A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 14 Déc 2018 0:23

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 13 Mars 2005 21:57 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
J'effectue en ce moment une recherche sur la défaite des Italiens contre les Ethiopiens à Adoua, en 1896, e.g. le lieu exact, les circonstances, les raisons de la défaites, etc... et j'avoue n'en mener pas large.
Toute précision sur le campagne revancharde de 1935-36 serait également bienvenue !
Y a-t-il des oeuvres qui font le tour de ce sujet (la volonté d'expansion des Italiens en Afrique (de l'Ouest) de 1889 à 1941) ?
Merci d'avance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Mars 2005 21:58 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Bon, j'expose ici le fruit de mes recherches, qui ont été assez concluantes.
On peut trouver ce texte (un tant soit peu changé)ici, où je l'ai mis ce midi.
Je le tiens moi même d'un journal Le Monde, du 1er mars 1996, qui célébrait l'anniversaire de cette bataille:
\"Le Monde\", 01/03/96 a écrit :
Quand l'Ethiopie vainquit l'Italie
Il y a 100 ans, à Adoua, les paysans-soldats de l'empereur éthiopien Ménélik II repoussait les troupes italiennes. Une victoire qui sauvait l'indépendance du royaume tout en fondant le premier Etat-nation africain. Depuis, cependant, le pouvoir central d'Addid-Abeba n'a cessé d'être remis en question.
_____________________________________________________________
L'Empereur Ménélik II et son épouse Taïtou sont à la messe, ce dimanche 1er mars 1896, jour de la Saint-Georges, lorsqu'un messager tremblant d'excitation fait irruption dans l'église d'Adoua, vers 5 heures du matin, interrompant le souverain éthiopien dans ses prières pour lui annoncer que les Farendji, les étrangers, arrivent. En quelques instants, l'alerte est donnée. Les troupes éthiopiennes cantonnées près d'Adoua se préparent au combat. Leurs campements qui entourent la tente rouge de Ménélik se transforment rapidement en " une grandiose scène de tumultes à la fois guerriers et religieux ". Ce mouvement offensif (décidé à contrecoeur, semble-t-il) par le général Oreste Baratieri, gouverneur de l'Erythrée et commandant en chef des troupes italiennes, répondait au voeu le plus cher de Ménélik, qui aurait déclaré quelques jours plus tôt : " Je n'enverrai pas mon armée à la bataille tant que je ne verrai pas l'ennemi dans mon propre camp. "

Sans être un grand chef militaire, il avait compris que ses 100 000 fantassins (dont 80 % étaient équipés de fusils modernes patiemment achetés par l'empereur aux Européens) et ses 8 600 cavaliers avaient peu de chance de déloger les 10 596 Italiens et les 7 100 Askaris (supplétifs érythréens) retranchés à Sauria sur un dispositif de défense constitué par une série de fortins construits le long de la frontière sud de la colonie italienne d'Erythrée.

Depuis le 18 février, les belligérants campaient à 25 kilomètres les uns des autres. Les provisions commençaient à se faire si rares que Ménélik envisageait de lever le camp, le 3 ou 4 mars, ne sachant plus comment nourrir son armée, " véritable ville en marche ", après avoir épuisé les greniers des villages (et même des monastères) du Tigré, déjà ravagés par la guerre et la famine. Les Italiens auraient pu gagner sans combattre...

Le plan de bataille du général Baratieri ne manque pas de bon sens. Il s'agit d'approcher l'ennemi sous couvert de l'obscurité et de s'établir solidement sur des positions défensives, canons en batterie, en attendant l'attaque ou bien... le retrait des Ethiopiens. L'écrasante supériorité numérique de l'adversaire interdit en effet aux Italiens de tenter un assaut sur le camp de Ménélik, même s'il est de bon ton de penser, comme dans toute armée coloniale, qu'un "soldat européen entraîné vaut bien dix guerriers nègres".

Mais le terrain accidenté, parsemé de ravins, de bosses et de pics rocheux, comme " remué par une colère divine ", rend cette marche de nuit, de laquelle dépend le déploiement des troupes transalpines avant le combat, hasardeuse. Une succession d'erreurs d'orientation et de messages erronés achève de disperser les quatre colonnes italiennes qui devraient progresser ensemble. Si bien qu'à l'aube, les hommes du général Albertone se trouvent dangereusement isolés de ceux des généraux Arimondi et Dabormida, eux-mêmes privés de couverture sur leurs flancs.

La bataille s'engage à 6 heures du matin avec une charge éthiopienne contre la brigade indigène d'Albertone, alors que d'autres unités impériales isolent encore davantage chaque colonne ennemie en s'engouffrant dans les brèches laissées par les Italiens, trompés par leur méconnaissance du terrain et les fausses informations diffusées par les agents de Ménélik. Appuyés par une quarantaine de canons, les ras (seigneurs) éthiopiens lancent vague après vague leur infanterie et leur cavalerie à l'assaut des positions italiennes peu à peu submergées par le nombre, malgré les ravages que cause l'artillerie.

A midi, le général Baratieri doit donner le signal de la retraite laissant sur le terrain 4 133 Italiens tués ou disparus ainsi que 2 000 Askaris tués et 1 428 blessés. Avec 7 560 hommes mis hors de combat, soit 40 % des forces engagées, la bataille d'Adoua se révèle un désastre militaire qui marquera l'armée italienne. De plus, 1 865 soldats transalpins et autant d'Askaris sont faits prisonniers. Les troupes abyssiniennes, de leur côté, déplorent 7 000 tués et 10 000 blessés mais aucun prisonnier. Ménélik quitte Adoua, le 3 mars, et met deux mois pour revenir sur Addis-Abeba (sa nouvelle capitale), à la tête d'une armée exsangue, minée par la faim, mais triomphante. A Rome, l'annonce de la défaite frappe la population de stupeur. L'opposition descend dans la rue aux cris de " Viva Ménélik ! " pour réclamer la tête du premier ministre Crispi.

Ce dernier, soucieux de prestige national, avait poussé le général Baratieri à prendre (contre son gré) l'initiative de l'attaque, est démis deux semaines plus tard. Le marquis di Rudini lui succède et ordonne au nouveau gouverneur de l'Erythrée, le général Baldissera, d'ouvrir des pourparlers avec Ménélik. Celui-ci n'a pas poursuivi l'armée italienne en déroute jusqu'à Asmara pour tenter de reconquérir la totalité des hauts plateaux abyssins, ou même plus loin encore, vers Massoua, pour rejeter les Italiens à la mer. Pourquoi ? Il a sans doute réalisé qu'il lui faudrait livrer, dans une région aux maigres ressources, de dures batailles pour percer la seconde ligne de défense italienne. Il lui était aussi difficile de demander davantage à ses vassaux et à ses hommes, d'autant que la saison des pluies allait commencer et que les soldats-paysans voulaient être de retour dans leurs villages à temps pour les labours.

Mais, en refusant de continuer sur sa lancée vers les côtes de l'Erythrée, il renonçait à conquérir pour son empire un accès à la mer Rouge alors que l'enclavement de l'Ethiopie le préoccupait énormément. Tout au long de son règne (qui s'acheva à sa mort en 1906), il n'eut de cesse de chercher, dans ses alliances avec les rivaux de l'Italie dans la région, un libre accès aux ports les plus proches, celui de Tadjourah, contrôlé par les Français, ou encore celui de Zeila, le débouché maritime du Somaliland tenu par les Britanniques.

Mais si Adoua n'est pas une grande victoire militaire, ses conséquences diplomatiques sont impressionnantes. Rome accepte l'abrogation du traité de Wichale, signé en 1889 dans la ville shoane du même nom, entre l'Italie et Ménélik, et dont les interprétations divergentes avaient mené à la guerre. Présente en Erythrée depuis 1885, et poursuivant le secret dessein de faire de l'empire abyssin son protectorat, l'Italie entendait être, par la vertu du traité, la seule puissance habilitée à représenter les intérêts de Ménélik à l'étranger. Ce dernier ne retenait que la version amharique du même texte, qui lui laissait " la possibilité " et non l'obligation de faire appel à l'Italie pour communiquer avec l'Europe. Mais au cours de l'année 1895, le général Baratieri, obéissant aux directives de Rome, commence à s'aventurer dans le Tigré, bien au-delà de la rivière Mareb qui séparait, selon le traité, la colonie italienne d'Erythrée (reconnue par Ménélik) de l'Ethiopie. En septembre 1895, l'empereur réagit en décrétant la mobilisation générale ("ketit") et parvient à rassembler sous son drapeau rouge, jaune et vert tous ses vassaux, du moins loyal au plus fidèle.

L'après-Adoua révélera la stature d'homme d'Etat de Ménélik, l'ambitieux roi amhara du Shoa qui s'était fait proclamer empereur par les princes éthiopiens en novembre 1889 sous le nom de Ménélik II. Il su consolider sa victoire sur l'Italie, sauvegarder les frontières de l'Ethiopie et obtenir des concessions de la France, de l'Angleterre et du Soudan. Avant la fin de l'année 1896, il oblige donc l'Italie à reconnaître la souveraineté de l'Ethiopie. Il signe ensuite un accord avec les Français en promettant, contre quelques arpents de leur Côte des Somalis (aujourd'hui Djibouti), de soutenir leur ambition quant à la conquête du Haut-Nil (celle-ci s'arrêtera à Fachoda, au sud de Khartoum, lors du retrait en novembre 1898 de l'expédition Marchand devant les forces anglaises).

Courtisé par les Britanniques inquiets des visées françaises, Ménélik s'engage à les assister dans leurs luttes contre les Mahdistes, en échange d'une bonne partie de Somaliland. Il obtient également de Londres et de Paris l'utilisation hors taxes de leurs ports. Ce qui ne l'empêche pas de conclure aussi avec les Mahdistes soudanais un traité de bon voisinage basé sur leurs luttes communes contre l'impérialisme européen.

Ménélik su interpréter à sa guise ces trois accords, contradictoires à bien des égards, pour écarter les foudres des puissances coloniales rivales. Il se montre "diplomate, subtil et clairvoyant, sachant, à la manière de Bismarck, garder plusieurs fers au feu". En 1897, il envoie un corps expéditionnaire conquérir, dans l'extrême sud, le royaume du Kaffa, riche en or et en esclaves, et repousse encore les confins de son empire, ce qui lui vaudra d'ailleurs une tenace réputation de colonisateur, encore vivace aujourd'hui parmi les peuples du sud de l'Ethiopie. Néanmoins, Adoua reste la seule victoire remportée par une armée africaine sur les colonisateurs qui mit fin à un conflit (ce qui, ne fut pas le cas de la victoire des Zoulous en Afrique du Sud ou encore de celle des Mahdistes à Khartoum en 1885, aux dépens des Anglais). Aujourd'hui, l'Ethiopie est aujourd'hui le seul pays du continent noir à ne pas avoir besoin de célébrer l'anniversaire de son indépendance.

A travers le monde, l'événement abondamment couvert par la presse fut ressenti comme une victoire non seulement éthiopienne mais africaine, et inspira aussi bien les nationalistes africains que des afro-américains comme Marcus Garvey. D'une certaine manière, Adoua marque le début de la libération de l'Afrique qui s'achèvera, un siècle plus tard, avec l'arrivée au pouvoir en 1994 de Nelson Mandela.

Je rajoute une représentation de la bataille, une peinture à l'huile sur tapis, de 1962, de la main de Makonnen Tessema.
Image

Il me reste juste à trouver sur l'invasion italienne de 1935-36 désormais... toute aide est toujours bienvenue :wink: !
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Dernière édition par Kevin_Scaevola le 16 Mars 2005 16:24, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Mars 2005 3:48 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10349
Localisation : Région Parisienne
Vous avez une relation et une analyse d'époque dans l'ouvrage suivant. Un peu aride, un peu académique, beaucoup de "raideur militaire" de la part de cet auteur qui a écrit des ouvrages sur les guerres aujourd'hui oubliée de la fin du XIXème et du début du XXème siècle, dont un ouvrage sur la guerre russo-japonaise.

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?D ... UMM-103860

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Mars 2005 16:27 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Mais... on dirait que ce livre ne parle que des guerres livrées par les Britanniques, non ? Je cherche les guerres italiennes !
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Mars 2005 16:41 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10349
Localisation : Région Parisienne
Tsss!! Tsss!! Homme de peu de foi. Il ne faut pas se fier qu'au titre, il y a tout un chapitre sur l'expédition italienne en Abyssinie. Allez donc pages 323 et suivantes.

Cherchez et vous trouverez a dit le Seigneur :lol:

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Mars 2005 17:59 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Vrai ! Je m'excuse, j'avais répondu ainsi en me fiant (bêtement) à la page 1 de la "Table des Matières", mais je constate que le texte promis s'y trouve en effet.
De la page 323 à 381, l'auteur parle des préparatifs et des opérations d'avant Adoua, tandis que la bataille elle-même est racontée, avec un luxe de détails, de la page 382 à 397. Puis l'on décompose la bataille et l'on explique les raisons de la défaite, de 398 à 416, et, finalement, la dernière partie est dédiée à la chute du cabinet Crispi et à la conclusion de la paix, de la page 417 à 462.
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Mars 2005 18:58 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10349
Localisation : Région Parisienne
Je sais, je l'ai lu!!! Existe aussi du même auteur les guerres des Balkans du tournant du siècle, la guerre Hispano-Américaine, la guerre des Boërs, et la guerre Russo-Japonaise (passionnante celle-ci).

Bref, des conflits où trouver de la documentation relevait du hasard des brocantes.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 18 Mars 2005 18:31 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Déc 2004 20:16
Message(s) : 718
Localisation : Pordic, Côtes d'Armor, Bretagne
Jean-Marc Labat a écrit :
Je sais, je l'ai lu!!!
:oops: ... mon message concernait surtout d'autres personnes étant allés sur votre site et ayant fait la même erreur que moi...

Jean-Marc Labat a écrit :
Existe aussi du même auteur les guerres des Balkans du tournant du siècle, la guerre Hispano-Américaine, la guerre des Boërs, et la guerre Russo-Japonaise (passionnante celle-ci).

Intéressant ! Pourriez-vous me faire pavenir les liens URL ? Je vous en serait reconnaissant.
______________
"Candida pro causa ense candido" Carl Gustav Emil Mannerheim, héros national finlandais (1867-1951)
[/u]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Mars 2005 2:14 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10349
Localisation : Région Parisienne
Pour les Balkans:

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?D ... UMM-103728

La guerre hispano-américaine:

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?D ... UMM-103861

La guerre des Boërs:

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?D ... UMM-103862

La guerre Russo-Japonaise:

http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?D ... UMM-103863

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Avr 2007 16:13 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1878
Localisation : Nanterre
Sujet complété après le crash de Pâques.

Oli a écrit :
Kevin_Scaevola a écrit:
Toute précision sur le campagne revancharde de 1935-36 serait également bienvenue !


Sur la campagne italienne de 1935-1936 je te propose plusieurs angles d'approches qui se complètent :

_les analyses d'historiens dont :
Del Boca, The Ethiopian War 1935-1941, 1969
Anthony Mockler, Haile Selassie's War, 2003

_le point de vue italien à chaud :
Badoglio, Commentaires sur la campagne d'Ethiopie pour le point de vue du maréchal, intéressant pour une vision directe et officielle de la tactique italienne.

_sur les patriotes (résistants éthiopiens) :
Richard Pankhurst articles très instructifs dans l'Ethiopian Observer ou le Addis Tribune, demande si les références t'intéresse.

_L'autobiographie d'Hailé Selassie (tome 2 surtout)

Ceci pour un aperçu rapide de divers point de vue, mais la bibliographie est très abondante.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Déc 2007 20:03 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Déc 2007 18:13
Message(s) : 23
Il y a aussi " L'italia dei notabili " de Indro Montanelli, qui est la source la plus populaire, elle parle aussi de Adua .
Peut etre il y aune traduction francaise .


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB