Nous sommes actuellement le 19 Sep 2021 17:06

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 02 Nov 2014 12:49 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 20 Mai 2014 22:12
Message(s) : 196
J'ai remarqué que il a débat sur le moment ou le roi Louis XIV gouvernait seul : 1661 avec la mort de Mazarin ou 1691 avec la mort de Louvois ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2014 17:37 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 07 Jan 2014 19:14
Message(s) : 176
Jusqu'à preuve du contraire, Louis XIV gouverne seul à partir de 1661: Louvois, quelle que soit sa marge d'autonomie était loin d'avoir le statut de Richelieu ou de Mazarin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Nov 2014 10:09 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 27 Août 2012 15:49
Message(s) : 745
Oui surtout que Louvois n'était pas seul, 2 clans s'affrontaient : le clan Louvois (Le Tellier) et le clan Colbert. Louis XIV entretenait cette rivalité d'ailleurs et il fût toujours maître des décisions.
A partir de 1691, mort de Louvois et peu de temps avant du marquis de Seigneley, on voit progressivement cette rivalité bipolaire disparaître.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2021 14:13 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 13 Oct 2016 8:18
Message(s) : 157
Quelques réflexions, histoire de redonner un peu vie à ce sujet.
Si 1661 est incontestablement le début du règne personnel, on peut voir effectivement 1691 comme l'aboutissement de 10 années, depuis 1683, d'un processus d'une "seconde prise du pouvoir"(Alexandre Maral) par le roi, non pas volontaire comme en 1661 mais provoquée par les évènements, pour autant que 1661 elle-même ne soit pas considérée comme fortuite, avec la disparition de Mazarin (mais le coup d'autorité aurait eu lieu de toutes façons plus tard), et que la disparition de Louvois en 1691 ne soit finalement assez providentielle puisque le ministre étant à cette date probablement sous la menace d'une disgrâce, il est fort possible que le roi l'ait démis dans un avenir proche.
Ces années 83-91 virent en effet la double disparition de la classe politique héritée de Mazarin et de sa descendance immédiate (Colbert 1683/Seignelay 1690, Le Tellier 1685/Louvois 1691) et, aussi déterminante que la disparition de ces personnalités affirmées, cela entraîne la fin des clientèles ministérielles parfois très anciennes (l'ascension des Le Tellier date de la fin du XVIe siècle), car leurs charges sont fractionnées, avec deux conséquences:
- Une certaine forme de "déclassement" de leurs titulaires, à la fois sur le plan politique et partant de leur position curiale (si l'on excepte Chamillart qui fut le seul ensuite qui parvint à cumuler). L'exemple le plus parlant étant Barbezieux qui, c'est révélateur, tout en héritant de la charge pleine de son père, est cependant accompagné de Chamlay pour sa première audience avec le roi, et n'a jamais obtenu le titre de ministre d’État. On aura ici un tandem plutôt qu'un ministre, dans le travail duquel intervient largement le roi, qui devient en quelque sorte son propre ministre de la guerre. En fait, on passe de personnalités éminentes, qui avait autorité sur la direction des opérations, à des administrateurs compétents, bons techniciens mais dans une gestion spécialisée.
- Le vide ainsi créé est comblé par le roi lui-même qui s'implique davantage encore s'il est possible dans le travail de gouvernement, d'abord en volume, comme le note Dangeau dès le 23 août 1691: "Depuis la mort de Louvois, il travaille encore 3 ou 4 heures par jour plus qu'il ne travaillait. Il écrit beaucoup de choses de sa main", mais en imprimant aussi davantage sa marque sur les décisions, qui sont moins que par le passé non pas contestées (elles ne le furent jamais évidemment), mais au moins discutées et débattues en conseil, celui-ci connaissant un effacement relatif au bénéfice de tête-à-tête entre le roi et un de ses ministres, affirmation d'une pratique encore plus personnelle et solitaire du pouvoir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 07 Mai 2021 18:50 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7920
Hubris a écrit :
[...] en imprimant aussi davantage sa marque sur les décisions, qui sont moins que par le passé non pas contestées (elles ne le furent jamais évidemment), mais au moins discutées et débattues en conseil, celui-ci connaissant un effacement relatif au bénéfice de tête-à-tête entre le roi et un de ses ministres, affirmation d'une pratique encore plus personnelle et solitaire du pouvoir.

Et une expérience séculaire nous apprend que l'absence de débat préalable se traduit par une perte d'efficacité ou de pertinence des décisions.

(Dans une formation, j'ai participé à une expérience qui comparait les résultats obtenus en groupe, après débat, avec les résultats obtenus seuls : pour toutes les équipes/participants, le résultat du groupe était systématiquement meilleur. - Bon, après, il y a la question de la sélection du groupe : un groupe de beni-oui-oui vous conduit dans le mur : non seulement vous êtes moins bon parce que seul, en réalité, mais en plus ce groupe vous persuade de votre supériorité, combinaison mortelle.)

Pour mention : "Débattre est le fait de plusieurs, décider est le fait d'un seul". De Gaulle

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2021 21:53 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 154
A noter, l’ouvrage contesté de Daniel Dessert, Colbert ou le serpent venimeux : on y lit un Louis XIV sous influence et un Colbert en gourou maléfique.

Pour revenir au sujet, je considère cette période comme néfaste, à mon grand regret. Je n'apprécie guère tout ce qui se place entre 1687-88 et 1715 pour Louis XIV. Ces années sont difficiles.

Le roi décide seul et ne semble n'avoir dévié des décisions de son entourage que trois fois (selon Bluche). Je ne sais pas si, finalement, il est préférable de laisser Louis XIV sans familles influentes car son bilan depuis 1661 me semble tout à fait décisif dans l'histoire de l'Europe et du monde (dernière bio sur lui).

Je garderai donc 1661 sans même prendre en compte 1691 comme règne personnel car son "sens de l'Etat" (toujours Bluche) est aussi dans le fait de ne pas être sa légende noire (le tyran de "l'Etat c'est moi") alors qu'il aurait pu, sans doute.

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB