Nous sommes actuellement le 17 Août 2019 22:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : La charge de corrector
Message Publié : 04 Mai 2007 10:41 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Mai 2007 10:28
Message(s) : 8
Localisation : LYON
Je suis très heureux d'entrer sur ce site.

J'étudie en ce moment les dédicaces de rues d'une grande ville française.
L'une des rues serait dédicacée à une personne vivant au 14e siècle qui aurait été "corrector" .
J'aimerais savoir :
En quoi consiste cette charge ? Quand a-t-elle été créée ? Permettait-elle l'accession à un titre de noblesse ?

Avec mes remerciements.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 04 Mai 2007 11:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1291
Localisation : Orne
Dictionnaire de l'Académie française, 1694 a écrit :
CORRECTEUR. s. m. v. Celuy qui corrige, qui reprend.
Correcteur d'Imprimerie, Est celuy qui corrige les espreuves.
Quelques Religieux comme les Minimes appellent leurs Superieurs, Correcteurs. le Pere Correcteur.
Dans la Chambre des Comptes il y a des Officiers qu'on appelle Correcteurs. Il est Correcteur des Comptes. Correcteur à la Chambre des Comptes. il a acheté un Office, une charge de Correcteur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : La charge de correcteur
Message Publié : 07 Mai 2007 8:53 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Mai 2007 10:28
Message(s) : 8
Localisation : LYON
Je te remercie tout d'abord de ton intérêt pour ma question.
A la suite de ton éclairage, quelques recherches m'ont permis d'établir que la Chambre des comptes évoquée était l'ancêtre de la Cour des Comptes.

Une ordonnance de Philippe II Auguste, datant de 1190, mentionne la procédure de reddition des comptes publics au roi en sa Cour, ou à la Cour seule, représentant le souverain. Saint Louis, en 1256, confirme le rôle des gens des comptes, qui, dès 1303, s'installent dans une salle particulière, la "camera computorum" (chambre des comptes), au sein du Palais de justice. La première organisation de l'institution comme chambre royale distincte est fixée par une ordonnance de Philippe V Le Long (ordonnance de Vivier en Brie, 1319-1320)*.

Cette ordonnance confirme la mise en place de correcteurs dans la Cour des Comptes établie d'abord à Paris.
Il s'avère que des chambres des comptes ont été établies par la suite en province.
La piste que tu m'as donnée est donc plus qu'intéressante.

Toutefois, je suis encore troublé par la définition qui a été donné de ce terme "corrector" par un historien local : "courrier de la ville pour le roi".

Avec mes remerciements. MariGil


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 07 Mai 2007 23:17 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1291
Localisation : Orne
Serait-il indiscret de vous demander quelle grande ville rend hommage à ce personnage, et quel est son nom ? Est-ce que par hasard, ce ne serait pas Antoine Le Viste ?

Sur interet, http://perso.orange.fr/dame.licorne/32% ... 0Viste.htm , il est dit qu'Antoine Le Viste est un "correcteur des lettres de la Chancellerie de France qui exerçait une surveillance sur l'établissement des lettres et la régularité des expéditions. Dans ce cas, les avantages matériels que comporte leur charge les placent dans une situation nettement supérieure aux autres rapporteurs ou référendaires et en font de grands personnages. Seul, parmi tous les rapporteurs, le grand rapporteur assiste à la tenue du grand sceau, où le chancelier juge les lettres. Seul aussi, il émarge au budget de la Chancellerie pour des sommes importantes. Sa tâche consiste à relire les lettres dressées et signées par les secrétaires, facilitant ainsi le travail du chancelier en lui signalant, avant le sceau, les cas douteux et litigieux."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : La charge de corrector
Message Publié : 08 Mai 2007 8:29 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Mai 2007 10:28
Message(s) : 8
Localisation : LYON
J'étudie depuis plusieurs mois aux dédicaces de rues et lieux de la Ville de Lyon.

Je dispose de bien peu d'éléments sur le personnage concerné par ma question initiale.
Il s'agit de Philippe de Pizeys qui était donc corrector en la ville de Lyon en 1353.
Ce qui pose problème c'est que je ne dispose pour l'instant d'aucun document provenant d'une Chambre des comptes de Lyon.

En ce qui concerne Antoine Le Viste, je m'y intéresse beaucoup car il s'agit d'un personnage qui a tenu d'importantes charges au service du roi, notamment dans des missions d'ambassade. Il pourrait aussi être lié au fameux mystère de la tapisserie de la Dame à la Licorne.
Il est bien sûr tout à fait possible d'échanger si ce sujet t'intéresse.

Amitiés.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 08 Mai 2007 13:16 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1291
Localisation : Orne
Rue Pizay à Lyon.

1. Louis Maynard, dans un livre sur Lyon, affirme qu'il a existé un Philippe de Pizeys corrector en la ville de Lyon en 1353. Il serait intéressant de connaitre sa source.

2. Dans un document d'archive du 28 juillet 1302, je lis "nobili viro Philippo de Pyseiz, milite correario Lugduni pro domino rege Francorum"

Le mot "correario" n'existe pas dans mon dictionnaire de latin. Le mot le plus proche est "corrector", celui qui corrige. Le mot latin pour le courrier, le porteur de messages, est "cursor". Cependant, du point de vue de la phonétique, "correario" est proche de "courrier" et de "courreur". D'ailleurs, le mot courrier apparait dans le titre français donné à ce document : "Protestation d'André des Echelles, prévot de Saint Just, contre l'occupation des portes de la ville de Saint Just par Philippe de Pizay, courrier de Lyon pour le roi de France. - 28 juillet 1302." Ce document se trouve dans le Cartulaire municipal de la Ville de Lyon, 1876, rééimprimé par les éditions Mégariotis en 1978, consultable sur gallica.bnf.fr, page 437.

3. Moi non plus, je n'ai pas connaissance d'une chambre des comptes à Lyon. Elle était habituellement liée à un parlement. Or il n'y avait pas de parlement lyonnais. La ville de Lyon dépendait du parlement de Paris. Cependant, à partir de 1523, le petit parlement de Dombes s'est installé à Lyon. Il y avait par ailleurs un siège présidial. Quoi qu'il en soit, ces administrations lyonnaises ont été établies un ou deux siècles après la vie de Philippe de Pizeys.

4. Il existe un château de Pizay en Beaujolais, et il a existé des seigneurs de Pizeys.
C'est peut-être une piste interessante pour l'origine du nom de la rue Pizay.

5. Sur un autre forum, vous vous demandez, si le mot de "Pizay", ne viendrait pas de "piset" qui signifie un édifice en pierres. Je ne le pense pas, car il est rare de trouver des "rue des pierres", "rue de la construction", "rue du mur", etc, car il y a des pierres et des édifices partout dans les villes, et ce n'est pas un élément très discrimant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : La charge de corrector
Message Publié : 08 Mai 2007 19:46 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 04 Mai 2007 10:28
Message(s) : 8
Localisation : LYON
1. Je possède le livre de Louis Maynard qui m'a servi de point de départ de mes recherches. Il n'y indique pas la source de l'information qu'il donne à propos de Philippe de Piseys mais il y a fort à parier qu'il s'agit de la référence que tu cites dans ta réponse et peut être aussi des Nommées de Lyon.

2. J'ai pu consulter le document que tu cites, et tes connaissances en latin me seront précieuses. J'ai pris bonne note de tes remarques sur le terme "correario".

3. Je suis en parfait accord avec tes constatations concernant quelques particularités des institutions et juridictions lyonnaises sous l'Ancien Régime. Cela permet d'exclure effectivement pour Philippe de Piseys des attributions ou charges n'ayant pas existé à Lyon ou ayant existé à une époque largement postérieure à la sienne.

4. J'ai effectivement noté l'existence d'une commune de Pizay à proximité de Lyon et d’un château du même nom au milieu d’un important vignoble à une quarantaine de kilomètres. J'ai aussi découvert qu’il existait une seigneurie de Pizay à proximité de Lyon dont l’orthographe a été variable : Piset, puis Pizeys, et enfin Pizay. La première référence à cette seigneurie et à son seigneur Hugues de Piset trouvée dans les Chartres de l'Abbaye de Cluny daterait de 1030. Mais je n'ai pu pour l'instant établir un lieu entre la lignée de ces seigneurs et Philippe de Pizeys, mais c'est bien sûr une piste très intéressante.

5. J'ai effectivement évoqué une hypothèse ancienne de certains historiens rappelée d'ailleurs par Louis Maynard, celle connaissant des constructions en piset. Je l'ai fait dans la mesure où la rue voisine nommée rue du Garet pose aussi des problèmes quant à sa dédicace et que dernièrement, j'ai découvert que des gareyts pouvaient désigner des constructions en pierres sèches.
Mais il est vrai que cette hypothèse semble moins probable, et je suis assez d'accord avec tes arguments.

Heureux de cet échange. Amitiés.




[/i]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB