Nous sommes actuellement le 06 Déc 2019 2:53

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Cola di Rienzo
Message Publié : 15 Avr 2006 15:28 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 777
Localisation : Paris
Bonjour,

Auriez-vous des références bibliographiques à me conseiller sur ce personnage intrigant qu'est Cola di Rienzo ou sur la Rome au XIVè siècle (au temps de l'exil avignonnais des papes)?

Quelles sont les sources sur l'aventure de Cola di Rienzo et son éphémère république? Il y a ce qu'en dit l'Anonyme romain : est-ce la seule source? Quelle crédibilité accorder à ce portrait relativement élogieux?

Cola di Rienzo me semble être un personnage particulier et intéressant, parce qu'il tenta d'apporter un remède aux maux d'une Rome dévastée par les rivalités entre barons et de se poser en défenseur du peuple. Mais aussi parce que ce remède devait pour lui être un retour aux institutions de l'Antiquité, annonçant en cela l'humanisme du siècle suivant.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2006 6:40 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 1942
Localisation : Paris
Cola di Rienzo est en effet un peronnage passionnant, ami de Pétrarque (dont la correspondance constitue une source importante sur la Rome de Cola et sur Cola lui-même) et d'autres grands hommes de son temps. La bibliographie à son sujet est malheuresement très mince en français.

Un livre vient cependant de sortir à son sujet, à priori plutôt à destination du grand public:

L'aventure impossible de Cola di Rienzo : Rome, 1347, une révolution populaire de Monique Jallet-Huant , mais je ne l'ai pas lu. Sinon, on peut trouver des infos à son sujet dans les manuels d'agrégation sur les villes italiennes au Moyen Age.

Image

Il y a bien sûr une importante bibliographie italienne sur le sujet, et deux titres de référence en anglais:

-Apocalypse in Rome: Cola Di Rienzo and the Politics of the New Age de Ronald G. Musto
-Greater Than Emperor: Cola Di Rienzo (Ca. 1313-54) and the World of Fourteenth-Century Rome d'Amanda Collins

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2006 9:15 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Mon intervention ne concerne pas directement Cola di Rienzo, mais la couverture de ce livre. Pardonnez-moi, Hélios et Florian, :oops: mais d’excellentes références ayant déjà été données, je me permets une petite digression.

Il est très amusant d’illustrer en première de couverture de la vie de Cola di Rienzo (1313-1354) et en particulier l’épisode « Rome, 1347, une révolution populaire », par un détail de la Bataille de San Romano (qui opposa Florentins et Siennois, je le rappelle) de Paolo Uccello.... (Mais peut-être le terme « Romano ?? 8O )
Qui plus est, cette bataille a eu lieu le 1er juin 1432, soit 78 ans après la mort du concerné, et l’oeuvre date de 1455/56, soit 1 siècle après.
Amusons-nous un peu :D : prenons un autre italien, par exemple Garibaldi (1807-1882) qui débarqua en Sicile en 1860 et illustrons sa biographie par une photo du débarquement américain en Sicile en 1943 (et encore, je suis gentil, le délai est plus court et les 2 événements ont un « certain » rapport, au contraire de celui-ci). Ce serait assez décoiffant, non ? :lol:
Il y aurait beaucoup à dire sur les couvertures des ouvrages d’histoire...

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Avr 2006 17:41 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 777
Localisation : Paris
Merci pour ces renseignements.

Je me demandais aussi : en quoi le goût particulier pour l'Antiquité de Cola di Rienzo et sa connaissance pointue du latin et des classiques (d'après son biographe, l'Anonyme romain) sont-ils véritablement nouveaux pour son temps? En gros, je voudrais savoir si on peut sans anachronisme le qualifier d'humaniste (ou plutôt de pré-humaniste, à la Pétrarque, dont il était ami)?

J'aimerais aussi en savoir un peu plus sur la Rome du XIVè siècle, pour mieux comprendre le contexte de Cola di Rienzo. Si vous avez des ouvrages à ce propos, je suis preneur (à mon grand étonnement, la bibliographie en français sur Rome au Moyen-Âge s'avère très mince).
Quelle est la spécificité de ces fameux barons (Colonna, Orsini, etc) dont les rivalités ensanglantent Rome? Il me semble qu'à la même époque, des seigneuries urbaines éclosent un peu partout en Italie. Ces barons en sont-ils un exemple?
Quels sont les organes de pouvoir dans la commune de Rome? Y a-t-il eu un régime populaire (avant Cola di Rienzo, s'entend)? Qui gouverne en l'absence du pape?

Merci d'avance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Avr 2006 11:59 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Août 2005 13:09
Message(s) : 384
A rajouter à la - mince - bibliographie en français :

Cola di Rienzo : histoire de Rome de 1342 à 1354, d'Emmanuel Rodocanachi, paru en 1888.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Avr 2006 10:11 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 23 Nov 2005 13:19
Message(s) : 172
Localisation : Besançon - Strasbourg
Quelques éléments de réponses - sur les baroni et les liens qu'entretient Cola avec l'Antiquité - aux interrogations d'Hélios tirés de l'ouvrage -très personnel, parfois exalté - d'Elisabeth Crouzet-Pavan, Enfer et Paradis, L'Italie de Dante et Giotto, Albin Michel, p. 27 - 33.
Rome a connu une renaissance urbaine depuis le XIIe siècle. Les populations sont concentrées dans l’anse du Tibre. La croissance augmente autour des monastères et des églises, elle compte ainsi 30 000 habitants au milieu du XIVe siècle.
Le paysage est façonné par les élites : les casati baronali.
Citer :
"Il ne suffit plus alors de dire que tel lignage avait choisi de s'installer sur l'Aventin quand un autre préférait la proximité du mausolée d'Auguste ou du théâtre de Pompée. L'histoire continue. Et dans les quartiers centraux, les grandes familles marquent, par leur forte implantation, l'habitat, la contexture sociale, la forme du paysage."

(N.B. : Ce qui au demeurant se retrouve dans la plupart des cités italiques)
Citer :
"A partir de la décennie 1240 - 1250, ces casati baronali s'imposent et prennent pour longtemps le contrôle de la commune romaine.

(Note de bas de page : M. VENDITTELLI, "Elite citadine : Rome au XIIe - XIIIe siècle", in Les Elites urbaines au Moyen Age, Paris-Rome, 1997, pp. 183 - 191 ; une élite décrite par S. CAROCCI comme bipartita).
Citer :
Notons que les sources du temps désignent bien, comme étant de l'Urbe, ces "barons", Annibaldi ou Savelli

(Note de bas de page : S. CAROCCI, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi nel Duecento e nel primo Trecento, Rome, 1993).

Citer :
Leur cohésion topographique est forte, même si les diverses propriétés qui constituent leur complexe immobilier forment un ensemble plus qu'un bloc. Ces complexes, que possèdent les familles les plus importantes, se composent de quelques éléments essentiels : un palais, une tour, une place, un forum, un bain [...] Aux mains des Colonna, des Orsini, des Frangipani ou des Conti, se trouvent donc ces instruments de l'emprise sociale, ces moyens du pouvoir que sont la propriété du sol et des maisons, la maîtrise de la tour et des moyens défensifs. [...]
Les rues, héritées de l'ancienne voirie, ne portent plus le même nom qui les désignaient autrefois. Un autre réseau est d'ailleurs venu se surimposer, qui dessert la ville utile. Mais une statue antique orne souvent les places, ouvertes devant les églises, lieux de rassemblement et espaces collectifs de la Rome médiévale

(NB : de même pour un amphithéâtre).

Citer :
La renovatio antique, avec ses fortes implications politiques, a commencé au XIIe siècle. Dès 1162, la colonne Trajane est placée directement placé sous la protection du Sénat et du Peuple de Rome, afin qu'elle soit préservée dans son intégrité. Entre 1150 et 1250, un obélisque antique est restaurée et installé à l'angle nord-est de la colline du Capitole pour devenir un symbole de la Commune et du Sénat
(Note de bas de page : cf. R. KRAUTHEIMER, Rome ..., p. 506).
Citer :
Des balises anciennes et nouvelles ordonnent un espace en recréation et le chargent d’une richesse de sens.
En outre, le passé dépose son empreinte jusque dans la vie politique. Que penser en premier lieu de ce vocabulaire antiquei qui survit ou resurgit ? Quye penser de ces mots anciens qui servent à nommer des réalités nouvelles ? Ne s'agit-il que d'une empreinte superficielle, ou plutôt d'un écho qui vibre dans la péninsule, ici et ailleurs ? De la naissance de la commune de Rome a en effet résulté la renovatio senatus de 1143 – 1144. Symboliquement, cettte assemblée se réunit sur le Campidoglio. Bien sûr, les seules questions historiques à réserver à ce Sénat concernent en ces années les évolutiosn de sa composition sociale, ses mutations internes (Sénat collégial ou sénateur unique) comme ses rapports complexes avec les pontifes successifs [...] Il n'empêche que le vocabulaire n'est pas innocent. Erudits, réformateurs et figures politiques nourrissent un amour sincère pour la Rome antique qui alimente leur espoir de renaissance. et un retour au droit romain a soutenu cette émancipation de la commune romaine et cette vision républicaine.
D'inteprétation plus complexe encore [...] est l'oeuvre politique de Cola di Rienzo. Ce notaire, né dans uen famille d'artisans romains, manifestait une véritable passion pour l'Antiquité et ses grandes figures héroïques et vertueuses. La culture savantes, juridique et historique qu'il avait acquise était à la mesure de cette passion.

(N.B. : voilà pour l'humanisme confirmé).
Citer :
Il avait lu, négligeant les habituelles compilations et les recueils factices d'extraits, les prosateurs et les poètes [...]. C'est en mai 1347 que Cola et ses partisans prennent le pouvoir au sein de la commune romaine. D'abord recteur de la cité, associé au vicaire du pape, i lexhume bientôt à son profit le titre de consul, avant de se déclarer "Nicolas le sévère et le clément, tribun de la liberté, de la paix et de la justice, libérateur de la sainte République romaine"

(Note de bas de page : J.-Cl. MAIRE VIGUEUR, "Cola di Rienzo", in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 26, Rome, 1982, pp. 662 - 675).

Citer :
Son programme, appuyé par les tenants du parti populaire, la Rome active des artisans, des marchands et des propriétaires agricoles (les bobacterii), est dirigé, en ville comme dans le contado, contre les barons, leur puissance militaire et leurs droits seigneuriaux. Il vise à une transformation des institutions communales, dans un sens plus populaire, et il suscite, de la part des lignages aristocratiques, réactions et résistances plutôt vives. [...]


Citer :
Déjà, dans les années qui précèdent la prise de pouvoir, lorsque Cola s'emploie simplement à faire connaître ses idées, l'Antiquité et ses modèle sont sollicités. Le spectacle organisé à Saint-jean-de-Latran, en 1346 probablement, utilisait ainsi une repérésentation de l'empereur Vespasien conférant avec le Sénat romain. Mais, après 1347, les résurgences deviennent plus rigoureuses. [...]


(N.B. : en guise de conclusion sur l'humanisne de Cola et ses rapports avec la Renaissance / résurgence)
Ni
Citer :
héros de la liberté
, ni
Citer :
mauvais copiste médiéval d’un texte romain [...] il amplifia jusqu’à l’extrême ce feuilletage de temporalités caractéristique de l’Italie d’alors
comme il fut marqué par le prophétisme d'un Joachim de Flore.
Citer :
Son identité se construisait au confluent de la Rome antique et de la cité de Dieu, entre le passé d’un mythe et le mythe d’un futur.


Sur la Cronica de l’Anonyme romain, histoire de la ville de Rome de 1325 à 1357 qui culmine avec l’évocation de la vie de Cola di Renzo, d’abord écrite en latin puis traduite en romanesco, on peut consulter utilement l'ouvrage collectif, Cultures italiennes publié sous la direction d'Isabelle Heulant-Donat.

_________________
"... à cent lieues de la Bastille, à l'enseigne de la liberté."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 26 Avr 2006 13:22 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 25 Mai 2004 21:35
Message(s) : 777
Localisation : Paris
Merci beaucoup p.gaia lunna. pour ces informations éclairantes et passionantes que vous avez dû prendre beaucoup de temps à rédiger. :D
Et merci aussi d'avoir aussi mentionné les références bibliographiques en notes de bas de page, je vais me plonger dans ces bouquins si je les trouve! :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB