:32 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Discussion disparue mais reconstituée à partir d'une miraculeuse sauvegarde dans mes fichiers :wink:

Citer :
Maxcohen
Je viens d'apprendre un peu par hasard qu'une sorte de caste d'intouchables existait en France et en Espagne au Moyen Age, on les appelait les cagots ou les chrestians. Ils vivaient en marge des villes et dès sa naissance un cagot n'avait pas de droits, ils devaient même porter une patte de canard cousue sur leur vêtement pour qu'on puisse les différencier.
Les cagots subissaient le mépris de toute la population sans que l'on sache la raison. D'ailleurs leur origine est trouble, on parle de populations wisigothes ou musulmanes mais cela reste encore un mystère.
D'après wikipédia il semblerait qu'on trouve encore leur trace au XIX ème siècle
Avez vous des informations précises sur ce peuple de bannis?

Rapentat
Avec ce lien vous en apprendrez un peu plus!
http://nezumi.dumousseau.free.fr/cagots.htm

Escalibure
merci pour le site. je vais y faire un tour
j'ajouterais une petite contribution. je n'ai pas eu le temps de lire ce qui est sur ce site et je vais peut être faire redondance. mais je pense que sous ce terme comme sous celui de lépreux (cagots) se cache plus que la ou les maladies contagieuses ou que du racisme envers une religion ou une origine géographique spécifique.
je crois que toute personne ayant commis un acte allant à l'encontre des moeurs, de la vie de l'époque était mis de cette façon au ban de la société : c'est ce qui explique que ce genre de terme perdure à travers le temps. en Lorraine, on voit des lépreux bien après la disparition de cette maladie. je crois que le processus est le même : ce sont des gens mis au ban de la socièté pour x raisons

Deshays Yves-Marie
Citer :
ce sont des gens mis au ban de la socièté pour x raisons
On peut repérer là un exemple de plus du besoin de "bouc émissaire" si cher à René GIRARD.

Dédé
Un article dans "La Dépèche du midi" d'hier parle des cagots, dont j'ignorais l"existence.
Je comprends bien que c'était les "intouchables" dans le sud-ouest, au moyen age.
Mais je ne trouve nulle part quelle est leur origine (migration ? déchéance sociale ?)
PS: pourquoi ne pas déplacer ce sujet sur "Moyen Age" ?

Faget
Mais Dédé, la question est encore débatue après le moyen-âge :procès, arrêts des parlements . Au XX° siècle ,dans des villages, des familles étaient réputées cagotes , sans l'ostracisme évidemment. Une femme qui n'est pas béarnaise m'a raconté qu'il y aune dizaine d'années , au cours d'une discussion animée, elle s'était faite traiter de "cagote" et n'avait pas compris que c'était une injure.
C'est vraiment un "sujet transversal" qui traverse les siècles.
Je peux vous fournir un commencement de bibliographie si ça vous intéresse

Plus oultre
Pour l'origine, plusieurs hypothèses se chevauchent. Allez voir le lien donné plus haut, je crois me souvenir qu'elles sont exposées.
En gros, il s'agirait fondamentalement d'un peuple vaincu au haut Moyen Age par les goths (cagots voudrait dire "chien des goths"). A cet opprobre fondateur de population vaincue seraient venus s'ajouter des marques de discrimination, qui auraient à leur tour entraîner l'agrégation au groupe d'autres parias (lépreux, hérétiques divers, peut-être même morisques ou crypto-musulmans d'Espagne, etc...).
Mais bon, à ce que j'ai cru comprendre il y a encore une part de "mystérieux" dans l'origine (peut-être alto-médiévale, en tout cas médiévale puisque le terme lui-même apparait pour la 1ère fois au XIIIème siècle) de ces "cagots" ou "chrestians", l'indéterminé étant encore renforcé par les différentes hypothèses linguistiques.

Ensuite, je crois savoir que le phénomène a touché majoritairement le Sud-Ouest, mais s'est "répandu" ou en tout cas a connu d'autres manifestations ailleurs, jusque dans l'Est de la France.
Et il n'est pas propre au Moyen Age : sa genèse est certainement médiévale, mais on en trouve des traces précises jusqu'au... XIXème siècle ! (voir là encore le lien ci-dessus qui vous informera mieux que moi )
Bref, c'est l'histoire de parias qu'on ne peut pas circonscrire à la seule période médiévale et qui s'étend sur la longue durée.

Voir le livre de Paola Antolini, Au-delà de la rivière. Les cagots : histoire d'une exclusion, Nathan, 1991, qui explique tout cela très bien avec un vrai regard d'ethnologue, à ce qu'il m'a semblé (je l'ai juste feuilleté).

Skipp
Plus oultre a écrit :
En gros, il s'agirait fondamentalement d'un peuple vaincu au haut Moyen Age par les goths (cagots voudrait dire "chien des goths").

Moi, j'ai plutôt entendu parler qu'ils auraient été les descendants des goths... vaincus. Mais, j'aurais tendance à penser que nous sommes plutôt ici dans la légende due à une étymologie populaire non fondée.

Plus oultre a écrit :
A cet opprobre fondateur de population vaincue seraient venus s'ajouter des marques de discrimination, qui auraient à leur tour entraîner l'agrégation au groupe d'autres parias (lépreux, hérétiques divers, peut-être même morisques ou crypto-musulmans d'Espagne, etc...).

Parmi les hérétiques divers j'ai entendu parler des albigeois... :roll:

Les cagots étaient souvent décrits comme étant bruns et de petites tailles... mais à mon avis c'est bien plus du préjugé qu'autre chose (dans le même style que tous les juifs ont un grand nez et tous les gaulois étaient blonds :roll: ).

Et sinon, effectivement des maures convertis mais toujours mis à l'écart de la société. Pour ma part, j'y verrais plutôt le reliquat des gens qui survécurent aux maladies du moyen-âge après leur séjours en maladrerie. La maladie était alors considérée comme justice divine... et survivre à la lèpre ou autres maladies tout en en conservant encore les traces ne devait pas faciliter la réinsertion. :roll:

Dédé
http://www.passion-histoire.net_ ... 873fbed6ba

Sur passion-Histoire, et sur différents sites, et même sur la Dépêche, l'origine des cagots reste assez mystérieuse.
Étymologiquement:
"Chiens de Goths", insulte envers des descendants de Goths (Ariens) ?
ou "Chiens des Goths", peuple vaincu par les Goths. ?
"d' un mot béarnais signifiant lépreux" sans autre explication.

Les traces des Wisigoths (culturelles, dans la tradition populaire) sont assez pauvres, sans doute à cause de leur "hérésie" arienne. On s'en souvient comme des envahisseurs auxquels on aurait résisté, niant toute ascendance possible avec eux.
Peut-être les autorités religieuses ont-elles contribué à cette tradition ?

En tout cas, j'habite très près de Campan, lieu cité dans le lien donné ci-dessus, et je vais un de ces jours aller voir les lieux.

Le journal cite l'anecdote suivante: La population du Béarn avait demandé à Gaston XI le percement de leurs pieds au fer rouge, pour éviter la contamination des rues par leur passage (le prince avait refusé).
Ils étaient regroupés dans la confrérie Saint Joseph (charpentiers), avec porte et place séparée à l'église.

Enfin, je me demande si tous les peuples, de toutes les époques, n'ont pas besoin d'avoir des "intouchables" en dessous d'eux. Peut-être pour avoir un sujet de compassion, pour s'humaniser soi-même, hélas à travers une exclusion relevant de la barbarie (le flou de l'origine en ajoutant peut-être: ces gens-là n'ont même pas d'histoire !).
L'article se termine par: "Aujourd'hui, n'avons-nous pas nos cagots au bout de la rue ?". Effectivement ... ?

Plus oultre
Dédé a écrit :
Enfin, je me demande si tous les peuples, de toutes les époques, n'ont pas besoin d'avoir des "intouchables" en dessous d'eux.

C'est la théorie de la rivalité mimétique qui se déchargerait sur un bouc émissaire (victime innocente mais tenue pour coupable à l'unanimité) soutenue par René GIRARD, que je suis en train de découvrir et dont parlait YMD. La violence mimétique serait un phénomène anthropologique universel, transcendant l'infini des différences constatées entre toutes les sociétés.
Quant à savoir s'il y a encore des "cagots" aujourd'hui, sans doute... ?
GIRARD estime (en chrétien peut-être) qu'il faut se reconnaître comme persécuteur pour renoncer à la rivalité mimétique et dénoncer le phénomène du bouc émissaire (ce qui arrive aux disciples du Christ, persécuteurs pendant la Passion, dénonciateurs après la Résurrection).
Bref pour en revenir au sujet (les cagots), oui, le "mystère" demeure...

Faget
Dans une revue d'histoire locale, j'avais fait un parallèle entre les cagots et les burakumins du Japon. Les caractéristiques se superposaient comme un calque entre ces deux populations de parias et d'exclus. Une différence notable est qu'on a trouvé de manière irréfutable l'origine des burakumins . Alors que la question des cagots et chrestias, demeure à ce jour une énigme. Il y a diverses hypothèses , mais ceux qui assènent une vérité de façon péremptoire manquent de doute scientifique et d'honnêteté intellectuelle

Dédé
Citer :
GIRARD estime (en chrétien peut-être) qu'il faut se reconnaître comme persécuteur pour renoncer à la rivalité mimétique et dénoncer le phénomène du bouc émissaire

je pense exactement ça depuis très longtemps (étant athée de culture chrétienne ...)

Jean.D
Dédé a écrit :
Citer :
GIRARD estime (en chrétien peut-être) qu'il faut se reconnaître comme persécuteur pour renoncer à la rivalité mimétique et dénoncer le phénomène du bouc émissaire

je pense exactement ça depuis très longtemps (étant athée de culture chrétienne ...)

Dans mon sud ouest natal il me semble avoir entendu parler de gagot ou de "gésistain" ou quelque chose de ressemblant (souvenir d'il y en gros 60 ans).
En avez vous entendu parler ?

Harfang
Juste un point de détail sur les cagots et émanant d'une source de deuxième main ( à savoir un sinsitre docteur en théologie M. l'abbé lecanu dans "histoire de satan" que je conseille par ailleurs si l'on souhaite avoir un apercu de certaines "sensibilités intelectuelles"(?!) du XIX), il semblerait qu'à une certaine époque les cagots auraient été considéré par la population comme maudits du fait de leurs prétendu ascendance cathares . toujours à l'en croire des cagots auraient effectué des démarches vers le pape pour lui demander le pardon des ccrimes de leurs pères, et pour signifier l'injustice qu'il y avait a payé pour eux.
J'estime que cete prétendu ascendance est purement imaginaire, celà étant celà me parait assez cohérent dans la mesure ou ils étaient effectivement situé principalement dans le Sud-Est, sur des terres ayant porté les pas des cathares.

Faget
Je suis heureux de voir que le problème cagot connait un certain intérêt sur le forum. M'étant penché sur la question depuis très longtemps, j'essaierai de mettre un peu d'ordre dans le désordre. Donc au cours des siècles les hypothèses suivantes sur leur origine ont été formulées :
-Lépreux
-Wisigoths
-Sarrasins
-Réfugiés chrétiens d'Espagne
-Gitans et Bohémiens
-Cathares
-Juifs
-Excommuniés
-Exclus du système féodal
-Un agrégat d'exclus d'origines diverses

Ainsi que je l'ai déjà dit, aucune de ces hypothèses n'est irréfutable. Je me garderai bien de prendre position, même si j'ai une préférence.
Il n'y a rien de honteux à admettre qu'il y a des énigmes historiques.

Skipp
Faget a écrit :
Je me garderai bien de prendre position, même si j'ai une préférence.
Quelle est ta préférence ???
Moi, j'aurais tendance à penser que nous avons à faire à des exclus anciens lépreux (ou autres maladies)... auxquels se sont ajoutés des exclus divers et variés.
Mais il est peut être également probable que nous ayons à faire à des exclus depuis des immémoriaux ? Car après tout, nous ne savons pas depuis quand il existe des cagots...

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12 Avr 2007 20:11 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Je reinscris la bibliographie partielle, sur le sujet, qui a disparu dans le maudit "bug".

- ANTOLINI, Paola
Au-delà de la rivière. Les cagots : histoire d'une exclusion
Editions Nathan - Paris - 1989
-BERIAC, Françoise
Des lépreux aux cagots. Recherche sur les sociétés marginales en Aquitaine médiévale
Fédération historique du Sud-Ouest -Bordeaux -1990
-CABARROUY, J.E.
Les cagots, exclus et maudits des terres du Sud.
Editions J.et D.-1995
-FABRE, Michel
Le mystère des cagots, race maudite des Pyrénées.
M.C.T.- Pau - 1987
-FAGET, Jacques
Les Burakumin, les cagots du Japon ?
Revue de Pau et de Béarn - 1997
- GUEREAU Alain et GUY Yves
Les cagots du Béarn.
Editions Minerve - 1988
-LOUBES Gilbert
L'énigme des cagots
Editions Sud-Ouest - 1995
-MICHEL, Francisque
Histoire des races maudites de la France et de l'Espagne.
Editions Elkar - Saint Sébastien - 1983
(Reprint de l'édition de 1847)

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Mai 2007 8:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 07 Mai 2007 7:37
Message(s) : 2
Le mot Cagoth n'apparaît pour la première fois qu'au tout début du XVIe siècle. Et encore, il s'agit du terme 'agoth' qui décrit une population identique sur le versant sud des Pyrénées. Leur persécution dans le Sud-Ouest n'a vraiment lieu qu'au cours du XVIIe siècle.

Ce sujet ne gagnerait-il pas à être mis dans la rubrique renaissance ? Selon que l'on décide de l'étudier comme un sujet moyen âgeux ou relatif au XVIe siècle on sera tenté d'y voir une subsistance d'une ségrégation ancienne (wisigoths ou lepreux, voire juifs) ou la conséquence d'évènements spécifiques à la renaissance et à l'époque moderne (explusion des bohémiens d'espagne, codification des lois entrainant un renforcement des statuts personnels, chasses aux sorcières, protestantisme...).

Les cagoths on existé sous le nom de Kakous en Bretagne.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 13 Juin 2007 23:01 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 13 Juin 2007 19:12
Message(s) : 1
Localisation : Lapurdum
Salutation.
Je suis originaire du Pays Basque, les Gagots sont ( hélas ) bien connu de part chez moi. Ils sont à peu prêts l'équivalent des intouchables Hindous. Plusieurs églises Basque de l'intérieur ont une petite entrée réservé aux Gagots ainsi que leurs bénitier propre, il devais vivent en dehors du village, pas de mariage en dehors de leurs "communautés", généralement ils travaillaient dans le milieu du bois ( bûcheron, menuisier, charbonnier etc... ).
Le terme gagot viendrai du mot chiens de Ghoth ( alors qu'ils devaient être de descendance Wisigoths, ! )

Maintenant, on à des écrits du XVI et XVII siècles qui nous le rappel pour nos mémoires mais leurs sort remonte depuis bien longtemps !

Lien de livres:
http://cgpa64.free.fr/cagots/data/sources.htm

Renseignement généraux:
http://cgpa64.free.fr/cagots/data/intro.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cagots
http://nezumi.dumousseau.free.fr/cagots.htm


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Juin 2007 12:40 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Juin 2007 12:30
Message(s) : 4
Autres sources intéressantes sur les cagots:
Annie Quartararo et Paola Antolini ...

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/0 ... es-cagots/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12 Août 2007 20:48 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Juste pour rebondir sur ce sujet, dont je me souvenais vaguement, je confirme Patxaran, dans le Béarn et le Pays Basque, les cagots sont une "particularité" bien connue, et qui ne laisse pas d'étonner le touriste lambda. Aujourd'hui encore, en visitant la petite église de Saint-Savin, près de Lourdes, j'ai pu voir un endroit fermé d'où les cagots suivaient la messe, ainsi qu'un bénitier leur étant réservé. Très curieux.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12 Août 2007 21:44 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2006 23:34
Message(s) : 588
Pas forcément Alfred Teckel. Car si on considère que ce sont des gens intouchables pour des raisons diverses, cela s'explique parfaitement. On ne veut pas que ces personnes contaminent que ce soit physique ou mentalement les personnes saines, qui sont dans le droits chemins. Mais, par charité chrétienne et surtout pour le salut de leur âme on ne leur refuse évidement pas de suivre la messe, mais à part.

_________________
le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder (Oscar Wilde)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 12 Août 2007 23:09 
Hors-ligne
Fustel de Coulanges
Fustel de Coulanges
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 3549
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Escalibure a écrit :
Pas forcément Alfred Teckel. Car si on considère que ce sont des gens intouchables pour des raisons diverses, cela s'explique parfaitement. On ne veut pas que ces personnes contaminent que ce soit physique ou mentalement les personnes saines, qui sont dans le droits chemins. Mais, par charité chrétienne et surtout pour le salut de leur âme on ne leur refuse évidement pas de suivre la messe, mais à part.



Si, curieux pour celui qui est habitué aux régions sans cagots et qui ne connaissait pas cette spécificité! :)

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 13 Août 2007 21:36 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2006 23:34
Message(s) : 588
Je pense que de nombreuses régions ont eu leurs cageots. On trouve des référence de lépreux en Lorraine alors que la lèpre a disparu depuis au moins un siècle si je me souviens bien. Donc, ce sont des exclusions qui se cachent sous ce terme. Et à mon humble avis, ces lépreux n'étaient pas mieux lotis que les cageots.

Cette exclusion au sein même d'un bâtiment me fait penser à ce qui se passe dans les synagogues ou les mosquées où l'on sépare les hommes et les femmes pour que chaque sexe ne soit pas troublé par l'autre. Je me demande si ces religions n'ont pas eu une influence. Bon, je m'avance peut être beaucoup.

_________________
le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder (Oscar Wilde)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Août 2007 1:13 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Il y a qq années, j'avais écrit une petite étude comparative entre les cagots (et non pas les cageots, Escalibure :lol: ) et les Burakumin du Japon.

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Août 2007 15:02 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Juin 2007 12:30
Message(s) : 4
"comparaison cagots-bourakoumines" ..

Vous l'avez en ligne quelque part?

Par ailleurs, quelqu'un aurait-il des infos sur les épidémies d'hystérie collective des couvents du Moyen-Age (maladies dansantes", danse de St Gui, manie de morsures, etc.) ?

De même que les intoxications ergotées (feu de St Antoine, mal des ardents)?

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/0 ... -hysteria/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Août 2007 16:23 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Août 2006 6:30
Message(s) : 4176
Localisation : Allemagne
Non je ne l'ai pas en ligne .L'article a été publié dans la "Revue de Pau et du Béarn" de 1997. Au cas où ça vous intéresse vraiment, je peux vous envoyer un tiré-à-part ,si vous me donnez votre adresse par MP

_________________
" Je n'oublie pas le Colonel Arnaud Beltrame "


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 14 Août 2007 22:02 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Oct 2006 23:34
Message(s) : 588
Faget a écrit :
Il y a qq années, j'avais écrit une petite étude comparative entre les cagots (et non pas les cageots, Escalibure :lol: ) et les Burakumin du Japon.


Oh là là !! Je devais être fatiguée hier soir ! Ou alors, période de jardinage oblige, je commence vraiment par être obsédée par mes récoltes Faget

_________________
le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder (Oscar Wilde)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Oct 2007 18:18 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 18 Juin 2007 12:30
Message(s) : 4
Cette fois ce que je cherche, c'est des liens (éventuels) entre cagots, juifs ou hérétiques "vaudois" avec... les "sorcières" ?

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/1 ... as-existe/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Nov 2007 20:49 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Juin 2005 9:41
Message(s) : 199
Ci-après un post que j'avais mis en ces lieux et qui dut être éffacé à l'époque d'un bug.


Pour ceux qui seraient intéressé, je reproduis à titre d’information et in extenso, le passage auquel je me référais, en espérant qu’il soit utiles à ceux qui s’attachent à la question. Le xxxx, réfère à un mot grec, et je ne dispose pas de typo pour le transcrire.
L’ouvrage en lui-même a dut être écrit dans les années 1860. La dernière date cité dans les notes étant 1859.


In « Histoire de Satan », M. L’abbé Lecanu, docteur en théologie, Tiquetonne éditions 1990.


 — La reine Pédauque — Les cagots

[…]
La marque d’un pied d’oie ou de gui, ou de canard, comme parlait le peuple, devint très anciennement obligatoire pour une certaine classe d’individus, nommés cagots, qui, par leur origine, appartenaient au gnosticisme, et, selon toute apparence, avaient puisé dans les mœurs inhérentes à cette hérésie le germe d’une maladie repoussante et en même temps des plus contagieuses, si on en juge par les précautions excessives qui furent prises pour en arrêter la propagation. Ils devaient porter cette marque attachée à leurs vêtements de la manière la plus ostensible, soit comme un avertissement aux personnes saines de fuir leur contact, soit comme un signe humiliant, propre à leur rappeler le déshonneur de leur origine, et à les maintenir dans un état perpétuel d’ilotisme. Les états de Béarn demandaient encore en 1460, au prince Gaston IV, qu’il fut enjoint aux cagots de porter l’ancienne marque du pied de l’oie comme par le passé ; mais le prince n’eut pas égard à leur demande. Alors la cagoutille était devenue seulement héréditaire. Cette maladie infesta les provinces de haute et de basse Navarre, de Guipuscoa, de Biscaye, de Gascogne, de Béarn, de Guyenne, de Bresse, de Bigorre, de Labour, de Soule, d’Armagnac, de Marsan, de Chalosse, le Poitou, le Maine, la Bretagne, et principalement l’évèché de Saint-Malo. On désigna ceux qui en étaient atteints par les noms de capots, agots, cahets, gahets, gavos et gaffots, suivant les lieux. En Bretagne, on les appela cacous et cacouas. Dans cette dernière province, ils se donnaient entre eux le titre de cousins, expression d’autant plus remarquables, qu’elle est étrangère à la langue bretonne, et encore usuelle dans certaines confréries de compagnonnage ; partout ailleurs, les cagots se titraient de l’appellation de chrétiens, et , dans les provinces méridionales, crestias et cristias ; le peuple les appelait canards, et par corruption cagnards et chaignards, à cause de la marque flétrissante qu’ils portaient. Il est bon de se souvenir de ce que dit le moine Regnier, jadis un des leurs que les cathares se donnaient entre eux le même nom de chrétiens.
Il est possible qu’il y ait eu quelques différences entre les cagots et gahets, entre ceux-ci et les gaffots ; les actes publics qui les concernent paraissent en établit une en effet ; mais ces différences étaient accidentelles, et elles allèrent en s’effaçant, à mesure que la maladie s’amoindrit ; de telle sorte qu’au milieu du XV siècle on confondit les cagots entre eux et même avec les lépreux. Une ordonnance de louis XI, de l’an 1439, relative aux maladies de la ville de Toulouse, porte qu’ils sont « entichez d’une trez horrible et griefve maladie, appelée la maladie de la lèpre et capoterie. » en 1514, les cagots de Navarre étaient entièrement guéris, ainsi qu’il résulte d’une supplique adressée par eux aux souverain pontife pour obtenir leur réintégration au sein de la famille chrétienne.
Jusqu’alors, en effet, nonobstant les plus louables efforts de l’autorité religieuse et séculière, le préjugé et la répulsion universelle avaient retenu les malheureux cagots dans un état complet d’isolement. La grande révolution de 1789 effaça les différences en passant son niveau, mais elle n’effaça pas tous les préjugés ; il en est resté de nos jours. Les cagots avaient une porte spéciale, ou plutôt un couloir long et étroit pour entrer dans l’église ; ils y étaient séparés du reste du peuple par un grillage, ils avaient un bénitier à leur usage, dans lequel personne n’allait tremper le bout de son doigt, et si l’un d’eux avaient osé s’approcher du bénitier commun, il aurait été fort malmené. Ils allaient à la communion après tout le monde, et recevaient de même la pain bénit ; on leur donnait la paix avec un instrument particulier, on les enterrait dans un cimetière spécial. Ils habitaient des villages séparés, ne s’alliaient qu’entre eux, et exerçaient les plus vils métiers. Ils étaient exempts de tailles et d’impôts ainsi que du service militaire.
Il n’est pas de race dont l’origine ait donné lieu à plus de recherches ; il n’est pas de nom dont l’étymologie ait été plus diversement interprétée ; nous croyons inutile de mentionner des suppositions qui se détruisent mutuellement, qui sont inadmissibles au même degré, et ne jettent aucun jour sur l’origine de la maladie. Les gnostiques sont les véritables ancêtres des cagots : c’est l’opinion la plus ancienne, la plus universellement admise parmi les populations au milieu desquels ils vécurent, et adoptée par les écrivains qui parlèrent les premiers du cagotisme, celle qui régnait parmi eux, et à laquelle ils se ralliaient eux-mêmes dans la supplique adressée à Léon X en 1514 « Nos ancêtres, disaient-ils, passent pour avoir embrassé le parti des albigeois ; s’il en fût ainsi, c’est leur faute et non la nôtre ; pour nous, nous sommes attachés d’esprit et de cœur à l’Eglise romaine, nous professons sa croyance et pratiquons ses préceptes. » Mais cette origine est étrangère sinon tout à fait à la répulsion qu’ils inspiraient du moins à l’isolement absolu dans lequel on les maintenait ; leur maladie seule pouvait, comme pour les lépreux, en être la cause. La cagoutille, ainsi l’appelait-on, se reconnaissait à l’odeur fétide des cagots, à la pâleur de leur teint, à la couleur terne de leurs yeux, à l’absence du lobe sous-auriculaire, aux plaies de leur dos, aux boutons dont leur langue et leur face étaient couverte, et qu’on appelait les boutons de la mezellerie. Ils étaient sujets à des accès de folie ou d’idiotisme à intervalles réguliers, et plus spécialement au moment des pleines et nouvelles lunes.
Comme leurs ancêtres, les cagots étaient de grands sorciers, leur réputation n’a jamais varié à cet égard. Et la maladie développait en eux un phénomène, qui devait puissamment contribuer à maintenir une telle réputation : à savoir, la production des taches insensibles, aux pieds et aux mains, qu’on a prises si longtemps pour les stigmates du diable. Ambroise Paré et la plupart des médecins de l’époque affirment qu’on pouvait transpercer les pieds ou les tendons, sans qu’ils manifestassent la plus légère sensation .
Les Etablissements de la ville de Marmande, rédigés en 1396, ordonnaient encore aux cagots de porter sur leurs vêtements la marque du pied de guit, formée d’un morceau d’étoffe rouge, long d’une darne et de trois doigts d’ampleur. Ces divers rapprochements suffisent, ce nous semble, pour justifier notre manière de voir à l’égard de la reine Pédauque et des races maudites, quoiqu’elle s’éloigne des opinions maintenant accréditées .



In « Histoire de Satan », M. L’abbé Lecanu, docteur en théologie, Tiquetonne éditions 1990.

_________________
Sic transit gloria mundi


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 98 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB