Nous sommes actuellement le 19 Sep 2021 9:54

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Bernard Arnault
Message Publié : 03 Juin 2021 19:04 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1858
Localisation : Lyon-Vénissieux
Bonjour
:mrgreen: :mrgreen:

Bernard Arnault et son entreprise LVMH (numéro 1 mondial du luxe) représentent la plus formidable réussite de l'histoire du capitalisme français.
Au dernier classement du magazine Forbes, Mr Arnault avait en avril de cette année 2021 un fortune de 127 milliards d'euros soit 150 milliards de $ !!!
Cela le classe comme, homme le plus riche d'Europe et 3° homme le plus riche du monde, à peu de distance de Jeffrey Bezos (Amazon) et Elon Musk, qu'il pourrait fort bien dépasser ravissant ainsi la couronne de "l'homme le plus riche du monde".

Un journaliste Airy Routier avait publié un ouvrage sur l'homme et avait appelé son livre, "L'Ange exterminateur: La vraie vie de Bernard Arnault"
On ne s'attend pas à ce qu'un grand entrepreneur soit un enfant de coeur, mais peut-on dire que dans les années 1980/1990, B. Arnault se soit comporté de façon telle qu'il mérite ce surnom "d'ange exterminateur" ?
Quelles ont été les méthodes qui ont permis à Arnault de connaitre un tel succès ?
Quels leçons faut-il en rentenir pour l'industrie française ?

Merci pour vos connaissances sur le sujet !
:mrgreen:

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvée dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 03 Juin 2021 19:27 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 154
Bonjour

Je ne connais pas le bouquin mais je suis B.Arnault depuis des années. Ce n'est pas un enfant de cœur mais il baigne dans un monde de requins.
Je regrette :
- Son évasion fiscale probable
- Ses liens affichés avec des hommes politiques (que cela reste privé !) et son rôle dans les médias (on évoque pas mal de pressions exercées par lui).
- De faire comme les autres patrons de son envergure et d'être peu regardant sur le sort de ses employés (affaire Merci Patron! , Boussac, Logo et bien d'autres fermetures).

Il faut quand même saluer le parcours, le travail et le sens des affaires. Je suis mitigé sur le mécénat.

Pour Amazon, ce n'est que fiction selon moi : Amazon me semble être en passe de décupler ses $$$ vu le contexte sanitaire, la tournure du monde (tertiaire, service à l personne...). Je pense même que Forbes sous-estime Amazon.

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 03 Juin 2021 22:27 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7918
Pouzet a écrit :
On ne s'attend pas à ce qu'un grand entrepreneur soit un enfant de coeur, mais peut-on dire que dans les années 1980/1990, B. Arnault se soit comporté de façon telle qu'il mérite ce surnom "d'ange exterminateur" ?
Quelles ont été les méthodes qui ont permis à Arnault de connaitre un tel succès ?
Quels leçons faut-il en rentenir pour l'industrie française ?

@Pensabene : merci de rester dans la limite chronologique.

@Pouzet : la seule leçon à retenir concernant le succès de Bernard Arnault est que l'industrie du luxe fait des marges folles, vend à prix d'or des articles dont le coût de fabrication ne le justifie pas, ne voit pas ses ventes baisser en temps de crise, et qu'il est donc possible, comme l'a fait également François Pinault, d'acheter la marque de luxe suivante avec les bénéfices générés par la précédente. Aucun savoir-faire stratégique exceptionnel, une R&D très limitée (concevoir de la maroquinerie, par exemple, est à la porté de tout le monde) le seul talent se situe dans l'extension commerciale rapide sur toutes les avenues de luxe dans le monde (entre autres...) et bien entendu dans le développement de l'image de marque.

Autant dire qu'on est loin d'aventures réellement industrielles, comme Dassault ou Airbus, ou encore le rachat de Nissan par Renault, avec la prise de risque associée. Ou même Microsoft aux USA, dont le patron a toujours été pertinent sur le développement des tendances de l'informatique, ce qui, croyez-moi, n'est pas immédiat sur des marchés aussi complexes. Mon avis va vous paraître tranchant, mais pour se planter dans l'industrie du luxe il faut vraiment le faire exprès. ("La plus formidable réussite du capitalisme français" vous rigolez ?)

Tiens, pour rester dans la limite chronologique, en 99 Amazon était coté au Nasdaq 1000 fois son chiffre d'affaire ( !) ... et perdait de l'argent. L'idée d'ouvrir une librairie sur Internet était bien entendu à la portée du premier imbécile venu, et Jeff Bezos a mis 15 ans à comprendre que son vrai métier n'était pas la vente de livres mais la logistique.
Le défi à relever constituait en réalité à vendre moins cher malgré les frais d'expédition, donc tout se jouait sur la performance de ses entrepôts. (C'est un point qui passe inaperçu pour des Français, compte-tenu du prix fixe +- 5% imposé par la loi. Partout ailleurs, où la concurrence est à couteaux tirés, c'est une autre histoire.) Bien conseillé, il a fait développer des entrepôts qui comptent parmi les meilleurs au monde, et vend désormais de tout, compte-tenu des volumes qu'il traite au niveau mondial.

Aujourd'hui, Amazon explique rétrospectivement que son patron est resté déficitaire pendant des années parce qu'il investissait au maximum pour prendre le plus possible de parts de marché. Il faut bien justifier le génie prétendu du patron, dont le seul talent à mon avis est d'avoir su baratiner les banques et surtout les marchés financiers pour qu'ils ne le lâchent pas pendant ces années-là.

Aujourd'hui il n'a plus qu'à encaisser le fric qui tombe - ça s'appelle une rente de situation - et développe désormais des supermarchés sans caisses (le contenu du caddie est évalué par RFID et décompté à la sortie sur le smartphone que vous avez dans la poche) qui fichent un trouille bleue - et justifiée - aux enseignes de la grande distribution.

Tout ça pour dire que faire des milliards de dollars n'est pas, dans l'absolu, un critère de génie.

Nota : il y a un point qui me gêne : je vois mal comment évoquer la saga Bernard Arnault en restant dans la limite chronologique. Je pense que la modération sera très vigilante sur ce point.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 03 Juin 2021 23:06 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Jan 2008 16:29
Message(s) : 1811
Localisation : France
Pour Amazon, c'est surtout Amazon Web Services qui génère les profits pharaoniques et qui permet de subventionner les activités peu ou pas rentables du reste du groupe, leur permettant ainsi (supportées par une chaîne logistique de premier plan) de prendre des parts de marché à des concurrents qui n'ont pas cet avantage. C'est toujours la même logique qu'au début, la conquête effrénée de parts de marché, sauf que Bezos n'a même plus besoin de l'argent des banques et des actionnaires désormais : il s'autofinance grâce à AWS.

Pierma a écrit :
Pouzet a écrit :
On ne s'attend pas à ce qu'un grand entrepreneur soit un enfant de coeur, mais peut-on dire que dans les années 1980/1990, B. Arnault se soit comporté de façon telle qu'il mérite ce surnom "d'ange exterminateur" ?
Quelles ont été les méthodes qui ont permis à Arnault de connaitre un tel succès ?
Quels leçons faut-il en rentenir pour l'industrie française ?

@Pensabene : merci de rester dans la limite chronologique.

@Pouzet : la seule leçon à retenir concernant le succès de Bernard Arnault est que l'industrie du luxe fait des marges folles, vend à prix d'or des articles dont le coût de fabrication ne le justifie pas, ne voit pas ses ventes baisser en temps de crise, et qu'il est donc possible, comme l'a fait également François Pinault, d'acheter la marque de luxe suivante avec les bénéfices générés par la précédente. Aucun savoir-faire stratégique exceptionnel, une R&D très limitée (concevoir de la maroquinerie, par exemple, est à la porté de tout le monde) le seul talent se situe dans l'extension commerciale rapide sur toutes les avenues de luxe dans le monde (entre autres...) et bien entendu dans le développement de l'image de marque.

Autant dire qu'on est loin d'aventures réellement industrielles, comme Dassault ou Airbus, ou encore le rachat de Nissan par Renault, avec la prise de risque associée. Ou même Microsoft aux USA, dont le patron a toujours été pertinent sur le développement des tendances de l'informatique, ce qui, croyez-moi, n'est pas immédiat sur des marchés aussi complexes. Mon avis va vous paraître tranchant, mais pour se planter dans l'industrie du luxe il faut vraiment le faire exprès. ("La plus formidable réussite du capitalisme français" vous rigolez ?)

Tiens, pour rester dans la limite chronologique, en 99 Amazon était coté au Nasdaq 1000 fois son chiffre d'affaire ( !) ... et perdait de l'argent. L'idée d'ouvrir une librairie sur Internet était bien entendu à la portée du premier imbécile venu, et Jeff Bezos a mis 15 ans à comprendre que son vrai métier n'était pas la vente de livres mais la logistique.
Le défi à relever constituait en réalité à vendre moins cher malgré les frais d'expédition, donc tout se jouait sur la performance de ses entrepôts. (C'est un point qui passe inaperçu pour des Français, compte-tenu du prix fixe +- 5% imposé par la loi. Partout ailleurs, où la concurrence est à couteaux tirés, c'est une autre histoire.) Bien conseillé, il a fait développer des entrepôts qui comptent parmi les meilleurs au monde, et vend désormais de tout, compte-tenu des volumes qu'il traite au niveau mondial.

Aujourd'hui, Amazon explique rétrospectivement que son patron est resté déficitaire pendant des années parce qu'il investissait au maximum pour prendre le plus possible de parts de marché. Il faut bien justifier le génie prétendu du patron, dont le seul talent à mon avis est d'avoir su baratiner les banques et surtout les marchés financiers pour qu'ils ne le lâchent pas pendant ces années-là.

Aujourd'hui il n'a plus qu'à encaisser le fric qui tombe - ça s'appelle une rente de situation - et développe désormais des supermarchés sans caisses (le contenu du caddie est évalué par RFID et décompté à la sortie sur le smartphone que vous avez dans la poche) qui fichent un trouille bleue - et justifiée - aux enseignes de la grande distribution.

Tout ça pour dire que faire des milliards de dollars n'est pas, dans l'absolu, un critère de génie.

Nota : il y a un point qui me gêne : je vois mal comment évoquer la saga Bernard Arnault en restant dans la limite chronologique. Je pense que la modération sera très vigilante sur ce point.

_________________
Les facultés de conceptualisation de l'empereur Constantin paraissent avoir été très limitées ; malgré de longues séances, les évêques ne semblent pas avoir réussi à lui faire bien comprendre la différence qui séparait l'orthodoxie de l'arianisme. (Y. Le Bohec)

Bref, un homme "au front étroit mais à la forte mâchoire" (J.P. Callu)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 7:35 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 13 Mars 2010 20:44
Message(s) : 1981
Je conseille tout simplement la lecture de la fiche wikipedia qui est bien rédigée et donne les principaux éléments du raid des années 80 sur Louis Vuitton par exemple

_________________
il pleuvait, en cette Nuit de Noël 1914, où les Rois Mages apportaient des Minenwerfer


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 7:48 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 17 Nov 2019 20:27
Message(s) : 154
Huyustus a écrit :
Pour Amazon, c'est surtout Amazon Web Services qui génère les profits pharaoniques et qui permet de subventionner les activités peu ou pas rentables du reste du groupe, leur permettant ainsi (supportées par une chaîne logistique de premier plan) de prendre des parts de marché à des concurrents qui n'ont pas cet avantage. C'est toujours la même logique qu'au début, la conquête effrénée de parts de marché, sauf que Bezos n'a même plus besoin de l'argent des banques et des actionnaires désormais : il s'autofinance grâce à AWS.

Pierma a écrit :
Pouzet a écrit :
On ne s'attend pas à ce qu'un grand entrepreneur soit un enfant de coeur, mais peut-on dire que dans les années 1980/1990, B. Arnault se soit comporté de façon telle qu'il mérite ce surnom "d'ange exterminateur" ?
Quelles ont été les méthodes qui ont permis à Arnault de connaitre un tel succès ?
Quels leçons faut-il en rentenir pour l'industrie française ?

@Pensabene : merci de rester dans la limite chronologique.

@Pouzet : la seule leçon à retenir concernant le succès de Bernard Arnault est que l'industrie du luxe fait des marges folles, vend à prix d'or des articles dont le coût de fabrication ne le justifie pas, ne voit pas ses ventes baisser en temps de crise, et qu'il est donc possible, comme l'a fait également François Pinault, d'acheter la marque de luxe suivante avec les bénéfices générés par la précédente. Aucun savoir-faire stratégique exceptionnel, une R&D très limitée (concevoir de la maroquinerie, par exemple, est à la porté de tout le monde) le seul talent se situe dans l'extension commerciale rapide sur toutes les avenues de luxe dans le monde (entre autres...) et bien entendu dans le développement de l'image de marque.

Autant dire qu'on est loin d'aventures réellement industrielles, comme Dassault ou Airbus, ou encore le rachat de Nissan par Renault, avec la prise de risque associée. Ou même Microsoft aux USA, dont le patron a toujours été pertinent sur le développement des tendances de l'informatique, ce qui, croyez-moi, n'est pas immédiat sur des marchés aussi complexes. Mon avis va vous paraître tranchant, mais pour se planter dans l'industrie du luxe il faut vraiment le faire exprès. ("La plus formidable réussite du capitalisme français" vous rigolez ?)

Tiens, pour rester dans la limite chronologique, en 99 Amazon était coté au Nasdaq 1000 fois son chiffre d'affaire ( !) ... et perdait de l'argent. L'idée d'ouvrir une librairie sur Internet était bien entendu à la portée du premier imbécile venu, et Jeff Bezos a mis 15 ans à comprendre que son vrai métier n'était pas la vente de livres mais la logistique.
Le défi à relever constituait en réalité à vendre moins cher malgré les frais d'expédition, donc tout se jouait sur la performance de ses entrepôts. (C'est un point qui passe inaperçu pour des Français, compte-tenu du prix fixe +- 5% imposé par la loi. Partout ailleurs, où la concurrence est à couteaux tirés, c'est une autre histoire.) Bien conseillé, il a fait développer des entrepôts qui comptent parmi les meilleurs au monde, et vend désormais de tout, compte-tenu des volumes qu'il traite au niveau mondial.

Aujourd'hui, Amazon explique rétrospectivement que son patron est resté déficitaire pendant des années parce qu'il investissait au maximum pour prendre le plus possible de parts de marché. Il faut bien justifier le génie prétendu du patron, dont le seul talent à mon avis est d'avoir su baratiner les banques et surtout les marchés financiers pour qu'ils ne le lâchent pas pendant ces années-là.

Aujourd'hui il n'a plus qu'à encaisser le fric qui tombe - ça s'appelle une rente de situation - et développe désormais des supermarchés sans caisses (le contenu du caddie est évalué par RFID et décompté à la sortie sur le smartphone que vous avez dans la poche) qui fichent un trouille bleue - et justifiée - aux enseignes de la grande distribution.

Tout ça pour dire que faire des milliards de dollars n'est pas, dans l'absolu, un critère de génie.

Nota : il y a un point qui me gêne : je vois mal comment évoquer la saga Bernard Arnault en restant dans la limite chronologique. Je pense que la modération sera très vigilante sur ce point.


Oups, merci Pierma!
Bien d'accord avec vous et Huyustus sur Amazon. Dans la limite chrono: On peut même mentionner que l'entreprise a eu le "mérite" de survivre à l'éclatement de la bulle financière liée à internet au tournant du siècle, que cela soit pour eBay, AoL, Yahoo ou Amazon. Et pourtant, dès 1997, la célèbre librairie Barnes & Noble comprend le danger et poursuit en justice Amazon car elle se revendiquait "plus grande librairie du monde". A son tour, Walmart accuse Amazon, en 1998. Cette fois-ci d'avoir pris des "secrets commerciaux" (de l'Arkensas si on suit l'article de CNN en 1998). Sur la capitalisation boursière dans les années 1990, Pierma a dit l'essentiel.

De son côté, Bernard Arnault (et vu qu'on parle d'Amazon il faut plutôt dire LVMH): A la base LVMH (Louis-Vuitton et Moët-Hennessy) appartient à Alain Chevalier et Henry Racamier mais les deux ne s'entendent pas et, suite au krach de 1987, un certain Bernard Arnault profite d'une OPA sur LVMH. Il devient majoritaire. Arnault n'était pas un inconnu: comme je l'ai mentionné au-dessus c'était déjà l'homme riche (car héritier de Férinel et soutenu par la banque Lazard) de Boussac. . [Boussac c'était du gros bonnet diversifié Dior couture, Conforama, Bon Marché...). Aidé par le gouvernement Fabius, des banques, de multinationales comme Total, il rachète (et s'endette) et après il a fait ce qu'il a toujours su faire, c'est-à-dire se séparer de ce qui l'intéresse moins pour conserver le reste, c'est-à-dire souvent le luxe].

Bien entendu, il a su se séparer des deux personnes encombrantes (Chevalier et Racamier) aidé par Guiness, non sans problèmes judiciaires. Voilà, il y est. Que va-t-il faire? Ce qu'il sait très bien faire: racheter des groupes, les modeler selon sa pensée et trier ce qui l'intéresse de ce qui lui déplaît, aboutissant régulièrement à des suppressions d'emploi. Dans les années 1990, il achète Guerlain, Kenzo, Berluti ou encore TAG Hauer.

Sur Alain Chevalier, un article correct: https://www.usinenouvelle.com/article/alain-chevalier-cofondateur-du-groupe-lvmh-et-exportateur-du-luxe-francais-est-mort-a-87-ans.N764704
Un portrait croisé Arnault-Pinault d'époque assez mordant (et d'époque: 1999!) : https://www.liberation.fr/futurs/1999/03/20/le-destin-parallele-de-deux-requins-ils-ont-fait-fortune-dans-les-annees-80-a-la-hussarde_268143/
Un bilan un peu hagiographique mais non sans intérêt pour la période 1970-1990: https://www.businessinsider.fr/voici-comment-bernard-arnault-a-construit-sa-fortune-et-investit-son-argent-176559#bernard-arnault-a-commence-dans-le-monde-des-affaires-en-travaillant-a-partir-de-1971-pour-lentreprise-de-batiment-de-son-pere-dans-le-nord-apres-avoir-fini-major-de-sa-promotion-a-lecole-polytechnique


De ce que je sais sur Bezos, c'est le destin d'un homme sorti de Priceton qui était destiné, comme tant d'autres, à intégrer la finance puis il comprend qu'internet change le monde: il quitte la finance pour fonder sa boutique aidé par papa-maman. Ce n'est en rien un génie car, après tout, eBay est déjà là 1995. Et c'est là où je rejoins beaucoup Pierma: ses entrepôts à Seattle et ailleurs sont décisifs. A noter que des Français souhaitaient concurrencer Amazon en lançant Alapage à la même période, très vite racheté par France Télécom (1999) puis aujourd'hui absorbé sous Rueducommerce.

_________________
Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 7:50 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9794
Localisation : Région Parisienne
Pierma a écrit :
Aujourd'hui, Amazon explique rétrospectivement que son patron est resté déficitaire pendant des années parce qu'il investissait au maximum pour prendre le plus possible de parts de marché. Il faut bien justifier le génie prétendu du patron, dont le seul talent à mon avis est d'avoir su baratiner les banques et surtout les marchés financiers pour qu'ils ne le lâchent pas pendant ces années-là.

Aujourd'hui il n'a plus qu'à encaisser le fric qui tombe - ça s'appelle une rente de situation - et développe désormais des supermarchés sans caisses (le contenu du caddie est évalué par RFID et décompté à la sortie sur le smartphone que vous avez dans la poche) qui fichent un trouille bleue - et justifiée - aux enseignes de la grande distribution.

Tout ça pour dire que faire des milliards de dollars n'est pas, dans l'absolu, un critère de génie.



Il y avait un besoin et il a développé un concept. Convaincre son banquier est essentiel, grandir le plus rapidement possible l'est aussi avant que la concurrence sente le danger. Combien de fois ai-je lu qu'il allait se casser la gueule. C'est une belle réussite de quelqu'un qui est parti avec pas grand chose et qui a atteint le sommet. Je suis désolé, mais j'admire ce parcours. Après tout, La Redoute pouvait en faire autant. Il faut, tout comme les grands animaux politiques, avoir ce que les Américains appellent le "killer instinct.

Il y a aussi les grandes firmes qui ne sentent pas le marché et tombent, je ne citerai ou Kodak ou Nokia.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 12:39 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7918
Jean-Marc Labat a écrit :

Il y avait un besoin et il a développé un concept. Convaincre son banquier est essentiel, grandir le plus rapidement possible l'est aussi avant que la concurrence sente le danger. Combien de fois ai-je lu qu'il allait se casser la gueule. C'est une belle réussite de quelqu'un qui est parti avec pas grand chose et qui a atteint le sommet. Je suis désolé, mais j'admire ce parcours. Après tout, La Redoute pouvait en faire autant. Il faut, tout comme les grands animaux politiques, avoir ce que les Américains appellent le "killer instinct.

L'intéressant est que le concept était évident (une librairie en ligne) et de fait il a su faire avaler à son banquier, mais surtout aux investisseurs sur le Nasdaq - à coups d'augmentations de capital pour se financer - que LA librairie en ligne ce serait lui.

Mais ce que j'ai dit sur sa prise en compte tardive du métier de la logistique est attesté. Et je pense que lui-même n'avait pas entrevu que l'excellence en ce domaine allait lui permettre de devenir LE site en ligne pour une foule d'autres produits.

(A noter aussi qu'il a su, au fur et à mesure de l'augmentation de sa fréquentation et de sa notoriété - et donc de son CA - s'agréger des sous-traitants sur lesquels il prélève une marge. C'est très visible sur les bouquins : pour profiter de "l'effet de longue traîne" - c'est l'idée qu'un site Web permet de mettre en ligne des milliers de référence - il s'est agrégé des librairies qui stockent des livres peu vendus, autant de références qu'il n'a pas à stocker - ça coûte cher - mais sur lesquelles il prélève sa commission. Et c'est le cas avec d'autres produits : Amazon bénéficie d'une rente de situation parce qu'il est devenu une vitrine obligée, un peu comme la grande distribution française avec les PME. )

L'aventure Amazon appelle aussi une autre remarque : cette ascension est facilitée par l'existence d'un marché intérieur colossal et basé sur une seule langue, le marché US, auquel on peut même ajouter le Canada.

Cette possibilité de booster rapidement le CA n'existe pas sur le marché européen, qui demande des adaptations multi-langues et des adaptations logistiques par pays, notamment sur "le dernier kilomètre". - Amazon n'a attaqué l'Europe que dans un deuxième temps. Ce marché éclaté est un handicap pour les entrepreneurs européens. J'aurais tendance à dire que non, la Redoute ou la Fnac n'auraient pas pu faire la même chose. (Et puis il faut bien avouer que la possibilité de se faire financer par la bourse est beaucoup plus limitée en Europe, où la prise de risque n'est pas aussi courante...)

Citer :
Il y a aussi les grandes firmes qui ne sentent pas le marché et tombent, je ne citerai ou Kodak ou Nokia.

Kodak c'est intéressant : il s'agit d'une entreprise qui savait son marché condamné, qui disposait de très bonnes réserves financières, mais qui n'a tout simplement pas su passer à une autre activité : le changement culturel était trop important, d'autant qu'il devait se faire rapidement. (L'argentique est tombée en quelques années.)

Nokia, oui, alors qu'il s'agissait pourtant d'une entreprise avec un management collectif très souple, s'est plantée sur sa projection des évolutions de son marché.

C'est pour cette raison que j'admire Bill Gates, qui n'a quasiment jamais tapé à côté des évolutions d'un marché pourtant très difficile à sentir. IBM qui a une force de frappe financière très réelle, et qui voulait reprendre pied sur le marché des OS pour PC s'est planté magistralement avec le système OS2 dont l'ergonomie était plus que pénible, et le fonctionnement en réseaux de PC trop complexe. - ça m'a valu une belle galère sur une automatisation d'atelier, je ne détaille pas... Jamais plus IBM n'a refait de tentative pour concurrencer Windows !

(Bill Gates, dont on s'arrachait les interviews pour suivre sa vision des choses, a su aussi, par exemple, garder longtemps son calme face à l'idée très répandue que l'informatique familiale allait forcément exploser demain matin : "Tant qu'il n'y aura pas d'applications autres que le fait de faire ses comptes sur Excel, l'usage familial des PC n'aura qu'un succès de curiosité." De fait l'informatique familiale n'a finalement explosée qu'avec l'arrivée d'Internet, en même temps que les jeux vidéos. Soit plus de 10 ou 15 ans après sa généralisation pour la bureautique d'entreprise.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 13:12 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9794
Localisation : Région Parisienne
Pierma a écrit :
Jean-Marc Labat a écrit :

Et puis il faut bien avouer que la possibilité de se faire financer par la bourse est beaucoup plus limitée en Europe, où la prise de risque n'est pas aussi courante.



C'est effectivement une grosse différence, en Europe, les entreprises se financent par la dette, ce qui limite forcément alors qu'aux EU, le financement par la bourse ne procure que de nouveaux actionnaires. Les banquiers sont par nature un peu réticent face à la prise de risque, alors qu'un investissement dans la bourse peut se révéler juteux.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 13:48 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7918
Jean-Marc Labat a écrit :

C'est effectivement une grosse différence, en Europe, les entreprises se financent par la dette, ce qui limite forcément alors qu'aux EU, le financement par la bourse ne procure que de nouveaux actionnaires. Les banquiers sont par nature un peu réticent face à la prise de risque, alors qu'un investissement dans la bourse peut se révéler juteux.

ça fait des décennies que les entreprises - et plus encore les entrepreneurs - s'en plaignent.
(Les entrepreneurs se plaignent aussi de passer 30% de leur temps en conneries, i.e. en paperasserie.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 15:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1858
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
ça fait des décennies que les entreprises - et plus encore les entrepreneurs - s'en plaignent.


Le problème est qu'il est particulièrement difficile de gagner de l'argent en bourse à long terme, j'en ai fait l'expérience
Il est difficile de prévoir l'avenir d'une entreprise, tout comme l'avenir d'un cheval de course, d'un homme politique ou d'une équipe de football...

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvée dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 16:56 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 9794
Localisation : Région Parisienne
C'est pour cela qu'il existe des fonds d'investissement. Il est difficile pour un particulier de suivre la bourse au quotidien.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 19:08 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1858
Localisation : Lyon-Vénissieux
Oui mais les gestionnaires de ces fonds ont des performances médiocres, inférieures à la moyenne du marché en général, alors quand le marché ne progresse pas pendant une longue période...
Bien sûr si on investit sur le marché américain c'est différent...

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvée dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 21:33 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 14 Sep 2014 20:36
Message(s) : 396
J'avais lu le livre d'Airy Routier à sa sortie et je le recommande.
Sans Laurent Fabius puis la complaisance de nos milieux politiques et de notre haute administration, Bernard Arnault, qui n'avait pas du tout les moyens financiers de ses immenses ambitions, ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui.

La cohabitation arrivant le maire d'Epinal, Philippe Séguin, a bien tenté quelque chose pour faire la lumière sur les magouilles d'Arnault, qui coûtèrent très cher au contribuable français et détruisirent près de 10 000 emplois, mais ça s'est vite perdu dans les sables des petits arrangements parisiens.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Bernard Arnault
Message Publié : 04 Juin 2021 22:29 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1858
Localisation : Lyon-Vénissieux
Tout de même curieux que Fabius l'ait avantagé lui plutôt qu'un autre, Arnault avait tout de même fui la France pour les Etats-Unis pendant plusieurs années, suite aux élections de 1981..

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvée dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB