Nous sommes actuellement le 18 Août 2019 12:49

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 15 Nov 2005 13:35 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Oct 2005 18:58
Message(s) : 544
Bonjour,

Je cherche des informations sur la population du royaume de France au cours de la guerre de 100 ans. Combien y avait-il de personnes au début et à la fin du conflit ?

De plus, j'aimerais connaître les méthodes qui ont été utilisées pour calculer ces estimations de la population.



Merci d'avance

_________________
Je ne peux changer le passé
mais ne rien dire
tout en sachant
c'est être complice


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 14:14 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 17:02
Message(s) : 460
Localisation : Hainaut (Belgique)
Selon Jean Favier dans "La Guerre de Cent ans", la population du royaume de France au début de la lutte était comprise entre 15 et 20 millions d'habitants (contre trois à quatre millions d'Anglais). Je n'ai pas trouvé dans ce livre d'estimation démographique après le conflit. Je poursuis mes recherches.

_________________
Il n'est pas sur notre sol une chose qui soit plus utile que ces sublimes monuments qui ne servent à rien (Emile Mâle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 14:23 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 17:02
Message(s) : 460
Localisation : Hainaut (Belgique)
Ces estimations sont basées pour cette période sur le comptage des "feux" (notamment le relevé de 1328, l'Etat des Feux) mais le facteur de conversions du feu à l'habitant fait encore l'objet de discussions entre historiens (par exemple, les 61098 feux de Paris conduisent à des chiffres de population variant entre 80 000 et 240 000 habitants).

Après la guerre de Cent Ans, il est difficile d'obtenir des chiffres fiables, et surtout de discerner les effets des grandes épidémies (peste noire, petite vérole, ...) de ceux de la guerre elle-même. Une diminution de plus de la moitié du nombre de feux est souvent observée entre 1300 et 1450, là où on dispose de chiffres. Il n'est sans doute pas exagéré, dit Jean Favier de penser qu'au milieu du XVème siècle, dans ses limites actuelles, la France ne compte guère plus de dix ou douze millions d'habitants.

Source : "la France médiévale", de Jean Favier

_________________
Il n'est pas sur notre sol une chose qui soit plus utile que ces sublimes monuments qui ne servent à rien (Emile Mâle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 21:05 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Juil 2005 23:14
Message(s) : 143
pourriez vous nous en dire plus sur ces "feux" ? de quoi s'agit-il ? De "foyers" au sens "cellule familiale" ?
merci :)

_________________
"Labor omnis improbus vincit"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 21:20 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 17:02
Message(s) : 460
Localisation : Hainaut (Belgique)
Feu est souvent mis pour une famille faisant "feu et pot" communs dans son âtre. Le feu est l'unité de base de toute assiette fiscale pour l'impôt direct. Certains impôts, taxés à tant par feu, sont pour cela nommés fouages. Cette notion de feu (cellule familiale base de l'impôt) tend à disparaître entre la seconde moitié du XIVème et le milieu du XVème, pour laisser la place à une notion nouvelle, celle de feu fiscal, qui n'est plus qu'un coefficient de richesse collective imposable ; le feu n'a alors plus la moindre prétention à représenter une valeur démographique.

_________________
Il n'est pas sur notre sol une chose qui soit plus utile que ces sublimes monuments qui ne servent à rien (Emile Mâle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 22:04 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 14 Avr 2005 20:03
Message(s) : 1649
Localisation : Tournai
Le_Slynx a écrit :
feu fiscal, qui n'est plus qu'un coefficient de richesse collective imposable


Pour le feu," démographique,etc ,entièrement d'accord ...

Mais "çà" je n'avais jamais entendu (mais je ne le conteste pas;je ne le savais pas c'est tout ) .

C'est la richesse collective de "quoi" qui entre en ligne de compte pour servir de base imposable : de l'ensemble de la seigneurerie,des gens partageant la même habitation ( avec le petit personnel,sans le petit personnel éventuel ...) ?


Et comment faisait-on la division par personnes ;tout simplement ou avec une pondération quelconque ?

Et qui était responsable si la somme n'était pas versée en totalité uniquement "la maison " ou toute la seigneurerie jusqu'au payement de la totalité de la somme initialement prévue ?

_________________
A Berthold le Noir,
Et Hiram Maxim ,

L'Humanité reconnaissante !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 22:26 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Déc 2003 17:02
Message(s) : 460
Localisation : Hainaut (Belgique)
Je vous renvoie mon cher Ungern à l'ouvrage de Jean Favier dont j'ai extrait ces modestes informations : Dictionnaire de la France médiévale.

_________________
Il n'est pas sur notre sol une chose qui soit plus utile que ces sublimes monuments qui ne servent à rien (Emile Mâle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 15 Nov 2005 23:11 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Oct 2005 18:58
Message(s) : 544
Merci beaucoup pour toutes ces informations et votre rapidité.

_________________
Je ne peux changer le passé
mais ne rien dire
tout en sachant
c'est être complice


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Nov 2005 8:53 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Mars 2005 13:59
Message(s) : 123
Localisation : Torcy, Brie française
Lorsqu'on parle du royaume de France, que comprend-on? Vu les chiffres annoncés, ce n'était évidemment pas seulement le domaine royal, mais quelles autres provinces étaient prises en considération.
C'est déjà difficile d'évaluer ce que valait en population un feu, alors en ajoutant ce problème de provinces, on ne s'en sort plus!!

_________________
Je ne suis qu'un viveur lunaire
Qui fait des ronds dans les bassins..
Jules Laforgue


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 28 Nov 2005 11:01 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 08 Mai 2002 9:54
Message(s) : 1923
cleon de b. a écrit :
Lorsqu'on parle du royaume de France, que comprend-on? Vu les chiffres annoncés, ce n'était évidemment pas seulement le domaine royal, mais quelles autres provinces étaient prises en considération.
C'est déjà difficile d'évaluer ce que valait en population un feu, alors en ajoutant ce problème de provinces, on ne s'en sort plus!!


Il s'agit du royaume de France, dans ses frontières d'alors, fixées depuis le traité de Verdun à la ligne Escaut-Meuse-Saône et Rhône.

Ceci inclut les grands feudataires. Flandres, Bretagne, Aquitaine, Bourgogne, Auvergne. C'est ainsi que je le comprends.

A priori, en sont exclus: Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Dauphiné et Provence...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Août 2011 14:05 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 155
Localisation : Centre France
Et si l'on parlait en... taux de remplissage? Je veux dire: le nombre d'habitants au km carré?

J'ai vécu 2 ans en Nouvelle-Zélande où j'ai pu appréhender ce qu'était un pays 'vide'. La NZ étant la moitié de la France, j'en avais déduit à l'époque que ce devait être comme ça qu'était la France médiévale, ce qui explique beaucoup de choses.

Beaucoup de nature sauvage entrecoupée d'espaces habités où les voyageurs hardis s'aventurent pour se relier à un autre village.

Il est plus simple comme ça de comprendre comment Edward de Woodstock dit le Prince Noir a pu parcourir la moitié du royaume en 1356 sans se faire arrêter. En zigzaguant et à marche forcée il ne risquait guère de se faire remarquer.

Ce fil sur la démographie date de 2005. Il est temps de le ranimer! On a peut-être du nouveau depuis lors.

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Août 2011 17:23 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1291
Localisation : Orne
Excusez-moi, mais je crois que la comparaison n'est pas pertinente.

1. Les paysages sont différents

Pour la démographie avant la révolution industrielle, la surface de terres cultivables et ses rendements sont des facteurs très importants. On a ainsi une densité plus faible en montagne qu'en plaine, dans un désert ou une forêt que dans une plaine déboisée. Or la Nouvelle-Zelande est nettement plus montagneuse que la France sans la Savoie.

2. Les densités sont différentes

En 2009, la densité de la Nouvelle Zélande est de 15 habitants au kilomètre carré.
En 1400, la densité de la France est d'environ 20 à 30 habitants au kilomètre carré (En 1328, l'administration fiscale de Philippe IV compte 2 470 000 feux pour le territoire sous son contrôle, soit 7,87 feux par kilomètre carré.)
Donc, la densité était plus forte en France.

3. Les répartitions sont différentes

En 2010, en Nouvelle Zélande, il y a 12 villes de plus de 50 000 habitants (source : http://en.wikipedia.org/wiki/Demographi ... ew_Zealand) dont Auckland 1 350 000 habitants, Christchurch 390 300 habitants, Wellington 390 000 habitants, et Hamilton 203 000 habitants.
En France, il n'y avait que Paris qui avait un petit peu plus de 50 000 habitants.
D'ailleurs le recensement de 1328 fait état d'un très grand nombre de paroisses : 23 800. Cela fait presque autant de villages qu'aujourd'hui en France.
Donc, on ne peut pas dire que la France était vide.

4. Différents types de zigzag

Je ne suis pas un grand spécialiste de la guerre de cent ans, mais je n'ai jamais entendu parlé d'un Prince noir qui zigzaguerait sans se faire remarquer. Si son parcours peut sembler parfois être un zigzag, ce n'est pas un zigzag entre les villes, mais au contraire, le plus souvent, un zigzag passant par les villes pour les piller et amasser le plus de butin possible. D'ailleurs, avec tout ce qu'il emmenait, il préférait passer par les routes que couper à travers les champs. Il avait besoin de routes pour faire circuler les chariots plein de butin, et les routes ne sont pas à l'écart des regards.

5. La guerre de cent ans n'était pas qu'une guerre Franco-Anglaise

Par qui a été capturé Jean Le bon ? Par les anglais ? Non, par les gascons. Ensuite il a été remis aux anglais. Et il n'y avait pas que les gascons qui étaient dans le camp opposé. Autre cas célèbre : qui a tué Etienne Marcel, et pourquoi ? C'était des parisiens contre d'autres parisiens.

Bref, la guerre de cent ans est en grande partie une guerre Franco-Française. Ce serait bien déjà d'assimiler cela (presque tous les non-spécialistes font l'erreur, parce qu'ils ont été mal informés, et parce qu'ils ont en tête l'image de la fin de Jeanne d'Arc), avant de chercher à connaître les rares découvertes sur le sujet faîtes entre la mi-2005 et la mi-2011.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Août 2011 18:58 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 17 Mars 2004 23:16
Message(s) : 1659
Que la guerre de cent ans ait été déclenchée par les rivalités entre 2 dynasties rivales autant que cousines (les Valois de France, descendants de Philippe III de France, et les Plantagenêt, descendants de Philippe IV de France mais par les femmes), soit.

Pour autant le Plantagenêt étaient bel et bien principalement rois d'Angleterre. Les gascons de la bataille de Poitiers étaient commandés par le prince noir, fils aîné d'Edouard III d'Angleterre. Une fois réglée la question du trône de France, les enjeux étaient bel et bien de faire sortir de la suzeraineté du roi de France un maximum de fiefs français. La guerre de 100 ans était donc certes une guerre féodale et dynastique, mais elle n'était pas que cela. D'autant moins que le vernis franco-normand commence à s'estomper en Angleterre à la fin du 14ème siècle. Le comportement de Bedford et de ses soldats (bien anglais ceux-là) dans la France de la mouvance anglaise, à compter de sa régence, est pour beaucoup dans la résistance et dans le succès final du parti de Charles VII.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Août 2011 19:52 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 155
Localisation : Centre France
Merci Oliviert et Caesar Scipio pour ces informations.

Les précisions sur la démographie et la densité de la France au 14e siècle sont intéressantes. Je sais que le calcul de la population à partir du nombre de 'feux' fait qu'on a du mal à obtenir un chiffre sur lequel tout le monde s'accorde.

J'admets que la comparaison strictu sensu de la situation démographique de la France médiévale et de la Nouvelle Zélande contemporaine ne tient pas debout! Je voulais seulement indiquer que le vécu dans un pays à faible densité n'est pas le même que dans un pays à forte densité: le vécu au quotidien, les distances entre les endroits habités, les espaces de nature 'sauvage' entre les endroits habités, les routes souvent uniques d'un point à l'autre. Bref.

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Août 2011 9:17 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 155
Localisation : Centre France
Sur le fil Armure responsable de la défaite d'Azincourt, on parle un peu de démographie.
Je cite pierma:
"Fernand Braudel souligne tout de même que l'impact démographique de la guerre de Cent Ans se remarque sur plus de deux siècles."

Je cite Jean-Marc Labat:
"Oui, mais je crois que la peste, les pestes, car la maladie revient régulièrement, a plus contribué à cet impact que la guerre, qui a épargné nombre de régions."

Je voudrais y ajouter les famines. Quelqu'un ici a-t-il des lumières sur les famines en France médiévale?

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB