Nous sommes actuellement le 13 Déc 2019 5:25

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Charles VII "le Bien Servi"
Message Publié : 02 Jan 2003 19:26 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Oct 2002 10:05
Message(s) : 4
Localisation : Isere, France
Le règne de Charles VII est plus glorieux qu'il ne laisse à penser aux yeux de la postérité. Celui qui fut surnommé "le bien servi et le bien aimé", "le victorieux" pour finir sa vie en étend salué de "roi des rois" se posa comme un chef d'état constitutionnel à la différence de Louis XI qui préfigurait le type du dictateur couronné.


La conclusion du livre de Philippe Erlanger, "Charles VII", me paraît illustrer admirablement le règne du "trés victorieux roy de France, Charles septiesme de ce nom" (légende du tableau de J. Fouquet). En voici les derniers passages :

"Charles connut cette chance suprême de disparaître à l'apogée de son succès. [...] Tandis qu'on vantait justement sa religion, sa clémence, sa bonté envers les humbles, toutes les trompettes de la renommée chantaient sa gloire. [...]
Charles VII ne méritait pas semblable apothéose. Pas plus que le mépris dont il fut accablé par la suite. Tributaire d'atavismes redoutables, il naquit fragile de corps et d'esprit, mais doté de qualités profondes [...]. S'il avait rencontré une époque paisible, il aurait apparemment compté parmi ces monarques sans éclat qui maintiennent les traditions, préservent l'héritage et le transmettent, intact, à leur successeur.
Au contraire, dès le premier âge, il servit de jouet à la fatalité. Une enfance dramatique, une adolescence peuplée de scènes horrifiantes, la malédiction maternelle, le doute de lui-même et de son droit, le fardeau d'une responsabilité démesurée le réduisirent à un état de somnambulisme moral où sa volonté devait tomber en esclavage.
Son bonheur fut, alors, qu'aux mauvais génies s'opposa constamment un ange gardien. Son malheur que l'orgueil, la défiance, la jalousie, encore vivaces au fond de sa torpeur, le firent résister, dix années durant, au pouvoir de celle qui travaillait à le sauver.
Jeanne d'Arc parut. Elle métamorphosa l'âme de la France sans éveiller celle du Roi.
Lorsque Yolande s'empara du gouvernail, lorsque les ministres funestes eurent à jamais disparu, Charles, d'abord spectateur critique, s'éprit enfin de l'oeuvre réalisée en son nom. A défaut de s'inspirer il s'y associa, en devint le protecteur et, bientôt, l'ouvrier. Le climat nouveau qu'avait créé l'Aragonaise suscita, à la place du neurasthénique sans courage, un chevalier, un roi.
[...] L'amour, sous les traits ravissants d'Agnès, lui apporta une alliance posthume. Charles, dépassant sa nature, grandi grâce à ses faiblesses mêmes, devint le victorieux.
Puis il retomba. Trop tard, heureusement, pour contrarier le courant qui l'entraînait. Là encore sa faiblesse le servit en lui évitant de se dérober à l'influence de son conseil. [...]
Tel fut ce roi. Quant à son règne, il tient, tout entier, du miracle. Miracle dû à une triple incarnation du génie national : génie dynastique et politique exprimé par Yolande, génie de l'âme populaire exalté par Jeanne d'Arc, génie du bon sens et de la fidélité représenté par les admirables serviteurs d'une grande cause qui, cinq siècles d'avance, nous ont appris à ne jamais douter d'une résurrection française."



D'une nation humiliée et déchirée par la guerre, il fit d'elle l'Etat le plus fort et le plus unifié d'Europe. Sans doute est-il devenu le fondateur d'une patrie (aidé par des femmes d'exception et des serviteurs dévoués).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Jan 2003 9:48 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 1942
Localisation : Paris
On lui reprochera tout de même sa passivité lors du procés de Jeanne d'Arc.

Citer :
Louis XI qui préfigurait le type du dictateur couronné.


Parler de dictature pour un roi du moyen âge est assez surprenant et à mon avis exagéré. Même Louis XIV n'était pas dictateur, alors Louis XI...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 03 Jan 2003 10:24 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Juil 2002 10:44
Message(s) : 684
Localisation : N Belgique / Liège / Province de Liège / Wallonie
Je pense que plus que le terme de dictateur, plus adapté à l'Antiquité et à l'époque moderne et contemporaine, il faut utiliser le mot roi autoritaire. Le progrès avec Louis XI est qu'il "écrase" véritablement les restes de féodalité et assure un pouvoir royal qui ouvre la voie à l'absolutisme louis-quatorzien. 8)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 05 Jan 2003 18:59 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 16 Oct 2002 10:05
Message(s) : 4
Localisation : Isere, France
Concernant le terme de dictateur, j'ai le sentiment que vous y voyez une connotation négative, fruit peut-être des exemples modernes restés trop célèbres.
D'après mon dictionnaire, un dictateur est un dirigeant s'emparant de tous les pouvoirs et gouvernant en autocrate (autocrate désignant un monarque absolu, ne partageant pas le pouvoir). Je ne vois donc pas ce qu'il y a de contradictoire avec le règne de Louis XI.

Sur le jugement de Jeanne d'Arc, je suis entièrement d'accord sur le faible soutien du Roi envers sa bienfaitrice, mais il était à ce moment faible et conseillé par un homme sans scrupule : La Trémoille.
Il fit révoquer le procès de Jeanne d'Arc par l'arrêt du 7 juillet 1456 signé par le Pape qui ordonna "la cassation, l'annulation, la lacération de celui de 1431, exempta la Pucelle d'aucune note ou tache d'infamie." L'église reconnaissant une intervention divine.
Pourtant, le procès de Jeanne d'Arc restera une tâche noire dans le règne de Charles VII tout comme celui de Jacques Coeur.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Jan 2003 8:57 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 1942
Localisation : Paris
Le problème de l'emploi du terme de "dictateur" ne vient d'un a priori négatif mais d'une constatation simple: pour exercer une dictature, il est nécessaire d'avoir un contrôle total du pays, des subalternes dévoués dans tous le royaume. Il me semble que ce n'est pas vraiment le cas au Moyen Age où les moyens de communications sont inexistants, etc.
A cet égard, le régime sous lequel nous vivons en 2003 est certainement plus dictatorial que l'absoultisme d'un Louis XIV.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 06 Jan 2003 18:37 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Juil 2002 10:44
Message(s) : 684
Localisation : N Belgique / Liège / Province de Liège / Wallonie
Cher Florian, oubliez-vous qu'un dictateur exerce un pouvoir absolu sur ces sujets. Ils ne peuvent contrôler leur "chef". Par contre, celui-ci exerce sur eux un contrôle total, le plus souvent grâce à l'armée. Hors, notre régime est moins dictatorial que celui de Louis XIV car nous disposons d'un moyen de contrôle sur nos dirigeants grâce aux élections. Pour ces raisons, je pensze que l'absolutisme de Louis XIV est nettement plus dictatorial que nos régimes parlementaires :D


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Jan 2003 22:33 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Juil 2002 22:33
Message(s) : 548
Localisation : N France / Marseille / Bouches-du-Rhône / Provence
Ca fait 40 ans que nous avons les même,bon passons!!

Louis XI fut un très grand roi,il créa l'état nation,l'armée moderne et l'économie moderne!
De plus,il y a encore les seigneurs,donc pas de dictature!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Charles VII "le Bien Servi"
Message Publié : 15 Jan 2015 15:01 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mars 2013 3:16
Message(s) : 8
La biographie de Philippe Erlanger est plus littéraire qu'historique, pour reprendre le mot juste de Georges Minois. Entre autres erreurs, elle a considérablement popularisé l'idée reçue selon laquelle Yolande d'Aragon aurait été l'ange gardien de Jeanne d'Arc.

Par ailleurs, dans un article important sur les débuts du règne de Charles VII (d'après la biographie monumentale - mais vieillie et touffue - de Du Fresne de Beaucourt), Olivier Bouzy a critiqué les premiers chapitres de l'étude de G. Minois. Ainsi, ce dernier aurait tendance à surinterpréter de trop rares sources afin de présenter les supposés tourments du roi concernant sa pseudo-bâtardise.

Quoi qu'il en soit, on peut regretter que Philippe Contamine n'ait pas mené à terme son projet d'écrire une grande biographie de Charles VII. Heureusement, le fameux médiéviste a rédigé nombre d'articles sur le sujet.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Charles VII "le Bien Servi"
Message Publié : 22 Fév 2015 17:58 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Sep 2007 9:29
Message(s) : 333
Pour parler de dictature, il faut (magistrature romaine mise à part car particulière) qu'il y ait eu une démocratie au préalable. Louis XI n'a rien capté, tout était déjà aux mains du roi. Et encore, il faut lire la synthèse de F. Collard pour se rendre compte que le monarque des années 1500 doit encore négocier. Le constat vaut également pour la période de Louis XIV, la notion d' "absolutisme" étant battue en brêche depuis une vingtaine d'année...

_________________
"Si ton labeur est dur et que tes résultats sont maigres, n'oublie pas qu'un jour le chêne a été un gland"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Charles VII "le Bien Servi"
Message Publié : 23 Fév 2015 9:07 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1614
Ce que nous appelons dictature correspond à ce que Montesquieu nommait despotisme par opposition à monarchie. La différence tient à la façon selon laquelle le pouvoir s'exerce : par la terreur au gré des caprices du despote ou selon des lois établies. Aucun des rois de France ne peut être qualifié de despote au sens de Montesquieu.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB